L’artiste, matière romanesque et littéraire (1)

11 Déc

Réel ou de pure fiction, l’artiste occupe une place de choix dans le roman classique ou contemporain. Ainsi art, peintre et création artistique sont l’occasion pour les romanciers de décortiquer l’alchimie particulière du processus créatif et pour les lecteurs, se transforment en un moment privilégié permettant de partager la vie et l’intimité d’un artiste. Du récit à la fiction, voici une petite sélection de livres qui illustrent le rapport particulier qu’entretiennent l’art et la littérature. 

L'oeuvre de Zola (catalogue de La Médiathèque -nouvelle fenêtre) S’il s’inspire souvent d’un personnage existant, les artistes qui ont pu servir de modèle ne l’apprécient pas toujours. Ainsi Paul Cézanne, grand ami d’Émile Zola, se brouilla avec l’écrivain après la parution de L’œuvre (nouvelle fenêtre)  : trop de ressemblances avec Claude Lantier, le peintre maudit du roman ainsi qu’une peinture à charge des excès du monde de l’art et des artistes ne plurent pas du tout au peintre qui, peut-être vexé que son image ait été écornée en littérature, ferma la porte de son atelier au père des Rougon-Macquart.

Mais en général, encore de ce monde ou pas, les artistes à l’honneur en littérature ne semblent pas avoir de réactions aussi virulentes.

L’artiste et l’écrivain, une complicité créative

Zao de Texier (catalogue de La Médiathèque -nouvelle fenêtre) Les livres qui leur sont consacrés sont en effet des portraits intimes et très émouvants comme celui que fait Richard Texier dans Zao (nouvelle fenêtre), en s’appuyant sur une complicité rare et une amitié de plusieurs années avec le peintre Zao Wouki. D’après le journaliste Jérome Bléglé dans son article « En mai fais ce qu »il te plait » publié le 11 mai 2018 sur LePoint.fr (nouvelle fenêtre), le romancier a particulièrement réussi son texte :

Les écrivains peinent à donner du relief aux ouvrages consacrés aux peintres. Il manque souvent une couleur, une image, un ton, une profondeur pour rendre compte de la complexité de l’œuvre et de la vie de ces artistes. Texier rend à son modèle toutes ses dimensions, sa richesse, sa tendresse, sa générosité et son infinie simplicité dans un livre qui navigue entre la biographie, l’exercice d’admiration et le carnet de croquis.

Entre biographie et fiction

À l’opposé de cette intimité réelle, se trouve Hockney (nouvelle fenêtre) de Catherine Cusset qui dit dans sa préface s’être beaucoup documentée mais n’avoir jamais rencontré ni interviewé l’artiste.

Vie de david Hockney de C Cusset (catalogue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre) Ce roman, à cheval entre fiction et biographie, permet de comprendre le parcours artistique de cet artiste fabuleux dont la particularité sur 60 ans de carrière est de toujours se renouveler, tant en sujets qu’en techniques. Tout l’art de la romancière consiste alors à écrire entre les faits et à imaginer avec sa sensibilité ce qui échappe à la biographie pure et simple, donnant ainsi un portrait très personnel du peintre anglais.

Deux remords de Claude Monet de Michel Bernard (catalogue de La Médiathèque -nouvelle fenêtre) Parmi les excellents romans qui flirtent avec la biographie, on citera évidemment Deux remords de Claude Monet (nouvelle fenêtre) de Michel Bernard, livre sélectionné pour le Prix des Lecteurs de Levallois 2017 et qui obtint le Prix Libraires en Seine de la même année : un roman qui plonge le lecteur dans l’intimité du célèbre peintre impressionniste avec une écriture qui retranscrit admirablement la touche, la lumière et la matière picturale.

 

Au delà de la biographie, certains thèmes fleurissent dans la littérature, comme celui de l’artiste torturé, cher aux romanciers.

L’artiste maudit

Toutes les couleurs du monde de Montanaro (catalogue de La Médiathèque -nouvelle fenêtre) Dans Toutes les couleurs du monde (nouvelle fenêtre), Giovanni Montanaro construit une fiction sur quelques mois de la vie du célèbre peintre quand à 27 ans entre août 1879 et juin 1880, il disparaît sans écrire une seule lettre à son frère.  Ici, on le découvre parcourant la campagne flamande, au moment où il devient peintre, sans maître, à l’insu de tous. L’auteur imagine que l’artiste s’est arrêté à Geel,  petit bourg belge surnommé le « village des fous », car depuis le Moyen Age, ceux-ci vivent parmi la population en toute liberté. Un roman où la couleur et la lumière deviennent de véritables personnages.

On retrouve le thème central de la souffrance de l’artiste dans le roman de Ralph Dutli, Le dernier voyage de Soutine (nouvelle fenêtre) qui raconte aussi « la nécessité pour Soutine de se cacher sans cesse ».

Mais une seconde course-poursuite lui fait concurrence : celle du fourgon mortuaire qui transporte en urgence Soutine dans un état quasi cadavérique entre Chinon, où il s’est réfugié, et une clinique parisienne où il sera opéré et mourra. Le romancier imagine que pendant le voyage qui précède l’extinction finale, Soutine délire. Le texte épouse ses torsions et ses hallucinations, rythmées par le ballottage du véhicule. Le peintre en pensées «poursuit sa remontée à travers les quarante-neuf années de sa vie», et cette chronologie désordonnée est celle du livre, comme structuré par des plaques d’inquiétude qui se chevauchent. Le procédé nous imprègne de l’intranquillité de Soutine, et nous regardons Paris d’un œil neuf, de son œil à lui, entre les années 1910 et les années 1940.

Extrait de l‘article Chaim Soutine une palette de douleurs de Virginie Bloch-Lainé (nouvelle fenêtre) publié le 18 novembre 2016 dans Libération.

L’artiste amoureux

Célèbre pour ses amours tumultueuses avec le peintre Diego Rivera, l’artiste mexicaine Frida Kahlo semble inspirer particulièrement  les romanciers : Le Clézio avec son célèbre Frida et Diego mais aussi Gérard de Cortanze qui lui consacre deux romans, Frida Kahlo, la beauté terrible (nouvelle fenêtre), qui raconte la vie et l’œuvre de l’artiste puis Les amants de Coyoacan (nouvelle fenêtre), centré sur la période où le couple Kahlo/Riviera reçoit à Mexico un certain Trotski, réfugié d’URSS, qui tombe fou amoureux de la belle peintre… Plus récemment, à la rentrée littéraire de septembre dernier (2019), Claire Berest s’intéresse à la relation amoureuse mouvementée de l’artiste dans son roman Rien n’est noir (nouvelle fenêtre).

C’est aussi une très belle histoire d’amour que celle de Léonora (nouvelle fenêtre) d’Elena Poniatiwska.

Ce gros roman raconte la vie de Léonora Carrington, peintre, romancière et dramaturge de sa naissance dans le Lancashire au Mexique où elle s’installera, en passant par le Paris bohème des années 1930 où elle fréquente les surréalistes. Plongés dans l’atmosphère intellectuelle cosmopolite et avant-gardiste de l’internationale artistique et surréaliste des années, on suit la vie de celle qui vécut une histoire d’amour passionnée avec l’artiste Max Ernst.

Cet « amour fou » avait déjà été raconté dans Max et Léonora par Juliette Roche qui s’était concentrée sur les années 1937 à 1940, date où le peintre fut arrêté et qui conduisait Leonora dans une fuite éperdue aux limites de la folie.

Dans Leonora, l’auteur, qui a elle-même connu Léonora Carrington, retrace la totalité du parcours de l’artiste et dresse le portrait d’un personnage « incandescent, viscéralement libre et passionnée, surréaliste par nature » (extrait de la présentation de l’éditeur, Actes Sud).

Un personnage essentiel, la femme

Muses, rivales, complices ou castratrices, les femmes ou compagnes d’artistes sont de fabuleux personnages pour le roman : dans L’indolente (nouvelle fenêtre), Francoise Cloraec dresse le portrait de Marthe Bonnard, un personnage réel mystérieux à l’histoire complexe, mais hélas, le livre laisse un peu le lecteur amateur de Bonnard sur sa faim.

Il est ainsi question de sentiments amoureux dans La veuve Basquiat : une histoire d’amour (nouvelle fenêtre) de Jennifer Clément qui raconte la relation agitée qui unit le peintre le plus trash des années 80 à New York à une femme, amante et muse.

Dans les romans sur ces femmes inspirantes, on citera aussi La vie rêvée de Gabrielle : Muse des Renoir (nouvelle fenêtre) de Lyliane Mosca.

La vie de Gabrielle Renard est un roman. Un roman vrai et en couleurs qui commence en 1894, quand, toute jeune, elle quitte sa Champagne natale pour devenir bonne à Paris chez les Renoir. Sa beauté simple mais rayonnante lui vaut de poser bientôt pour le célèbre peintre. Egalement nourrice du petit Jean, le futur cinéaste, elle contribue grandement à son éducation. (extrait de la présentation par l’éditeur)

Si les romans cités dans cet article évoquent la vie de peintres réels, de nombreux auteurs recomposent le personnage d’artiste, créant de toutes pièces (ou pas…) des artistes et des vies de fictions (à suivre prochainement sur Liseur ). 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :