Chais pas quoi faire, j’m ennuie… (2)

6 Août
Chassé-croisé des vacances, en passant de  juillet à août, entre la colo, le séjour chez les grands-parents , le départ à la plage ou le retour imminent de la montagne, quelques jours de battements sans emploi du temps… Un seul impératif :  : s’installer confortablement.  Laisser libre l’envie de concilier plaisir et bonne conscience pour lire, relire ou regarder des classiques de la littérature jeunesse, adaptés pour le cinéma récemment,  ou il y a fort longtemps…

Commençons par une  ville sans parents… Le rêve, me direz-vous ! Pourtant, la situation est loin d’être si idéale… Comment remettre le téléphone en marche, remplir le réfrigérateur, et lutter contre la bande des Pirates dirigée par le redoutable Oscar ? Avec un peu d’astuce, de bonne humeur et d’organisation, les enfants devraient pouvoir s’en sortir ! Vont-ils y parvenir ? C’est ce que vous saurez en lisant Les enfants de Timpelbach  d’Henry Winterfeld, adapté au cinéma en 2009  par Nicolas Bary.

A voir et à revoir sur la Médiathèque numérique (sans oublier de vous connecter)

Poursuivez  avec Les aventures du baron de Munchhausen : fanfaronnades, hâbleries, bravades, forfanteries et vantardises, voici pêle-mêle quelques noms qui viennent à l’esprit pour décrire de prime abord les fabuleuses Aventures du baron de Münchhausen. Mais aventure après aventure, le merveilleux devient probable et l’on se surprend, pris par les récits les plus loufoques et l’aplomb inconditionnel du narrateur, à accorder au plus célèbre baron d’Outre-Rhin le bénéfice du doute. Le ludique, l’impossible l’emportent alors et deviennent réalité…

A lire aussi en ligne ses aventures et mésaventures, dans une version remaniée par Gottfried August Bürger en 1786

Il existe une version filmée muette de Georges Méliès. Plus tard en 1943,  Josef Von Baky  l’a repris sous le titre : Les aventures fantastiques du Baron de Münchhausen.

La version la plus récente de Terry Gilliam  a été primée plusieurs fois .

Et terminez par Matilda  :

Avant même d’avoir cinq ans, cette petite fille sait lire et écrire, connaît tout Dickens, tout Hemingway, a dévoré Kipling et Steinbeck. Pourtant son existence est loin d’être facile entre une mère indifférente, passionnée de loto, abrutie par la télévision et un père d’une franche malhonnêteté. Sans oublier Mademoiselle Legourdin, la directrice de l’école, personnage redoutable qui voue à tous les enfants une haine implacable. Les événements vont se précipiter, étranges, terribles, hilarants…

A lire sous la plume tendre et acerbe de Roald Dahl ou à regarder dans la version cinématographique réalisée par Dany de Vito.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :