Connaissez-vous la littérature Latino-Américaine ? (1)

9 Mar

La littérature sud-américaine désigne la littérature écrite et orale d’Amérique du sud en espagnol, portugais et en langues indigènes. Elle a acquis ses lettres de noblesse durant la deuxième partie du XXème siècle, en grande partie grâce au succès international du « réalisme magique ». Elle est souvent associée à cet unique style et à son plus éminent représentant, Gabriel Garcia Marquez. Elle inclut toutefois également une production littéraire riche, complexe et vieille de plusieurs siècles.

Gabriel Garcia Marquez

  • Gabriel García Márquez (1927-2014) : le génie controversé, l’initiateur du « réalisme magique ».

Décédé en 2014García Márquez a été le premier Colombien à recevoir le Prix Nobel de littérature en 1982 : il est l’un des auteurs les plus significatifs du XXe siècle.

Son nom est souvent associé au « réalisme magique », courant artistique qui insère des éléments magiques et des motifs surnaturels dans des situations se rattachant à un cadre historique, culturel et géographique avéré, il utilise la fable et le fantastique, contrairement à ses prédécesseurs car il est persuadé que la poésie est « la preuve flagrante de l’existence de l’homme ». Souvent contesté pour ses engagements communistes, beaucoup de ses admirateurs ne lui pardonneront pas ses choix politiques et son amitié pour Castro.

À lire  : Cent ans de solitude, L’automne du patriarche, L’Amour au temps du choléra, Vivre pour la raconter, De l’amour et autres démons.

Mario Vargas Llosa

  • Mario Vargas Llosa (né en 1936) : un moraliste en politique

L’écrivain péruvien, Prix Nobel de littérature 2010, est un homme de convictions. Très influencé par  Camus et Aron, il a toujours considéré l’engagement politique comme une nécessité morale, une manière de se révolter contre l’absurde et l’autoritarisme.

Vargas Llosa est un écrivain rare, au style foisonnant, bouillonnant, mêlant le drame politique à la légèreté des existences et à la gravité des sentiments. Exilé en Europe depuis la victoire du dictateur Fujimori aux présidentielles de 1990, ce libéral, ennemi de toute idéologie, se consacre entièrement à la littérature. Une façon pour lui de bouleverser les codes et d’envisager librement l’utopie.

À lire  : La fête au bouc, Les cahiers de Don Rigoberto, Le paradis un peu plus loin, Tours et détours d’une vilaine filleQuand nous étions révolutionnaires.

  • Julio Cortázar (1914-1984) : le maître du conte fantastique  et le génie désinvolte.

Julio Cortazar

Bercé pendant son enfance par Jules Verne puis bouleversé par Cocteau et Mallarmé, Julio Cortazar a pour la littérature française un amour inconditionnel. Il l’enseignera pendant des années dans des universités de la province argentine avant de connaître un succès considérable pour ses écrits.

Farouchement opposé au Péronisme, il s’exile en France où il publie son chef d’œuvre, Marelle. Il tirera du surréalisme un goût pour le méthodisme, la contrainte stylistique et le déconstruction narrative, ce qui lui vaudra d’être approché par l’Oulipo. Cortazar, foncièrement socialiste, refusera d’intégrer le mouvement auquel il reproche son mutisme politique.  De ses nouvelles émane un fantastique réservé, sans grandiloquence ni lyrisme exacerbé.

À lire : Nouvelles, histoires et autres contes, Cronopes et Fameux, Les armes secrètes, L’autoroute du sud (avec une préface de Vargas Llosa).

À voir : un film documentaire Julio Cortazar  réalisé par Gérard Poitou -Weber.

  • Alejo Carpentier (1904-1980) : le « réalisme merveilleux » et le socialiste utopique

Alejo Carpentier

Alejo Carpentier a partagé son existence entre la France, patrie de son père, et Cuba. De Paris, il garde le souvenir du surréalisme, de ses rencontres avec Paul Eluard, Louis Aragon, André Breton et Jacques Prévert. De Cuba, sa fascination pour la révolution. Fidèle partisan de Castro, il épouse son combat contre l’oppression culturelle et sociale et demeure ébloui par le métissage de La Havane.

Il fera de cet émerveillement l’essence de son œuvre, qu’il qualifie de « real maravillosa », un réalisme perfectionné par l’émotion et l’enchantement du monde. Critique musical reconnu, compositeur, il mêle à ses textes mélodieux l’exaltation de l’indigénisme et la haine de la dictature.

À lire : Le partage des eaux, Concert baroque, Le royaume de ce monde.

2070383156.08.MZZZZZZZ[1]                Le Royaume de ce monde                  2070724565.08.MZZZZZZZ[1]

  • Juan Carlos Onetti (1909-1994) : le romancier existentialiste

Juan Carlos Onetti

La littérature de Juan Carlos Onetti est pleine d’amertume, de scepticisme à l’égard de l’homme et d’un profond cynisme. L’angoisse perpétuelle d’un monde sans sens qui se répand dans ses écrits l’a sans doute éloigné du succès populaire qu’il aurait mérité.

Reconnu par ses pairs (il reçoit le prix Cervantes en 1980 : son discours de réception à lire en espagnol sur le site du Prix Cervantès), le journaliste uruguayen se distingue par un pessimisme nihiliste et la conscience aiguë de sa liberté, ce qui le rapproche de l’existentialisme français.

Onetti est aussi un grand admirateur de Faulkner et de Cioran, un homme curieux, cultivé et engagé contre la dictature de Bordaberry, emprisonné puis contraint à l’exil en Espagne.

À lire :  La vie brève, Quand plus rien n’aura d’importance.

Retrouvez prochainement, la deuxième partie de cet article…

Publicités

Une Réponse to “Connaissez-vous la littérature Latino-Américaine ? (1)”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Connaissez-vous la littérature Latino-Américaine (2) | Liseur - 3 mai 2016

    […] partie de Connaissez-vous la littérature sud-américaine  est aussi sur […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :