Un certain goût pour la mort : disparition de P.D. James

5 Déc
La plupart des lecteurs amateurs d’enquêtes et de littérature policière anglaise connaissent et apprécient P.D. James, mais savent-ils qu’il s’agit d’une femme qui répondait au nom de Phyllis Dorothy James ? Cette « reine du crime » est morte ce jeudi 27 novembre 2014, à l’âge de 94 ans, laissant derrière elle une œuvre inscrite dans la tradition du roman à l’anglaise, mettant l’accent sur la psychologie des personnages et sur l’humour … « so » british
Life of crime … PD James.

Wicked twinkle … PD James. Photograph: Linda Nylind for the Guardian

Tout au long de sa vie, PD James s’est opposée à l’idée selon laquelle le roman policier serait un genre mineur. Son écriture est élégante et raffinée, et ses intrigues implacables sont particulièrement documentées. Elle porte un soin tout particulier à camper ses personnages, et leur environnement dans un climat qui revêt une importance dramatique.

Le lieu pouvant influencer ses héros, ainsi, dans Par action et par omission, il s’agit d’une centrale nucléaire. Dans Un certain goût de mort c’était la sacristie d’une église londonienneDans La Mort s’invite à Pemberley  la romancière anglaise fait un clin d’œil à un autre monument de la littérature britannique, Jane Austen, imaginant une version policière chez les héros d’Orgueil et préjugés.

Elle laisse à la postérité une œuvre riche de plus de vingt romans, ainsi que le personnage d’Adam Dalgliesh, fameux inspecteur de Scotland Yard, qui tient un rôle majeur dans son œuvre.

Ses romans ont été salués par les plus prestigieux critiques, qui lui ont attribué de nombreux prix (notamment le Grand prix de littérature policière en 1988 et plusieurs daggers* remis par la célèbre Crime Writers’ Association) chaque nouvelle parution tournant à l’événement médiatique et littéraire outre-manche.  Elle a longtemps travaillé au Home Office pour la brigade criminelle, peut-être était-ce une de ses sources d’inspiration pour ses intrigues diaboliques ?

Une auteure prolifique et talentueuse à (re)découvrir à la Médiathèque.

* Daggers : littéralement poignard, est le nom des récompenses de diamant, d’or ou d’argent décernées par la Crime Writer’s Association

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :