Archive by Author

Le coin de La Médiathèque de novembre s’interroge sur la démocratie

27 Nov

À l’occasion de la première des Rencontres de Liseur de la saison 2019-2020 qui aura lieu le samedi 30 novembre 2019 avec une conférence de Loic Blondiaux intitulée « La démocratie aujourd’hui, où en est-on ? », le coin de La Médiathèque de novembre se penche sur la démocratie avec un essai, un roman, un film et un album pour enfants.

Les démocraties sont-elles devenues ingouvernables ? Les citoyens se sentent toujours trahis par des dirigeants qu’ils ont élus et qui ne parviennent plus à les satisfaire. Le philosophe Pierre-Henri Tavoillot voit dans la montée des populismes, des mouvements libertaires, des gilets jaunes, des communautarismes et dans la progression inexorable de l’abstention, corollaire du désintérêt pour la chose publique, la manifestation d’une triple déception : celle de la représentation, celle de l’impuissance et du déficit de sens de l’action publique.

En s’appuyant sur les nombreuses expériences de démocratie du monde moderne – la votation suisse, la démocratie Internet, la démocratie participative –, l’auteur enquête sur les moyens de sortir de la crise de la représentation, mais sans nous réveiller en régime autoritaire.

Dans ce traité d’art politique extrêmement documenté, il nous interpelle notamment sur ce qui fait « l’obéissance volontaire » et plaide pour des citoyens « adultes », qui assument les deux parties du mot démocratie : le peuple (démos) mais aussi le pouvoir (cratos). Un essai revigorant qui aiguisera à coup sûr votre esprit critique de citoyen du XXIème siècle…

Dans ce roman, l’auteur a voulu montrer combien la pensée de Socrate est moderne et actuelle. Né au Vème siècle à Athènes, Socrate est considéré comme l’un des premiers philosophes : il définit la place de la philosophie dans la cité en même temps que son rôle. La philosophie devient une façon de vivre sa vie. En découvrant la vie de Socrate, de ses premières années jusqu’à sa mort, nous apprenons une mine d’informations sur la vie à Athènes en 470 av. J.-C. et aussi sur la pensée de ce philosophe antique. Ce roman invite à réfléchir sur la démocratie. Comme il y a 2 500 ans, Socrate nous convie à interroger le monde, à poser des questions. Il rappelle que nous avons le devoir d’être libre en démocratie, libres de penser, de critiquer et de nous méfier des opinions toutes faites. Car comme l’écrit Christopher Bouix, « Socrate rêve d’une cité gouvernée non par des hommes de pouvoir mais par des hommes de pensée ». À lire à partir de 15 ans.

Un peuple et son roi est une grande chronique historique et humaine de la Révolution française, qui débute lors de la prise de la Bastille et s’achève le 21 janvier 1793 avec l’exécution de Louis XVI. Le film est à la fois une fiction passionnante et une véritable leçon d’histoire. Pierre Schoeller a rassemblé une énorme documentation sur l’époque afin de restituer l’esprit de 1789 et le rôle décisif des hommes du peuple (et peut-être surtout des femmes) dans l’instauration tumultueuse de la République. Le cinéaste reconnait être passionné par le fait politique : il s’est employé à faire revivre l’origine et les fondements de la démocratie afin de mieux cerner notre histoire et comprendre les crises insurrectionnelles actuelles.

Depuis dix ans, les éditions La ville brûle s’engagent « pour dire le monde et agir sur lui ». En éditant l’album On n’est pas des moutons, Claire Cantais et Yann Fastier répondent sans aucun doute à cet engagement. Tous deux utilisent des expressions françaises, impliquant des animaux pour revendiquer haut et fort le droit de comprendre, de penser, de réfléchir, de se révolter, de ne pas répondre aux dictats, sans pour autant être hors norme. Si toutefois, le message n’était pas bien saisi, en fin d’album, des portraits d’enfants  ne répondant pas tout à fait aux attentes des adultes illustrent avec beaucoup de justesse le propos : libres de s’affirmer, libres de contredire, libres d’aimer ou pas, libres de dire, libres de se démarquer en tant qu’individu…

La technique utilisée pour les illustrations, celle du papier (aux teintes vives) découpé puis collé, ajoute une touche d’originalité à cette histoire qui est en réalité l’histoire de chacun de nous.

Un ouvrage qui devrait aider les enfants dès 4 ans à avoir confiance et assumer leurs différences dans le respect des autres.

Merci à Céline L., Marie-Odile S., Marianne V. et Nathalie F. pour leur contribution à cet article.

Le coin de La Médiathèque d’octobre 2019 cultive l’imaginaire

30 Oct

Le 12 octobre dernier, La Médiathèque était en fête avec la désormais traditionnelle Soirée à La Médiathèque, dont le thème cette année était l’imaginaire : escape game, blind test, fresque collective, voyage virtuel ou ombres dessinées, vous avez été nombreux à participer à ce grand moment festif et joyeux. Pour prolonger encore un peu cette ambiance créative et ludique, Le coin de La Médiathèque d’octobre vous propose un parcours dans les méandres de l’imagination auquel vous ne saurez échapper !

L'étrange bibliothèque de Murakami (catalogue de La médiathèque - nouvelle fenêtre) L’étrange bibliothèque (nouvelle fenêtre) de Haruki Murakami et Kat Menschik. Éditions Belfond

Un jeune homme venu emprunter des livres à la bibliothèque est séquestré par un inquiétant vieil homme dans une cellule où il doit lire trois ouvrages volumineux jusqu’à les connaître par cœur. Alors le vieil homme lui ouvrira le crâne pour aspirer son cerveau riche de connaissances. Aidé de l’Homme-Mouton, sorte d’esclave bienveillant que la peur prive de liberté et d’une petite fille muette à la beauté saisissante, l’adolescent va tenter de s’échapper de l’étrange bibliothèque.

Fantastique, bizarre, angoissant comme un cauchemar. Sombre comme les illustrations de Kat Menschik tout en sépia ou noir et blanc.

 

Child of light (catalogue de La médiathèque - nouvelle fenêtre)

Aurora, l’héroïne de ce jeu, est une jeune princesse qui tombe dans un profond sommeil. Elle se réveille dans un monde merveilleux : le Royaume de Lémuria.  Réinterprétation moderne des contes de fées, Child of Light est un jeu de rôle (Role Playing Game) qui invite à explorer un univers magique et féérique.  Aidée d’une luciole et de pouvoirs magiques, Aurora devra sauver Lémuria des maléfices de la Reine Noire en combattant des créatures obscures qui ont dérobé le soleil, la lune et les étoiles.  Le joueur plongera dans une épopée aux décors magnifiques, telles des aquarelles, tout en participant à des combats et en résolvant des énigmes. Composée par l’artiste Cœur de pirate, la musique contribue à l’ambiance onirique du jeu. Développé par le studio Ubisoft Montréal (Assassin Creed), le dialogue de Child of Light est écrit en vers, comme un poème.

Cet album est le 3ème tome de la série Les Ogres-Dieux, saga gothique magnifiquement illustrée à la trame narrative passionnante. Le 1er  tome suit les aventures de Petit, fils du Roi-Ogre, un géant : dans un monde peuplé d’ogres géants et d’hommes, il cherche à échapper à la fureur de son père qui souhaite s’en débarrasser du fait de sa petite taille. Le 2ème  tome s’intéresse à l’histoire des hommes et en particulier à celle de Yori, un demi-sang né de l’union entre le roi et l’une de ses favorites. Les ambitions dévastatrices de Yori le poussent à écraser tous ses opposants pour enfin devenir chambellan au service du Roi-Ogre. Le 3ème  tome introduit un nouveau personnage bien marginal et révèle certains secrets entourant les origines des géants…

Les amateurs d’univers proches du Trône de fer et du Seigneur des anneaux ne seront pas déçus par la construction du récit qui réussit à croiser les destins de tous ces personnages entre intrigues familiales, héritages et déterminisme social. Un chef d’œuvre visuel et d’imagination qui mérite d’être relu plusieurs fois.

L’histoire est racontée  par  Jack, un corbeau, qui est devenu l’ami et le guide de Cornélia, une jeune fille aveugle qui vit dans un orphelinat avec sa meilleure amie Virginia. Depuis leur enfance, les deux amies sont attirées tous les soirs dans la forêt qui longe le bâtiment de l’institution où se trouve un anneau magique : le posséder va menacer leur amitié… À l’adolescence, Cornélia va être ensorcelée par un homme cruel qui va faire d’elle une sorcière et l’éloigner de ses amis. La force de leur amitié parviendra à briser le sortilège. Les auteurs, mêlant légendes médiévales et mythologies nordiques, nous conduisent dans ce monde imaginaire.

Un conte envoûtant servi par une écriture tout en poésie et par de magnifiques illustrations empreintes de douceur et mélancolie.

Merci à Sylvie Z., Fanélie B., Marie-Odile S., Valérie N. pour leurs contributions à cet article.

Le coin de La Médiathèque de septembre aime l’impressionnisme

20 Sep Levallois exposition au temps des impressionnistes

À l’occasion de l’exposition Levallois au temps des impressionnistes (nouvelle fenêtre) qui va être présentée à l’Hôtel de Ville du 28 septembre au 20 octobre 2019, le coin de La Médiathèque se penche sur l’impressionnisme, avec un film documentaire, un roman, une bande dessinée et un album tout en impressions subtiles et colorées !

Dans le cadre de cette exposition, un week-end de temps forts, les 5 et 6 octobre, permettra de vivre plus encore l’aventure impressionniste avec une conférence, un concert, un débat, une spectacle pour les enfants et un atelier de peinture pour adultes (voir tout le programme en détail – nouvelle fenêtre).

Au milieu des années 1850, les navires européens et américains entrent dans la baie de Tokyo interdite aux étrangers depuis deux siècles, ces échanges commerciaux imposés révèlent au reste du monde l’art japonais : laques, bibelots, porcelaines et estampes (en japonais : « Images du monde flottant ») affluent à Paris et à Londres. L’avant-garde succombe à cette passion : les frères Goncourt, Émile Zola, Henri Cernuschi, Émile Guimet sont les premiers à collectionner Hokusai ou Hiroshige. S’en suit une influence décisive et sans pareille dans la création artistique, de la peinture à la photographie, de l’opéra à la danse. Comme au Japon, on ne sépare plus les beaux-arts des arts décoratifs ; les peintres cherchent à retrouver la vision de la nature des artistes de l’estampe, imposant des compostions novatrices ; la couleur peut maintenant tout traduire sans faire appel au volume et à la perspective. En associant des images d’archives, des albums d’estampes, des créations d’ombres chinoises, les réalisateurs Jérôme Lambert et Philippe Picard réunissent une iconographie remarquable et évocatrice, les extraits musicaux de Camille Saint-Saëns et de Claude Debussy font  le reste…

Ce film documentaire sera projeté dans le cadre de Cin’Eiffel (nouvelle fenêtre) en ouverture du grand week-end impressionniste à Levallois à La Médiathèque le jeudi 3 octobre à 19h30.

La projection sera suivie d’un débat en présence de Geneviève Lacambre, conservateur général honoraire du patrimoine et chargée de mission au musée d’Orsay

Comment ne pas être sensible au charme de cet ouvrage qui reconstitue la vie de Claude Monet avec autant d’élégance et de poésie ?  Avec subtilité et dans une douce atmosphère feutrée, emplie de nostalgie, Michel Bernard relate en trois parties (Frédéric, Camille et Claude) quelques pans de la vie du grand peintre en mettant en avant ce qu’il y avait de plus cher aux yeux de ce dernier : l’amitié, en la personne de Frédéric Bazille, soutien de toujours notamment à ses  débuts, qui malheureusement meurt à la guerre de 1870 ; l’amour, avec Camille Dancieux, sa muse, au visage si lumineux qui a partagé les années de misère comme les années de gloire et dont la mort laissera un immense vide dans le cœur de l’artiste ; enfin les jardins avec celui qu’il a façonné à Giverny où il peindra les célèbres Nymphéas, tableau qu’il acceptera de léguer à l’État à la seule condition que celui-ci lui achète aussi pour le Louvre, Femmes au jardin, une œuvre qui reliait intimement, dans son vécu et son imaginaire, Bazille à Camille, sa très chère épouse.

La reconstitution de la vie du peintre est vibrante, délicate, précise,  sans digressions inutiles. Sa  passion de peindre est omniprésente, son amour pour les jardins et les arrangements floraux sont  autant d’images qui offrent une illustration parlante des tableaux auxquels il est fait allusion. Cette immersion littéraire dans l’existence et l’œuvre de Claude Monet est un réel plaisir de lecture.

Dans le cadre de l’exposition Levallois au temps de l’impressionnisme (nouvelle fenêtre), Michel Bernard interviendra lors de la table-ronde Regarder l’impressionnisme : des œuvres des maîtres aux romans contemporainsle 6 octobre 2019 à 15h à l’Hôtel de Ville.

En précisant, sur la couverture de cette bande dessinée, l’intitulé « petites histoires de grandes amitiés entre peintres et écrivains », l’auteur-illustratrice convie effectivement le lecteur à une surprenante et inhabituelle promenade dans l’histoire de l’art au fil de neuf tableaux chronologiques. Avec « Refusés, levez-vous! », les débuts de l’impressionnisme sont ainsi relatés. Ces planches synthétisent l’aventure impressionniste : entre présentation du contexte, première exposition en 1874, ses orientations, les critiques, les peintres et les propos d’Émile Zola, leur défenseur et ami de Paul Cézanne. Un petit cours documenté (complété de références en fin de livre) et assorti d’humour!

Connais-tu Claude Monet ?

En son temps, c’était un monsieur assez discret qui n’aimait rien tant que sa famille, son jardin et surtout la peinture. C’est pour cela qu’on se souvient de lui encore aujourd’hui. Tout le monde peut visiter le jardin qu’il a imaginé, construit et planté à Giverny. Ses tableaux, connus dans le monde entier, sont vendus des fortunes lorsqu’ils ne sont pas exposés dans des musées. Dans cet album, tu découvriras  le cadre de vie de Claude Monet et tout ce qu’il a vécu durant cette belle époque : la France se prend de passion pour les pays exotiques comme le Japon et toutes les  découvertes techniques  qui sont actuellement indispensables à notre quotidien foisonnent (électricité,  trains, automobiles, avions, phonogrammes, films …). Une nouvelle façon de voir le monde qui influence l’art. Tu apprendras aussi beaucoup de choses sur ce nouveau courant de peinture de l’époque connu sous le nom impressionnisme.

Édité aux 5 Continents, éditeur italien indépendant, écrit par des artistes renommés (Giancarlo Ascari et Pia Vantinis) et primé du prestigieux Prix Andersen, voici un album instructif et ludique à mettre entre toutes les mains pour s’immerger dans le monde de Claude Monet.

Merci à Marianne V., Sylvie Z., Sophie P., Nathalie F. pour leur participation à la rédaction de cet article.

Bonnes nouvelles dans le coin de La Médiathèque de juin 2019

21 Juin

Au mois de juin, les nouvelles sont à l’honneur ! Après notre article Nouvelles vous avez dit nouvelles, Le coin de La Médiathèque s’intéresse à ces courts récits en prose, où une action assez simple ménage souvent un effet de surprise au moment du dénouement. Voici ainsi plusieurs recueils de ces textes courts au style percutant, à destination des enfants, des adultes ou encore des cinéphiles.

Nouvelles histoires pressées de bernard friot (catalogue de La Médiathèque -nouvelle fenêtre)

Nouvelles histoires pressées (nouvelle fenêtre) de Bernard Friot. Éditions Milan

Bernard Friot est le spécialiste des nouvelles pour enfants. Vous ne connaissez pas encore ses Histoires pressées ? C’est une chance !

Bernard Friot sait écouter les enfants : il a étudié longuement leur manière de raconter leurs histoires mélangeant très librement réalité et imaginaire. Il en résulte une série de recueils de nouvelles s’adressant à tous types de lecteurs (dès neuf ans) y compris ceux en difficulté par rapport à la lecture. Le résultat : des nouvelles très faciles à lire car aucun des textes ne dépasse trois pages, un humour décalé, le figuré se transforme en réalité pendant que le second degré devient premier, on  en perd ses repères, c’est jubilatoire, on s’esclaffe !

Une succession d’histoires courtes, poétiques et drôles qui peuvent être le point de départ à des jeux de vocabulaire et jeux d’humour.

La magie des mots a opéré, voilà notre monde transformé ! La vie est décidément pleine de malice et bonnes nouvelles !

Nouvelles histoires du Wyoming d’Annie Proulx (catalogue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre)

Nouvelles histoires du Wyoming (nouvelle fenêtre) d’Annie Proulx. Éditions Grasset

Dans les onze nouvelles qui composent ce recueil, l’auteur nous emmène dans l’Amérique rurale, mais il pourrait s’agir de n’importe quelle campagne profonde, là où les mœurs confinent à la sauvagerie : la brutalité y côtoie la jalousie tandis que l’absurdité des vengeances et la simplicité des esprits dérivent facilement vers la violence gratuite. Fermiers ou chasseurs, hommes ou femmes, jeunes et vieux, tous ces êtres rugueux se frôlent et se heurtent, souvent s’évitent mais se détruisent à coup sûr. L’écriture d’Annie Proulx transcrit parfaitement, grâce à une économie de mots et à une sécheresse volontaire du style, l’âpreté d’un univers où les relations humaines sont hostiles. L’insistance sur la difficulté à communiquer et l’absence délibérée de bienveillance donnent à ces textes une violence sous-jacente, parfois dérangeante tant elle est absolue.

Débutants de Raymond Carver (catalogue d La médiathèque-nouvelle fenêtre)

Débutants (nouvelle fenêtre) de Raymond Carver. Éditions L’Olivier

« Les mots, c’est finalement tout ce que nous avons, alors il vaut mieux que ce soit ceux qu’il faut ». Cet extrait d’une réflexion plus générale de Carver sur la littérature  aurait pu lui servir d’épitaphe. Faisant de la littérature l’essentiel de sa vie, maître dans l’art de la précision et de la simplicité, un peu à distance, souvent nostalgique voire amer, Raymond Carver donna une forme résolument originale à la nouvelle anglo-saxonne.  Ses textes, à la forme exclusivement courte, parlent de vie quotidienne, banale et difficile,  souvent de la vie de couple, fragile ou défaite. Partout, les souvenirs de ce qui a eu lieu ou aurait pu être, planent comme des rêveries sur un quotidien sans espoir. Chaque mot y est à sa place pour dire une réalité qu’aucun extraordinaire ne vient surprendre, mais toujours dans l’ombre se devine une autre histoire : celle qui n’est pas écrite et qui sous-tend l’ensemble de quelque chose d’indéfinissable, entre menace et pressentiment.

Retour à la vie réalisé par Henri-Georges Clouzot, Jean Dreville, André Cayatte et Georges Lampin (1949)

En 1945, le producteur Jacques Roitfeld, est frappé par le retour de deux millions de prisonniers de guerre et de déportés et le douloureux problème de leur réinsertion dans la vie civile. En 1948, il propose à quatre réalisateurs (Henri-Georges Clouzot, Jean Dreville, André Cayatte et Georges Lampin) de réaliser un film à sketches sur ce sujet, inattendu dans sa forme mais plutôt homogène. Ce Retour à la vie est une véritable curiosité, une œuvre unique dans le cinéma français de l’après-guerre, première évocation dans le cinéma de la déportation, sujet alors hautement tabou. Chaque sketch est admirablement interprété par les grands acteurs de l’époque : Louis Jouvet, Serge Reggiani, Bernard Blier… La critique et le public ont cependant boudé ce film considéré comme trop pessimiste (même si certains sketches sont drôles et mordants !) et insistant trop sur les recoins sombres de l’âme humaine. À redécouvrir…

Merci à Marianne V., Dorothée I., Isabelle D. pour la rédaction de cet article.

Le coin de La Médiathèque de mai 2019 rend hommage à Léonard de Vinci

21 Mai

À l’occasion des 500 ans de la mort de Léonard de Vinci (15 avril 1452 – 2 mai 1519), le coin de La Médiathèque de mai ne peut pas passer à côté de la vie et l’œuvre de cet artiste majeur qui fut aussi un grand scientifique, ingénieur, inventeur, anatomiste,  architecte, urbaniste, botaniste, musicien, poète, philosophe et écrivain. Voici une petite sélection pour voir Léonard autrement !

La demande de Michèle Desbordes (catalogue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre) La demande (nouvelle fenêtre) de Michèle Desbordes / Éditions Verdier

Ce court roman si poétique, se déroule dans le cadre bucolique du Clos Lucé, à Amboise, dans un paysage de bord de Loire envoûtant et tranquille, où Léonard de Vinci va passer les deux dernières années de sa vie, à l’invitation du roi de France. Son nom ne sera jamais cité, pourtant on reconnaît le vieux peintre italien entouré de ses travaux, de ses élèves et de sa servante dévouée et discrète avec lequel il tisse une étrange relation, indicible et sensible, faite de silences et de jeux de regards. Tout dans ce roman concourt à la lenteur, à la méditation : les paysages se déploient, restituant « la douceur angevine » avec beaucoup de réalité et Michèle Desbordes qui manie la langue comme une caresse, nous envoûte grâce à son écriture délicate et ciselée créant une véritable atmosphère picturale.

Les machines de Léonard de Vinci : Secrets et inventions des codex de Domenico Lorenza (catalogue de La Médiathèque -nouvelle fenêtre)

Les machines de Léonard de Vinci : Secrets et inventions des codex (nouvelle fenêtre) de Domenico Lorenza / Editions Gründ

Si on connaît Léonard de Vinci pour sa Joconde, on le présente aussi aujourd’hui comme  un prodigieux génie scientifique, précurseur de l’époque moderne pour avoir imaginé et conçu toutes sortes de machines préfigurant la révolution industrielle du XIXème siècle : machines volantes, machines hydrauliques, machines de guerre, scaphandres de plongée.  En témoignent les nombreux dessins que le maître nous a laissés, des croquis qui nous interpellent non seulement par leur beauté esthétique mais aussi par l’innovation technique née de son sens de l’observation et de son esprit de synthèse.

Ce remarquable ouvrage réunit des textes originaux du génie italien et une trentaine de dessins dont la représentation en 3D nous permet de découvrir et de comprendre les secrets de ses machines visionnaires.

Léonard de Vinci : l’homme aux mille talents de Viviane Koenig (catalogue d La Médiathèque - nouvelle fenêtre)

Léonard de Vinci : l’homme aux mille talents (nouvelle fenêtre) de Viviane Koenig / Éditions Belin

L’auteur dresse le portrait de Léonard de Vinci, génie de la Renaissance. Dès l’âge de 5 ans,  Léonard se révèle comme un enfant intelligent possédant quelque chose d’étonnant et le don de se faire aimer, avec une envie de tout savoir, de tout connaître et de tout comprendre. En tant qu’enfant illégitime, il ne peut être destiné qu’à une carrière manuelle. À l’âge de 14 ans, il entre chez l’artiste peintre Verrocchio à Florence. Il n’oubliera jamais cette première journée passée à ses côtés. Malgré le manque affectif dont souffrira Léonard toute sa vie, il se jette dans l’art à corps perdu et deviendra rapidement le plus talentueux des compagnons de Verrocchio avant de devenir l’un des maîtres incontestés de l’art italien. Recommandé à partir de 11-12 ans, ce roman historique passionnant retrace principalement les trente premières années de la vie de l’artiste.

Léonardo de cécile Alx (catalogue de La Médiathèque -nouvelle fenêtre) Léonardo (nouvelle fenêtre) de Cécile Alix / Editions Poulpe fictions

Peintre, sculpteur, ingénieur, Léonard de Vinci, l’un des plus grands esprits de tous les temps, est mort il y a 500 ans. Nombre d’auteurs ont écrit pour retracer le parcours exceptionnel de cet homme…

Cécile Alix raconte avec fraîcheur la vie de cet homme hors du commun grâce à son héroïne, Mélissa, 12 ans, qui a créé une chaine Youtube 100% bio…graphie pour parler de Léo, alias Léonard de Vinci, sa grande passion. Les chapitres abordés sous forme d’épisodes relatant son parcours sont très bien documentés : son enfance, son apprentissage chez Verrocchio, ses débuts à Florence, sa gloire à Milan et la fin de sa vie en France. Des graphismes très originaux ainsi qu’une petite BD de Leslie Plée à chaque page, illustrent à merveille les textes ponctués d’humour de Mélissa et surtout permettent de mieux comprendre les projets de Leonardo.

Avec des moyens très contemporains, voilà une manière originale de faire découvrir ou redécouvrir la vie complexe des artistes de la Renaissance. Une petite pépite à mettre entre toutes les mains !

Merci à Sylvie Z., Marie-Odile S., Patricia D. et Marie-Charlotte W.

Illustration d’en-tête (signature) : Di Léonard de VinciHubertl-ATNicolas Y. D. TIREL – Wikimedia Commons, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=59398649

%d blogueurs aiment cette page :