Les Rencontre de Liseur (1) : La question démocratique aujourd’hui : où en est-on ?

12 Nov

Dans le cadre des Rencontres de Liseur 2019-2020, La Médiathèque accueille Loïc Blondiaux le samedi 30 novembre 2019 à 16h pour une conférence intitulée La question démocratique aujourd’hui : où en est-on ?

Notre invité, Loïc Blondiaux, est chercheur et professeur de science politique à l’Université Paris I-Sorbonne, spécialiste reconnu des théories de la démocratie. Il participe aux travaux de différentes associations ou organismes publics (Fondation Nicolas Hulot, Institut de la Concertation, Décider ensemble, Terra Nova…) ; il est également membre du comité de lecture de la revue Politix (revue des sciences sociales du politique) ainsi que de la Commission parisienne du débat public (nouvelle fenêtre). Il a collaboré à l’ouvrage collectif Inventer la démocratie du XXIe siècle : l’Assemblée citoyenne du futur (Les Liens qui libèrent, 2017- nouvelle fenêtre) et il est l’auteur de La démocratie des émotions : dispositifs participatifs et gouvernabilité des affects (Les Presses de Sciences Po, 2018 – nouvelle fenêtre).

 

Ce qu’est la démocratie

Selon la célèbre formule d’Abraham Lincoln (16e président des États-Unis de 1860 à 1865) prononcée lors du discours de Gettysburg, la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Cette définition engendre plusieurs conséquences que sont le respect des libertés individuelles et collectives, ou encore une égalité de droit. Il repose sur un système représentatif puisque le peuple est représenté par des personnes élues ; le consentement populaire se trouve donc à la base de ce système (par le suffrage universel). A l’inverse de la démocratie athénienne, celle que nous connaissons aujourd’hui repose sur l’élection, et non pas sur le tirage au sort.

On distingue quatre types d’exercice de la démocratie :

  • la démocratie directe : le peuple exerce directement le pouvoir politique ; il prend lui-même les décisions.
  • la démocratie représentative : le peuple exerce sa souveraineté par le biais de représentants élus ; la démocratie est alors indirectement exercée.
  • la démocratie semi-directe, qui combine à la fois des éléments de la démocratie directe et de la démocratie représentative : les citoyens élisent leurs représentants qu’ils chargent d’établir les lois, mais ils peuvent aussi être amenés, lors de référendums, à approuver ou refuser des lois.
  • la démocratie participative : ce système permet d’accroître la participation des citoyens à la vie politique via la constitution d’organes situés au plus proche des citoyens, ou encore l’augmentation de la fréquence des votes.

De façon générale, un gouvernement est dit démocratique par opposition aux systèmes monarchiques, où le pouvoir est détenu par une seule personne et aux systèmes oligarchiques, où le pouvoir est détenu par un groupe restreint d’individus.

Pour Loïc Blondiaux, la démocratie repose sur trois piliers fondamentaux explicités dans ce court extrait d’une intervention pour Synerj Org (novembre 2016)  : des institutions assurant la souveraineté populaire ; un vivre ensemble basé sur une égalité de condition et le principe constitutionnel de la séparation des pouvoirs :

La démocratie représentative en question

La démocratie représentative, appelée aussi « démocratie délégative », est l’une des formes de la démocratie dans laquelle les citoyens expriment leur volonté par l’intermédiaire de représentants élus à qui ils délèguent leurs pouvoirs. Ces élus, qui représentent la volonté générale, votent la loi et contrôlent éventuellement le gouvernement.

Une des conditions pour que le régime soit démocratique repose sur le fait que ‒grâce à des élections ayant lieu à des échéances régulières‒ le mandat des représentants soit limité dans le temps (pas de charges à vie ou héritées). Aucun gouvernement n’est jamais installé définitivement, l’opposition est considérée comme une force légitime et toutes les tendances sont admises à s’exprimer. En outre, l’espoir d’accéder au gouvernement est ouvert à tous. La démocratie représentative s’oppose à la démocratie directe, beaucoup moins répandue, dans laquelle le peuple prend lui-même les décisions.

La plupart des démocraties actuelles ont adopté le système de la représentation dès leur instauration. Elle a toutefois des limites, parmi lesquelles :

– l’insuffisance de la représentativité : la composition socioprofessionnelle des élus est souvent très éloignée de celle du corps électoral (revenus, instruction, classes sociales, origine culturelle, sexe…). Les intérêts des élus ne coïncident pas nécessairement avec ceux des électeurs…

– la quasi-impossibilité d’être élu si l’on n’est pas candidat au nom d’un parti. L’élu agit alors en conformité avec la ligne politique de son parti et non en fonction de ses convictions propres.

– une tendance à la concentration des forces politiques et souvent au bipartisme

– une concentration des pouvoirs qui peut favoriser la corruption

les conflits d’intérêts (définition sur le site Droit-finances comment ça marche – nouvelle fenêtre)

La démocratie représentative, un système en crise ?

Cette question se pose aujourd’hui en France avec une grande acuité. La vidéo réalisée à ce sujet pour France TV Education (nouvelle fenêtre) en avril 2019 remet en perspective l’histoire et l’état actuel de notre système politique, dont les acteurs peuvent légitimement se demander s’il n’est pas à bout de souffle.

Par ailleurs, l’article du Figaro du 30 mai 2019 intitulé « La démocratie déconsolidée » (consultable sur Europresse à partir de La Médiathèque en ligne une fois connecté.e. à votre compte) rend compte des résultats d’une enquête planétaire réalisée par le think-tank français Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) en association avec l’International Republican Institute (IRI) sur l’état de l’opinion dans 42 États démocratiques : 49% des sondés considèrent que la démocratie fonctionne mal mais 67% s’accordent à dire que c’est le meilleur système possible et 82% jugent le modèle de la démocratie représentative comme le meilleur de tous ; 70% des personnes interrogées considèrent que le vote est utile. L’enquête souligne « une crise de l’attachement à la démocratie dans la transmission générationnelle », ce que l’étude décrit comme une « déconsolidation démocratique ».

Impuissance politique, manque de confiance des citoyens vis-à-vis de la classe dirigeante…, la démocratie semble effectivement ne pas se porter au mieux. Comment expliquer cette apathie ? Et surtout, peut-on y remédier ? Est-il nécessaire d’inventer de nouveaux modes de participation citoyenne pour réveiller une démocratie souffrante ? Des outils comme le référendum d’initiative citoyenne (définition sur Toupie.org- nouvelle fenêtre) sont-ils amenés à compter dans notre avenir démocratique ? Nous serions tentés de le croire, au vu de l’actuelle Convention citoyenne pour le climat (nouvelle fenêtre), dispositif dont L. Blondiaux est membre du comité de gouvernance : 150 citoyens tirés au sort, invités à travailler sur six thèmes – se déplacer, consommer, se nourrir, se loger, produire, travailler – et à proposer au gouvernement des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique. Une fois ces mesures formulées fin janvier 2020, le gouvernement tranchera : soit elles seront proposées au vote des députés sous forme de loi, soit aux Français sous forme de référendum. Une première expérience française de démocratie participative à l’échelon national…

Démocratie ouverte

© Wikipedia

BONUS : pour aller plus loin, une sélection de livres à La Médiathèque !

Sélection de documents -site de La Médiathèque -nouvelle fenêtre

Prenez de la hauteur, et venez penser le monde d’aujourd’hui avec les Rencontres de Liseur !

PRATIQUE : rendez-vous le samedi 30 novembre 2019 à 16h à la médiathèque Gustave-Eiffel (111 rue Jean Jaurès-Levallois – 01 47 15 76 43). Entrée libre.

Une Réponse to “Les Rencontre de Liseur (1) : La question démocratique aujourd’hui : où en est-on ?”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le coin de La Médiathèque de novembre s’interroge sur la démocratie | Liseur - 27 novembre 2019

    […] des Rencontres de Liseur de la saison 2019-2020 qui aura lieu le samedi 30 novembre 2019 avec une conférence de Loic Blondiaux intitulée « La démocratie aujourd’hui, où en est-… le coin de La Médiathèque de novembre se penche sur la démocratie avec un essai, un roman, un […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :