Archive by Author

Le coin de La Médiathèque de février est amoureux !

14 Fév

L’amour ! On ne parle que de lui, il est sur toutes les lèvres et dans tous les cœurs… Et il est à l’honneur aujourd’hui, 14 février 2018. Le coin de La Médiathèque a choisi ce mois-ci de le décliner sous toutes ses formes.

Connaissez-vous Fabienne Morel et Debora Di Gilio, ce duo de conteuses étonnant et détonant ? L’une est bretonne, l’autre italienne  et depuis plusieurs années elles se régalent en revisitant pour notre plus grand plaisir  les contes traditionnels. Dans leur dernière création Qui sera mon amoureux ? , elles s’attaquent à un thème universel,  l’amour. Dans ce conte populaire il est question d’un animal qui cherche un mari. Commère Chatte accoudée à son balcon rêve d’un amoureux, mais tous ceux qui se présentent ne trouvent guère grâce à ses yeux…  Jusqu’au jour où compère Souris arrive sur son petit vélo rouillé. Qui l’eut cru soixante ans de bonheur s’en suivit !

Laissez-vous emporter par la musicalité des textes, des ritournelles récurrentes et par la gouaille des narratrices qui nous donnent envie de chanter avec elles. Ce conte accompagné d’un CD fera la joie des enfants… et des parents.

L’amour traverse les nouvelles de Boccace avec l’intensité d’un courant à haute tension. Les hommes et les femmes s’abandonnent à leurs ardeurs amoureuses, les vilenies commises par certains d’entre eux pour parvenir à leurs fins sont souvent punies, mais Boccace n’en est pas pour autant juge ou moraliste. La grande finesse avec laquelle l’auteur décortique, dans les années 1350, l’âme humaine fait de ces nouvelles des récits intemporels. Il est difficile de recenser les auteurs qu’il inspira et inspire encore, et tous les amateurs/amatrices de littérature trouveront dans le Décaméron une source inépuisable de surprises et de délectation.

Pour la mathématicienne Hannah Fry, l’amour pourrait être régi par des modèles mathématiques. Ainsi les mathématiques pourraient-ils nous aider à trouver l’amour ? Comment optimiser ses chances de succès sur les sites de rencontres ? Comment savoir si vous avez rencontré l’homme ou la femme de votre vie ?

Pour les mathématiciens, les sites de rencontres sont une mine d’informations. L’auteur utilise ici les mathématiques pour étudier les schémas comportementaux des êtres humains et plus particulièrement les relations amoureuses. Elle nous livre des recettes, mathématiquement prouvées, pour trouver l’âme sœur et démontre que la rencontre amoureuse est un savant calcul.

« L’amour est un ensemble de modèles complexes…que seules les mathématiques sont capables de décoder » Hanna Fry.

Révélation 2017 de la chanson française, cette jeune femme lumineuse, à la voix si singulière et envoûtante, séduit déjà beaucoup avec son premier album À ta merci Ses chansons  égrènent les notes des cordes d’une guitare électrique, et sa voix qui pourrait parfois rappeler celle du chanteur Christophe, est tout à fait étonnante… Les paroles s’étirent dans une langueur reposante malgré les propos un peu sombres mais d’une grande poésie.

Flora Fishbach a 25 ans, elle est née à Dieppe puis a grandi à Charleville-Mézières. Elle est remarquée en 2015 au festival des Inrocks et reçoit en 2016 le prix du Printemps de Bourges. Une artiste à découvrir en ce mois de la Saint Valentin.

  •    La confession (nouvelle fenêtre) un film réalisé par Nicolas Boukhrief, 2017

En 1961, Jean-Pierre Melville réalise une adaptation éponyme du beau roman de Béatrix Beck, Léon Morin, prêtre, prix Goncourt 1952, avec Jean-Paul Belmondo et Emmanuelle Riva. Cinquante ans plus tard, Nicolas Boukhrief propose, à son tour, une adaptation libre et très personnelle de ce roman intemporel et réalise ce mélodrame bouleversant.

Sous l’occupation allemande, l’arrivée dans une petite ville de Léon Morin, jeune prêtre charismatique provoque l’intérêt et la curiosité des femmes. Barny, communiste et athée, dont le mari est prisonnier de guerre, défie ce prêtre brillant et convaincant, à travers un débat idéologique et religieux, qui la trouble de plus en plus. Les plans toujours plus rapprochés, les silences prolongés transforment cette joute rhétorique et spirituelle en un face à face amoureux. Nicolas Boukhrief avait d’emblée pensé à Romain Duris pour le rôle de Léon Morin, le choix de Marine Vacth pour jouer Barny qui est en revanche une trouvaille, permet au réalisateur d’atteindre ce qu’il appelle lui-même «un vrai couple de cinéma, évident et moderne».

À partir d’un roman sur la spiritualité, Nicolas Boukhrief compose un drame sentimental et amoureux poignant.

Merci à Marie-Charlotte W., Marie-Odile S., Isabelle F. et Marianne V. pour leur contribution à cet article.

Publicités

Le coin de La Médiathèque de janvier aime les bulles !

22 Jan

Du 25 au 28 janvier 2018, se tient à Angoulême le 45e Festival International de la bande dessinée (nouvelle fenêtre). À cette occasion, le coin de La Médiathèque de janvier vous propose une petite sélection : manga documentaire, récit intimiste, biographie ou chronique moderne, chacun trouvera la Bd qu’il lui faut !

  • L’affaire Sugaya : l’histoire vraie d’un homme accusé à tort (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) L’affaire Sugaya : l’histoire vraie d’un homme accusé à tort  de Hiroshi Takano. Éditions Delcourt (2012)

2007, Kiyoshi Shimozu, journaliste d’investigation pour une grande chaîne de télévision revient sur l’affaire Sugaya (cinq meurtres de petites filles commis entre 1976 et 1996), convaincu que l’homme arrêté qui croupit en prison est innocent. Nous suivons donc pas à pas l’équipe de télévision dans leurs investigations, leurs doutes, leurs espoirs. Objectif de cette enquête : faire éclater la vérité…

Ce manga-documentaire, issu d’un fait réel, met en lumière les failles du système judiciaire japonais avec notamment le « daiyo kangoku » qui désigne des prisons de substitution, où un suspect peut être interrogé jusqu’à 23 jours de plus que les 72 heures de garde à vue.

Le dessin précis et réaliste renforce à merveille l’authenticité de l’histoire que l’on prend un réel plaisir à lire.

  • Les deux vies de Baudoin (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Les deux vies de Baudoin de Fabien Toulmé. Éditions Delcourt (2017)

Baudouin, la trentaine, célibataire, cadre à La Défense, s’est enfermé dans un quotidien morose, n’attendant de la vie que la retraite. Ils sont bien loin, ses rêves d’enfance ! Celui qui rêvait d’être musicien est devenu tout l’inverse d’un esprit libre. Mais le jour où il apprend qu’il ne lui reste que quelques mois à vivre, Baudouin ose enfin reprendre le contrôle sur sa vie.

C’est une histoire simple, une histoire de famille, de relations entre frères. Le thème de la réalisation personnelle a déjà été maintes fois abordé, mais malgré tout, c’est une belle surprise que cette bande dessinée. Renouer avec l’intime, essayer de comprendre qui on est vraiment, ce qu’on désire profondément, savoir ce qu’on attend véritablement de la vie : autant d’interrogations très parlantes pour quiconque a soif d’idéaux.

Fabien Toulmé nous avait déjà ému en 2014 avec la sortie de Ce n’est pas toi que j’attendais, bande-dessinée autobiographique sur la naissance de sa fille trisomique. Avec son coup de crayon simple mais efficace, il revient à nouveau ici nous livrer des tranches de vie très touchantes.

  • Josephine Baker (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Josephine Baker de Catel & Bocquet-Casterman. Éditions Dupuis (2016)

Josephine Baker, née Freda Josephine Mc Donald le 3 juin 1906 à Saint Louis (Missouri), devient la première célébrité noire du Music-Hall et enchante son public pendant de nombreuses années. Ses chansons et ses danses enivrantes restent inoubliables et sa personnalité singulière fait d’elle une icône toujours aussi célèbre. Après Kiki de Montparnasse et Olympe de Gouge, Catel et  Bocquet, une fois de plus, mettent à l’honneur une femme au destin étonnant.

Le dessin vif et convaincant de Catel arbore une ressemblance parfaite avec l’artiste et saisit ce sourire malicieux et légendaire. Cet ouvrage nous plonge dans la vie truculente de l’artiste. Sa vivacité, son appétit de vivre et sa joie sont palpables. Comme à l’habitude le duo Catel au dessin et Bocquet au scénario fonctionne à merveille. Leurs talents se complètent avec brio, et la vie de Joséphine Baker coule à travers le récit comme une aventure palpitante semée de chagrins et de douleurs.

  • Dad, tome 4 : Star à domicile (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Dad, tome 4 : Star à domicile de Nob. Éditions Dupuis (2017)

C’est toujours avec autant de plaisir que l’on découvre un nouvel album de Dad, personnage créé par Nob (auteur de Mamette). Avec ce quatrième tome, Star à domicile, voici la suite des mésaventures d’un « papa solo » comédien au chômage avec ses quatre filles à élever. Entre les auditions du papa pour devenir célèbre, les affaires de cœur de Pandora et Ondine, les prises de position éthiques de Roxane qui est survoltée, sans oublier les demandes d’attention incessantes de la petite dernière Bébérénice, ce comédien au chômage est un père comblé ! Les gags sont très vivants et offrent des tranches de vie pleine d’humour …

Petit rappel : à l’origine Dad fut révélé par la revue Spirou magazine en 2014, qui à raison d’une planche tous les mois, présentait les aventures d’une famille bien particulière. Ce fut un tel engouement, qu’il était alors inenvisageable que cela n’aboutisse pas à un album.

Depuis le premier tome, Dad a su trouver son public et ainsi se faire une place dans le monde de la bande dessinée jeunesse.

Voici une chronique moderne et tendre, un très bon moment de lecture à partager en famille !

Merci à Nadia C., Dominique S., Soizic N. et Cécile P. pour leur contribution à cet article.

Le coin de La Médiathèque de décembre prépare Noël

8 Déc

Noël approche… les préparatifs commencent, sapin, déco, menu de réveillon. Pour vous mettre dans l’ambiance, Le coin de la Médiathèque de décembre vous a concocté une sélection : roman, polar, livre pour enfant, film et musique… Et cadeau surprise (un peu en avance…) une rencontre à La Médiathèque le samedi 16 décembre 2017 avec Karine Silla, auteur du très remarqué L’absente de Noël.

Sophie, 20 ans, partie faire du bénévolat à Dakar, doit rentrer fêter Noël en famille. La table est mise, le dîner du réveillon est prêt, les guirlandes scintillent. Tout le monde l’attend. Mais Sophie ne rentre pas. Accident ? Prise d’otage ? Fugue ?

Sa mère Virginie, son beau-père Gabriel, sa demi-sœur Chloé, son grand-père René, et même Antoine, son père, et Fanny, son épouse : tous partent à sa recherche au Sénégal.

Virginie a l’impression que tout ce qu’elle a tenté de construire part à la dérive. Sa fille a disparu. Antoine et Gabriel s’affrontent violemment. Fanny lui voue une haine féroce.

Sans repères dans ce pays inconnu, tous sont forcés de dépasser leurs préjugés et de se confronter aux souffrances enfouies.

Rencontre avec Karine Silla, le samedi 16 décembre 2017 à 16h (nouvelle fenêtre) à la médiathèque Gustave-Eiffel dans les cadre des Rencontres de Liseur 2017-2018.

À quelques semaines de Noël, un adolescent est retrouvé mort dans les bois proches de River Falls, petite bourgade du Wisconsin. Son ami réussit à s’échapper. Tous les deux étaient membres de la communauté religieuse « Les enfants de Marie ». Est-ce la raison de ces crimes ? Après 7 jours à River Falls et Un Automne à River Falls, Alexis Aubenque revient avec ce troisième volet des enquêtes du shérif Mike Logan et de son amie profileuse au FBI, Hurley.

Attention ! Secte religieuse, adolescence, souffrance psychologique, fanatisme homophobe, meurtre en série… Dans une atmosphère de ville de province, Alexis Aubenque exploite tous les éléments rituels du thriller pour nous emmener sur de fausses pistes et n’hésite pas à bousculer nos préjugés en signant ce polar américain.

La série River Falls a reçu le prestigieux prix du Salon du polar de Cognac.

C’est bientôt Noël et vous cherchez la bande son de votre réveillon : ne cherchez plus !

Quand on pense à cette période, on a invariablement des airs dans la tête. Voici un CD qui propose des standards de Noël et des créations dans la tradition des chanteuses de Soul telles que Marva Whitney ou Glady’s Knight.

La voix de Sharon Jones illumine la magnifique orchestration composée de cuivres, percussions et guitares, le tout sublimé par de prestigieux chœurs.

Les morceaux sont parfois blues, avec des nuances de gospel ou d’un style plus funk très sixties.

L’ensemble est un album joyeux et c’est sûr, on vous verra danser à Noël mais aussi toute l’année sur les superbes rythmes soul de ce disque !

  • Pangbotchi (catalogue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre) Pangbotchi (nouvelle fenêtre) d’Alex Cousseau et Philippe-Henri Turin . Éditions de l’École des Loisirs.

Pangbotchi n’en revient pas, en ouvrant la porte du frigo pour y prendre son goûter, que trouve-t-il ? Des lutins ! Et pas deux, ni cinq ; des dizaines de lutins ! Pangbotchi appelle Papa Yéti à l’aide, que faire de tous ces lutins ? Papa Yéti a la solution : emmener les lutins tout en haut de la montagne pour que le Père Noël sache où les trouver quand il en aura besoin. Mais Pangbotchi se questionne, comment le Père Noël saura où les trouver ? Et où habite le Père Noël ? De retour à la maison, malheur ! C’est au tour du canapé d’être envahi de lutins !

Grâce à des illustrations précises et détaillées, l’illustrateur glisse des indices visuels annonçant la chute de l’histoire…

Un conte atypique sur l’origine du Père Noël qui apprend également à ne pas se fier aux apparences. Pangbotchi représente bien l’enfant qui se questionne sur la véracité de ces légendes et Papa Yéti, le parent adulte qui apporte toujours des réponses aux questions sans dévoiler pour autant la clef du secret…

C’est la nuit de Noël, autrement dit, la nuit la plus agitée pour le Père Noël ! Heureusement que les Elfes sont là pour veiller au bon déroulement de la distribution des cadeaux. Les fils du Père Noël aussi : Steve qui gère la logistique de l’acheminement des cadeaux grâce au vaisseau ultra moderne du Père Noël, et Arthur qui répond aux courriers des enfants du monde entier. Mais au cours de cette nuit mouvementée arrive une catastrophe : un enfant a été oublié ! Que faire ? Arthur est décidé à livrer ce cadeau coûte que coûte, même s’il doit pour cela ressortir le vieux traîneau de Papi Noël…

L’originalité de ce film d’animation est dans l’histoire : ce n’est pas un banal conte de Noël ! Il n’y a pas de méchant diabolique ni de héros beau et bien coiffé. La réalisatrice le dit elle-même : ses personnages ont été créés pour être réalistes !

L’humour y est au rendez-vous : chaque petit détail inspire l’étonnement et la bonne humeur. Le spectacle enchanteur de Mission : Noël, à la fois drôle et intelligent, saura séduire, c’est sûr, les petits et les grands.

Le coin de La Médiathèque de novembre donne un coup de projecteur sur la photographie

13 Nov

Suivant les traces de Paris Photo qui a fermé ses portes ce week-end au Grand Palais, le coin de La Médiathèque de novembre 2017 pointe à son tour son objectif sur la photographie et vous propose une sélection centrée sur le 8ème art avec un film, une bande dessinée, une monographie d’artiste et un roman. De quoi vous faire l’œil !

Blow up (nouvelle fenêtre) un film de Michelangelo Antonioni.

Blow up est un film du réalisateur italien, Michelangelo Antonioni (1912-2007) appartenant au courant néoréaliste. Sorti en 1966, le film remporte l’année suivante, le Grand Prix International du Festival de Cannes.

L’histoire se passe à Londres en 1960. Thomas, un célèbre photographe de mode macho et cynique, erre dans la ville à la recherche de sujets singuliers. Il ressort d’une nuit dans un centre de sans-abris pour y photographier la misère, puis passe la matinée dans un parc et prend discrètement des clichés d’un couple d’amoureux. De retour chez lui, Thomas développe ses photos et aperçoit un homme caché derrière un buisson, puis une arme, et enfin un cadavre…

C’est ainsi que débute ce thriller passionnant, qui se poursuit autour de la disparition, sujet récurrent dans l’œuvre du réalisateur.

La singularité de ce film réside dans le croisement de trois regards : celui du photographe, du spectateur et du réalisateur.

Un film qui vous transportera dans l’univers mystérieux et glaçant de Thomas, et qui ne peut pas vous laisser indifférent.

L’art d’Antonioni est comme l’entrelacement de conséquences, de suites et d’effets temporels qui découlent d’événements hors champ. (Gilles Deleuze)

Le photographe d'Emmanuel Guibert (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Le photographe (nouvelle fenêtre) d’Emmanuel Guibert T.01 à T.03. Éditions Dupuis.

Le photographe est une bande-dessinée sous forme de triptyque d’Emmanuel Guibert et Didier Lefèvre. En 1986, ce dernier rejoint une équipe de Médecins sans Frontières en Afghanistan (alors en guerre contre l’Union Soviétique) venue acheminer une aide médicale, dans le but de réaliser un reportage photographique sur leur mission.

De ces photos, Emmanuel Guibert livre un récit proche du journal intime sous une forme originale dans laquelle se mêlent photos en noir et blanc et dessins en couleurs. Le résultat final nous apporte un témoignage fort, de l’intérieur, sur la vie quotidienne au cœur d’un Afghanistan rural et isolé dans un contexte politique difficile.

Un livre poignant et touchant sur les ravages de la guerre, de nombreuses fois primé depuis sa parution.

Dans l’objectif de JR (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)Dans l’objectif de JR (nouvelle fenêtre). Éditions Pyramid.

La photo est au cœur de ce bel ouvrage à destination des adolescents. Les photos sont réalisées à partir d’un objectif 28 millimètres (d’où le titre du projet), c’est-à-dire un objectif grand angle pour prendre au plus près les portraits. JR, photographe de rue, confie au tout début du livre : « Un jour j’ai trouvé un appareil photo dans le métro. J’ai alors commencé à photographier mes amis sur les toits, dans le métro. J’ai ensuite décidé de montrer ces clichés en les imprimant et en les collant dans les rues, c’étaient mes premières Expo2rue ».  En se servant de la rue comme un musée à ciel ouvert, JR invite le public à s’interroger sur l’histoire de chacun de ces portraits. Dans l’objectif de JR, trois projets sont particulièrement mis en évidence : « Portrait d’une génération » qui est une rencontre avec les jeunes de la cité Les Bosquets (à Montfermeil en région parisienne), « Face2Face » dans lequel JR a photographié des Palestiniens et des Israéliens faisant le même métier dont il a exposé les portraits face à face aussi bien en Palestine qu’en Israël, et enfin « Women are heroes » qui est un hommage aux femmes victimes de la guerre et autres crimes. Pour chaque projet, JR est allé à la rencontre d’habitants de lieux où le monde de l’art ne pénètre jamais, a partagé leur histoire et par ses photos, nous fait entrer dans leur parcours de vie.

 Le peintre des batailles d'Arturo Pérez-Reverte (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Le peintre des batailles (nouvelle fenêtre) d’ Arturo Pérez-Reverte. Éditions du Seuil.

Avant d’être écrivain, Arturo-Perez Reverte était grand reporter de guerre, notamment en Bosnie pendant une vingtaine d’années. L’écrivain va se servir de son expérience, pour nous raconter l’histoire de Faulques, ancien photographe de guerre, fatigué, usé, qui lâche son appareil-photo pour un pinceau. Isolé dans sa tour d’ivoire, il entreprend une fresque gigantesque qui serait une synthèse de ses expériences, de sa vie. Il vit retiré du monde jusqu’au jour où Marcovik, un ex-soldat croate, réapparait, bien décidé à se venger du photographe qui a ruiné son existence : à la suite de la publication d’un des clichés de Faulques, Marcovik avait été retrouvé et torturé.

Brillant huis-clos, Le peintre des batailles est un roman philosophique où se mêlent réflexion sur l’art, barbarie humaine, éthique et manipulation.

Une œuvre puissante et sombre qui vous envoûtera à coup sûr.

Bonus : le site de Paris Photo 2017 (nouvelle fenêtre)

Nostalgeek pour le coin de La Médiathèque d’octobre

12 Oct

À l’occasion de l’édition 2017 de Ma soirée à La Médiathèque ce samedi 14 octobre, le coin de La Médiathèque est consacré à l’univers du jeu vidéo  : nostalgiques ou avant-gardistes, il y en a pour tous les goûts avec cette petite sélection qui vous mettra dès à présent dans une ambiance ludique et festive.

Rendez-vous le samedi 14 octobre à partir de 18h pour Nostalgeek, votre grande soirée retrogaming avec consoles retro et bornes d’arcade, tournoi  Saturn Bomberman, ateliers pixel art… Découvrez dès maintenant le programme détaillé (nouvelle fenêtre) sur le site de La Médiathèque.

Nos jeux vidéo 70-90 : de la raquette de Pong au racket dans GTA, l'irrésistible ascension de jeux vidéo (nouvelle fenêtre) de Marcus et Philippe Kieffer (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)

Nos jeux vidéo 70-90 : de la raquette de Pong au racket dans GTA, l’irrésistible ascension des jeux vidéo (nouvelle fenêtre) de Marcus et Philippe Kieffer. Éditions Hors collection, 2011.

Nos jeux vidéo 70-90  est une mine d’informations pour tous les fans ou les curieux de l’univers des jeux vidéos de cette période : nostalgie garantie ! Avec cet ouvrage, joliment illustré et présenté par Marcus, alias Marc Lacombe, testeur de jeu professionnel français et animateur sur la chaîne Game One, vous prenez place dans la machine à voyager dans le temps des premiers jeux vidéo. Marcus connait parfaitement les jeux vidéo et utilise son grand humour dans ce recueil magique. Bienvenue dans le 10éme art !

Ce documentaire retrace l’arrivée des jeux vidéo dans les foyers et son évolution. Souvenez-vous, dans les années 80 … Les « Game&Watch » ces jeux électroniques de poche où il fallait changer les deux petites piles rondes !! On découvrait alors, Mickey, Popeye, Donkey Kong, Mario. Aujourd’hui on parle de PS4, de XBOX one, de manette dual shock, de carte graphique … Bel ouvrage qui donne envie de ressortir ces vieilles manettes, rangées au fond du grenier …

Dofus – Livre I : Julith de Jean-Jacques Denis et Anthony Roux (catalogue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre) Dofus – Livre I : Julith (nouvelle fenêtre), un film de Jean-Jacques Denis et Anthony Roux.

Ce premier film produit par ANKAMA, développeur qui affectionne le transmédia, sort en  2016.  Il est tiré du jeu de rôle en ligne massivement multijoueur (MMORPG). Il n’est toutefois  pas nécessaire de connaître l’univers de Dofus pour l’apprécier. En effet le scénario est plutôt bien ficelé et le rythme de narration soutenu permet de ne pas s’ennuyer. C’est également une réussite sur le plan du graphisme, des couleurs et de la musique. Cette dernière est  écrite et composée par Guillaume Houzé, orchestrée par Laurent Juillet et jouée par l’Orchestre national de Lille et le Star Pop Orchestra.

Quelle est l’histoire de cette épopée d’heroic fantasy  imprégnée de bouffonnerie manga si joliment mise en scène ? Joris le jeune héros doit passer par plusieurs rites initiatiques afin de contrer l’ignoble Julith, bien décidée à détruire la cité de Bonta. Pour ce faire, il lutte aux côtés de ses nouveaux amis Khan et Bakara dont les personnalités distinctes servent le récit, insufflant ainsi action, humour et grands sentiments. Une comédie d’aventure familiale qui séduira petits et grands.

Puyo Puyo Tétris un jeu PS4 Sega (catalohgue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre) Puyo Puyo Tétris (nouvelle fenêtre), un jeu PS4 Sega. 2014

Comme son nom l’indique, Puyo Puyo Tétris est le mélange entre le jeu Puyo Puyo et le jeu Tétris, deux jeux vidéo de casse-tête de légende. Conçus dans les années 80 pour Tétris et en 1991 pour Puyo Puyo, ces deux jeux sont des titres fondateurs du jeu vidéo qui ont posé les bases du puzzle vidéoludique. Puyo Puyo Tétris propose de nombreuses manières de jouer, de l’aventure en solo jusqu’à quatre joueurs à la fois.  Les parties sont ultra rapides, très amusantes et dynamiques. Accessible à tous les publics, c’est une valeur sûre du divertissement familial. Jouez avec des Puyos et des Tetriminos et affrontez-vous dans un combat d’action et de réflexion ! Un seul point négatif à signaler peut-être : le jeu est en anglais.

eXistenZ de Christopher Priest (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)

eXistenZ (nouvelle fenêtre) de Christopher Priest. Éditions Denoël,

En 1999, sortent concomitamment le film eXistenZ du réalisateur David Cronenberg, et un roman du même nom de Christopher Priest, novellisation du scénario de Cronenberg. Au cœur du récit se trouve un jeu vidéo qui ouvre les portes d’une réalité virtuelle impossible à différencier du monde réel et qui va être le théâtre d’affrontements avec les « réalistes », opposés à cette virtualisation de l’être humain.

Si le jeu de manière générale est vu comme une représentation symbolique du monde ou, à tout le moins, d’une partie du monde, d’un de ses principes structurants, le jeu vidéo, avec la puissance croissante des capacités de calcul et la montée en réalisme de ses univers, a très tôt été perçu comme une réalité alternative dans laquelle les êtres humains pouvaient prolonger leur vie indéfiniment (comme dans La cité des permutants (nouvelle fenêtre) de Greg Egan), ou bien se perdre, comme le suggère la vision plus noire d’eXistenZ.

%d blogueurs aiment cette page :