Des romans pour l’été

29 Juin

Les Français manquent de temps pour lire. La majorité d’entre eux déclarent vouloir lire plus, selon l’enquête Les Français et la lecture menée en 2015 par l’IPSOS et le Centre National du Livre. C’est sans doute pour cette raison qu’ils profitent des vacances pour lire trois fois plus que dans l’année. Et vous, quelles seront vos lectures de l’été 2016 ?

Si vous aimez les personnages complexes, les intrigues envoûtantes, voici une sélection à savourer au rythme de l’été… Plongez-vous dans ces pépites : coups de cœur ou livres oubliés, ils seront vos compagnons de farniente à la ville, au jardin, ou de bronzage sur la plage…

IMAGES

Vous aimez les climats tendus ? Lisez Les disparus du phare de Peter May qui vous emporte dans la vertigineuse recherche d’identité d’un homme sans nom et sans passé, dont la mémoire perdue le conduit droit vers l’abime. Il reprend connaissance sur une plage, oppressé par la certitude d’une menace diffuse.

Faites connaissance avec les personnages de Laura Kasischke, et sa propension à imaginer des histoires violentes, pleines de menaces d’une façon sourde et subtile. Son œuvre d’une exceptionnelle intensité, pose cette question  :comment prendre conscience que l’on est en vie, quand la vie est une succession de platitude ? Commencez par Esprit d’hiver, un huis-clos oppressant entre une mère et sa fille, et La couronne verte ou comment deux jeunes adultes se laisseront guider au Mexique par un inconnu, dépaysement et suspense garanti.

Une autre grande dame : Donna Tartt. L’Américaine  a imposé son art d’orfèvre en seulement trois romans, publiés à dix ans d’intervalle. Le petit copain est un polar sudiste  se déroulant dans les années 1970. Pour Le maitre des illusions, il s’agit d’une mort inexpliquée dans un clan soit une perversion érudite du traditionnel roman de campus américain. Le chardonneret, roman polymorphe, roman-collage, et néanmoins roman pour tous, et roman de la consécration ?

Tout le monde connait Henning Mankell, et son inspecteur Wallander (voir notre article À Ystad Kurt Wallander est orphelin publié en octobre 2015). Mais emportez dans vos bagages son premier roman Daisy Sisters : il renferme déjà les idéaux sociaux et politiques qui sous-tendent son œuvre.

Un livre pour frissonner La fille du train de Paula Hawkins : formidablement construite et narrée, cette leçon de suspense offre trois magnifiques portraits de femmes face à leurs démons.

Dans un même ordre d’idée et même si ce n’est pas un roman policier, Check-point de Jean-Christophe Rufin nous offre un thriller psychologique, et une vraie réflexion sur l’humanitaire. Cela se passe en Bosnie en 1995 mais c’est terriblement actuel.

Parce qu’il est toujours agréable de lire un roman de Paul Auster… Pourquoi pas Invisible, où un jeune poète en devenir rencontre un mystérieux mécène français et sa maîtresse. Entre New-York et  Paris, ces destins se croisent dans un fascinant voyage dans le temps.

Un autre prodige de l’écriture, à découvrir si ce n’est déjà fait : Laurent Binet. Si vous aimez les romans historiques, précipitez vous sur HHhH ou la restitution de l’attentat contre Reinhard Heinrich, chef de la Gestapo et bras droit d’Himmler. Fruit d’un travail historique poussé, très bien documenté, ce roman nous emmène à Prague en 1942 dans un bras de fer tactique entre les SS et les parachutistes envoyés par Londres. Laurent Binet a remporté le prix Interallié en novembre 2016 avec le déjanté La Septième fonction du langage, où il imagine Roland Barthes assassiné.

 

Jonathan Franzen, lui dans Purity déploie de l’audace et de l’imprévu avec un récit époustouflant de virtuosité, thriller qui n’épargne aucun pouvoir, et qui nous plonge dans le passé d’Andréas Wolf avec délice.

Joyce Maynard dans Prête à tout nous tisse avec brio les voix de Suzanne et de son entourage, c’est aussi une satire acérée de la célébrité ainsi qu’un passionnant roman noir.

Pour son premier roman, Catherine Poulain avec Le grand marin nous offre une vision originale d’une femme qui cherche un sens à sa vie, et qui décide de prendre le large, elle s’épanouira  dans la fraternité et la solidarité qui unit les marins. Une magnifique écriture, nerveuse et précise et de nombreux dialogues apportent un rythme trépidant à ce  récit.

La petite femelle de Philippe Jaenada : un bien beau livre écrit avec beaucoup d’humour aussi, de pudeur, d’émotion et qui nous restitue avec justesse l’époque des années 50.

Et pour les jours de fortes chaleurs, quelques romans rafraichissants : En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeault à l’écriture fluide et précise sur une note surréaliste et légère avec la voix de Nina Simone en réminiscence.

Ou La bibliothèque des cœurs cabossés de Katarina Bivald. Sara jeune Suédoise, débarque dans une petite ville des USA mais sa correspondante Amy est morte. Sara va, grâce aux livres, faire sa place dans cette petite ville… C’est un livre attachant et optimiste.

Au moment où Canal Plus diffuse les épisodes de la mini-série Olive Kitteridge, pourquoi ne pas lire le livre d’ Elizabeth Strout dont la série est adaptée. Vous ferez connaissance avec Olive dans une fresque polyphonique dont tous les personnages sont des héros ordinaires, avec leurs faiblesses et leurs grandeurs : émotion garantie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :