La saga du jury du Prix des lecteurs de Levallois 2019, mission accomplie

10 Avr

Depuis plusieurs mois vous avez suivi leurs aventures, mais aussi leurs passions et leurs hésitations afin de déterminer qui des 8 auteurs sélectionnés pour le Prix des lecteurs de Levallois serait le lauréat de l’année. Dimanche 31 mars 2019, le nom de celui-ci a été dévoilé devant une salle comble : Paul Greveillac pour son roman Maitres et esclaves, publié chez Gallimard ! Mais avant de revenir sur ce moment historique où le cœur de huit auteurs a été mis sous pression, retournons quelques heures auparavant à la dernière réunion de nos jurés, celle qui a permis d’élire le gagnant de l’année.

Aucun d’eux n’aurait voulu manquer cette soirée intense et essentielle. Aussi à 19 heures précises, tous nos jurés sont là. À peine installés, ils étalent consciencieusement livres, notes manuscrites et documents sur la table.

Dernier tour de table

Ils échangent des regards, plaisantent, rient mais chacun garde le silence sur son vote à venir. Car tous ont en tête « leur » lauréat : reste à savoir si cela va correspondre à la tendance générale. Quand sont ensuite rappelées les règles du scrutin, les bras se croisent, les mines se font très attentives et un silence presque solennel s’installe.

Juste avant de passer devant l’urne, tous les romans sont repassés en revue. Mais ce soir, comme il s’agit de voter pour un livre (et non contre), on va affuter ses arguments en énonçant uniquement qualités et points forts de chaque titre. Un seul mot d’ordre : du positif !

Aussitôt, de façon synthétique, bon enfant et presque ludique, chacun lance une phrase, un mot ou une impression liée à cette lecture. Si pour certains livres, l’éloge coule de source, pour d’autres, on peine un peu plus… Mais l’ambiance est légère, presque festive et en tous les cas, bienveillante. Voici en vrac certains qualificatifs entendus parfois plusieurs fois :

original, rythmé, fin, poétique, réaliste, ultra contemporain, facile à lire, fantastique, passionné, féministe, documenté, moderne, vibrant, solaire, explosif, coloré, parfumé, explicite et historique bien sûr !

Mais il est temps de voter. Rires et chuchotements résonnent au moment de la distribution des bulletins puis le silence se fait quand chacun glisse le petit papier portant son titre-coup de cœur dans l’urne.

Un scrutin très surveillé

Sur un grand tableau blanc, les bâtons s’alignent au fur et à mesure du dépouillement, exécuté et vérifié par trois personnes. Après un moment où tout semble possible, deux titres se détachent du peloton  : ceux qui iront au deuxième tour.

C’est là que le débat change de ton. Car à présent, il ne s’agit plus uniquement de citer les qualités d’un titre mais de convaincre de sa place de meilleur candidat au Prix ! Après quelques débats sur le fond et la forme, s’affrontent les partisans du savoir, de l’œuvre littéraire, de la densité et de la réflexion et ceux qui pensent plaisir de lecture avant connaissance et style. On s’interroge : « doit-on laisser parler notre feeling avant ? » « Qu’attend-on d’un livre et d’un roman historique en particulier ? » Suit une question plus existentielle :

Mais qui est-on  ? Un jury littéraire ou un jury de lecteurs ?

En réponse à cette question, tous revendiquent unanimement leur identité de lecteur. Mais comme les deux camps ne semblent toujours pas trouver d’accord sur le futur lauréat, certains tentent des manœuvres alternatives en invoquant le nécessaire coup de pouce à donner à l’auteur ou le plaisir du public qui va lire le livre lauréat.

Qu’est-ce qui va faire qu’avec ce prix on va aider quelqu’un à choisir un livre ?

Après cette question sur laquelle tout le monde s’échauffe et parle en même temps, un jurée qu’on a peu entendue ce soir prend la parole et résume le problème à sa substantifique moelle : « deux livres incomparables, deux univers… »

Voilà qui n’arrange pas les affaires de nos jurés  🙂 parce que maintenant il s’agit vraiment de faire un choix. Mais si l’on peut trembler pour eux en lisant ces lignes, nos jurés, eux, n’hésitent pas. Quand les voix s’inscrivent en face des deux candidats, le scrutin est serré. Les visages sont sérieux. Après un moment de suspense où le challenger remonte, Maitres et esclaves l’emporte…

Les sourires reviennent, les hochements de tête entendus, les ça-me-parait-logique ou les j’en-étais-sûr. Ainsi, même si certains auraient préféré que soit élu le challenger (ou un autre), personne ne semble surpris de la victoire du livre de Paul Gréveillac car tout le monde s’accorde sur sa grande qualité littéraire.

La soirée se termine autour d’un verre où d’un petit groupe à l’autre, on entend parler de lectures, de livres et d’histoires de jurés !

La cérémonie de remise du Prix

Mais la tâche de nos 12 valeureux n’est pas terminée car 36 heures plus tard, les voici au Salon du Roman Historique de Levallois, prêt à voir couronner en direct l’auteur qu’ils ont élu. Si nos douze complices connaissent le nom du lauréat, celui-ci, ni aucun des autres auteurs sélectionnés, n’en a été informé. Ainsi, au risque de voir l’heureux élu s’évanouir sur scène, le secret et la surprise sont gardés jusqu’à la dernière seconde…

Mais chacun sait qu’écrire est une prise de risques et la littérature, un art dangereux 🙂

Toujours est-il qu’à 16h45, le stress monte sérieusement pour les auteurs sélectionnés. Lors des deux rencontres précédentes animées par Karine Papillaud, journaliste au Point, chacun d’entre eux a pu parler sereinement son livre, de ses motivations et de ses projets en cours. Mais à présent, sagement assis sur deux bancs au pied de la scène, tous semblent légèrement nerveux.

La cérémonie de remise du prix est alors ouverte par Stéphane Decreps, adjoint au Maire délégué à la culture, qui évoque le renouveau du roman historique, « particulièrement symbolique en notre époque de transmission », ainsi que la place de plus en plus importante de cette littérature, qui a beaucoup évolué depuis les romans d’Alexandre Dumas. Le président du salon 2019, Dany Laferrière, prend bien soin de préserver le suspense. En bon écrivain, il joue des mots et maitrisant l’art de faire monter la tension, nécessaire dans un roman mais presque cruelle pour nos auteurs, il annonce en riant :

Un piège au début, des fausses pistes puis de la lenteur jusqu’au présent, l’anxiété de huit auteurs qui n’ont qu’une chose en tête : savoir qui a gagné !

Montent alors sur scène Sophie Perrusson, directeur du Pôle Savoirs et Patrimoine accompagnée de la porte-parole des jurés, « désignée volontaire » rit-elle. Avec humour et sincérité, cette dernière raconte alors l’aventure de ce jury, « un honneur » pour elle et la rencontre de grands lecteurs passionnés, « qui ont su exprimer au mieux ce qu’ils ont aimé ou moins ». De cette expérience, elle retiendra les débats animés, la « confrontation de perceptions et de principes » et l’importance de « ce prix considéré avec beaucoup de sérieux par tous les jurés ».

Mais choisir c’est renoncer et ce n’est pas toujours facile …

L’annonce du lauréat

Reprenant le micro après cette conclusion, Dany Laferrière fait encore languir les auteurs impatients, qui commencent à trépigner sur leur bancs. Au moment de révéler le nom du lauréat, il s’amuse, prend son temps et accroit le suspense en prétendant ne pas connaître le nom du lauréat. Après une fausse piste, et certainement un coup au cœur pour chacun des huit romanciers sous tension, il balaie l’assemblée du regard :

Alors si quelqu’un s’appelle Paul Gréveillac dans la salle, c’est lui !

Un peu chancelant, l’auteur se lève et s’avance, applaudi avec fair-play par les autres sélectionnés. Sur scène, il semble assez ému :

C’est bizarre et émouvant de trouver son public. Je suis content si j’ai pu traduire l’âme chinoise dans notre langue.

Il sourit, rit, remercie et conclut son discours improvisé par ces mots :

Que la vie continue et que l’on lise beaucoup ! Je vous souhaite de belles lectures !

Stéphane Decreps, Paul Gréveillac et Dany Laferrière

Dany Laferrière le félicite, mais félicite aussi le public venu aussi nombreux au salon et « qui ne s’est pas laissé impressionner par le soleil » de cette belle journée du mois de mars. Le lauréat reçoit ensuite des mains de Stéphane Decreps un énorme chèque, symbole de la dotation offerte par So Ouest, partenaire du salon.

Félicitations au lauréat et à tous les auteurs qui ont su séduire notre jury.

Car s’il y a un heureux lauréat, aucun des sept autres auteurs n’est oublié en ce moment de gloire. Sous les applaudissements, Dany Laferrière présente alors un par un les livres de la sélection. Ce qui permet d’assister à un moment plein d’humour et de connivence où le jeune auteur Paul Gréveillac souffle le titre de chaque livre à l’immortel Dany Laferrière, qui n’a pas ses lunettes.

La cérémonie se termine sur ce beau moment de complicité et de partage, où chacun des auteurs se voit applaudi par la salle et par ses pairs. En cette belle fin d’après-midi, bien sûr il n’y a qu’un lauréat du Prix 2019 mais resteront huit magnifiques romans gagnants, ceux qui ont tout au long de l’année stimulé, remis en question, séduit et fait dialoguer nos douze jurés.

Maitres et esclaves de Paul Gréveillac (catalogue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre)

À présent se termine cette Saga du Jury de Prix des Lecteurs de Levallois 2019 : félicitations à Paul Gréveillac, lauréat du Prix 2019 pour Maitres et esclaves (nouvelle fenêtre) mais aussi à Julien Blanc-Gras (Comme à la guerre – nouvelle fenêtre), Yves Bichet (Les enfants du tumulte –nouvelle fenêtre), Esther-Sarah Bulle (Là où les chiens aboient par la queue –nouvelle fenêtre) ), Stéphane Malandrin (Le mangeur de livres – nouvelle fenêtre), Diane Mazloum (L’âge d’or –nouvelle fenêtre), Jacques Pimpaneau (Le roman d’un saltimbanque – nouvelle fenêtre) et Abnousse Shalmani (Les exilés meurent aussi d’amour – nouvelle fenêtre) .

Et enfin, un immense merci à nos douze jurés pour leur investissement, leur énergie, leur passion, leur diplomatie, leur patience, leur curiosité, leur enthousiasme au cours des débats.  Et un grand bravo pour leur participation active à cette Saga 2019 pour les dialogues, les costumes et les décors !

Pour revoir tous les moments de cette belle journée du Salon 2019, 130 photos   :

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :