Seuls de Wajdi Mouawad au Théâtre de la Colline jusqu’au 9 octobre 2016 !

5 Oct

Si vous avez aimé l’œuvre foisonnante, lyrique et épique, (ou si vous voulez la découvrir) de Wajdi Mouawad, (né le 16 octobre 1968 à Deir-el-Qamar au Liban), venez voir cet homme de théâtre, metteur en scène, auteur, comédien, directeur artistique, plasticien et cinéaste libano-canadien jouer au Théâtre National de la Colline dans le spectacle, Seuls, qui fait partie du cycle de création nommé Domestique, œuvre où il arpente les sillons de de  la cartographie familiale. Décrite par cinq personnes depuis des angles différents, cette pentalogie comprend aussi  Sœurs (dont la mise en scène aboutie est déclinée dans plusieurs salles), suivront Frères, Père et Mère.

seuls visuel © Pankov

© Pankov

Ainsi, je me suis retrouvée dans une salle comble devant une scène sur laquelle l’auteur incarne avec humour et délicatesse le personnage pour le moins autobiographique d’Harwan, à l’existence marquée par l’exil. Pour ce faire, il nous entraîne dans les fondements de sa propre vie : quête d’identité, acceptation des différences, racines qui ne s’enracinent pas, image de soi…

Le spectacle est mené avec une indéniable générosité, et une mise en scène qui fait travailler notre imaginaire d’une façon extraordinaire, avec des formes théâtrales surprenantes, attachantes, éprouvantes. Par un jeu subtil de dédoublement et de passe-muraille, sa silhouette est projetée sur le mur, agissant à sa guise en dehors de ses actes sur scène.  Avec en fond, des voix enregistrées du père et de la sœur d’Harwan, les lumières, la musique, la peinture corporelle, tout se chevauche, tout se mélange, traverse les frontières, pour finir dans un délire ultime de couleur et du corps comme lieu de tous les possibles. Et une succession d’événements avec une parabole qui  le mène à se confronter à lui-même à travers le chef-d’œuvre de Rembrandt, Le Retour du fils prodigue.

Le retour du fils prodigue

Le retour du fils prodigue par Rembrandt — Hermitage Torrent. Domaine public.

C’est une pièce singulière au cœur de l’émotion où tout est maitrisé, un tour de force en solo pour Wajdi Mouawad  qui crée l’illusion que nous avons été plongés dans l’histoire et l’univers d’une foule de personnages.

Il  interprète, de façon originale  la douleur du monde et recherche l’apaisement de façon dévorante, elle  s’incarne dans le corps de l’auteur, ce qui nous trouble nous, spectateurs, au plus profond de notre être.

C’est une expérience fascinante à partager, et que je vous invite à tenter.

En attendant retrouvez Littoral, Incendies, Forêts, triptyque du Sang des promesses à emprunter à la Médiathèque de Levallois et le CD Horizons interprété par le groupe Détroit.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :