Libraires et librairies dans les romans

2 Mai

Il y a quelques jours, le 27 avril, les librairies indépendantes étaient en fête pour l’édition 2019 de cet événement dont l’objectif est de « mettre en valeur ce que la librairie apporte d’irremplaçable à la vie du livre et plus particulièrement à la création… » Objectif largement partagé par La Médiathèque et par le blog Liseur, qui profite de cette occasion pour se pencher ces lieux mythiques et sur leur place dans les romans : ainsi, documentées, fidèles à la réalité, fantasmées ou magnifiées, les librairies sont au cœur de l’intrigue, avec leur personnage principal, le libraire…

La librairie de la pomme verte et autres lieux merveilleux (catalogue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre)

Commençons ce petit tour d’horizon des représentations de ces lieux par une anthologie : La librairie de la pomme verte et autres lieux merveilleux  (nouvelle fenêtre), des textes écrits par trente grands romanciers américains, qui sont autant un hymne à la librairie qu’une invitation à la lecture et à la découverte de nouveaux livres.

Mais le libraire n’a pas toujours eu bonne réputation…  Dans sa Comédie humaine, Balzac en a fait de nombreux portraits peu flatteurs pour la profession, notamment dans Les illusions perdues (nouvelle fenêtre), roman dans lequel son héros, Lucien de Rubempré, est poète et cherche à se faire éditer. Précisions qu’à l’époque et jusqu’au XIXe, les libraires étaient aussi éditeurs. Et Balzac semble avoir une petite dent contre eux puisqu’après quelques piques bien senties contre les libraires, il fait dire à l’un de ses personnages :

Avant de contempler dans sa gloire Dauriat, le libraire fashionable, vous aurez vu le libraire du quai des Augustins le libraire escompteur, le marchant de ferraille littéraire, le Normand ex vendeur de salade…

Rappelons que Balzac a participé à l’éphémère Feuilleton des journaux politiques, où il publia anonymement quelques articles, dont le célèbre « De l’état actuel de la librairie »en 1830, dans lequel il n’était pas tendre. Une brève (non) signée Balzac à consulter sur le site de Gallica-BNF (nouvelle fenêtre)

Mais depuis Balzac, le métier a évolué, la profession s’est scindée en deux branches distinctes et les libraires ont endossé de nouvelles fonctions, dont les romanciers se sont tout de suite emparés avec de multiples variations.

Le libraire feel good

Le libraire de Wigtown (nouvelle fenêtre) de Shaun Bythell

Avec un humour tout britannique, Shaun Bythell, bibliophile, misanthrope et propriétaire des lieux, nous invite à découvrir les tribulations de sa vie de libraire. On y croise des clients excentriques, voire franchement désagréables, Nicky, employée fantasque qui n’en fait qu’à sa tête, mais aussi M. Deacon, délicieux octogénaire qui se refuse à commander ses livres sur Amazon… (Extrait de la chronique de lecture parue sur le blog littéraire Mumu dans le bocage – nouvelle fenêtre)

La femme au carnet rouge (nouvelle fenêtre) d’Antoine Laurain

Si on sait depuis Coup de foudre à Notting Hill que la librairie est un lieu propice aux rencontres amoureuses, que se passe-t-il quand un libraire trouve dans la rue, tout près de sa librairie, un sac à main volé ?  S’il ne contient plus de papiers d’identité, il recèle encore une foule d’objets qui livrent autant d’indices sur leur propriétaire : photos, notes, flacon de parfum…

La bibliothèque des cœurs cabossés (nouvelle fenêtre) de Katarina Bivald

Tout commence par les lettres que s’envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, jeune libraire suédoise introvertie que ne vit que pour les livres, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l’Iowa. Mais, quand Sara décide de rendre visite à Amy, celle-ci vient de mourir. Loin de chez elle et un peu perdue, elle va trouver de l’aide auprès des habitants et monter… une librairie avec tous les livres qu’Amy affectionnait.

La lettre oubliée (livre à lire en ligne sur le site de La Médiathèque -nouvelle fenêtre) de Nina Georges

Jean Perdu a toujours un livre en tête pour soulager les maux de l’âme : dans sa « Pharmacie littéraire » installée sur une péniche, ce libraire vend des romans comme on vendrait des remèdes pour vivre mieux. Mais il sait soigner tout le monde – à l’exception de lui-même.

Le libraire rédempteur

La libraire de la place aux Herbes : dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es (livre à lire en ligne sur le site de La Médiathèque -nouvelle fenêtre) d’Eric de Kermel

Nathalie et Philippe, son mari, décident de sauter le pas et de quitter la capitale pour partir en province, à Uzés. Ils ont élevé leurs enfants et se trouvent à cet âge où il est important de réinventer un projet à deux pour entamer une nouvelle tranche de vie. Philippe est architecte et n’a pas besoin d’être en permanence à Paris, et Nathalie se met en disponibilité de son métier de prof de lettres.Philippe devient un habitué du TGV Avignon-Paris et sa femme comprend rapidement que le tour des brocanteurs et le choix des tissus de ses rideaux ne remplira pas sa vie, même sous le soleil de Provence. La librairie de la place aux herbes est à vendre….

La Petite chartreuse (nouvelle fenêtre) de Pierre Péju

La librairie s’appelle Le Verbe Être. Le problème des personnages est leur immense difficulté à être. Il y a un lien entre être et les mots : en quoi, jusqu’où peuvent-ils ou non nous aider à vivre, à être ? Ils peuvent donner à vivre et à respirer, mais pas toujours : un moment, on a l’impression que ce sont eux qui vont réveiller la petite fille, et pourtant ils ne l’empêcheront pas de mourir.
Ce livre est aussi un hommage à la littérature et au libraire, cet entremetteur qui joue un rôle extrêmement important au service de la culture, de la vie même. (Extrait de l’interview de l’auteur sur le site des éditions Gallimard -nouvelle fenêtre)

Une librairie en pays hostile (livre à lire en ligne sur le site de La Médiathèque -nouvelle fenêtre) de Michael Uras

Un tout petit livre qui raconte le retour de Maurizio, après des années d’exil, dans son pays natal, la Sardaigne, pour y ouvrir une librairie : il y sera aidé par son ami Giacomo, avec lequel il a entretenu durant des années une correspondance à propos de littérature.

Il est aussi question de correspondance et d’un libraire qui deviendra un conseiller (celui dont Balzac aurait rêvé peut-être…) dans 84, Charing Cross Road (nouvelle fenêtre) d’Hélène Hanff.

Auteur de livres pour la jeunesse établie à New-York et passionnée de littérature anglaise, Helene Hanff prend contact, par le biais d’une petite annonce trouvée dans un journal, avec la librairie Marks & Co. de Londres, spécialisée dans la recherche de livres anciens et épuisés. Un des employés de cette enseigne, Franck Doel, répond à ses premières requêtes et deviendra très vite son interlocuteur privilégié….

Le libraire un peu bizarre…

Le libraire (nouvelle fenêtre) de Régis de Sa Moreira

Passionné de lecture, plutôt solitaire et très sélectif quant aux livres ou aux clients, ce libraire un peu particulier tient une boutique dans une ville où il a de nombreux concurrents, mais il se démarque par le fait qu’il lit tous les livres qu’il vend et que sa boutique est ouverte 24h/24. Ces spécificités lui attirent une clientèle extravagante, tout aussi passionnée de livres…

 

Le libraire enquêteur

L’Homme qui aimait trop les livres ((livre à lire en ligne sur le site de La Médiathèque -nouvelle fenêtre) d’Allison Hoover Bartlett.

Comment attraper un voleur qui subtilise des livres rares pour compléter sa bibliothèque personnelle ? Il faudra toute la ténacité de Ken Sanders, libraire de livres ancien irascible, qui se surnomme lui-même biblioflic pour y arriver. S’ensuit une traque de plusieurs années entre un voleur obsessionnel et un libraire obstiné prêt à bondir au moindre faux-pas. Le récit d’une traque qui nous plonge dans l’univers trop peu connu du livres anciens…

 

Quand il n’est pas du côté de la police, le libraire peut être de celui des voleurs comme Bernie Rhodenbarr, libraire-cambrioleur renommé : renouvelant le genre en le faisant sortir des clous, le héros de Lawrence Block apparait dans une série de dix romans dont Le tueur du dessus, Le blues de libraire, Le cambrioleur en maraude (nouvelle fenêtre), Les lettres mauves (nouvelle fenêtre), Le Bogart de la cambriole (nouvelle fenêtre), La spinoza connection (nouvelle fenêtre), Le voleur qui comptait les cuillères (livre numérique à télécharger sur le site de La Médiathèque – nouvelle fenêtre).

Le libraire aux pouvoirs étranges

L’ombre du vent (nouvelle fenêtre)L'ombre du vent / Carlos Ruiz Zafon (catalogue de La Médiathèque -nouvelle fenêtre) Carlos Ruiz Zafon

Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon, Daniel Sempere, le narrateur, dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. Un enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets « enterrés dans l’âme de la ville ».

Du même auteur, lire aussi Le prisonnier du ciel où la librairie Sempere père et fils est à nouveau le point de départ d’une enquête entre passé et présent, allant fantastique, romantisme et grande Histoire.

La librairie des ombres (nouvelle fenêtre)La librairie des ombres de Mikkel Birkegaard (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) de Mikkel Birkegaard

Un thriller dans le style nordique qui démarre très fort sur un thème particulièrement original : la puissance de l’esprit, de la parole, de la lecture. Dans la ville de Copenhague, Luca Campelli, propriétaire de la librairie Libri di Luca spécialisée dans les livres anciens, meurt subitement, apparemment d’un arrêt du coeur. Son fils Jon avec qui il a rompu tout contact depuis vingt ans hérite du magasin et découvre rapidement un secret fabuleux. Son père était à la tête d’un groupe de « lettore », des personnes dotées du pouvoir exceptionnel d’influencer la lecture des autres, de leur faire connaître des mondes merveilleux…. (extrait de la chronique de de CC rider sur Critiques libres-nouvelle fenêtre).

Et maintenant, il ne vous reste plus qu’à pousser la porte de toutes ces librairies imaginaires et à faire la connaissance de ces héros passionnés de livres !

Publicités

Une Réponse to “Libraires et librairies dans les romans”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les bibliothécaires et bibliothèques, stars des romans | Liseur - 26 juin 2019

    […] Après Libraires et libariries dans les romans, voici les bibliothécaires dans la littérature ! Du latin bibliothecarius, le bibliothécaire est par définition la personne chargée des livres dans une bibliothèque. Mais bibliothécaires et bibliothèques se retrouvent aussi à l’intérieur des livres… Personnages sévères, mystérieux, sauveurs ou passeurs, voici quelques figures littéraires de ces mythiques gardiens de livres au cœur de ces lieux dont ils ont la charge. […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :