De fil en aiguille

23 Avr
Depuis plusieurs années, les loisirs créatifs sont à la mode et la couture est très tendance.
Broderie, dentelle, rubans, tricot, boutons, crochet, tissus, bobines, perles, textile, patchwork à gogos !

P002B077.jpg

De nombreux blogs « Couture » fleurissent sur la toile. Des ateliers pour débutants,  pour couturières ou couturiers, (et oui, il y en a) déjà habiles de leurs dix doigts, remportent de plus en plus de succès. Pour les Parisiens, Brin de cousette donne l’exemple :  un lieu novateur alliant mercerie, salon de thé et cours de couture.

Certain(e)s bibliothécaires ont attrapé le virus et vous font partager leurs coups de cœur en vous proposant quelques livres et un film :

Un monde de fripouilles  de  Sandrine Giraud


Sandrine Giraud est une jeune créatrice qui fourmille d’idées.
Avec quelques morceaux de tissus aux motifs variés (enfin surtout des fleurs ou des pois), de rubans, de perles et de boutons, Sandrine Giraud réalise porte-clés, barrette, set de table, marque-page, coussin…
Elle décline ces objets sous différents thèmes : étoiles, poissons, hiboux, gâteaux, fleurs .  Le tout dans une explosion de couleurs pimpantes et pétillantes.
Les explications sont claires et concises. Aidé des patrons et avec un peu d’entrainement, chacun pourra réussir ces petites pièces charmantes et ludiques.
Pour découvrir davantage l’univers de Sandrine Giraud, vous pouvez visiter son blog monde2fripouille, pour y trouver d’autres modèles et sources d’inspiration.

Chapeaux de Liliane Larger

La couture aux services de la création de chapeaux, pourquoi pas ?
Un peu d’audace, de la fantaisie, une certaine connaissance en couture (quand même) et vous voilà prêts(es), pour vous lancer dans l’aventure !
Grâce à cet ouvrage, vous pourrez réaliser une toque cosaque, un béret, une capeline (toujours très seyant), un borsalino (un classique toujours très chic !), une casquette gavroche, une toque tambourin (un bibi toujours élégant) et même un chapeau de cow-boy ! (Je ne vous cache pas que la difficulté pour ce dernier est très élevée)
L’avantage de créer ses propres chapeaux est de pouvoir choisir et assortir les tissus à vos tenues.
Patrons et explications sont très détaillés et disponibles en plusieurs tailles.
Bref c’est le moment de se prendre pour le chapelier d’Alice aux pays des merveilles et de laisser libre cours à ses envies et inspirations !


Charlotte Fiell, spécialiste du design et de la mode, nous livre avec La mode des Années 30 en images une mine iconographique passionnante pour les inconditionnels du paraître, en particulier les nostalgiques des silhouettes graciles et de la taille de guêpe.
1930 : des maisons de couture comme Patou, Rochas, Lanvin, Chanel font appel à de prestigieuses revues parisiennes.
La Gazette du Bon Ton, la Femme chic, illustrées par Charles Martin, Pierre Lepape, Pierre Brisaud donnent la tendance. Les catalogues de prêt-à porter participent aussi à la diffusion de la connaissance, à la démocratisation des apparences. La mode, le chic descendent dans la rue. Il faudra moins d’une décennie pour en constater l’évolution et confirmer, depuis les années de guerre, l’émancipation de la femme.
Ce sont les Années folles, la période Art Déco. La ligne s’épure, les jupes s’allègent, montent, de la cheville, à mi-mollet, sous le genou, au genou. Les bas apparaissent puisque la jambe se montre et la lingerie va suivre la tendance.
La robe sac est reine, sa ligne fluide, si pratique, cache les formes. Le Chapeau est cloche, s’ornant, à l’occasion, de voilette.
Et maintenant mesdames, copiez, osez !
« Osez donc un triple rang de perles, mode lancée par Coco Chanel et le tour est joué »

Enfin, regardez ce premier film virtuose et touché par la grâce :

Brodeuses , un film réalisé par Eléonore Faucher

Lorsque Claire , jeune caissière de 17 ans, apprend qu’elle est enceinte, elle décide d’accoucher sous X. Elle trouve refuge chez Madame Melikian (Ariane Ascaride) femme solitaire, brodeuse pour la haute couture. Entre les deux femmes, au fur et à mesure que le ventre de Claire s’arrondit, se transmet l’art de la broderie mais aussi celui de la filiation : qu’est-ce qu’être femme ? Qu’est-ce qu’être mère ?

Eléonore Faucher associe, presque en silence comme par magie, une veine très réaliste à une esthétique de la matière, de densité de la couleur comme on ajoute en broderie fils chatoyants et perles à la toile brute.

Quelque soit votre niveau, passez quelques heures ou quelques jours dans l’un des salons d’accros au fil et à l’aiguille qui accueille des centaines de visiteurs chaque année. Prochain rendez-vous à Nantes du 23 au 26 avril « Pour l’amour du fil».

A  Paris, amateur ou passionné,  il faudra attendre 2015 pour l’incontournable rendez-vous à ne pas manquer, « L’aiguille en fête » : le salon de l’art du fil qui regroupe de nombreux exposants et propose des animations variées qui font rêver !
Bref, tirer le fil et l’aiguille, c’est le plaisir de faire soi-même, d’exprimer sa créativité et de fabriquer des objets uniques : une âme  pour tout ce petit monde.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :