La Bibliothérapie : des livres sur ordonnance

12 Mai
S’il est un fait incontestable, c’est que les livres éclairent, divertissent et cultivent. Ce que l’on sait moins c’est qu’on leur prête la vertu de soigner. La Bibliothérapie  est un néologisme, signifiant littéralement Thérapie par le livre très en vogue outre-manche, cette pratique commence à intéresser les Français.

Chacun peut mettre ce qu’il veut derrière le terme, mais il semble que pour des pathologies de type : dépression, états anxieux, ou stress, certains généralistes ou thérapeutes conseillent la lecture, qui pourrait avoir les mêmes vertus qu’une séance de psychothérapie classique…Dès 1941, le terme apparaît dans le Dorland’s Illustrated Medical Dictionary et y est défini comme « l’emploi des livres et de leur lecture dans le traitement des maladies nerveuses« .

On peut aussi considérer que la bibliothérapie n’est qu’une bizarrerie parmi d’autres dans notre époque médiatique prescriptive, et que les livres les plus lus, qui font la fortune de certains auteurs, sont aussi ceux qui n’apportent aucune richesse, sans oublier que chacun ayant une histoire unique, si certains textes peuvent faire choc, ouvrir des brèches et déclencher une prise de conscience chez les uns, ils n’auront aucun impact sur la vie des autres.

Dans l’océan de livres qui nous submerge aujourd’hui, on peut toutefois repérer trois grands courants biblio thérapeutiques : les livres de conseils directs, les livres de connaissance de soi, très prisés des Anglosaxons, et les fictions qui peuvent provoquer des déclics intérieurs.

  • Si  l’on se place du point de vue de l’analyste, le livre peut être vu comme une prescription :

Christophe André, psychanalyste, conseille à son jeune public les aventures de Max et Lili de Dominique de Saint Mars,  car cette collection Ainsi va la vie peut  servir de livre-diagnostic.
Pendant que dans son ouvrage Imparfaits libres et heureux le thérapeute donne des clefs pour nous aider à trouver notre place parmi les autres.

Christophe-André-imparfaits-libres-heureux                      Dolto La difficulté de vivre

Certains psychanalystes ont marqué par la puissance de leurs textes.
Le livre de Françoise Dolto La Difficulté de vivre  ressource et redonne un sens aux événements de la vie, en particulier la maternité. Il aide à repérer des richesses en soi. Il explique les droits de l’enfant et ce qui se passe durant une naissance. Dans Ma vie, Carl Gustav Jung parle en terme simple de l’inconscient et de la vie intérieure, il prouve que plus on se connait soi-même, plus on trouve en soi une forme de sécurité. Il montre aussi comment il a trouvé une forme de sagesse et un centre de gravité.

  • La littérature comme remède ?

Oui pour l’écrivain et kinésithérapeute de formation Régine Detambel qui milite en faveur de la littérature. Pour elle,  la littérature comme remède doit se défier tout autant du pouvoir médical que des lieux communs du bien-être de masse. Elle recommande l’usage des biblio et médiathèques  : « tandis que fleurissent les salons de développement personnel « bonheuriste » et les éditions de self-help books, les bibliothèques dorment sur le « vrai » trésor bibliothérapeutique ! ». Son livre Les Livres prennent soin de nous pour une biblio thérapie créative explique son point de vue.

  • Un texte au plus près de chacun.

Le bibliothécaire et le libraire abordent la lecture en sélectionnant une piste qui  n’est pas une thérapie, mais croient que chacun de nous a un auteur ou un texte, qui l’accompagne et peut l’aider.

Voici quelques exemples d’ouvrages qui ont une qualité majeure du « livre qui soigne » : ils favorisent l’identification, le lecteur n’est plus seul, il déculpabilise, sa situation lui parait moins dramatique.

 L’homme joie de Christian Bobin,  : décrié par certains, encensé par d’autres pour sa simplicité.

Ces mots qui nourrissent et qui apaisent  de Charles Juliet : des centaines de citations et d’aphorismes glanés qui peuvent être pour certains une aide à vivre.

 

L'homme joie                                   Ces mots   En lisant en ecrivant

Une histoire de la lecture d’Alberto Manguel dans lequel chaque lecteur peut s’identifier, et s’instruire.
En écrivant en lisant de Julien Gracq pour découvrir sous une verve éblouissante un esprit éclatant de liberté et d’humour.
La promesse de l’aube de Romain Gary : une belle leçon d’humanité et d’amour.

Ne tirez pas sur l oiseau moqueur de Harper Lee : un roman universel, aux situations complexes,  rendues avec beaucoup de drôlerie par Stout, la narratrice.

Enfant eternelHarper Lee

– Les bouleversants ouvrages de Philippe Forest L’Enfant éternel  ou de Camille Laurens, deux écrivains sauvés par la littérature après la perte de leur enfant.

Autobiographie de ma mère de Jamaica Kincaid : une voix singulière, à la Toni Morrison, pour transcender par sa résilience un destin tragique.

Autobiographie

La petite Chartreuse de Pierre Péju : une touchante histoire de solitude, avec des citations de grands auteurs.

– Balzac et la petite tailleuse chinoise de Dai sije : un beau livre qui se déploie sous la dictature Chinoise, et nous force à nous interroger sur la place des livres dans la vie…

La voleuse de livres de Markus Suzak : empreint de poésie et délicatesse, un livre sombre qui ne tourne jamais au mélodrame.

Le livre : un traitement à suivre sans modération. Parlez en à votre bibliothécaire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :