Nuit des musées 2017 : faites une halte chez les artistes et les écrivains !

20 Mai

Ce soir, samedi 20 mai, a lieu la Nuit des Musées 2017 qui, dans toute l’Europe, permet de passer la nuit (ou une partie) parmi des œuvres inattendues. Cette année, parmi les centaines de possibilités, nous vous proposons un petit parcours dans des maisons d’artistes et d’écrivains, dans et autour de Paris.

Commencez par le centre de Paris avec une visite à la Maison de Victor Hugo (nouvelle fenêtre) avec  Hernani by night, un spectacle déambulatoire nocturne d’après la pièce de Victor Hugo sous les arcades de la place des Vosges.

Depuis 2007, la compagnie Tout le monde dehors ! met les textes classiques dans la rue. Après Racine, Corneille et Shakespeare : Victor Hugo avec Hernani. Avec cette création, la compagnie souhaite donner une nouvelle dimension à son investissement de l’espace public en proposant un spectacle déambulatoire nocturne…

Séances d’une heure à 19h00 à 22h00.

Avant de partir, pour vous mettre en appétit, relisez quelques stophes de La légende des siècles (nouvelle fenêtre).

Passez la Seine et poursuivez par la visite de la Maison d’Auguste Comte (nouvelle fenêtre),  célèbre philosophe français,  fondateur du positivisme : découvrez l’appartement  où a vécu le  philosophe de 1841 jusqu’à sa mort en 1857 (de 18h00 à 22h00, visite libre).

Mettez dans votre poche La Philosophie des sciences (nouvelle fenêtre) pour en relire quelques passages bien sentis.

Hâtez-vous ensuite vers la Maison d’Eugène Delacroix (nouvelle fenêtre) pour la remise du très littéraire Prix de la Nouvelle Delacroix (organisé par le Musée et le Prix littéraire des grandes Ecoles)  : rendez-vous à 19h30 dans l’atelier du peintre. Profitez-en pour vous promener dans les salons avant de savoir quelle sera la nouvelle primée, la consigne étant de s’inspirer des tableaux d’Eugène Delacroix pour rédiger sa copie.

Pour vous accompagner (mais peut-être pas à emporter dans votre pérégrination à cause de son poids..), regardez la magnifique monographie Delacroix édité par Citadelles et Mazenod (nouvelle fenêtre)

Ensuite, marchez, si le temps le permet, le long de la Seine avant de remonter au niveau de La Tour Eiffel vers le Trocadéro, où vous vous dirigerez vers la Maison de Balzac (nouvelle fenêtre). Des lectures y sont proposées  : à 19h, Une passion dans le désert de Balzac – Le soldat napoléonien  et à 20h, Une passion dans le désert de Balzac – Entre féminisation de l’animal et animalisation de la femme par Françoise Gillard, comédienne et sociétaire de La Comédie-Française.

Dans vos poches, vous n’aurez que l’embarras du choix parmi les romans de la Comédie humaine mais je vous conseille Le père Goriot (nouvelle fenêtre) pour son célèbre « À nous deux Paris » de l’ambitieux Rastignac et La maison Nucingen (nouvelle fenêtre) où les arcanes et les arrangements du monde de la finance du XIXe font encore frémir le lecteur du XXIe.

Si vous vous sentez d’humeur follement balzacienne, lisez en ligne sur le site de La maison de Balzac la publication en mode texte de la première édition de La Comédie humaine, dite édition Furne, 1842-1855 (nouvelle fenêtre) 

Ensuite, quittez la ville et partez à la campagne au Musée Rodin de Meudon (nouvelle fenêtre) où vous pourrez à votre façon célébrer les 100 ans de la mort d’Auguste Rodin en redécouvrant l’œuvre du sculpteur dans l’intimité de sa demeure. Au coucher du soleil, flânez dans le jardin et faites un détour par de la tombe de Rodin, surmontée du fameux Penseur qui en fait un lieu de prédilection pour la réflexion.

Si vous êtes tenté par cette halte méditative, munissez-vous éventuellement d’un guide : Le livre de la méditation et de la vie de Krishnamurti (nouvelle fenêtre) et en ligne transformer sa vie par la méditation (nouvelle fenêtre).


CD92/Jean-Luc Dolmaire

Si le cœur vous en dit, poussez votre promenade jusqu’au Domaine départemental de la Vallée-aux-Loups  et la Maison de Chateaubriand (nouvelle fenêtre), où la tour Velléda sera exceptionnellement ouverte aux visiteurs de 20h00 à 23h30.

Ce bâtiment abrite au rez-de-chaussée la bibliothèque et au premier étage le bureau de Chateaubriand. Le bâtiment doit son nom au personnage des Martyrs. C’est ici que l’écrivain, entouré de ses arbres, de ses livres et de ses souvenirs de voyages, se retirait jusqu’à douze heures par jour…

Et une fois de retour dans votre lit, si vous peinez à trouver le sommeil, plongez-vous dans Les mémoires d’Outre-tombe (à lire en ligne sur le site de La Médiathèque – nouvelle fenêtre).

Bonne nuit 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :