J’y étais : Barbara Carlotti et Jonathan Coe au 104

4 Mar

Samedi 27 février 2016, moment de grâce au 104 : Laboratoire onirique N°1, une soirée de performance littéraire, musicale et onirique à laquelle Barbara Carlotti avait convié Jonathan Coe et Louis Philippe pour un concert-lecture répondant au nom mystérieux de Dream machines. Le blog Déclic musique en avait parlé dans ses actus du WE : Liseur y est allé.

Laboratoire onirique Barbara Carlotti- site du 104 (nouvelle fenêtre)

La salle est petite et les spectateurs nombreux pour cette soirée onirique qui restera unique : il n’y aura qu’une représentation, celle-là, et la soirée de demain sera toute autre. Ce soir, il y a Jonathan Coe himself et son roman La maison du sommeil. Au programme : une alliance subtile d’émerveillement, de création, de sensations et de rêves avec un petit zeste d’excentricité aux accents délicieusement british.

 

L’expérimentation des rêves

Le concept du spectacle, ce sont deux soirées, deux performances aussi littéraires que musicales, consacrées à l’« expérimentation du rêve en action » , mêlant la voix soul de Barbara Carlotti, des compositions mélodiques et vocales, des instruments, guitare sèche, électrique, piano et auto-harpe, des timbres, des rythmes et des souffles, des archives, des théories scientifiques, des souvenirs recontruits et des textes littéraires. Six personnes sur scène, tous sont chanteurs, musiciens, lecteurs, acteurs …

En arrivant j’avais quelques certitudes sous forme d’étiquettes : Barbara Carlotti est une auteur, compositeur, interprète, Louis Philippe un journaliste, écrivain, auteur, compositeur et chanteur, mais aussi amateur d’Arsenal 🙂 et Jonathan Coe un écrivain… Mais comme dans les rêves, les frontières s’effacent et les rôles se superposent, Barbara Carlotti devient lectrice, le guitariste professeur de médecine, et Jonathan Coe se met au piano. Très vite l’auteur anglais tombe la veste et le nœud pap. Le voici en manches de chemise, discutant à voix basse avec Louis Philippe, le Français compatriote (de sol) et complice avec plusieurs collaborations de compositions-concert-lectures dont un album 9th and 13th (2002) chez El Records.

la maison du sommeil Jonathan Coe - Catalogue de La Médiathèque (nouvelle fenêtre)Ce qui est certain, c’est qu’en sortant du spectacle, on ira lire La maison du sommeil. Mais aussi Testament à l’anglaise et ses autres romans parce qu’en écoutant Jonathan Coe et Barbara Carlotti lire des passages du roman, se répondre en dialogues, en anglais en français, parfois presque en canon,  on retrouve avec plaisir l’élégance de l’écriture, l’humour féroce, mélange d’absurde et de logique poussée à l’extrême de ce grand auteur anglais contemporain.

 

Le songe éveillé d’une nuit d’hiver

Alternant ou appuyant ces moments de lectures, des compostions musicales, reprises de chansons ou évocations musicales discrètes contribuent à créer une atmosphère mystérieuse, matérialisée par un fond de scène à l’esthétique soignée : cinq  pans de voile ondulent sur lesquels sont projetées des images, évoquant tour à tour des paysages, une maison de bord de mer, des schémas scientifiques ou encore des visages avec des yeux surréalistes à la Buñuel.

De la téléréalité, à certains jeux télévisuels célèbres et aux émissions scientifiques, les références au monde éveillé sont nombreuses et souvent drôles. Ainsi s’affiche un questionnaire : vous êtes-vous déjà endormi dans les situations suivantes ? Une suite de propositions à cocher : en voiture, au resto sans avoir bu, en face de quelqu’un qui vous parle…

-Au 104, pourquoi pas ? Risque le guitariste à nouveau revêtu de sa blouse blanche, relevés en main, ton docte et sans appel de la Science incarnée.

Se prêter au rêve*

Alliant les registres intellectuel et irrationnel, le spectacle joue avec brio de l’art du contraste, tant  dans la succession de formes d’expressions artistiques variées que dans la forme réaliste d’interviews scientifiques. Mais parfois, le sérieux et la logique apparentes finissent par troubler la raison… Ainsi du phénomène incontestable de mouvements oculaires rapides pendant le sommeil paradoxal, (Rapid eye mouvement), nous voilà embarqués, après une version revisitée d’un tube de R.E.M, dans une explication sur l’origine du nom de ce groupe mythique athénien (des US) entre le singulier du mot latin RES et une explication plus scabreuse, que viendra interrompre Jonathan Coe en croquant dans une pomme.

Evidemment, qui dit rêve dit Freud, mais, mais pour le créateur de la psychanalyse, le rêve n’est que symptôme… Ce soir, au 104,  il est poésie, magie des mots, musique des inconscients, mélange des genres et déformations créatives. Quand le spectacle s’achève, on presque triste. De cette création onirique, on ne retiendra pas tout, des bribes, des émotions, parfois des images reviendront : souvenirs d’un moment de créativité à la fantaisie sans limites, comme une hallucination poétique.

*Emprunt à Albert Camus dans Noces :

Il faut savoir se prêter au rêve quand le reve se prête à nous

Pour en savoir plus sur les artistes et le spectacle :

Barbara Carlotti sur le site du 104 où elle est en résidence, Jonathan Coe sur son site (en anglais) où hélas il ne parle pas encore de sa prestation au 104 et Sunshine, le site de Louis Philippe (en anglais), pas très à jour mais on ne peut pas tout faire 🙂

Après ce week-end  des 27 et 28 février 2016 au 104, le spectacle Dream machine sera en tournée avec le CENTQUATRE ON THE ROAD.  (Ne cherchez pas : il n’est pas encore dans le programme 2016…).

Arsenal = célèbre club de foot anglais né à Islington (Londres), qui a remporté 13 victoires au Championnat d’Angleterre de Football.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :