Archive | Envie d’un bon livre ? RSS feed for this section

Panorama de la littérature italienne contemporaine

4 Avr

Après Les origines de la littérature italienne contemporaine,  je voudrais, dans cet aperçu sur l’expression  narrative italienne contemporaine, souligner la nature hybride et multiforme d’une grande partie des romans actuels. Si  la plupart des écrivains qui se sont imposés dans le paysage littéraire l’on  fait autour des années 80, il est important néanmoins de noter que les générations précédentes ont eu une rôle très influent,  certains sont très estimés à l’étranger.

Reprenons la génération de années 30

Elle comprend de grande figures intellectuelles tel Umberto Eco mort en 2016, et laissant derrière lui une œuvre foisonnante, on peut citer le Nom de la rose (nouvelle fenêtre)  mélange du suspense narratif et des plaisirs érudits ; assez différent  Le Pendule de Foucault (nouvelle fenêtre) donne un visage nouveau à la vieille histoire des Templiers. Plus tard,  à 78 ans, dans le Cimetière de Prague (nouvelle fenêtre), Eco démontre encore la verdeur de son imagination romanesque en entraînant le lecteur sur les traces d’un faussaire à la recherche d’une vérité cachée dans un repli de l’Histoire, au XIXe siècle.

De même Antonio Tabucchi disparu en 2012, dont j’ai déjà parlé  dans le précédent article Origine de la littérature contemporaine italienne, écrit des livres dont les personnages se cherchent, mais qui finalement optent pour le courage, induit par l’injustice et toutes les formes de dictature. Citons Tristano meurt (nouvelle fenêtre)

Les  romanciers nés dans les années 50/60, font partie d’une génération particulièrement fertile. Son grand représentant, Erri De Luca;  adopte une  narration assez traditionnelle il est écrivain, poète et traducteur, et a obtenu en 2002 le prix Femina étranger, pour son livre Montedidio (nouvelle fenêtre) Les personnages qu’il campe sont des gens simples, emplis de sagesse populaire. La période qu’il a choisie ici pour son narrateur est celle de la fin de l’adolescence, celle du rite initiatique symbolisé par le « boumeran ». Les personnages phares de cette histoire, l’adolescent et le bossu, sont tout deux en quête d’un graal, d’un changement.
Parmi les « jeunes narrateurs » nés dans les années 50, il serait impardonnable de ne pas mentionner Alessandro Baricco, dont les romans ont été traduits partout en Europe, ainsi qu’en Asie et en Amérique. Il a remporté un vif succès avec Soie (nouvelle fenêtre), c’ est une longue nouvelle qui se situe au XIXe siècle dont le personnage principal est un marchand français de ver à soie.

Parmi les auteurs dont la renommée ne date pas d’hier, Andréa Camilleri  connait un énorme succès  en Italie comme ailleurs, grâce à ses romans policiers mettant en scène le sarcastique commissaire Montalbano. L’ atmosphère de ses romans et  ses personnages fascinent des milliers de lecteurs. Par exemple, Chien de faience (nouvelle fenêtreoù un patron de la mafia met en scène son arrestation afin de sauver la face devant un monde cruel qu’il répudie.
Dans la veine du polar, citons Carlo Lucharelli avec La huitième vibration (nouvelle fenêtre), Marcello Fois avec  la lumière parfaite (nouvelle fenêtre) et Giancarlo Di Cataldo avec Les traitres (nouvelle fenêtre) et Massimo Carlotto avec le souffle court (nouvelle fenêtre). Ces quatre romanciers mettent souvent au centre de leurs intrigues les mensonges et les secrets de l’histoire officielle, l’histoire récente de l’Italie étant au centre de leur œuvre.

Dans Saltatempo (nouvelle fenêtre) Stefano Benni mêle une chronique de la vie d’un rebelle avec une fantaisie toute poétique : ce roman plein de tendresse a enchanté un grand nombre de lecteurs à travers l’Europe, il entre dans la veine des auteurs de romans plutôt légers et comiques.

Citons d’autres auteurs modernes incontournables :  Sandro Veronesi  pour Terres rares  (nouvelle fenêtre) qui est une réflexion émouvante fouillant dans les moindres recoins de l’âme. Niccolo Amanniti avec Comme Dieu veut (nouvelle fenêtre) est un auteur très apprécié et très populaire en Italie. Il excelle dans les récits purs et efficaces, avec des rencontres impossibles, il creuse la vie dans ce qu’elle a de plus absurde, de plus mystérieux.

À côté d’écrivains plus mûrs, on a l’affirmation d’une nouvelle génération de narrateurs qui a gagné beaucoup de succès, par exemple  Margaret Mazzantini  avec Écoute-moi (nouvelle fenêtre), ou Roberto Saviano  avec Gomorra : dans l’empire de la Camora (nouvelle fenêtre) qui  n’est pas un roman mais un document sur l ‘histoire de la Mafia, il tirera aussi de cette enquête  une  célèbre série télévisuelle réalisée par Stefano Sollima entre autre, portant le même titre.

L’art de la joie (nouvelle fenêtre) de Giordana Sapienza est un roman d’apprentissage : il foisonne d’une multitude de vies et traverse le XXe siècle et ses tragédies en étant un hymne à la joie.

Paolo Giordano, dans  la solitude des nombres premiers (nouvelle fenêtre), dépeint deux personnages marqués par des évènements terribles qui compromettent leurs vies d’adultes.

L’auteur sarde Milena Agus avec Mal de pierres (nouvelle fenêtre), récit sans doute autobiographique, d’une sensibilité à fleur de page, devient ainsi un très bel éloge de l’imagination qui a raison de la réalité.

La jeune Silvia Avallone avec D’acier (nouvelle fenêtre) ou Marina Belezza (nouvelle fenêtre) se révèle une fois encore incroyablement douée pour décrire les failles de notre société, les doutes de sa jeunesse et le mouvement qui la pousse à se réapproprier sa terre et ses origines.

Et pour clore ce panorama, n’oublions pas la célèbre Elena Ferrante et sa saga déployée en 4 tomes  L’Amie prodigieuse (nouvelle fenêtre); Le Nouveau Nom (nouvelle fenêtre,) celle qui fuit et celle qui reste (nouvelle fenêtre,) L’enfant perdue (nouvelle fenêtre), œuvres que tout le monde s’arrache et qui retrace dans le Naples des années 50 la vie de deux amies dans un quartier défavorisé de la ville, deux héroïnes inoubliables que l’on suivra  dans un monde riche et bouillonnant façon grand roman du XIXe siècle. L’ampleur historique et sociologique de cette saga évoque à certain moments les œuvres d’ Elsa Morante.

Avant la saga qui l’a fait connaitre, Elena Ferrante a publié d’autres romans qui sont autant de variations sur l’identité féminine, la maternité et la folie. Il s’agit de Poupée volée (nouvelle fenêtre), Les jours de mon abandon (nouvelle fenêtre).

Publicités

Origines de la littérature italienne contemporaine

26 Mar

La littérature italienne contemporaine est l’héritière des différents écrivains de l’unité du pays et des courants dessinés à travers l’histoire ainsi que d’une culture plusieurs fois millénaire.

Son influence tient aussi à de grands classiques tels Dante avec La divine comédie (nouvelle fenêtre ) les poèmes de Pétrarque,  Boccace et son Decameron, ou encore  Fiammetta  (nouvelle fenêtre), mais également l’œuvre philosophique de Machiavel avec Le Prince (nouvelle fenêtre) ainsi que le théâtre de Goldoni (nouvelle fenêtre)

L’unification Italienne vue par Tomaso Di Lampedusa

Le guépard  (nouvelle fenêtre) de Lampedusa marque un tournant dans la littérature italienne. En effet c’est une œuvre essentielle qui célèbre la renaissance, et où l’auteur est un  observateur avisé de la haute société italienne, de ses rituels sociaux  et de la façon dont ses membres essaient de suivre l’évolution sociale et politique.

Manzoni, un écrivain  romantique déterminant.

En ce qui concerne les écrivains romantiques du 19e siècle, citons Alessandro Manzoni, et son roman fondateur Les fiancés.

Le courant anticonformiste « scapigliatura »

Comme tête de file, Emilio Praga (à la façon d’un Baudelaire italien ), forcement en opposition au conservatisme culturel de l’époque, écrivain, poète, peintre et librettiste.

Le naturalisme appelé « vérisme » en Italie

Initié par Giovanni Verga. Dans  les Malavoglia  (nouvelle fenêtre), il propose  de décrire les mutations sociales provoquées par le désir de progrès économique, mais en réalité il s’attache à narrer la décadence d’une famille de pêcheurs d’Aci Trezza, près de Catane.

La génération des années trente

Rosetta Loy n’a pas son pareil pour camper une histoire de guerre à l’atmosphère feutrée, malgré la proximité de l’horreur, dans un  chocolat chez Hanselmann (nouvelle fenêtre)  par exemple.

La période fasciste

Elle a fortement imprégné la littérature transalpine, que Natalia Ginzburg a relaté dans Tous nos hier,  avec  un prisme subjectif  ou féministe dans La mère. Vous pouvez la retrouver dans un roman plus actuel C’est ainsi que cela s’est passé (nouvelle fenêtre)

Tandis que Malaparte lui dénonce la violence de la guerre et la  terreur répandue , et témoigne de résistance dans sa  fameuse trilogie Technique du coup d’état, Kaputt et La peau.

De même Mario Rigoni Stern avec Les saisons de Giacomo (nouvelle fenêtre)  offre une succession de tableaux brefs mais intenses, d’images fugitives mais puissantes, et célèbre les éternelles valeurs d’une terre de fraternité.

Le courant néoréaliste

Citons Italo Calvino  avec Le Sentier des nids d’araignée, un roman qu’il écrit au lendemain  de la Seconde guerre mondiale et qui se déroule principalement au sein de la Résistance italienne antifasciste.

Après la chute du fascisme, et le referendum de 1946, l’Italie devient une république, ce qui apporte de nombreux changement : politique, culturel et social redonnant sa place à la littérature, le néoréalisme est né et se développe surtout dans le cinéma , il trouve des influences dans le roman, et est initié par Elio Vittorini, qui participe à la traduction de nombreux auteurs étrangers, qui étaient interdits par le régime. Citons aussi  Carlo Emilio Gadda, qui est un auteur confirmé de cette mouvance avec Les merveilles d’Italie (nouvelle fenêtre)  et qui  nous invite  à découvrir une Italie qu’aucun voyageur n’a décrite avant lui. Ce n’est plus seulement l’Italie de l’histoire, des arts et du bel canto, mais aussi l’Italie du travail et de la technologie.

Le surréalisme

Dino Buzzatti, quant à lui, déploie un thème récurrent dans son œuvre : la lutte contre le temps sans que l’homme sans aperçoive, que l’on retrouve dans  le recueil de nouvelles surréalistes,  Le K (nouvelle fenêtre)                                                     

Pour illustrer le roman sociétal

Alberto Moravia  questionne beaucoup dans son œuvre la société et le couple avec par exemple, L’ennui (Nouvelle fenêtre) ou Le mépris, (nouvelle fenêtre) adapté au cinéma par Jean-Luc Godard. C’est vraisemblablement de son métier de journaliste que lui vient l’habitude de chercher des thèmes de la vie quotidienne. Ainsi que son épouse Elsa Morante  avec La storia (nouvelle fenêtre), un livre accueilli comme une des œuvres majeures du XX° siècle.

Alors que Pier Paolo Pasolini connu pour son engagement social et politique nous offre une œuvre artistique et intellectuelle éclectique qui a marqué la critique. On peut ainsi citer Théorème (nouvelle fenêtre) qui est une parabole d’un genre unique et inclassable.  Il y observe  la société italienne de l’après-guerre et se montre très critique vis à vis de la société consumériste qui en découlera.

Il trouvera quelques héritiers comme Antonio Tabucchi., qui lui aussi fait a une œuvre militante, avec Pereira prétend (nouvelle fenêtre) 

Après toutes ces années de bouillonnement intellectuel, la « Berlusconnisation » de la société entraine un désinterêt grandissant pour la lecture, marqué par la prédominance de plus en plus accrue de la télévision et celle de  la civilisation américaine qui initient les jeunes à des expériences qui  se fondent essentiellement sur la musique et la vidéo offrant une autre perception moins littéraire du monde.

Si le sujet vous intéresse, je vous propose une deuxième partie plus actuelle, qui s’intitulera : Panorama de la littérature italienne contemporaine sur Liseur.

Le coin de La Médiathèque de février est amoureux !

14 Fév

L’amour ! On ne parle que de lui, il est sur toutes les lèvres et dans tous les cœurs… Et il est à l’honneur aujourd’hui, 14 février 2018. Le coin de La Médiathèque a choisi ce mois-ci de le décliner sous toutes ses formes.

Connaissez-vous Fabienne Morel et Debora Di Gilio, ce duo de conteuses étonnant et détonant ? L’une est bretonne, l’autre italienne  et depuis plusieurs années elles se régalent en revisitant pour notre plus grand plaisir  les contes traditionnels. Dans leur dernière création Qui sera mon amoureux ? , elles s’attaquent à un thème universel,  l’amour. Dans ce conte populaire il est question d’un animal qui cherche un mari. Commère Chatte accoudée à son balcon rêve d’un amoureux, mais tous ceux qui se présentent ne trouvent guère grâce à ses yeux…  Jusqu’au jour où compère Souris arrive sur son petit vélo rouillé. Qui l’eut cru soixante ans de bonheur s’en suivit !

Laissez-vous emporter par la musicalité des textes, des ritournelles récurrentes et par la gouaille des narratrices qui nous donnent envie de chanter avec elles. Ce conte accompagné d’un CD fera la joie des enfants… et des parents.

L’amour traverse les nouvelles de Boccace avec l’intensité d’un courant à haute tension. Les hommes et les femmes s’abandonnent à leurs ardeurs amoureuses, les vilenies commises par certains d’entre eux pour parvenir à leurs fins sont souvent punies, mais Boccace n’en est pas pour autant juge ou moraliste. La grande finesse avec laquelle l’auteur décortique, dans les années 1350, l’âme humaine fait de ces nouvelles des récits intemporels. Il est difficile de recenser les auteurs qu’il inspira et inspire encore, et tous les amateurs/amatrices de littérature trouveront dans le Décaméron une source inépuisable de surprises et de délectation.

Pour la mathématicienne Hannah Fry, l’amour pourrait être régi par des modèles mathématiques. Ainsi les mathématiques pourraient-ils nous aider à trouver l’amour ? Comment optimiser ses chances de succès sur les sites de rencontres ? Comment savoir si vous avez rencontré l’homme ou la femme de votre vie ?

Pour les mathématiciens, les sites de rencontres sont une mine d’informations. L’auteur utilise ici les mathématiques pour étudier les schémas comportementaux des êtres humains et plus particulièrement les relations amoureuses. Elle nous livre des recettes, mathématiquement prouvées, pour trouver l’âme sœur et démontre que la rencontre amoureuse est un savant calcul.

« L’amour est un ensemble de modèles complexes…que seules les mathématiques sont capables de décoder » Hanna Fry.

Révélation 2017 de la chanson française, cette jeune femme lumineuse, à la voix si singulière et envoûtante, séduit déjà beaucoup avec son premier album À ta merci Ses chansons  égrènent les notes des cordes d’une guitare électrique, et sa voix qui pourrait parfois rappeler celle du chanteur Christophe, est tout à fait étonnante… Les paroles s’étirent dans une langueur reposante malgré les propos un peu sombres mais d’une grande poésie.

Flora Fishbach a 25 ans, elle est née à Dieppe puis a grandi à Charleville-Mézières. Elle est remarquée en 2015 au festival des Inrocks et reçoit en 2016 le prix du Printemps de Bourges. Une artiste à découvrir en ce mois de la Saint Valentin.

  •    La confession (nouvelle fenêtre) un film réalisé par Nicolas Boukhrief, 2017

En 1961, Jean-Pierre Melville réalise une adaptation éponyme du beau roman de Béatrix Beck, Léon Morin, prêtre, prix Goncourt 1952, avec Jean-Paul Belmondo et Emmanuelle Riva. Cinquante ans plus tard, Nicolas Boukhrief propose, à son tour, une adaptation libre et très personnelle de ce roman intemporel et réalise ce mélodrame bouleversant.

Sous l’occupation allemande, l’arrivée dans une petite ville de Léon Morin, jeune prêtre charismatique provoque l’intérêt et la curiosité des femmes. Barny, communiste et athée, dont le mari est prisonnier de guerre, défie ce prêtre brillant et convaincant, à travers un débat idéologique et religieux, qui la trouble de plus en plus. Les plans toujours plus rapprochés, les silences prolongés transforment cette joute rhétorique et spirituelle en un face à face amoureux. Nicolas Boukhrief avait d’emblée pensé à Romain Duris pour le rôle de Léon Morin, le choix de Marine Vacth pour jouer Barny qui est en revanche une trouvaille, permet au réalisateur d’atteindre ce qu’il appelle lui-même «un vrai couple de cinéma, évident et moderne».

À partir d’un roman sur la spiritualité, Nicolas Boukhrief compose un drame sentimental et amoureux poignant.

Merci à Marie-Charlotte W., Marie-Odile S., Isabelle F. et Marianne V. pour leur contribution à cet article.

La rentrée littéraire 2017 de la librairie Decitre

23 Sep

Dans les quelques 581 romans attendus ou particulièrement attendus cette année en littérature française, littérature étrangère, premiers romans,  voici ceux que nos libraires ont remarqués. Quels sont ceux qui vont recevoir un prix ? Le suspense demeure…

Les sujets évoquent l’actualité toujours, avec des thèmes universels ou intimes, ils interrogent la famille, le couple, les racines, l’Histoire, et sont marqués peut-être un peu plus par la légèreté, la fantaisie et la poésie.

Comme l’an dernier à la même époque Olivia de Lamberterie, directrice des pages culture de ELLE Magazine, et responsable de la rubrique « livres » animait la rencontre à la librairie Decitre (31, rue d’Alsace à Levallois) le mercredi 13 septembre 2017, avec 4 auteurs sélectionnés parmi ce paysage littéraire de qualité.

Ils vont tuer Robert Kennedy de Marc Dugain( catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Tout d’abord, Marc Dugain, qui est un des grands écrivains français, hanté par l’histoire, les évènements tragiques et les personnages réels. Dans La Malédiction d’Edgar (nouvelle fenêtre) il raconte le parcours de John Edgar Hoover à la tête du FBI de 1924 à 1972, période durant laquelle il assiste à l’élection de John Fitzgerald Kennedy. Ou dans Avenue des géants (nouvelle fenêtre) inspiré par le récit du cheminement intérieur d’un personnage réel, tueur hors du commun ainsi qu’un hymne à la route, aux grands espaces, aux mouvements hippies, dans cette société américaine des années 60 en plein bouleversement, où le pacifisme s’illusionne dans les décombres de la guerre du Vietnam. Et dans ce dernier livre phare de la rentrée littéraire 2017, Ils vont tuer Robert Kennedy (nouvelle fenêtre) , un professeur d’histoire écrivant sa thèse sur le frère cadet de l’ancien président, dont il fut le ministre de la justice, est persuadé que la mort brutale de ses deux parents est liée à l’assassinat de celui qui était alors candidat à l’élection américaine, la même année. John Fitzgerald Kennedy. C’est un roman gigogne, une quête introspective historique palpitante qui se double d’une réflexion sur la morale et la culpabilité.

Les vacances de Julie WolkensteinJulie Wolkenstein s’était attachée à retracer dans sa fresque familiale  Adèle et moi  (nouvelle fenêtre) sa quête des origines. Nous la retrouvons ce soir avec  Les vacances (bientôt disponible à La Médiathèque), roman rafraichissant et tonique dont elle parle avec beaucoup de drôlerie en hommage à Eric Rohmer dans Les petites filles modèles, premier long métrage, jamais sorti au cinéma et disparu. Il s’en suit une  enquête en Normandie, qui mêle des personnages réels ou fictifs  et c’est ce qui donne aussi à cette histoire une profondeur inattendue tant par le ton  plaisant, désinvolte et spirituel, c’est avant tout sur eux-mêmes que Paul et Sophie enquêtent sans s’en rendre compte.

La légende d’un dormeur éveillé de Gaëlle NohantGaëlle Nohant, avec un souffle puissant et généreux, nous avait séduit dans La part des flammes (nouvelle fenêtre) en nous entrainant de rebondissements en révélations à la manière d’un roman feuilleton. La légende d’un dormeur éveillé (bientôt disponible à La Médiathèque), qui est le livre présenté ce soir,  offre un délicieux travail biographique construit avec une plume virevoltante ! Ce roman passionnant ressuscite le poète Robert Desnos (1900- 1945), surréaliste de la première heure, fêtard de l’aube, journaliste curieux de tout, et, pour finir, résistant au risque de sa vie, qu’il perdra.

 

Nos richesses de Kaouter AdimiLa jeune Kaouther Adimi offre en 3 livres une auscultation de la société contemporaine, de ses souffrances, ses espérances aussi bien dans L’envers des autres  ou  Des pierres dans ma poche pour cette rentrée avec  Nos richesses (bientôt disponible)  elle nous parle d’Edmond Charlot et de sa minuscule librairie crée à Alger, placée sous l’égide de Giono, qu’il baptise Les vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d’un inconnu : Albert Camus. Mais la révolte gronde en Algérie en cette veille de Seconde Guerre mondiale. Son récit alterne avec le sort d’un jeune Algérien en 2017. C’est une splendide déclaration d’amour à la littérature, seul trait d’union entre les époques et les êtres.

Elle figure sur la liste du Goncourt et du Renaudot 2017.

Pour retrouver les livres présentés par  la librairie Decitre en 2016 : Nous avons rencontré pour vous 4 auteurs à la librairie Decitre

Quels romans mettre dans vos valises pour cet été ?

4 Juil

Si, comme moi,  vous songez déjà au livre que vous emporterez cet été lors de vos vacances, La Médiathèque vous propose une sélection de romans à glisser dans votre sac à main, de randonnée, ou de plage.

Plusieurs choix s’offrent à vous :

1, 2, 3, 4 titres selon la durée de votre séjour.
Les gros qui plomberont votre sac,  pour être sûr de ne pas manquer.
Les ultralégers pour en lire plein.
Les numériques pour l’aspect pratique.
Les sérieux, les classiques…tous les choix sont permis !

 

Couverture du livre L'amie prodigieuse d'Elena FerranteL’amie prodigieuse. T.01, Enfance, adolescence – Elena Ferrante. À lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre).

L’avis de Juliet Copeland sur Meet Your Culture : « À mes yeux, une des plus belles histoires d’amitiés de la littérature. Elena Ferrante nous embarque dans un voyage émotionnel exaltant, avec en toile de fond l’après-guerre, vécu par deux jeunes âmes qui se battent pour leur futur ». Lire la suite(nouvelle fenêtre)

 

Couverture du livre City on fire de Garth Hallberg City on Fire – G. R. Hallberg

L’avis de Nathalie Crom dans Télérama : « Dans cette œuvre-fleuve à la confluence du roman d’apprentissage et de la fresque urbaine, le nouveau prodige américain ressuscite un New York révolu ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

 

Couverture du livre L'âne d'or ou les métamorphoses d'Apulée L’âne d’or ou les Métamorphoses – Apulée

L’avis de nooSFere : « Le merveilleux et l’humour font tout le charme de ce conte, extrait des « Métamorphoses », qui nous raconte les innombrables mésaventures que risque de connaître un jeune homme trop curieux et impatient d’expérimenter des pratiques magiques ! » Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

Couverture du livre Un monde sans fin de Ken Follett Le Monde sans fin – Ken Follett

L’avis de l’éditeur : « Ken Follett a conquis le monde avec Les Piliers de la terre (1990), phénoménale saga qui prenait place dans l’Angleterre du XIIe siècle, au rythme de la construction d’une majestueuse cathédrale gothique. Deux siècles plus tard, autour du même édifice, nous retrouvons les descendants de ces héros, dans la ville fictive de Kingsbridge… 1327″. Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

Couverture du livre Sur les chemins noirs de Sylvain Tesson

Sur les Chemins noirs – Sylvain Tesson. À lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre)

L’avis de Lionel Bedin sur La Cause littéraire : « Sylvain Tesson nous a habitués à des récits de périples lointains (Bérézina, ou Dans les forêts de Sibérie), il nous propose aujourd’hui le récit d’une traversée à pied de la France, du Mercantour au Cotentin, effectuée d’août à novembre 2015″. Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

Couverture du livre L'homme-joie de Christian Bobin
L’Homme joie – Christian Bobin

L’avis de Libfly, réseau social de lecteurs : « Christian Bobin, renouant avec sa fibre narrative, construit son livre en quinze récits : des portraits d’êtres chers (son père), des rencontres (Maria, l’enfant gitane), des figures emblématiques (Soulages, Glenn Gould), des visions, puis une longue lettre à la femme aimée et perdue, « la plus que vive ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

Couverture du livre Le grand cahier d'Agota Kristof  Couverture du livre La preuve d'Agota Kristof  Couverture du livre Le troisième mensonge d'Agota Kristof
La Trilogie des jumeaux – Agota Kristof

L’avis de Tix sur Pensées critiques : « Le premier tome est un vrai régal. C’est une sorte de récit initiatique sous forme de mise en abyme, puisque, dans l’histoire, le grand cahier est en fait l’inventaire de tous les récits écrits par les jumeaux ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

Couverture du livre Mille femmes blanches de Jim Fergus
Mille femmes blanches – Jim Fergus

L’avis de François Busnel dans l’Express : « Son premier roman, Mille femmes blanches, fut un immense succès en France. Fergus part d’un fait divers : pour négocier la paix, le chef cheyenne Little Wolf proposa au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

Couverture du livre La vengeance des mères de Jim Fergus
La Vengeance des mères – Jim Fergus. A lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre)

L’avis de Marianne Payot dans l’Express : « Jim Fergus au sommet de son art. L’heure n’est plus à l’intégration, mais à l’extermination, et le programme Femmes blanches pour les Indiens (FBI) est bel et bien révolu. Jim Fergus, lui, a gardé toute sa fraîcheur et sa science pour raconter la folle épopée de son groupe d’irréductibles au cœur de l’un des conflits les plus meurtriers de ces derniers siècles ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

Couverture du livre Romans de John FanteRomans : Volume 1, La Route de Los Angeles ; Bandini ; Demande à la poussière – John Fante.

L’avis de Nathalie Crom dans Télérama : « De deux choses l’une : « Soit l’oeuvre de John Fante (1909-1983) vous est inconnue, soit elle est pour vous inoubliable », ­résumait il y a quelques années le New York Times, présentant à ses lecteurs ce ­romancier et nouvelliste à la postérité non pas en demi-teinte, mais violemment contrastée ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

Couverture du livre Dans la forêt de Jean Hegland
Dans la Forêt – Jean Hegland

L’avis de Marine Landrot dans Télérama : « C’est un véritable trésor qui nous parvient aujourd’hui, après vingt ans de silence, de sommeil, d’hibernation, pendant que le monde réel agençait son chaos ». Lire la suite (nouvelle fenêtre) 

 

Couverture du livre Deux hommes de bien de Perez-ReverteDeux hommes de bien – Arturo Pérez-Reverte. À lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre)

