A la rencontre de Colette Fellous : l’exil d’hier et aujourd’hui

9 Mar

Le 28 février 2020, les lycéens de seconde du lycée Léonard de Vinci ont rencontré l’auteur Colette Fellous. Son œuvre traite principalement de l’exil, de la nostalgie associée : elle y interroge non seulement sa propre histoire, mais aussi l’histoire de la colonisation en Tunisie ou les événements de mai 68. Elle y entremêle histoires personnelles et histoires collectives mises en scène, mais elle parle aussi de ce que ses racines juives originaires d’Italie, et plus loin d’Espagne et du Portugal, ont apporté de confusion dans l’identité de sa famille, quand elles se sont ajoutées à la culture française.

Les œuvres de Colette Fellous à La Médiathèque

Aujourd’hui (nouvelle fenêtre) revient sur son enfance et son adolescence en Tunisie, du temps ou communauté juive et arabe vivaient ensemble, du moins jusqu’au 5 juin 1967, jour d’émeute, qui marque une rupture importante dans sa vie. Elle a 17 ans et s’apprête à passer son bac. Elle se souvient et convoque le passé, le mélangeant à sa vie, la vie actuelle et à « là-bas », dans sa famille, avec ses parents, son frère aîné, la chaleur, les bruits, les couleurs… Puis, après Paris pour les études, l’arrivée des parents, décalés dans ce nouveau pays est une nouvelle étape.

Pour Dalida (nouvelle fenêtre)  : plus qu’une simple biographie, ce livre rend hommage à la mère de l’auteur à travers la passion que cette dernière avait pour la chanteuse Dalida, qui a bercé l’enfance et a accompagné la narratrice tout au long de sa vie.

Camille Claudel (nouvelle fenêtre) : ce livre est découpé en petits chapitres où l’auteur donne l’impression d’avoir voyagé dans le temps et d’avoir pu rencontrer la célèbre sculptrice à la vie tourmentée. Elle ne lui parle pas. Elle l’observe, tantôt en la fixant dans les yeux, tantôt de loin, à travers une fenêtre, sur un banc de jardin, cachée derrière un arbre penché, perdue dans la foule.

Pièces détachées (nouvelle fenêtre)  : l’annonce de la mort brutale d’Alain, un ami proche, fait resurgir en écho celle du père de l’écrivaine. Elle explore alors des temps et des lieux en superposant passé et présent, Tunisie natale et Normandie, visages et musique, pour dire son attachement au monde et aux êtres qui lui sont chers.

Un amour de frère (nouvelle fenêtre) : Colette Fellous assiste en Tunisie au réveil de la population qui aspire goulûment, jour après jour, l’oxygène de la liberté. Est-ce cela ou est-ce d’avoir échappé de peu à un accident sur la voie de chemin de fer où s’était accrochée sa sandale alors que le train arrivait, tout un flot de souvenirs remonte à la surface… Elle se souvient de son enfance, de l’attention des siens tournée vers Georgy, le frère diabétique, de son adolescence forgée dans l’attente de plus en plus vive de rejoindre la métropole et ce frère chéri.

Kyoto Song (nouvelle fenêtre) : Dans ce livre, Lisa 10 ans, sert de médium à Colette Fellous pour parcourir la cité japonaise et fait remonter ses souvenirs. Ce livre est à mi chemin entre une sorte de carte semi-imaginaire qu’elle ponctue de photographies et d’un recueil d’images traversées par les lieux de sa vie et la Tunisie de son enfance.

L’exil et la nostalgie du déracinement à travers d’autres romans

Comme Colette Fellous, de nombreux écrivains ont abordé la question de l’exil, du départ, de la découverte plus ou moins facile du pays d’adoption : tous ont chacun à leur manière décrit la mélancolie du pays perdu. Voici quelques titres classés par grands.

L’exil 

L’exil à cause de la guerre 

L’exil intérieur, la recherche du sens de la vie 

L’exil vers les États-Unis

Les migrants 

L’expatriation 

Et en bandes dessinées

Pour approfondir les sujets relatifs à ces différentes œuvres, vous pouvez retrouver cette vidéo de TV5 Monde : Littérature: La mémoire, la nostalgie, l’identité.. .l’exil en question :

Et compléter avec les actes de cette série de colloques sur l’exil qui ont eu lieu entre 2001 et 2008 à l’Université de Montréal, de Laval, ainsi qu’à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (nouvelle fenêtre)

Photo d’en tête de l’article  : Colette Fellous par NancyKayErickson — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=22728814

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :