Des romans qui vont vous en faire voir de toutes les couleurs !

31 Oct
La COULEUR peut influencer nos émotions, nos actions, notre conception des choses, nos idées. Pour rester dans un monde coloré, où la couleur est mémoire, source de plaisir et invitation au rêve, je vous propose des pistes de lecture pour ne pas voir la vie en noir et blanc…

On ne peut pas évoquer la couleur sans parler de Michel Pastoureau, historien médiéviste et spécialiste de la symbolique des couleurs.

Un de ses ouvrages La couleur de nos souvenirs prend la forme d’un journal chromatique et propose ses souvenirs personnels, retraçant l’histoire des couleurs en France et en Europe depuis le milieu du XXe siècle.

Pour voir la vie en JAUNE, plongez dans Le beau Danube jaune de Jules Verne, une oeuvre ironique et d’une grande modernité qui retrace la bonhomie naïve du brave Krusch, pêcheur à la ligne.

L’amour se décline en ROUGE et en NOIR avec Stendhal : après sa liaison avec Mme de Renal, Julien Sorel s’apprête à épouser la fille d’un marquis, mais le père se renseigne auprès de son ex-maîtresse qui l’accable, Julien va-t-il se venger ? Pour le savoir, empruntez la version papier

ou  à lire en ligne.

 

 ROUGE encore pour La lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne : un roman historique de l’Amérique puritaine du 17e siècle, où il est question d’adultère et de culpabilité. Adapté au cinéma en muet dès 1926 puis par Wim Wenders en 1973.

La Lettre écarlate / Nathaniel Hawthorne

ROUGE aussi  mais absolument  sombre avec Les Rivières pourpres  de Jean Christophe Grangé  : un suspense haletant pour une enquête menée tambour-battant où deux policiers vont unir leurs forces pour dénouer une enquête…

Du VERT pour un roman noir ? La ligne verte de Stephen King  est une brillante réflexion sur la peine de mort, aux frontières du roman noir et du fantastique.

 

NOIR c’est vraiment noir pour James Ellroy  : Le Dalhia noir raconte une enquête de police dans les années  40 sur le meurtre d’une starlette atrocement mutilée. La véritable enquête commence au-delà des apparences…

En 2006, Brian de Palma livrera une magistrale adaptation cinématographique.

Pour Eric Emmanuel Schmitt,  la vie s’écrit en ROSE  dans  Oscar et la dame rose , où Oscar, 10 ans et  leucémique, fait la connaissance de la dame en rose, dite Mamie Rose, qui l’encourage a écrire des lettres à Dieu, bien qu’il ne pas soit pas vraiment certain qu’il existe…

Sous une belle couverture ROSE, l’Autoportrait en VERT  de Marie Ndiaye évoque un monde peuplé de femmes en vert, où l’on retrouve les thèmes favoris de l’auteur : le père absent et la solitude d’une mère restée seule.

Autoportrait en vert Marie N'Daye

Bandeau rose pour La couleur des sentiments de Kathryn Stockett : une galerie de personnages attachants qui feront tomber les barrières sociales et culturelles dans le Mississipi des années 60.

Le nom de la rose  d’Umberto Eco : du mystère et des meurtres parmi les Bénédictins d’une abbaye des Alpes. C’est dans la bibliothèque au centre du livre que sera levé le secret.

Cheveux BLEUS pour Julie Maroh avec un roman graphique au récit tendre et sensible Le bleu est une couleur chaude  où l’on suit Clémentine qui, au fil des pages,  s’affranchira du regard des autres.

 

Un livre couronné de palmes à Cannes puisqu’il a été adapté librement par Abdellatif  Kechiche pour son film  La vie d’Adèle.

Pour finir sur des accords colorés :  Couleur Café » de Serge Gainsbourg, une couleur pleine de douceur, et pour rester dans la note, la sélection colorée du blog  « Déclic Musique ».

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :