Les Rencontres de Liseur (1) : Fake news : Internet, ennemi de la démocratie ?

22 Sep

Dans le cadre des Rencontres de Liseur 2018-2019, La Médiathèque de Levallois accueille François-Bernard Huyghe le samedi 6 octobre 2018 à 16h pour une conférence intitulée Fake news : Internet, ennemi de la démocratie ?

Expression marquante de l’année 2016, jamais peut-être aurons-nous autant entendu parler de « fake news » qu’en 2018, et il y a fort à parier que cela n’est pas prêt de s’arrêter… C’est pourquoi il nous a paru opportun de faire décrypter ce phénomène aux multiples échos par l’analyste des médias François-Bernard Huyghe.

Docteur d’État en sciences politiques, directeur de recherche à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et responsable de l’Observatoire Géostratégique de l’Information (nouvelle fenêtre) , il enseigne au CELSA Paris IV Sorbonne. Spécialiste de l’influence stratégique, il a écrit plusieurs ouvrages sur la question parmi lesquels Désinformation, les armes du faux (nouvelle fenêtre) publié chez Armand Colin en 2016 et, plus récemment, Fake news : la grande peur (nouvelle fenêtre) publié chez VA press en 2018.

De quoi la « fake news » est-elle le nom ?

Cette expression, popularisée lors de la dernière campagne présidentielle américaine, a immédiatement rencontré un tel engouement que l’on a finalement renoncé à la traduire en français.

Dans l’un des articles issu de son blog et intitulé « Fake news : une expression piégée » (nouvelle fenêtre), F.-B. Huyghe souligne d’ailleurs que le terme est confus et que, d’un point de vue étymologique, fake avait initialement plutôt le sens de « truqué », d’ « imité » plutôt que de « non-vrai ». Il revient sur les trois éléments que sous-tend une fake news :

  • Le mensonge, donc le fait que quelqu’un, au début de la chaîne, fabrique sciemment un faux événement, une fausse déclaration, en inventant complètement, en truquant une photo, en allégeant de témoignages inventés…

  • Une intention stratégique de produire un effet sur l’opinion.

  • Une dissimulation, résultant généralement du fait que l’information est présentée comme émanant d’un média authentique, d’une source sûre, propagée par d’honnêtes citoyens qui ne cherchent que la vérité, mise en page comme un document authentique ou un article de la presse classique, etc.

La diffusion de « fausses informations » peut s’expliquer par des motifs idéologiques (pour les personnes sensibles aux théories complotistes), politiques (pour déstabiliser un adversaire lors d’une campagne électorale) ou financiers (le trafic généré par ces nouvelles accrocheuses permet de générer des revenus grâce à la publicité présente sur ces sites). À la marge, ce terme désigne également des sites d’informations satiriques tels que le Gorafi (nouvelle fenêtre) en France ou Nordpresse (nouvelle fenêtre) en Belgique.

Selon la journaliste Anne Levade, la fake news

renvoie à une réalité qui a toujours existé mais qui a été considérablement renouvelée par le développement d’Internet et des réseaux sociaux. Dit autrement, il ne s’agit plus seulement de rumeurs ou de fausses nouvelles que le temps suffit à démentir ou faire cesser, mais de véritables entreprises de falsification d’informations, diffusées d’un clic à l’échelle planétaire, se parant des allures de la rigueur journalistique et dont on ne peut identifier l’origine.

« Les « fake news » contre la démocratie ? », l’Express, 11/01/18 (nouvelle fenêtre)

Divina Frau-Meigs, professeure à l’Institut du monde anglophone de la Sorbonne nouvelle (Paris 3) et membre du groupe d’expert de haut niveau de la Commission européenne sur les fake news (nouvelle fenêtre), lors d’une interview à Eurosorbonne (nouvelle fenêtre), envisage quant à elle les fake news comme un phénomène nouveau et lui préfère le terme de « malinformation », le distinguant des trois registres existants, qu’elle définit comme suit :

  • Le registre de l’idéal de vérité que les journalistes cherchent à atteindre et dont les fake news constituent l’exact opposé ;
  • le registre de la propagande de la part d’un pays étranger. Il s’agit de ce que l’OTAN appelle « des menaces hybrides » dont on ne peut pas clairement identifier la provenance et que l’on ne peut mettre sur le compte d’un État en particulier.
  • le registre de la responsabilité des donneurs d’ordre, qui pose aujourd’hui le problème des plateformes hébergeant des médias sociaux. Ceux-ci ne se réclament pas des médias alors qu’ils contribuent grandement à la diffusion et à la monétisation des fake news.

Désinformation 2.0 et démocratie

Sur la base de données Statista, l’article de Tristan Gaudiaut daté du 5 juillet 2018, « L’exposition au fake news dans le monde » (nouvelle fenêtre) reprend les conclusions du Reuters Institute Digital News Report (nouvelle fenêtre) dont la finalité est d’évaluer le degré de confiance et de désinformation dans la « consommation » de l’information à travers le monde : la France, comparée à d’autres pays, semble relativement épargnée avec seulement 16 % de répondants qui rapportent une exposition à de fausses informations.

chartoftheday_14565_l_exposition_aux_fake_news_dans_le_monde_n

Toujours concernant la France, l’article de Cyrielle Maurice publié le 6 avril 2018 sur le Blog du modérateur (nouvelle fenêtre) – média édité par le groupe RegionsJob s’adressant aux travailleurs du web et aux professionnels connectés – rend compte du sondage réalisé par le cabinet BVA auprès des Français pour connaître leur perception des fake news et les moyens envisagés pour les réguler. Le sondage révèle qu’Internet constitue la source principale d’information pour les moins de 35 ans, qu’environ 30% des Français partagent une information dont la source n’est pas vérifiée et que 82 % d’entre eux désignent les réseaux sociaux comme principal vecteur de fausse information. Une bonne partie des Français considèrent que l’auto-régulation des acteurs du marché n’est pas une solution pour lutter contre les fake news : 53% s’orientent vers une contrainte des plateformes à développer des bonnes pratiques et 39% vers une démarche de prévention du public. Enfin, 76% des sondés sont favorables à la mise en place d’une autorité indépendante pour lutter contre les fausses informations.

Selon le communiqué de presse de la Commission européenne du 12 mars 2018 (nouvelle fenêtre) , le rapport du groupe d’experts de haut niveau sur les fausses informations et la désinformation en ligne préconise un code de principes que les plateformes en ligne et les réseaux sociaux devraient s’engager à respecter. Parmi les dix principes essentiels mis en exergue dans le rapport, les plateformes en ligne devraient, par exemple, garantir la transparence en expliquant comment les algorithmes sélectionnent les informations présentées. Elles sont également encouragées, en coopération avec les organismes d’information européens, à prendre des mesures efficaces pour accroître la visibilité des informations fiables et crédibles et faciliter l’accès des utilisateurs à ces informations.

La revue Courrier international, a consacré dans son N°1451 (23 au 29 août 2018)* un dossier aux fake news (« Fake News : l’ère de la désinformation »), dans lequel figure la traduction de l’article d’Aviv Ovadya, intitulé « Les remèdes contre l’infocalypse », précédemment paru dans The Washington Post du 22 février 2018. L’auteur y dénonce un effondrement catastrophique du marché des échanges des idées, détaille la situation actuelle des pays qui ont mis en place des mesures contre la désinformation et rappelle le rôle essentiel d’une« éducation » aux médias comme garant de la conservation d’un esprit ouvert et critique, et plus largement de la démocratie. [*Revue disponible à la médiathèque Gustave-Eiffel (nouvelle fenêtre), également consultable sur La Médiathèque en ligne (nouvelle fenêtre), à partir de la base Europress (rubrique « En ligne » , « Presse »), une fois connectés à votre compte.]

Le projet de loi française sur le sujet, a été il y a peu rejeté par le Sénat. À ce sujet, l’article de l’Express du 27/07/2018, « Le Sénat rejette les propositions de loi sur les « fake news » » (nouvelle fenêtre), mentionne que « selon le rapporteur de la commission des Lois, Christophe-André Frassa (LR), il n’y a « pas lieu de délibérer » sur le texte « en raison des doutes sur l’efficacité des dispositions proposées mais également en raison des risques d’une atteinte disproportionnée à la liberté de communication ». »

Fake newsF.-B. Huyghe semble du même avis lorsqu’il détaille, dans son dernier ouvrage Fake news : la grande peur (nouvelle fenêtre), les enjeux de ce phénomène qui voit s’affronter les défenseurs du « vrai » et les adversaires du système, clivage dû au fait que chacun choisit la version de la réalité qui conforte ses propres opinions et préjugés idéologiques. Différents pays ont légiféré afin de « réguler » ces fake news en exigeant des opérateurs techniques un contrôle systématique des informations qu’elles publient. L’auteur s’interroge sur le bien-fondé d’une telle démarche, propre selon lui à servir d’alibi aux régimes autoritaires… Est-ce à l’État de déterminer ce qu’est la vérité ? Par ailleurs les fake news, en partie grâce au à la vérification de l’information – ou fact-checking, ont une durée de vie très brève. La question centrale reste donc bien pour lui celle de la responsabilité du citoyen face à l’information.

Il n’en reste pas moins vrai que distinguer le vrai du faux et identifier les fake news est un exercice parfois complexe. Aussi certains grands quotidiens d’information français ont-ils créé des sites de vérification de l’information, qui rencontrent d’ailleurs un certain succès : Le Monde avec Les Décodeurs (nouvelle fenêtre) et le moteur de recherche Décodex (nouvelle fenêtre) qui permet de connaître les sites d’information fiables, Libération avec Désintox (nouvelle fenêtre) ou encore Le Figaro avec Le Scan (nouvelle fenêtre), qui se décline par domaine (politique, économie, sport…)

Chloé Morin, directrice de projets internationaux chez Ipsos, dans un article du 6/09/2018 paru dans L’Obs intitulé « Pourquoi le fact-checking ne suffira pas à gagner la guerre contre la désinformation » (nouvelle fenêtre), donnent les raisons pour lesquelles les fake news sont susceptibles d’affaiblir notre démocratie : la « crise des élites » qui touche la plupart des démocraties aujourd’hui, en d’autres termes la défiance des citoyens envers le pouvoir politique ; les nouvelles technologies qui favorisent leur propagation ; la crise du modèle économique des médias ; le contexte géopolitique dans lequel le contrôle de l’information est au cœur des luttes d’influence ; enfin, la crise de l’idéologie du progrès dans les démocraties occidentales. Elle souligne le paradoxe actuel que constitue notre vulnérabilité « face aux manipulations de quelques charlatans » alors même que nous vivons dans une société suréduquée. Si le fact-checking s’avère nécessaire, il reste insuffisant car il s’agit, de son point de vue, d’une problématique aux causes profondes que les citoyens n’ont pas encore réellement identifiées.

La question d’une « menace » démocratique que ferait peser le phénomène des fake news sur la démocratie a d’ailleurs fait l’objet en mars 2018 d’un débat co-organisé par la revue Esprit et l’Institut d’Études Avancées (IEA) de Paris intitulé « Défiance, désinformation : la démocratie en péril ? » (nouvelle fenêtre),  en présence de Sylvie Kauffmann, journaliste, directrice éditoriale au journal Le Monde ;  Pierre Haski, cofondateur de « Rue 89 », président de Reporters sans frontières ; Romain Badouard, de l’Université de Cergy-Pontoise et Anne-Lorraine Bujon, rédactrice en chef de la revue Esprit.

BONUS : une sélection de livres à La Médiathèque

Sélection de livres (catalogue de La Médiathèque -nouvelle fenêtre)

Prenez de la hauteur, et venez penser le monde d’aujourd’hui avec les Rencontres de Liseur !

PRATIQUE : rendez-vous le samedi 6 octobre 2018 à 16h à la médiathèque Gustave-Eiffel (111 rue Jean Jaurès-Levallois – 01 47 15 76 43). Entrée libre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :