Archive by Author

Un petit tour à Berlin ?

1 Juil

En ce début du mois de juillet, les frontières s’ouvrent petit à petit, laissant espérer pour ces vacances d’été 2020 des voyages vers des horizons proches. Berlin, à environ 1000 km de Paris, est une capitale assez proche pour partir en voiture, suffisamment exotique pour changer d’air. Elle permet d’associer plaisir du farniente au bord de l’eau ou dans les bois, du vélo, de la vie underground, du shopping et  de la culture. Chargée d’histoire et de jeunesse, cette ville est le cadre privilégié de romans policiers, historiques ou contemporains qui nous la font découvrir, au passé comme au présent.

Pour vous mettre dans l’ambiance, prendre tout d’abord le temps de passer un peu de temps en compagnie de quatre écrivains – Christoph Hein, Wladimir Kaminer, Bernhard Schlink et Emine Sevgi Özdamar -qui vont échanger leurs points de vue sur l’identité de l’Allemagne dans  :  L’Europe des écrivains – Allemagne (nouvelle fenêtre). L’œuvre de chacun d’entre eux s’est ancrée dans les multiples dimensions historiques d’un pays transfiguré en quarante-cinq ans par la fin du nazisme, la séparation traumatique en deux camps et les soubresauts d’une réunification soudaine.

Puis profiter d’une terrasse ensoleillée pour se plonger dans la lecture de romans.

Souvent les polars laissent la part belle à l’histoire d’avant-guerre et ses ramifications dans la vie actuelle. Bienvenue dans la ville du péché avec Babylon Berlin de Volker Kutscher. La Médiathèque vous propose une adaptation en BD de ce bestseller par Arne Jysh (nouvelle fenêtre)

1920, alors que l’Allemagne connait de graves difficultés économiques et politiques, la naissance de la République de Weimar se fait au rythme de la corruption, du trafic et du scandale.  L’inspecteur Gereon Roth se heurte à une enquête criminelle liée aux cercles de la nuit. En fréquentant la vie nocturne berlinoise, Roth va vite se rendre compte qu’ici, on ne peut faire confiance à personne. Pas même la police. Un univers que le grand public a pu découvrir dans la série TV éponyme diffusée sur Netflix. Une virée dans la trépidante et nocturne Berlin des « années dorées », sur fonds de turbulence politique.

Toujours dans la veine historique et policière, La Mort muette de Volker Kutscher (nouvelle fenêtre) vous conduit dans le milieu du cinéma qui, en 1930 est en train d’opérer sa mutation du muet vers le parlant .

Pendant un tournage dans les studios de la UFA à Babelsberg, une actrice meurt. Accident ? Assassinat ? Le commissaire Rath, chargé de l’enquête tient une piste et s’y accroche : un individu inquiétant et instable, ardent défenseur du cinéma muet veut rendre les vedettes du parlant « immortelles » en les tuant.

Dans Seul dans Berlin (nouvelle fenêtre), Hans Fallada raconte le quotidien d’un immeuble modeste de la rue Jablonski, à Berlin. Persécuteurs et persécutés y cohabitent. Primo Levi disait dans Conversations avec Ferdinando Camon, que ce roman était « l’un des plus beaux livres sur la résistance allemande antinazie ». Aucun roman n’a jamais décrit d’aussi près les conditions réelles de survie des citoyens allemands, juifs ou non, sous le IIIe Reich, avec un tel réalisme et une telle sincérité (extrait de la présentation de l’éditeur Gallimard – nouvelle fenêtre)

À défaut de lire ce roman, il est toujours possible de regarder son adaptation pour le cinéma réalisée par Vincent Perez (disponible en VOD sur le site de La Médiathèque – nouvelle fenêtre)

Dans Germania d’Harrald Gilbers (nouvelle fenêtre), les descriptions de la ville et des conditions de vie en cette fin de guerre sont saisissantes.

Été 1944. De jeunes femmes sont retrouvées mortes, nues et mutilées, devant des monuments aux morts de la Première Guerre mondiale. Contre toute attente, le SS-Hauptsturmführer Vogler fait appel à Richard Oppenheimer, l’ancien enquêteur star. Pourtant Oppenheimer est juif et donc officiellement interdit d’exercer…

Enfin l’après-guerre et la reconstruction difficile sont de mise dans Les cendres de Berlin de Luke Mc Callin (nouvelle fenêtre).

En 1947, l’ex-capitaine Gregor Reinhardt a retrouvé un poste d’inspecteur à la police criminelle de la ville. Dévastée par les combats, éventrée par les bombardements, Berlin est aussi divisée entre des puissances victorieuses qui veulent chacune préserver ou accroitre leur influence.

Dans L’affaire Collini de Ferdinand von Schirach (nouvelle fenêtre) un jeune avocat Caspar Leinen est commis d’office pour assurer la défense d’un assassin présumé, un certain Fabrizio Collini. Quand il commence ses recherches pour défendre son client, il ne se doute pas qu’elles le mèneront au cœur d’un chapitre particulièrement sombre de l’histoire allemande, dont l’affaire Collini constitue simplement l’épilogue…

Pour en venir l’époque « contemporaine », voici Trois jours à Berlin de Christine Mazière (nouvelle fenêtre), disponible également en roman à télécharger sur le site de La Médiathèque – nouvelle fenêtre,

Trente ans après la chute du mur, elle nous rappelle, ces trois journées pendant lesquelles l’histoire a basculé, les si belles espérances qu’elles ont soulevées.

Toujours dans les années 80, Oscar Coop-Phane signe le roman de sa génération avec Demain Berlin (à lire en ligne sur le site de La Médiathèque -nouvelle fenêtre).

Tobias, Armand, Franz, ont atterri à Berlin un peu par hasard en quête d’un nouveau départ. La ville va leur offrir une nouvelle normalité, presque une nouvelle famille. Un jour on quittera Berlin. Mais pas tout de suite, pas ce soir, demain…

Quand à l’auteur contemporain allemande Julie Zeh, dans Brandebourg (nouvelle fenêtre), également disponible en roman à télécharger (nouvelle fenêtre)  elle renouvelle et dynamite le roman de terroir en faisant découvrir l’idyllique Brandebourg, située à une heure de Berlin, dans une des contrées les plus pauvres de l’ex-Allemagne de l’Est.

En 2010, un projet de construction de parc éolien vient perturber une petite commune où des Berlinois romantiques qui ont effectué un “retour à la terre” côtoient des paysans du cru et leurs familles. Dans une impressionnante partie d’échecs pleine de suspense, les désirs des uns sont confrontés aux haines des autres. Cette grande fresque contemporaine nous offre du rire et de l’effroi  !

On termine cette balade au coeur de Berlin par un retour dans le temps avec Berlin finale de Heinz Rein (nouvelle fenêtre)

un témoignage historique absolument unique ou l’un des premiers best-sellers post-Seconde Guerre mondiale. Une œuvre passionnante, haletante, audacieuse, qui a su, alors que l’Europe se relevait à peine de la guerre, décrire dans toute sa complexité le rapport des Berlinois au nazisme. Jusqu’alors inédit en France, un roman-reportage brillant qui nous raconte, à travers les destins d’une poignée de résistants, les derniers jours de Berlin avant sa chute. Un texte majeur, un Vintage événement.

Enfin pour voyager avec des enfants, la lecture de Émile et les détective de Erick Kästner (nouvelle fenêtre) s’impose.  Cherchez avec eux les indices sur Berlin qui parsèment ce roman.

À compléter par Félix de Berlin par Anke Feuchter (nouvelle fenêtre), également disponible en livre numérique – nouvelle fenêtre)  de même que dans sa version originale en allemand ( à lire ou à écouter en ligne sur le site de La Médiathèque – nouvelle fenêtre)

Felix, un petit allemand de huit ans, nous invite dans sa ville et nous présente son petit monde de façon ludique et originale : sa maison, son quartier sa famille, ses copains, son école, la porte de Brandebourg et le parc du Tiergarten, les Currywurst, l’ours de Berlin… À la fin de l’album, apprenez quelques phrases et mots en allemand grâce au lexique bilingue de Felix !

Il ne vous reste plus qu’à consulter quelques guides touristiques et décider quel moyen de transport vous allez privilégier  avant de conclure en musique avec quelques mélodies de cabaret berlinois (nouvelle fenêtre)

Et maintenant, Gute reise 🙂

Bonus  : notre précédent article Des romans pour découvrir les villes : Berlin (2) où vous trouverez des références ne commun mais aussi d’autres titres et pour toutes vos envies de voyage Outre-Manche, Des romans pour découvrir les villes : Londres (1)

Des prix littéraires thématiques pour la jeunesse

17 Juin

Si le prix Christian Andersen est le plus prestigieux, il existe de nombreux autres prix qui mettent en valeur les auteurs jeunesse, en particulier en France.  Voici une sélection de ces récompenses.

Commençons par le Prix des Jeunes Lecteurs de Levallois (nouvelle fenêtre) qui comme son grand frère, Le Prix des Lecteurs de Levallois fait participer de jeunes lecteurs, les élèves de de CM1, CM2 et sixième afin d’ élire leur auteur favori. Cette année la récompense est attribuée à Adeline Délie-Platteaux pour Zoé Comète et l’incroyable histoire des trois chats de monsieur Pompéï (nouvelle fenêtre).

Un incroyable voyage dans le temps et à travers le monde, grâce aux chats !

Mais nombreux sont les autres prix de littérature jeunesse en France :

Certains sont thématiques comme le Grand prix de l’illustration (nouvelle fenêtre) qui existe depuis 2008 et a été attribué en 2019 à  Rébécca Dautremer pour Les riches heures de Jacominus Gainsborough (nouvelle fenêtre) paru chez Sarbacane.

Le récit d’une vie avec ses petits riens, ses grands moments, ses joies, ses peines, ses doutes, ses épreuves… Avec au final, la chance d’avoir été aimé et le bonheur de contempler, au crépuscule de son existence, ses amis fidèles, Policarpe, César, Agathon ou Byron, sa compagne Douce la bien nommée et ses petits-enfants autour de soi.

Le grand prix de l’imaginaire (nouvelle fenêtre) récompense la plus ancienne (1974 !), vient de primer pour 2020 L’Arrache-mots de Judith Bouilloc édité par Hachette jeunesse (bientôt disponible à La Médiathèque) dans la catégorie Roman jeunesse francophone ainsi que les 3 tomes de la série  La Faucheuse de Neal Shusterman publiés chez Robert Laffont dans la catégorie roman jeunesse étranger. En 2019 avait été primé  la série  Roslend de Nathalie Somers éditée par Didier Jeunesse. Dans ce roman français, un jeune garçon est propulsé dans un univers extraordinaire et également menacé : Roslend. Y aurait-il un lien entre le danger qui pèse sur ce monde et le destin de Londres ?

 

Pour les fans de polars impossible de rater le Prix des mordus du polar (nouvelle fenêtre) organisé dès 2004 par la Bilipo (Bibliothèque des littératures policières), il s’adresse au 12/14 ans. La compétition est en cours en ce moment et le roman primé en 2019 était :  E.V.E de Carina Rozenfeld (Syros).

Elle s’appelle EVE. Elle n’a aucune idée de son apparence. Elle ne ressent rien. Et pourtant le monde n’a pour elle aucun secret, parce qu’elle le perçoit à travers les yeux de millions d’êtres humains. 24 h sur 24, elle assiste à leur quotidien. Son rôle ? Surveiller la population et signaler en temps réel les crimes et les délits. EVE est infaillible… jusqu’au jour où elle assiste à l’agression de la jeune Eva Lewis sans parvenir à identifier le coupable. Pour comprendre ce qui s’est passé, EVE investit à l’insu de tous, le corps d’Eva.

Vous trouverez à La médiathèque d’autres titres de l’auteur primé, Carina Rozenfeld dont le célèbre Monstr’Hotel (nouvelle fenêtre)

Pour l’humour, le Prix Gulli (nouvelle fenêtre) existe depuis 2012.

En 2019, le roman Sam de Bergerac de Sarah Turoche-Dromery  aux éditions Thierry Magnier a été retenu.

Sam accepte d’écrire une lettre d’amour à la place de son meilleur copain. La combine est si efficace qu’il se retrouve vite écrivain public numéro 1 du collège ! Spécialité : les déclarations d’amour. Une adaptation en prose du Cyrano de Bergerac

Pour la poésie, un seul prix francophone : le prix Joël Sadeler qui existe depuis 2001. Le prix 2019 (nouvelle fenêtre) a été remis à Cherchez la petite bête d’Alain Boudet et Solenn Larnicol, un titre  actuellement indisponible …

Les sciences ne sont pas en reste avec le prix La Science se livre (nouvelle fenêtre) mis en place en 2001 par le Conseil Régional des Hauts de Seine. Il s’agit récompenser des auteurs d’ouvrages scientifiques et techniques, de langue française et destinés au grand public. En 2020, c’est l’ouvrage de vulgarisation scientifique de Philippe Nessmann Éternité aux éditions De La Martinière, qui a été désigné lauréat du Prix Adolescent de l’année.

Animaux médecins d’Angie Trius, Mark Doran et Julio Antonio Blasco (nouvelle fenêtre) publié chez Albin Michel Jeunesse avait été le choix des jurés en 2019.

Comment font les animaux sauvages lorsqu’ils sont malades ? À la différence des animaux domestiques, personne ne les emmène chez le vétérinaire… Ce serait oublier qu’ils ont accès à la plus grande pharmacie du monde : la nature !

Le Prix Mangawa (nouvelle fenêtre), décliné en trois catégories, met depuis 2005 les mangas à l’honneur. Son ambition est d’orienter les jeunes lecteurs vers la découverte de mangas de qualité et rapprocher adolescents et adultes. Ont été primé en 2019 :

  • Catégorie shonen : The promised Neverland par Kaiu Shirai et Posuka Demizu (Kazé):  Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !
  • Catégorie seinen : L’atelier des sorciers (nouvelle fenêtre) par Kamome Shirahama (Pika) : « Coco a toujours été passionnée par la magie. Hélas, les seules personnes habilitées à la pratiquer sont les sorciers. C’est un don qu’ils obtiennent à la naissance et qu’ils protègent jalousement. »
  • Catégorie shojo : La princesse et la bête par Yu Tomofuji (Pika)

Même les tout-petits ont leur prix depuis 1995 : Le Prix Pitchou (nouvelle fenêtre). L’objectif est d’attirer le regard sur la production éditoriale consacrée aux 0-3 ans, de familiariser les tout-petits à l’univers du livre, et de sensibiliser leurs parents à l’importance du livre avant la lecture.

Le lauréat 2020 est À quatre pattes de Gaëtan Dorémus (nouvelle fenêtre) publié aux Éditions du Rouergue.

Moi, j’ai peur du loup d’Emilie Vast (nouvelle fenêtre) au édition Mémo avait obtenu la palme 2019

 

Et enfin, à la fin de l’enfance ou à la frontière de l’adulte, on trouvera le Prix Goncourt des lycéens (nouvelle fenêtre) qui a honoré en 2019 Karine Tuil pour son roman Les choses humaines (nouvelle fenêtre) publié chez Gallimard (également disponible en roman à télécharger sur le site de La Médiathèque – nouvelle fenêtre)

 

 

Je t’écris, tu m’écris…nous nous écrivons !

10 Juin

Le temps de confinement qui nous  a été imposé a été l’occasion de renouer avec une tradition ancienne : celle du courrier, moment d’introspection, moment de création. Si la vidéo et les réseaux sociaux, plus ou moins axés sur le texte, le son ou sur l’image ont été un « moyen grave de garder contact » (pour reprendre une expression des moins de 20 ans) , les lettres et la correspondance restent un trésor précieux, non seulement des générations passées pour la génération présente, mais aussi aujourd’hui pour les plus de 80 ans et qui sait peut-être pour les générations à venir.

Il y a quelques centaines d’années, les petits bleus (télégrammes) faisaient le bonheur de ceux qui en recevaient. Ces lettres en peu de mots étaient une preuve juste une preuve de vie et d’affection. Twitter en est peut-être un lointain descendant mais ceux et celles qui dénichent ces quelques mots sur papier bleu en 2020 peuvent découvrir ainsi tout un pan de leur histoire familiale.

Mais aujourd’hui, rester en contact à l’ancienne, est-ce une gageure ? Enfants, parents et grand-parents peuvent y trouver beaucoup de plaisir ! Celui d’attendre le facteur, d’ouvrir une enveloppe, déplier une lettre et découvrir de nombreuses surprises : dessins, anecdotes, mots d’amour…

Si vous manquez d’inspiration ou si vous avez envie de découvrir ce que s écrivent grenouilles, cochons, héros de contes, artistes ou grands auteurs de la littérature, voici une petite sélection :

Albums et lettres

S’il te plaît, écris-moi…   de Haruo Yamashita (nouvelle fenêtre) : l’histoire d’une grenouille installée dans une boîte aux lettres qui du coup se sent autorisée à s’approprier le courrier que le facteur y dépose…

Calamity Jane de François Roca (nouvelle fenêtre) Très frappé par sa lecture des lettres de Calamity Jane à sa fille, l’auteur François Roca donne vie dans ce livre à cette figure emblématique du Far West. Confrontée à la misère et à la rude vie du Far West, Calamity Jane avait choisi de confier sa toute petite fille à un couple de voyageurs et lui écrivait régulièrement, témoignant d’un amour impossible, à distance et de ses difficultés, ses parcours, ses métiers…

S.M.A.C.K de Colin Mac Naughton (nouvelle fenêtre) : Samson le cochon a reçu une enveloppe portant une mystérieuse formule,  » SMACK », qui veut dire :  » Signé de ma Main Avec des Câlins par Kilos « . Elle contient une lettre de Rose, la petite amie qu’il a rencontrée en vacances.

Cher Bill d’ Alexandra Pichard (nouvelle fenêtre) : « Merci pour ta lettre, je pense que nous allons bien nous entendre, car moi aussi, j’aime jouer au ping-pong et regarder la télé… ». Pendant toute une année scolaire, un échange de lettres s’installe entre deux écoliers qui vivent aux antipodes; Oscar la petite fourmi et Bill le joli poulpe…

Chers maman et papa : cartes postales du suricate  d’Emily Gravett (nouvelle fenêtre)  : Sunny le suricate n’en peut plus de vivre dans le désert et en a assez de surveiller ses petits frères et soeurs. Il part donc mais prend soin d’envoyer une carte postale à ses parents.

Lettres d’un chien obéissant écrit et ill. par Mark Teague (nouvelle fenêtre) : Kim est un chien désobéissant et intrépide. Aussi sa maîtresse décide-t-elle de l’envoyer dans un établissement spécialisé d’où Kim lui écrit tous les jours en exagérant sa souffrance, tentant ainsi de se faire pardonner.

Le gentil facteur : ou lettres à des gens célèbres de Allan et Janet Ahlberg (nouvelle fenêtre) :  La sacoche du gentil facteur est remplie de vraies lettres adressées à des célébrités : une lettre d’excuse de Boucle d’Or pour les Trois Ours, un extrait du catalogue des magasins Farfadjin pour la méchante sorcière, une carte postale de Jack pour le Géant, et bien d’autres encore..

 

Correspondance de grands auteurs

Les lettres échangées par les grands auteurs offrent aux adultes d’aujourd’hui l’occasion de s’immerger dans l’Histoire, éventuellement de visiter des pays ou des villes, mais surtout de voir des personnalités se révéler dans l’intimité.

Lettres à Alexandrine : 1876-1901 d’Émile Zola (nouvelle fenêtre)

Lettres à ses amis et quelques autres de Marguerite Yourcenar (nouvelle fenêtre)

Correspondance 1945-1970 de Yasunari Kawabata, Yukio Mishima (nouvelle fenêtre)

Lettres choisies : 1920-1976 d’André Malraux (nouvelle fenêtre)

Vivre de mes rêves : lettres d’une vie d’Anton Tchekhov (nouvelle fenêtre)

Correspondance 1944 1959 d’ Albert Camus et Maria Casarès (nouvelle fenêtre)

 

Lettres d’artistes

Associant texte et images pour une création unique qui sera affranchie et expédiée par la poste, les plus grands artistes ont naturellement communiqué par le biais de la correspondance. Ils ont utilisé des matériaux et des techniques variés pour leurs lettres ou cartes postales  : la photographie, le dessin, le collage, la peinture, la calligraphie, des images découpées, des formes, du timbrage, de l’écriture des adresses ou encore des tampons et cachets, comme le font aujourd’hui les adeptes du scrapbooking  Découvrez Picasso dans ses cartes postales adressés à Cocteau ou Gertrude Stein (sur le site d’open culture- nouvelle fenêtre), René Magritte (nouvelle fenêtre), Salvado Dali avec cette étonnante missive illustrée envoyée par l’artiste et vendue chez Christie’s (nouvelle fenêtre) ou encore les artistes contemporains suisses Plonk et Replonk  (nouvelle fenêtre)  avec leur cartes postales pleines de rêve, décalage, absurde, humour et poésie.

Disponible en ligne, le recueil de nouvelles Cartes postales et autres courriers d’Hugues Corriveau (à lire en ligne sur le site de La Médiathèque- nouvelle fenêtre) nous offre un tour du monde plutôt insolite. « Ces cartes arrivent de Paris, de New York, du Vietnam, ou alors de l’Allemagne nazie, de la France occupée, ou de Lowell, Mass. Elles partent de Rome, du Maroc, de Gaspé, de la baie de Ha Long, voire du supermarché ou de la maison voisine. Qui les poste, qui les reçoit : globe-trotter, détenu, résistant, soldat, déportée, assassin, analphabète, cartophile, fétichiste ou monomaniaque en plein rituel d’adoration ou de destruction. Les cartes, fortes de leur double face, distribuent amour et haine, mensonges et secrets, tels des morceaux éparpillés du grand puzzle universel… »

Et pour finir, un petit tour dans les collections de cartes postales des archives sur Levallois Mémoires (nouvelle fenêtre) avec ces missives aux messages à l’encre fanée :

Et maintenant, bonne lecture de correspondance !

Le prix Andersen 2020

30 Mai

La littérature jeunesse, tout un monde ! Il arrive parfois que ce type de littérature, s’adressant à un public défini par son âge soit snobée. Pourtant, tout comme la littérature « adulte », elle est reconnue et plébiscitée par tous les enfants et ceux qui s’intéressent à eux. Elle offre tous les genres de lectures : romans, polars, poésie, BD, documentaires et se renouvelle sans cesse. Trophées nationaux et internationaux pour l’honorer sont nombreux pour la récompenser et le Prix Andersen est l’un des plus célèbres d’entre eux !  

Petite histoire du prix Andersen

Qui peut imaginer une enfance sans que Hans Christian Andersen fasse incursion d’une façon ou d’une autre dans sa vie ? En 1956, l’IBBY (International Board on Books for Young People) a créé un prix (nouvelle fenêtre) à son nom. Une reconnaissance internationale, qui, sous le patronage de Sa Majesté la Reine Margrethe II du Danemark récompense un auteur jeunesse pour sa « contribution durable à la littérature pour enfants »  Un prix prestigieux à la hauteur du Nobel ! Attribué tous les deux ans, il est même souvent surnommé « le petit prix Nobel » de la littérature.

Cette année, Albertine Zullo (nouvelle fenêtre), auteure francophone, reçoit cet hommage pour l’ensemble de son œuvre destinée à la jeunesse et souvent co-produite avec son époux Germano Zullo.

Albertine (site - nouvelle fenêtre) Humour, sensibilité, excentricité… Albertine dessine des personnages qui lui ressemblent. Ses albums, de joyeux joyaux, observent l’humanité sous toutes ses coutures. La cinquantaine de titres qu’elle a écrits sont principalement publiés par l’éditeur genevois La joie de lire et sont hélas souvent épuisés.

Quelques uns de ses meilleurs titres

La Médiathèque vous propose de découvrir son art à travers

  • Dans Dada (nouvelle fenêtre), cDada de Zullo (catalogue de La Médiathèque -nouvelle fenêtre) onfortablement assis dans leur salon au décor équestre, Roger Canasson et Dada savourent leurs nombreuses victoires. Champions de saut d’obstacles, ils sont devenus « les Invincibles » des concours hippiques. Jusqu’au jour de la fameuse épreuve internationale de Saint-Alor-sur-Fleur… Le duo jusque-là parfait, rate tous ses sauts. Très inquiet pour sa monture, Roger accompagne Dada chez le médecin, puis chez le psychologue. Mais aucun spécialiste ne détecte, que le cheval de course, est aussi myope qu’une taupe…
  • Les gratte ciel de Zullo (catalogue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre) Dans Les gratte-ciels (nouvelle fenêtre) deux hommes se livrent une bataille acharnée à travers l’apparence de leur construction, : qui aura la plus haute et luxueuse bâtisse, s’entourera des services de l’architecte le plus renommé, comptera le plus de convives à ses réceptions ? Pour asseoir leur prestige, les nantis ne reculent devant aucun excès…

 

En avant-go^t, voici un extrait en mouvements https://vimeo.com/28464222

Les gratte-ciel – Albertine, Germano Zullo – Joie de Lire from Acides Animés on Vimeo.

Enfin, en bonus, un extrait du court métrage Le Génie de la boîte de raviolis, adapté de l’album éponyme, prochainement disponible à La Médiathèque  :

Armand travaille tous les jours à l’usine de raviolis. Un soir, en ouvrant sa traditionnelle boîte de raviolis pour le dîner, surgit un génie. Celui-ci lui propose d’exhausser deux de ses vœux. Armand hésite, ce n’est pas trois d’habitude ? Non ! Avec le génie de la boîte de raviolis, c’est deux, ou rien du tout. Armand réfléchit et finit par accepter. Son rêve devient alors réalité ! (synopsys sur le site Benshi.fr – nouvelle fenêtre)

Ce court métrage a été primé au Festival international du film d’animation d’Annecy et a reçu le Prix Canal + en 2004. Un film qu’il est possible de voir et revoir par le biais d’un abonnement sur le site Benshi, un acteur du cinéma pour les parents et les enfants de 2 à 11 ans 100% indépendant !

Bonne lecture !

« J’sais pas quoi lire, J’sais pas quoi lire… » Message pour les parents d’enfants de moins de 10 ans !

6 Mai

Depuis la mi-mars 2020, les points d’accès physiques aux livres sont inaccessibles. Avant le retour complet à « la normale », faut-il pour autant priver les moins de 10 ans de nourritures spirituelles et intellectuelles ? Que nenni !  De nombreux maillons publics et privés de la chaine du livre se sont mobilisés depuis le début de cette période exceptionnelle pour être à vos côtés jusqu’au bout. Votre Médiathèque bien sûr, mais aussi des institutions, des éditeurs, des auteurs…

Storyplay'r (site de La médiathèque- nouvelle fenêtre) Bien sûr vous connaissez la bibliothèque numérique pour enfants Storyplay’r (nouvelle fenêtre), sur le site La Médiathèque de Levallois, qui offre toute l’année à tous ses jeunes adhérents des collections régulièrement complétées et classées simplement : par ordre alphabétique de titre, par tranche d’âge ou par thématique. Une organisation qui vous laisse une grande liberté et autonomie pour votre choix.

Parmi les institutions, la BNF (Bibliothèque Nationale de France) et ses partenaires proposent une offre numérique en perpétuel développement et régulièrement complétée. Albums, abécédaires, albums de coloriages ou de découpages, trésors du patrimoine pour la jeunesse (nouvelle fenêtre) sont ainsi accessibles au plus grand nombre : c’est aussi l’occasion de faire découvrir Guignol, Chérubin et Lisette  à toutes les générations. Petits ou grands, tous les passionnés de coloriage pourront jeter un œil sur l’article du blog BREF Et si on faisait un peu de coloriage (nouvelle fenêtre) pour y trouver d’autres modèles et inspirations colorées.

logo de Gallicadabra. cop Gallica/BNF

Si vous êtes en manque d’inspiration pour occuper vos enfants, consultez le blog Gallica régulièrement mis à jour dont cet article du 07/03/2017 (nouvelle fenêtre) explique les merveilles de l’application gratuite Gallicadabra : munie d’une interface colorée et intuitive, elle propose une sélection de trésors pour enfants en provenance des fonds numérisés de Gallica. Elle est destinée aux enfants autonomes, tout comme l’application Fabricabrac à télécharger (nouvelle fenêtre) qui permet, elle, de jouer avec les collections.

Pour perfectionner sa lecture en anglais ou dans toute autre langue, l‘International Children’s Digital Library (Bibliothèque numérique internationale pour enfants – nouvelle fenêtre),  peut vous tenter. Vous deviendrez ainsi membre de la communauté internationale des lecteurs !

Parmi  les offres du secteur privé, certains éditeurs de bandes dessinées pour la jeunesse (voir notre article Lire des BD en ligne sur Gallica et sur les sites des éditeurs) proposent de façon ponctuelle et éphémère de lire leurs livres in extenso. Par exemple, les éditions Delcourt (nouvelle fenêtre) vous encouragent à rester chez vous tout comme les éditions Dargaud offrent des lectures gratuites (nouvelle fenêtre)  et les éditions Glénat  avec des BD et des mangas (nouvelle fenêtre) qui devraient faire un tabac !

https://www.ecoledesloisirs.fr/une-journeeD’autres éditeurs très nombreux développent des activités annexes. Aux côtés de l’opération Une journée avec…  (nouvelle fenêtre) lancée depuis la mi-mars par L’École des loisirs et dont nous vous avions parlé dans notre article Des livres pour enfants avec activité en ligne sur Storyplay’r , les éditions Bayard font de même en proposant, par tranche d’âge, une activité par jour aux enfants, mais attention à bien résilier l’inscription au bout d’un mois… Chaque jour de la semaine à 16 h 30, les éditions Didier jeunesse prennent le relai avec la boîte à outils (nouvelle fenêtre) N’hésitez pas à consulter les sites de vos éditeurs favoris (liste exhaustive selon le syndicat national de l’édition – nouvelle fenêtre) ou même leur page Facebook. Une majorité d’entre eux se démènent en ces temps de crise pour rester en contact direct avec leurs fidèles lecteurs.

Enfin, les auteurs ne sont pas en reste. Non seulement ils imaginent et écrivent mais encore, ils lisent à voix haute et leurs performances sont enregistrées. Voici un échantillon de ces lectures.

Ainsi l’illustrateur Ronan Badel, un auteur aux multiples talents que nous avions reçu et exposé à La Médiathèque dans le cadre de la randonnée littéraire lors du dernier salon du roman historique de Levallois. En avant-première, la vingtième aventure de Émile, Emile va bien (tout comme vous je l’espère !), sortie en version papier début mars est lue par Vincent Cuvellier, l’auteur créateur des « Émile » qui travaille avec Ronan Badel pour illustrer chaque volume de la célèbre série.

On peut aussi trouver en vidéo quelques grands classiques de la littérature pour les enfants :

Comme La moufle avec cette version racontée par Florence Desnouveaux et illustrée par Cécile Hudrisier comme dans l’album édité par les Éditions Didier jeunesse, disponible en temps normal à à La Médiathèque (nouvelle fenêtre)

Ou encore la célèbre Grenouille à grande bouche  de Francine Vidal pour laquelle il va falloir patienter avant de pouvoir emprunter l‘album à La Médiathèque (nouvelle fenêtre) mais à écouter dès maintenant lue son auteur :   

Enfin, pour terminer ce tout petit échantillonnage, une aventure du Loup d’Alex Sanders lue par son auteur avant de pouvoir se précipiter sur les albums de cet auteur à La Médiathèque (nouvelle fenêtre)

Quand bien même le Net regorge de lectures, lancez-vous vous aussi dans la lecture à voix haute. Vous n’osez pas  ? Faites confiance à Sylvie Ballul, comédienne pour vous préparer sereinement grâce à Comment se préparer à la lecture à voix haute sur le site de l’École des Loisirs (nouvelle fenêtre). Respirez, articulez et prenez votre temps. Vous ferez certainement aussi bien que les bibliothécaires, aussi formidables soient-ils. Eh oui, vous possédez un atout magique : l’amour de vos enfants !

Et à présent, la vraie question reste : entre les devoirs à la maison, la reprise de l’école prochainement pour certains, les Zoom, les Facetime ou autres modes de connexions avec la famille et les amis, les enfants auront-ils assez de temps pour lire ?

%d blogueurs aiment cette page :