Archive | Actualité RSS feed for this section

De la plume à la caméra : Dans ses yeux

20 Avr

On ne compte plus les adaptations littéraires au cinéma. Contes, épopées, romans, tout y passe. Certains films sont d’ailleurs plus connus que le livre dont il est tiré. Adaptation fidèle au texte, transposition dans notre époque, le succès est souvent au rendez-vous. Mais comme le dit Julien Gracq : 

Pour qu’un roman devienne un très bon film , il faut que le film soit autre chose. Il s’agit de chercher une sorte d’équivalent mais qui ne se limite pas à la simple transposition visuelle.

Le livre :

Dans ses yeux d'Eduardo Sacheri (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Dans ses yeux (La pregunta de sus ojos) d’Eduardo Sacheri (2009)

Buenos Aires, 1968. La jeune Liliana Morales est sauvagement étranglée. Bouleversé, Benjamin Chaparro, greffier au Palais de Justice, jure de dénouer cette affaire qui l’obsède. Mais dans l’Argentine des années de plomb, iniquité, trahisons politiques et exil sabreront sa quête éperdue de vérité. Trente ans plus tard, hanté par le souvenir, il livre le terrible récit de ce drame. Magnifique roman d’amour noir doublé d’une brûlante réflexion sur la dictature militaire, Dans ses yeux défie la folle mécanique de la vengeance et de la passion (Google books)

Un extrait du livre :

On ne voit pas la douleur, tout simplement parce qu’elle n’est pas visible. En aucune circonstance. On décèle tout au plus certains de ses signes extérieurs, que j’ai toujours perçus comme une mascarade plus que comme des symptômes. Comment un homme peut-il exprimer l’angoisse atroce de son âme ? En pleurant à chaudes larmes et en poussant des hurlements ? En bredouillant des mots dénués de sens ? En gémissant ? En sanglotant ? Toutes ces manifestations de la douleur ne faisaient à mes yeux qu’insulter la douleur, la rabaisser, la profaner, la placer au même niveau que des échantillons gratuits.

Le mot de l’éditeur : Magnifique roman d’amour noir doublé d’une brûlante réflexion sur la dictature militaire, Dans ses yeux défie la folle mécanique de la vengeance et de la passion.

L’avis de Sylvie Z. : Dans ses yeux  est à la fois un roman policier, un magnifique roman d’amour pudique, magnifié par les mots de l’auteur, avec un ton juste. C’est aussi une réflexion sur la légitimité de la vengeance. Un très beau livre où la finesse psychologique s’allie à un brio discret.

Le film :

Dans ses yeux de Juan José Campanella (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)

Dans ses yeux (El secreto de sus ojos) de Juan José Campanella (2009)

En 1999 à Buenos Aires,un agent à la retraite du ministère fédéral de la justice, Benjamín Espósito, essaie d’écrire l’histoire d’une affaire criminelle qu’il a traitée 25 ans plus tôt et qui le hante toujours : le viol et le meurtre en juin 1974 d’une jeune femme mariée, Liliana Colotto.

Un extrait  du film :

L’avis de Jean-Luc Douin dans Le Monde : d’une réalisation classique, impeccablement ficelé, cet étouffant film d’atmosphère décline à loisir le thème de la vérité inscrite dans le regard.

L’avis de Pablo O. Scholz dans Courrier international : Campanella n’a pas son pareil pour diriger les acteurs – jusqu’aux rôles secondaires qui donnent toute leur mesure. il nous livre ici une œuvre qui allie à la perfection tous les ingrédients du drame romantique et du thriller, son humour coutumier, sans négliger la charge historique, politique et sociale.

L’avis de Nadia C. :  un film riche, porté par deux acteurs principaux remarquables, qui mêle habilement film policier et romance. Le cinéaste aborde avec subtilité des thèmes universels comme la vengeance, la peine de mort, la vérité. Un film noir, superbe, qui n’a pas volé son Oscar du meilleur film étranger en 2010.

Dans les deux cas, le livre et le film prennent aux tripes et vous tiennent en haleine, mais une fois n’est pas coutume, le film est un poil supérieur au livre.

Pour vous faire une idée, le livre (nouvelle fenêtre) et le film (nouvelle fenêtre) sont disponibles à La Médiathèque.

Publicités
En passant

Clovis Cornillac à Levallois

17 Fév

Clovis Cornillac, réalisateur et acteur, de Belle et Sébastien 3 le dernier chapitre, vient dédicacer romans novelisés et albums du film pour la jeunesse à la librairie DECITRE So ouest, ce samedi 17 février 2018, de 11h30 à 12h30.

Clovis Cornillac présente Belle et Sébastien 3, le dernier chapitre

Son public pourra ensuite le retrouver, après la projection du film au cinéma Pathé (nouvelle fenêtre), 28 rue d’Alsace à Levallois.

Si Belle et Sébastien vous a émus, si vous aimez les histoires de belles amitiés entre un chien et un enfant (ou un adulte), il y en a beaucoup d’autres à La Médiathèque avec:

Enfin, en attendant la sortie de Belle et Sébastien 3 le dernier chapitre en DVD, retrouvez à La Médiathèque les précédents opus : Belle et Sébastien (1) de Nicolas Vanier (nouvelle fenêtre), Belle et Sébastien (2) l’aventure continue,  de Christian Dugay (nouvelle fenêtre). 

Ainsi que les épisodes de la célèbre série (nouvelle fenêtre) réalisée en 1964 par Cécile Aubry.

Les Rencontres de Liseur (5) : Comment bien s’alimenter en respectant la planète et notre santé ?

1 Fév

Samedi 10 février 2018 à 15h, dans le cadre des Rencontres de Liseur (nouvelle fenêtre), La Médiathèque de Levallois accueille Pierre Feillet pour une conférence intitulée Comment bien s’alimenter en respectant la planète et notre santé ? 

Comment bien se nourrir en respectant la planète et notre santé ? : 10 questions à Pierre Feillet (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Pierre Feillet est ingénieur agronome, directeur de recherche émérite à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), membre de l’Académie des technologies (nouvelle fenêtre)  et de l’Académie d’agriculture de France (nouvelle fenêtre). Ses travaux portent sur la thématique « Alimentation, technologie et société » et il s’est tout particulièrement intéressé à la principale ressource alimentaire de l’humanité, qui assure à lui seul 15% de ses besoins énergétiques : le blé. Il fait paraître, depuis 2003, des essais à destination du grand public visant à répondre aux questionnements autour des modes de production dans le secteur agroalimentaire et aux craintes qu’elles suscitent en termes de préservation environnementale et de sécurité sanitaire.

La sécurité alimentaire dans le monde

Peut-on encore manger sans avoir peurSur son site La faim expliquée.org (nouvelle fenêtre), l’économiste agricole Materne Maetz définit la sécurité alimentaire (nouvelle fenêtre) comme un concept qui recouvre quatre dimensions principales :

  • La disponibilité en quantités suffisantes de nourriture de nature et de qualité appropriée et cela dans toutes les portions du territoire national ;
  • L’accès de toute personne aux ressources permettant d’acquérir les aliments nécessaires à un régime alimentaire nourrissant ;
  • La stabilité de l’accès à la nourriture, c’est-à-dire que l’accès à la nourriture de la population ne peut pas être mis en cause par un quelconque choc naturel ou économique ;
  • L’utilisation appropriée de la nourriture (bonne cuisson et préparation d’aliments variés) favorisant un apport adéquat en nutriments et énergie dans un contexte où la consommation de cette nourriture est sans danger pour la santé (hygiène, eau potable, infrastructures sanitaires ou médicales).

L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’agence spécialisée des Nations Unies dont l’objectif est d’atteindre la sécurité alimentaire pour tous et de lutter contre la faim dans le monde, a émis en 2017, deux rapports : celui de février, L’avenir de l’alimentation et de l’agriculture : tendances et défis (nouvelle fenêtre), fournit des éclaircissements sur la nature des défis auxquels font face aujourd’hui et tout on long du 21ème siècle, l’agriculture et les systèmes alimentaires, et donne un aperçu des enjeux et de la marche à suivre. Il en émerge qu’une transformation majeure des systèmes agricoles, des économies rurales et de la gestion des ressources naturelles est nécessaire, comme le montre l’infographie dédiée (nouvelle fenêtre).

Le second rapport, daté du mois de septembre, porte sur L’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde en 2017 (nouvelle fenêtre), et met en lumière que la faim dans le monde gagne du terrain : en effet, selon les estimations, le nombre de personnes sous-alimentées est passé de 777 millions en 2015 à 815 millions en 2016, parmi lesquelles une grande majorité – 489 millions – vivent dans des pays touchés par un conflit. Les conflits violents ont en effet augmenté de façon dramatique depuis 2010 et n’ont jamais été aussi nombreux, un signe qui fait craindre que les tendances actuelles ne se confirment au cours des années à venir. Parallèlement, l’obésité a plus que doublé au niveau mondial entre 1980 et 2014 : en Amérique du Nord, en Europe et en Océanie, 28% des adultes sont considérés comme obèses. Toutefois, la sécurité alimentaire n’est pas le seul facteur déterminant des résultats nutritionnels, en particulier dans le cas des enfants ; les ressources allouées aux programmes nationaux en faveur de la nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant, l’accès à de l’eau propre, à des services d’assainissement de base et à des services de santé de qualité sont quelques-uns des autres facteurs qui entrent en jeu en ce domaine.

Agroalimentaire et sécurité sanitaire en France

Nos aliments sont-ils dangereux de peirre Feillet (livre numérique sur le site de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Face aux nombreuses crises qui ont touché la filière agroalimentaire, l’Union européenne s’est dotée en 2006 d’une règlementation dite « paquet hygiène » pour assurer la sécurité sanitaire de l’alimentation humaine et animale : il s’agit de protéger le consommateur tout en tenant compte des enjeux économiques (libre circulation des produits au sein de l’UE)  ; de la même façon, une règlementation européenne fixe un cadre pour la production des végétaux (interdiction de la culture des OGM, de certains produits phytosanitaires…) et pour la protection des animaux durant leur élevage et leur abattage. Sur le site du Ministère de l’Agriculture et de l’alimentation figure le panorama 2016 des industries agroalimentaires (nouvelle fenêtre), qui constituent le premier secteur industriel français aussi bien en termes de chiffre d’affaires que d’emplois. C’est pourquoi sont également identifiés dans ce panorama les défis environnementaux majeurs de cette filière :

  • maîtriser la consommation énergétique, en particulier les énergies fossiles
  • lutter contre le changement climatique via la réduction des émissions de gaz à effet de serre
  • réduire et optimiser la consommation d’eau dans les processus de fabrication
  • limiter les transferts de polluants
  • contribuer à la valorisation des déchets et accroître la performance environnementale des emballages.

Selon l’Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA) (nouvelle fenêtre), ce secteur joue un rôle clé dans l’aménagement et la vitalité du territoire puisqu’il transforme 70% de la production agricole française. Sur le volet économique, les autorités politiques vont d’ailleurs prendre des mesures faisant suite aux États généraux de l’alimentation (EGA) (nouvelle fenêtre), conclus le 21 décembre 2017, qui ont notamment permis de dégager un consensus général sur la nécessité d’une meilleure répartition, entre tous les acteurs, de la valeur créée par les filières agricoles et agroalimentaires. [Lire à ce sujet l’article de Claudine Yédikardachian paru dans le magazine Option Qualité le 1er janvier 2018 intitulé États généraux de l’alimentation : cap vers une agriculture équitable et une alimentation sûre et saine (à lire en ligne sur le site de La Médiathèque – nouvelle fenêtre) ]

Qu’en disent actuellement les économistes dans la presse ? (articles disponibles sur La Médiathèque en ligne)

Dans son article Point de vue : une sécurité alimentaire bien précaire (à lire en ligne sur le site de La Médiathèque – nouvelle fenêtre)  paru le 2 décembre 2017 dans Ouest France, Daniel Gadbin, professeur émérite à l’Université de Rennes 1, parle de « cacophonie européenne » dans le domaine de la sécurité sanitaire et environnementale de notre alimentation, en citant l’exemple du renouvellement de l’autorisation du glyphosate pour cinq ans, et dresse le constat d’un consommateur qui ne sait plus où donner de la fourchette… Aussi l’auteur plaide-t-il pour l’organisation d’États généraux européens sur cette question.

À l’inverse, l’économiste et ancien directeur de l’École supérieure d’agriculture d’Angers Bruno Parmentier, dans un article du 13 janvier 2018 paru sur le site d’information en ligne Atlantico, intitulé Sécurité alimentaire : pourquoi le scandale Lactalis ne doit pas nous faire oublier que les dangers pour les consommateurs français n’ont jamais été aussi faibles (à lire en ligne sur le site de La Médiathèque – nouvelle fenêtre), revient notamment sur l’affaire du lait infantile contaminé par la salmonelle et précise que la fréquence des « crises sanitaires » est bien le signe de l’efficacité du système de contrôle et de la mobilisation croissante de l’opinion publique sur ces questions. Il pointe au passage les deux grandes tendances à l’œuvre en termes de consommations de produits alimentaires depuis quelques années : d’une part, la forte croissance du « bio », de l’ordre de 20 % par an (en surfaces cultivées) et de 15 % (en chiffre d’affaires) et d’autre part, le retour vers « le petit et le local », tant au niveau de la production que de la distribution, avec la notion de « responsabilité sociale » du consommateur qui se tourne de plus en plus volontiers vers les circuits courts.

Pierre Feillet nous apportera son point de vue de spécialiste sur cette épineuse question afin que nous sachions, en toute conscience, quoi mettre dans nos assiettes…

Le 15 février 2018 paraîtra chez EDP sciences son dernier ouvrage, Tout savoir sur notre alimentation : démêler le vrai du faux !

Tout savoir sur l'alimentation

BONUS : une sélection de livres à La Médiathèque

  • Sélection des rencontres de Liseur février 2018 (site de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prenez de la hauteur, et venez penser le monde d’aujourd’hui avec les Rencontres de Liseur !

PRATIQUE : rendez-vous le samedi 10 février à 15h à la médiathèque Gustave-Eiffel (111 rue Jean Jaurès-Levallois – 01 47 15 76 43). Entrée libre.

Rappel : pour lire en ligne sur le site de La Médiathèque, n’oubliez pas de vous connecter (identifiant = votre numéro de carte + code JJMM de votre date de naissance)

Festival de Bande Dessinée d’Angoulême, édition 2018

26 Jan

La 45e édition du Festival International de la Bande Dessinée (FIBD) ouvre ses portes  à Angoulême du 25 au 28 janvier 2018. Créé en 1974, le festival d’Angoulême est depuis devenu le plus important des festivals consacré au 9e art en Europe et rassemble des membres de la profession issus du monde entier.

Festival d'Angoulême de Bande dessinée 2018 (nouvelle fenêtre)

Crédit photo : FIBD

Au programme de cette édition, comme chaque année, des rencontres avec quelques 2000 auteurs, et près de 400 évènements parmi lesquels expositions, master class, conférences, et diverses performances des auteurs dont des concerts dessinés.

L’attention des médias se concentre sur les 9 prix (appelés Fauves) qui seront remis lors du festival : le Fauve d’Or (Prix du Meilleur Album), les Fauves d’Angoulême (Prix Spécial du Jury, Prix de la Série, Prix Révélation, Prix du public Cultura, Prix Jeunesse, Prix du Patrimoine, Prix de la Bande Dessinée Alternative), et le Fauve Polar SNCF.

Le Grand Prix de l’édition 2018, récompensant un artiste pour l’ensemble de sa carrière et attribué par un jury de personnalités, est l’Américain Richard Corben (nouvelle fenêtre). Il était en lice avec deux autres auteurs de bande dessinée choisis par plus de 1000 de leurs consœurs et confrères : le Français, Emmanuel Guibert (nouvelle fenêtre), et l’Américain Chris Ware (nouvelle fenêtre).

Le lauréat du Grand Prix 2017, Cosey (nouvelle fenêtre), se voit, comme le veut la tradition, consacrer une exposition, à l’Hôtel Saint-Simon du pendant la durée du festival.

Par ailleurs, le musée municipal présentera du 25 janvier au 11 mars la première rétrospective européenne consacrée à celui qui est considéré comme le père du manga moderne : Osamu Tezuka (nouvelle fenêtre).

Le musée de la bande dessinée, au cœur de la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image (nouvelle fenêtre), propose, quant à lui, du 25 janvier au 13 mai une exposition dédiée à Jacques Martin (nouvelle fenêtre), figure historique de la bande dessinée franco-belge avec des séries comme « Alix » ou « Lefranc ».

Enfin l’Alpha – Médiathèque de GrandAngoulême, exposera Marion Montaigne, auteur notamment du blog Tu mourras moins bête (nouvelle fenêtre), depuis édité en papier (4 tomes disponibles à La Médiathèque-nouvelle fenêtre) et adapté en animation sur Arte. Elle est par ailleurs en lice dans la sélection officielle avec Dans la combi de Thomas Pesquet (nouvelle fenêtre).

Pour retrouver tout le détail de la programmation et des nominations, consultez le site officiel de la manifestation (nouvelle fenêtre).

Ainsi que la sélection officielle (pdf-nouvelle fenêtre).

Bonnes résolutions 2018, La Médiathèque vous aide !

11 Jan

Et voilà, à l’heure où sonnent les bonnes résolutions pour la nouvelle année, vous manquez d’idée ou ne savez comment les initier durablement… Pas de panique ! Votre Médiathèque s’avère un trésor regorgeant d’inspirations et/ou de savoir-faire. Voici en exclusivité pour nos lecteurs quelques livres ou ressources numériques qui vous aideront toute l’année sur le chemin de la mise en route, de la planification et de la réussite. L’essentiel, d’après les pros, est tout d’abord d’y croire :-), ensuite de formuler de façon positive (éviter les « ne pas – ne plus ») et de préférer les affirmations de type « manger sainement » plutôt que « ne plus jamais dévorer de »… Ainsi, petit à petit, toutes vos résolutions deviendront bonnes !

En matière de vœux et de résolutions, tout est permis, aussi on peut se permettre d’être optimiste … Commençons donc par décider de voir le monde autrement  avec ce film à regarder en ligne :

Vers un monde altruiste ? (VOD-catalogue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre)

Vers un monde altruiste ? (VOD-nouvelle fenêtre)  de Sylvie Gilman et Thierry De Lestrade.

« L’homme est un loup pour l’homme » : l’histoire du monde semble écrite pour illustrer cet adage. Pourtant, des voix scientifiques s’élèvent depuis une vingtaine d’années et inventent le vocabulaire d’une autre histoire : l’altruisme et la coopération en sont les maîtres mots. Des États-Unis au Népal en passant par l’Allemagne, Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade (Mâles en péril, Le jeûne, une nouvelle thérapie ?, Secrets de longévité) sont allés à leur rencontre pour esquisser, sur la base de leurs découvertes, des solutions nouvelles aux maux de la planète, à l’opposé du pessimisme ambiant. Une enquête scientifique aussi passionnante que prometteuse…

On peut aussi avoir l’intention d’enrichir ses connaissances mais faute de temps, on a reculé l’échéance… En 2018, avec cette petite collection intitulée « Trois minutes pour comprendre » quelques semaines vous suffiront pour acquérir et intégrer (donc retenir !)  l’essentiel en sciences littérature, art, économie, religions…

On peut aussi avoir envie, en ce début d’année, de ranger tout ce qui traîne (papiers, placards, tiroirs, cave…), cela permet, parait-il, de partir d’un bon pied sur la voie des bonnes résolutions (ne serait-ce que pour éviter de chercher sa liste de bonnes résolutions pendant des heures…)

Ranger : l'étincelle du bonheur : Un manuel illustré par une experte dans l'art de l'organisation et du rangement (catalogue de la médiathèque- nouvelle fenêtre)

Ranger : l’étincelle du bonheur (nouvelle fenêtre) de Marie Kondo. Pygmalion. Paris.

Ce manuel illustré par une experte dans l’art de l’organisation et du rangement  est un guide complet et  qui vous permettra de faire de la place et de mieux organiser votre espace. De la chambre à la salle de bains en passant par la cuisine, chaque pièce est passée en revue, tout comme une grande variété d’objets classés en différentes catégories : vêtements, chaussures, photographies, livres, couverts, maquillage, produits de soin et objets de valeur.

Le point précédent peut soulever un point d’achoppement plus vaste, à savoir le temps…  Ainsi comment s’organiser dans un timing déjà serré et non extensible ?

Mieux gérer ses priorités et son temps (livre numérique-catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)

Mieux gérer ses priorités et son temps (Livre numérique – nouvelle fenêtre). Gérard Rodach. Éditions d’Organisation.

Ce livre, disponible en numérique, est accessible 24h/24 sur le site de La Médiathèque (à condition de vous connecter sur votre compte). L’extrait de la présentation de l’éditeur mettra en appétit les plus récalcitrants :

Ce guide pratique, organisé en cinq grandes parties, va vous permettre, à l’aide d’outils, de cas pratiques et de questionnaires, de mieux gérer vos priorités, de gagner du temps et de savoir prendre du recul grâce à la méthode « FOCUS » :appréciez les Faits : vos réalisations et votre rapport au temps, partez de vos Objectifs pour définir vos priorités ; développez vos Compétences en termes de gestion du temps et des priorités ; améliorez les Usages que vous en faites ; faites progresser votre Savoir-faire pour un meilleur rapport à autrui.

Évidemment les bonnes résolutions ne seraient pas fidèles à la tradition si on ne pensait pas cette année encore à améliorer sa forme.

Forme et énergie en 15 minutes par jour (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)

Forme & énergie en 15 minutes par jour (nouvelle fenêtre) de Nat El Zear. Marie Claire Éditions.

Si vous avez envie de : reprendre contact avec votre corps, retrouver du dynamisme et de l’entrain pour vous lever le matin, améliorer le fonctionnement global de votre corps : circulation sanguine, articulations, digestion, équilibre… comprendre l’impact de votre posture sur votre psychisme et vos émotions, Alors, c’est le moment pour vous d’ouvrir ce livre.

Au cas où, si vous êtes stressé ou avez du mal à trouver le calme, voici de quoi commencer à vous détendre en toute occasion.

Médiattion (musique en ligne - catalogue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre)

Méditation (musique en ligne – nouvelle fenêtre) par le groupe relaxation Big band.

Le meilleur de la relaxation musicale avec des mélodies et des sons pour se détendre, se relaxer et rêver à écouter 24h/24 via le site de La Médiathèque.

Dans cette même collection, vous trouverez aussi  Dormir et S’endormir (onglet musique en ligne 1Dtouch sur le site de La Médiathèque)

Enfin, si certains, après avoir vu au cinéma Star Wars épisode WIII, les derniers jedis, sentent la Force être avec eux, voici LE manuel qui permet de répondre à toute bonne résolution visant à sauver l’humanité en 2018 (et les années à venir) .

Stars Wars, 50 missions pour devenir un jedi (nouvelle fenêtre) de Aude Bourcier et Mathieu Auverdin. Hachette.

 

Évidemment cette dernière décision (qui engage toute une vie…) ne concerne pas tout le monde  mais peut s’avérer utile pour le monde entier.

Ainsi cet article qui a commencé par une note de changement se termine sur une note utopiste : et si en 2018, on essayait de tenir nos bonnes résolutions ?

%d blogueurs aiment cette page :