Archive by Author

Bon anniversaire mai 68 avec le coin de La Médiathèque de mai 2018

14 Mai

 

Mai 68 – mai 2018 !  50 ans ont passé mais les slogans fleurent toujours bon le printemps et la liberté ! Souvenez-vous :  Sous les pavés, la plage ; Je décrète l’état de bonheur permanent ; Fais attention à tes oreilles, elles ont des murs ; Enragez-vous ! Profitant des beaux jours du mois de mai, le coin de La Médiathèque vous emmène faire un petit tour de nostalgie sur les barricades avec des fictions, des documentaires et un livre pour les plus jeunes !

Le déjeuner des barricades de Pauline Dreyfuss (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Le déjeuner des barricades (nouvelle fenêtre) de Pauline Dreyfuss. Éditions Grasset & Fasquelle

Au loin résonne l’écho des barricades de mai 68  et dans un lieu hors du temps, étouffant, improbable, vont se télescoper les rencontres les plus  inattendues : la richissime veuve, le petit personnel, le directeur démis de ses fonctions, un jeune auteur aujourd’hui illustre, le gratin mondain de la littérature,  le notable de province, la survivante des camps… Et l’on s’attache.

Dans ce roman qui se lit facilement, on retrouve l’atmosphère feutrée des palaces. Mais sous cette fluidité de lecture, se cachent des recherches poussées qui s’intègrent avec naturel à l’intrigue, si bien qu’elles passent inaperçues pour le lecteur, tout en apportant une vraie richesse au roman. Les anecdotes croustillantes sont nombreuses  et les aller-retour entre les différents grands moments de l’histoire de France multiples.

Ce texte peut se lire d’une seule traite sans se poser plus de questions et passer un bon moment. On pourra aussi  s’amuser à y  retrouver des références  musicales comme Paris s’éveille  de Dutronc, littéraires comme J’ai trop  longtemps cru aux vacances  d’ Éric Ollivier, Un diamant gros comme le Ritz de Fitzgerald et La place de l’étoile de Modiano, ou encore picturales avec le tableau Le déjeuner sur l’herbe de Renoir.

La France de 1968 de Jean-Louis Marzorati (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) La France en 1968 (nouvelle fenêtre) de Jean-Louis Marzorati. Éditions Hoëbeke

Au premier jour de 1968, la France est à l’apogée des « Trente Glorieuses « . Sa croissance spectaculaire et continue depuis 1959 la place parmi les grands pays industrialisés du monde. Pourtant, la société étouffe, la révolte gronde. 1968 est une année charnière : les femmes veulent être émancipées et se revendiquent du féminisme, les jeunes aspirent à des choix de vie différents de ceux de leurs aînés et de nombreux artistes et intellectuels s’arrêtent de produire, s’engageant dans la vie politique et l’acte militant. La France connaît alors une vague de contestation comme nulle autre : 9 millions de personnes, tous âges, milieux sociaux et professions confondus, se mettent  en grève… Publié bien en amont de tous les livres qui vont célébrer les quarante ans de Mai 68, La France de 1968 – illustré par une centaine de photos extraites des archives de l’Agence France-Presse et expliqué par les textes de Serge July et de Jean-Louis Marzorati – fait revivre non seulement ces fameuses journées qui devaient laisser une empreinte profonde et durable sur la société française, mais plus encore la société française de l’époque. Par-delà les barricades et le Quartier Latin, l’ouvrage est le portrait d’un pays en pleine mutation, dans ses villes et ses campagnes, dans son industrie et sa culture. Serge July analyse dans son avant-propos les enjeux, les causes et les conséquences de Mai 68, et Jean-Louis Marzorati  fournit des légendes très documentées des différentes photos d’époque de l’AFP. Un ouvrage indispensable pour comprendre les ressorts de cet évènement historique, loin de toute caricature…

La véritable histoire de Marianne qui vécut la grève de mai 1968 de Pascale Bouchié (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) La véritable histoire de Marianne qui vécut la grève de mai 1968 (nouvelle fenêtre) de Pascale Bouchié. Éditions Bayard

La véritable histoire de Marianne se passe à Paris il y a cinquante ans, en mai 1968. Les évènements parisiens se déroulent sous les yeux de Marianne, une fillette de CM2. Sa rencontre avec Patrick, un lycéen de terminale blessé dans les émeutes lui offre l’occasion de découvrir les dessous de ces évènements : de la fabrication des affiches de protestation des étudiants à l’école des Beaux-Arts, à leur diffusion. Chaque titre de chapitre reprend une maxime ou un slogan qui tapissait alors les murs des rues de la Capitale et qui ont fait de Mai 1968 un mouvement étudiant libertaire et surréaliste : « sous les pavés, la plage », « il est interdit d’interdire »…

Des documents informatifs accompagnés de photographies d’archives légendées ponctuent les aventures de Marianne et apportent un éclairage sur la période.

Le récit et les pages documentaires font de La véritable histoire de Marianne, qui vécut la grève de mai 1968, un ouvrage tout à fait accessible pour les enfants dès 8 ans et donneront  l’occasion d’échanger avec eux sur cet épisode qui a joué un rôle déterminant dans l’évolution de la société.

mourir a 30 ans de Romain Goupil (catalogue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre) Mourir à 30 ans (nouvelle fenêtre) de Romain Goupil

Mourir à 30 ans est un film documentaire de Romain Goupil, Caméra d’Or au Festival de Cannes en 1982, et César du meilleur Premier film.

Le film débute avec la mort en 1978 de Michel Recanati, compagnon de route des années lycée du réalisateur. Pourquoi en est t-il arrivé là ? Retour en arrière : nous sommes au milieu des années 60, Romain Goupil a 14 ans, il est passionné de cinéma, et filme tout, surtout sa bande de copains et ses vacances, avant de faire une rencontre capitale, celle de Michel Recanati en 1965 et de se détourner pour s’engager au sein des Comités d’actions lycéens. 1968, on retrouve Romain Goupil dans des réunions politiques au bistrot, dans des assemblées générales, dans des manifs. Sous la forme d’un journal filmé (avec en voix off Romain Goupil) composé d’images d’archives et de témoignages d’anciens militants en 1981, le réalisateur revient sur son passé et s’interroge sur son engagement politique et ses désillusions.

Le film d’une génération qui voulait tout envoyer promener.

Merci à Céline L., Nathalie F. et Nadia C. pour la rédaction de cet article !

Publicités

Le coin de La Médiathèque d’avril 2018 prend de bonnes résolutions

16 Avr

Le printemps est enfin arrivé ! Cette douceur tant attendue est peut-être l’occasion de changer ses habitudes, de faire peau neuve ou d’aborder le quotidien autrement. Le coin de La Médiathèque d’avril vous propose cinq idées de bonnes résolutions de printemps à découvrir et qui sait, à mettre en pratique avant la fin du mois ?

Paris en famille (catalogue de la Médiathèque-nouvelle fenêtre) Paris en famille (nouvelle fenêtre). Éditions Graine 2

Avec enfin le soleil qui pointe le bout de son nez, pourquoi ne pas partir en expédition à Paris avec ses enfants ?

Tout d’abord une présentation historique de la capitale pose le cadre, puis toutes les informations susceptibles de rendre les escapades agréables sont dévoilées, collectées et référencées par quartier. Impossible alors de résister à l’appel de l’art dans les musées, de ne pas tester les attractions  approuvées par les rédactrices du guide, de passer à côté des bonnes adresses ou bien de rater les activités incontournables proposées en fonction de l’âge des enfants.

Se  croire à la campagne sur la Coulée verte, devenir Picasso au Musée en Herbe, rencontrer  la Joconde au Musée du Louvre, approcher les baleines dans la Grande Galerie de l’Évolution, se faire peur dans les catacombes, changer de continent au Musée du Quai Branly, chevaucher un dragon au Musée Cernuschi ! Il ne reste plus qu’à enfiler ses baskets pour partir à l’assaut du bitume et découvrir le Paris secret qui n’a pas échappé à ce guide …

Dans ma peau : une enveloppe moins superficielle qu'elle n'en a l'air de Yael Adler (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Dans ma peau : une enveloppe moins superficielle qu’elle n’en a l’air (nouvelle fenêtre) de Yael Adler. Éditions Solar

C’est le printemps, il est grand temps de faire peau neuve avant l’arrivée de l’été !

Dans son livre Dans ma peau, Yael Adler, dermatologue, phlébologue et nutritionniste, souligne le fait que nous en faisons trop pour cet organe, le plus vaste du corps humain, et qu’il est impératif de lever le pied pour laisser respirer notre peau.

Oubliez les livres médicaux ennuyeux et préparez-vous à être captivé par la peau, qui selon Yael Adler, dissimule de nombreux secrets qui méritent toute notre attention…

Ainsi vous apprendrez que « faire des UV ne permet absolument pas de se prémunir des coups de soleil ou de favoriser la production de vitamine D. L’intérêt de se faire rôtir sous un néon avant de partir en vacances n’est rien de plus qu’un mythe! » Mieux vaut boire un bon verre de jus d’orange par jour, en y ajoutant une petite goutte d’huile de lin…

Un essai scientifique qui allie humour et légèreté à la portée de tous !

Je mange sain et bio, même au boulot ! de Marie Chioca (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Je mange sain et bio, même au boulot ! (nouvelle fenêtre) de Marie Chioca. Éditions Terre Vivante

Manger sain, gourmand et nourrissant  tous les jours, surtout au travail, n’est pas chose aisée. Pourtant préparer ces «  lunch box »   avec de bons  produits et en équilibrant fibres, protéines et glucides reste le meilleur moyen de préserver santé, vitalité et  silhouette !

À travers les 45 recettes que propose Marie Chioca, auteure, créatrice et photographe culinaire, vous trouverez des idées simples et pratiques, à  peu de frais et rapides.

Du sandwich nordique à la salade César en passant par la terrine légère de poulet et poireaux, avec indice glycémique bas et sa version végétarienne, il y a des recettes pour tous les appétits et tous les goûts. Enfin quelques recettes sucrées, cookies, madeleines au yaourt, ou mugcakes au chocolat viennent clore cet ouvrage qui ravira vos papilles et votre balance !

Ma gym express : 50 exercices pour avoir une jolie silhouette de Véronique Schapiro-Chatenay (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Ma gym express : 50 exercices pour avoir une jolie silhouette (nouvelle fenêtre)  de Véronique Schapiro-Chatenay. Éditions Larousse

Les bonnes résolutions de janvier sont passées, mais en avril il n’est pas trop tard pour prendre soin de soi. Véronique Schapiro-Chatenay est consultante en posture et langage du corps. Selon elle, il y a une interaction entre le corps et le mental, et pour reprendre confiance en soi, il faut les travailler ensemble.

Dans cet ouvrage, elle propose une cinquantaine d’exercices pour remodeler sa silhouette. Une méthode à la carte, rapide et motivante, qui invite à travailler son corps, petit à petit, pour retrouver énergie et bien-être physique. Les exercices sont simples, bien expliqués et accompagnés de nombreux conseils. À faire un peu chaque jour, même pour celles et ceux qui n’ont jamais le temps… Un livre qui permet de prendre conscience de son corps, de le reconquérir et de trouver la bonne posture qui renforcera les muscles responsables du maintien. Alors prêt à vous sentir en pleine forme ?

Bon mois d’avril !

Merci à Line R., Sylvie Z., Françoise MG. et Alvina C. pour la rédaction de cet article 🙂

Le coin de La Médiathèque de mars entre dans l’Histoire

16 Mar

Pour prolonger le plaisir et les rencontres du 7ème Salon du Roman Historique de Levallois, le coin de La Médiathèque de mars revient sur l’Histoire et à travers cette petite sélection de romans, vous présente différentes façons dont les auteurs abordent les évènements historiques par le biais de la fiction. Que vous ayez eu la chance de rencontrer ces auteurs au Salon ou que vous ne les connaissiez pas encore, plongez-vous dans leurs livres sans tarder  !

Un paquebot dans les arbres de valentine Goby (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Un paquebot dans les arbres (nouvelle fenêtre) de Valentine Goby. Éditions Actes Sud

Dans Un paquebot dans les arbres , Valentine Goby se fait la porte-parole de Mathilde Blanc et nous livre son histoire sous forme d’un roman social pour ne pas dire naturaliste : chronique de la déchéance inéluctable d’une famille à cause de la tuberculose, maladie  contagieuse aussi redoutable que la peste ; histoire du bannissement brutal de toute une tribu, par ignorance et peur ; récit d’un amour filial sans faille d’une enfant livrée à elle-même, devenue bien trop tôt chef de famille  » funambule en tension  qui oscille entre la nécessité d’être forte  et le pilier de sa famille et le désir d’être l’autre avec des rêves à soi « . Ce roman est une  » tragédie silencieuse « .

Il donne l’opportunité de découvrir un pan occulté, peu glorieux de l’Histoire en contradiction avec  l’époque prospère d’après-guerre. Un passé pas si lointain, pourtant si vite oublié et que seules  » la mémoire des vieux  » ou la curiosité des adeptes d’exploration urbaine permettent de garder vivant.

Comme dans plusieurs autres de ses romans, Valentine Goby touche une fois encore une corde sensible en mêlant faits réels et fiction.

Un roman enrichissant et captivant.

L’insoumise (nouvelle fenêtre) de Yann Kerlau. Éditions Albin-Michel

Ce roman retrace le destin tragique de Jeanne de Castille, fille des rois catholiques Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon, épouse de Philippe le Beau et mère de Charles-Quint,  séquestrée pendant quarante-neuf  ans dans la forteresse de Tordesillas au prétexte de sa folie et dont l’histoire n’a retenu que le surnom : Jeanne la folle.

Folle, Jeanne l’était-elle vraiment ? N’était-elle pas en réalité victime du despotisme d’un père puis d’un fils avide de pouvoir dans une époque où le crime et le devoir se confondaient sur fond d’Inquisition ? Dans ce roman à trois voix (celle de Jeanne, celle de Ferdinand et celle du futur Charles Quint), Yann Kerlau prend le parti de Jeanne qu’il nous décrit à la fois fragile parce que sans défense et rebelle par le combat qu’elle ne cessera de mener pour sauver sa vie et sa couronne.

À travers le destin de l’héroïne, sur fond d’alliances secrètes, de trahisons, de guerres incessantes, de vengeances et de crimes,  l’auteur restitue avec talent une sombre période de  l’histoire de l’Espagne rythmée par l’unification des deux royaumes, Castille et Aragon, et la naissance de  l’Inquisition qui précédèrent au  Saint Empire Romain Germanique balbutiant.

Un roman historique réussi, à la fois par un style fluide, vif et coloré qui frappe l’imagination du lecteur et par la force des  sentiments qui émanent des personnages, alimentant à merveille les excès d’un siècle où crime et patrie se confondent.

La serpe (nouvelle fenêtre) de Philippe Jaenada. Éditions Julliard

L’auteur a rouvert le lourd dossier du triple homicide perpétré en 1943 à Escoire (Périgord)

dans  lequel Henri Girard alias Georges Arnaud, écrivain célèbre, notamment pour Le salaire de la peur a été accusé puis blanchi par un as du barreau. C’est un personnage complexe, truculent et « humaniste » dans son genre mais aussi arrogant et brutal.

Cette enquête complexe aurait pu s’avérer ennuyeuse mais c’est sans compter le talent de Philippe Jaenada  qui fouille, traque, recoupe le moindre indice… Dans cette affaire ténébreuse,  le destin étonnant du suspect fascine, le présent et le passé se télescopent. Les histoires criminelles sont passées au crible, on pénètre les coulisses judiciaires, on oscille entre le rire et les larmes. Impossible de ne pas éprouver un plaisir infini dans ces digressions sur 600 pages qui relèvent à la fois de la saga familiale, de la chronique de la France des années 40, du feuilleton judiciaire et de l’essai de critique littéraire.

La serpe a été couronné par le prix Femina 2017.

La grotte sacrée (nouvelle fenêtre) d’Olivier Mélano. Éditions l’École des Loisirs

Album ? BD ? Docu-fiction ?  Qu’importe, dans son livre,  La grotte Sacrée, Olivier Mélano fait découvrir aux enfants d’aujourd’hui, la vie ordinaire des « premiers hommes de type moderne » dans le Sud-Ouest de la France.  Il s’est documenté, s’est assuré de l’authenticité de son récit  auprès de Christophe Fourloubey, expert archéologue, préhistorien pour raconter au mieux le quotidien d’une tribu.

Chaque case est une scène qui fourmille d’informations et de détails : organisation du camp, habillement, cueillette,  alimentation, recette de cuisine, chasse, préparation des peaux, outillage, fabrication d’outils et création de  bijoux, préparation de couleurs et peinture  pariétale…

Certains reconnaîtront dans les images la déesse mère dite Vénus de Willendorf, d’autres devineront la saison d’après les cueillettes ou  auront envie de tester la peinture « naturelle » ou  encore de visiter les grottes de Lascaux  ou  bien de jouer à la pétanque. À tel point que par une belle journée, il serait possible de se laisser tenter en famille  par l’expérience : vivre à la  manière d’Agda ou Olna.

Merci à Nathalie F., Patricia D. et Sylvie Z pour leur contribution à la rédaction de cet article.

Le coin de La Médiathèque de février est amoureux !

14 Fév

L’amour ! On ne parle que de lui, il est sur toutes les lèvres et dans tous les cœurs… Et il est à l’honneur aujourd’hui, 14 février 2018. Le coin de La Médiathèque a choisi ce mois-ci de le décliner sous toutes ses formes.

Connaissez-vous Fabienne Morel et Debora Di Gilio, ce duo de conteuses étonnant et détonant ? L’une est bretonne, l’autre italienne  et depuis plusieurs années elles se régalent en revisitant pour notre plus grand plaisir  les contes traditionnels. Dans leur dernière création Qui sera mon amoureux ? , elles s’attaquent à un thème universel,  l’amour. Dans ce conte populaire il est question d’un animal qui cherche un mari. Commère Chatte accoudée à son balcon rêve d’un amoureux, mais tous ceux qui se présentent ne trouvent guère grâce à ses yeux…  Jusqu’au jour où compère Souris arrive sur son petit vélo rouillé. Qui l’eut cru soixante ans de bonheur s’en suivit !

Laissez-vous emporter par la musicalité des textes, des ritournelles récurrentes et par la gouaille des narratrices qui nous donnent envie de chanter avec elles. Ce conte accompagné d’un CD fera la joie des enfants… et des parents.

L’amour traverse les nouvelles de Boccace avec l’intensité d’un courant à haute tension. Les hommes et les femmes s’abandonnent à leurs ardeurs amoureuses, les vilenies commises par certains d’entre eux pour parvenir à leurs fins sont souvent punies, mais Boccace n’en est pas pour autant juge ou moraliste. La grande finesse avec laquelle l’auteur décortique, dans les années 1350, l’âme humaine fait de ces nouvelles des récits intemporels. Il est difficile de recenser les auteurs qu’il inspira et inspire encore, et tous les amateurs/amatrices de littérature trouveront dans le Décaméron une source inépuisable de surprises et de délectation.

Pour la mathématicienne Hannah Fry, l’amour pourrait être régi par des modèles mathématiques. Ainsi les mathématiques pourraient-ils nous aider à trouver l’amour ? Comment optimiser ses chances de succès sur les sites de rencontres ? Comment savoir si vous avez rencontré l’homme ou la femme de votre vie ?

Pour les mathématiciens, les sites de rencontres sont une mine d’informations. L’auteur utilise ici les mathématiques pour étudier les schémas comportementaux des êtres humains et plus particulièrement les relations amoureuses. Elle nous livre des recettes, mathématiquement prouvées, pour trouver l’âme sœur et démontre que la rencontre amoureuse est un savant calcul.

« L’amour est un ensemble de modèles complexes…que seules les mathématiques sont capables de décoder » Hanna Fry.

Révélation 2017 de la chanson française, cette jeune femme lumineuse, à la voix si singulière et envoûtante, séduit déjà beaucoup avec son premier album À ta merci Ses chansons  égrènent les notes des cordes d’une guitare électrique, et sa voix qui pourrait parfois rappeler celle du chanteur Christophe, est tout à fait étonnante… Les paroles s’étirent dans une langueur reposante malgré les propos un peu sombres mais d’une grande poésie.

Flora Fishbach a 25 ans, elle est née à Dieppe puis a grandi à Charleville-Mézières. Elle est remarquée en 2015 au festival des Inrocks et reçoit en 2016 le prix du Printemps de Bourges. Une artiste à découvrir en ce mois de la Saint Valentin.

  •    La confession (nouvelle fenêtre) un film réalisé par Nicolas Boukhrief, 2017

En 1961, Jean-Pierre Melville réalise une adaptation éponyme du beau roman de Béatrix Beck, Léon Morin, prêtre, prix Goncourt 1952, avec Jean-Paul Belmondo et Emmanuelle Riva. Cinquante ans plus tard, Nicolas Boukhrief propose, à son tour, une adaptation libre et très personnelle de ce roman intemporel et réalise ce mélodrame bouleversant.

Sous l’occupation allemande, l’arrivée dans une petite ville de Léon Morin, jeune prêtre charismatique provoque l’intérêt et la curiosité des femmes. Barny, communiste et athée, dont le mari est prisonnier de guerre, défie ce prêtre brillant et convaincant, à travers un débat idéologique et religieux, qui la trouble de plus en plus. Les plans toujours plus rapprochés, les silences prolongés transforment cette joute rhétorique et spirituelle en un face à face amoureux. Nicolas Boukhrief avait d’emblée pensé à Romain Duris pour le rôle de Léon Morin, le choix de Marine Vacth pour jouer Barny qui est en revanche une trouvaille, permet au réalisateur d’atteindre ce qu’il appelle lui-même «un vrai couple de cinéma, évident et moderne».

À partir d’un roman sur la spiritualité, Nicolas Boukhrief compose un drame sentimental et amoureux poignant.

Merci à Marie-Charlotte W., Marie-Odile S., Isabelle F. et Marianne V. pour leur contribution à cet article.

Le coin de La Médiathèque de janvier aime les bulles !

22 Jan

Du 25 au 28 janvier 2018, se tient à Angoulême le 45e Festival International de la bande dessinée (nouvelle fenêtre). À cette occasion, le coin de La Médiathèque de janvier vous propose une petite sélection : manga documentaire, récit intimiste, biographie ou chronique moderne, chacun trouvera la Bd qu’il lui faut !

  • L’affaire Sugaya : l’histoire vraie d’un homme accusé à tort (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) L’affaire Sugaya : l’histoire vraie d’un homme accusé à tort  de Hiroshi Takano. Éditions Delcourt (2012)

2007, Kiyoshi Shimozu, journaliste d’investigation pour une grande chaîne de télévision revient sur l’affaire Sugaya (cinq meurtres de petites filles commis entre 1976 et 1996), convaincu que l’homme arrêté qui croupit en prison est innocent. Nous suivons donc pas à pas l’équipe de télévision dans leurs investigations, leurs doutes, leurs espoirs. Objectif de cette enquête : faire éclater la vérité…

Ce manga-documentaire, issu d’un fait réel, met en lumière les failles du système judiciaire japonais avec notamment le « daiyo kangoku » qui désigne des prisons de substitution, où un suspect peut être interrogé jusqu’à 23 jours de plus que les 72 heures de garde à vue.

Le dessin précis et réaliste renforce à merveille l’authenticité de l’histoire que l’on prend un réel plaisir à lire.

  • Les deux vies de Baudoin (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Les deux vies de Baudoin de Fabien Toulmé. Éditions Delcourt (2017)

Baudouin, la trentaine, célibataire, cadre à La Défense, s’est enfermé dans un quotidien morose, n’attendant de la vie que la retraite. Ils sont bien loin, ses rêves d’enfance ! Celui qui rêvait d’être musicien est devenu tout l’inverse d’un esprit libre. Mais le jour où il apprend qu’il ne lui reste que quelques mois à vivre, Baudouin ose enfin reprendre le contrôle sur sa vie.

C’est une histoire simple, une histoire de famille, de relations entre frères. Le thème de la réalisation personnelle a déjà été maintes fois abordé, mais malgré tout, c’est une belle surprise que cette bande dessinée. Renouer avec l’intime, essayer de comprendre qui on est vraiment, ce qu’on désire profondément, savoir ce qu’on attend véritablement de la vie : autant d’interrogations très parlantes pour quiconque a soif d’idéaux.

Fabien Toulmé nous avait déjà ému en 2014 avec la sortie de Ce n’est pas toi que j’attendais, bande-dessinée autobiographique sur la naissance de sa fille trisomique. Avec son coup de crayon simple mais efficace, il revient à nouveau ici nous livrer des tranches de vie très touchantes.

  • Josephine Baker (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Josephine Baker de Catel & Bocquet-Casterman. Éditions Dupuis (2016)

Josephine Baker, née Freda Josephine Mc Donald le 3 juin 1906 à Saint Louis (Missouri), devient la première célébrité noire du Music-Hall et enchante son public pendant de nombreuses années. Ses chansons et ses danses enivrantes restent inoubliables et sa personnalité singulière fait d’elle une icône toujours aussi célèbre. Après Kiki de Montparnasse et Olympe de Gouge, Catel et  Bocquet, une fois de plus, mettent à l’honneur une femme au destin étonnant.

Le dessin vif et convaincant de Catel arbore une ressemblance parfaite avec l’artiste et saisit ce sourire malicieux et légendaire. Cet ouvrage nous plonge dans la vie truculente de l’artiste. Sa vivacité, son appétit de vivre et sa joie sont palpables. Comme à l’habitude le duo Catel au dessin et Bocquet au scénario fonctionne à merveille. Leurs talents se complètent avec brio, et la vie de Joséphine Baker coule à travers le récit comme une aventure palpitante semée de chagrins et de douleurs.

  • Dad, tome 4 : Star à domicile (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Dad, tome 4 : Star à domicile de Nob. Éditions Dupuis (2017)

C’est toujours avec autant de plaisir que l’on découvre un nouvel album de Dad, personnage créé par Nob (auteur de Mamette). Avec ce quatrième tome, Star à domicile, voici la suite des mésaventures d’un « papa solo » comédien au chômage avec ses quatre filles à élever. Entre les auditions du papa pour devenir célèbre, les affaires de cœur de Pandora et Ondine, les prises de position éthiques de Roxane qui est survoltée, sans oublier les demandes d’attention incessantes de la petite dernière Bébérénice, ce comédien au chômage est un père comblé ! Les gags sont très vivants et offrent des tranches de vie pleine d’humour …

Petit rappel : à l’origine Dad fut révélé par la revue Spirou magazine en 2014, qui à raison d’une planche tous les mois, présentait les aventures d’une famille bien particulière. Ce fut un tel engouement, qu’il était alors inenvisageable que cela n’aboutisse pas à un album.

Depuis le premier tome, Dad a su trouver son public et ainsi se faire une place dans le monde de la bande dessinée jeunesse.

Voici une chronique moderne et tendre, un très bon moment de lecture à partager en famille !

Merci à Nadia C., Dominique S., Soizic N. et Cécile P. pour leur contribution à cet article.

%d blogueurs aiment cette page :