L’avis de Nicole Volle sur le blog littéraire Enfin Livre ! : « Roman d’aventures épatant, et éloge de ce qui fut la plus grande entreprise intellectuelle du XVIIIe siècle, Deux hommes de bien reconstitue de façon minutieuse et passionnante un Paris prérévolutionnaire plus vivant que jamais. Il peut se lire aussi comme un hymne à l’amitié et un bel hommage à Don Quichotte par un écrivain espagnol profondément épris de la France ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

Couverture du livre Confiteor de Jaume CabréConfiteor – Jaume Cabré

L’avis de Laurent Mauvignier dans Le Monde des livres : « Il est presque impossible de raconter l’histoire de Confiteor, énorme roman publié par Actes Sud, ou d’en résumer la richesse, la profusion, sans en réduire la portée et l’élan ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

Couverture du livre Les animaux de Christian Kiefer
Les animaux – Christian Kiefer

L’avis de Mr K sur Le Capharnaüm éclairé  : « Les Animaux est donc un bonheur de tous les instants où la maestria langagière déployée (écriture simple et universelle à l’américaine) se conjugue avec une finesse des descriptions incroyable tant au niveau de la psychologie des personnages (et ceci pour tous les protagonistes que l’on croise) que du background ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

Couverture du livre Le plus grand des miracles de Thomas GlavinicLe plus grand des miracles – Thomas Glavinic. À lire aussi sur Bibliovox en ligne (nouvelle fenêtre)

L’avis de Pierre Dehusses dans Le Monde des livres : « Ce n’est pas un livre mais deux que nous ouvrons en même temps ici. Et ce n’est pas le fait du « plus grand des miracles » – pour reprendre le titre du roman. Simplement celui du pouvoir de la littérature. Un pouvoir dont l’Autrichien Thomas Glavinic s’empare sous nos yeux avec une jubilation communicative ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

Couverture du livre Voyager Russell BanksVoyager – Russell Banks

L’avis d’Alain et Christine Londner sur le site de La librairie Les Cinq continents : « Dans ce captivant recueil de récits, qui est aussi un véritable livre de vie, Russell Banks, explorateur impénitent, invite son lecteur à l’accompagner dans ses plus mémorables voyages – des Caraïbes à l’Himalaya en passant par l’Écosse ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

Couverture du livre Quand sort la recluse de Fred VargasQuand sort la recluse – Fred Vargas

L’avis de Michel Abescat dans Télérama : « Une araignée tue… Et le commissaire Adamsberg reprend du service. Fred Vargas livre un polar malicieux où les mots mènent la danse et l’intrigue ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

 

Couverture du livre La nuit pour adresse de Maud Simonnot

La nuit pour adresse – Maud Simonnot. À lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre)

L’avis de David Foenkinos dans l’Express : « Maud Simonnot signe un roman émouvant, La Nuit pour adresse, en forme d’hommage à une figure oubliée du Montparnasse des années 1920 : Robert McAlmon. Ainsi, l’homme qui a illuminé cette époque brille à nouveau ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

Couverture du livre A la recherche du temps perdu de Marcel Proust

À la recherche du temps perdu – Proust

L’avis de Gilles Heuré dans Télérama : « A la recherche du temps perdu est paru il y a un peu plus de cent ans. Il n’est jamais trop tard pour découvrir ce monument d’ironie mordante ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

 

Couverture du livre Une bobine de fil bleu d'Anne Tyler

Une bobine de fil bleu – Anne Tyler

L’avis de Florence Bouchy dans Le Monde des Livres : « Une famille américaine comme les autres. Anne Tyler recrée à la perfection la vie enviable et le quotidien animé d’une maisonnée où l’on n’a rien à cacher. Vraiment ? » Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

Couverture du livre Dans une coque de noix de Ian McEwanDans une coque de noix – Ian McEwan

L’avis de Nicolas Carreau sur Europe 1 : « Le dernier Ian McEwan vient de sortir. C’est toujours un événement. Il est publié par Gallimard comme toujours et s’intitule : Dans une coque de noix. Mais ce dernier roman se détache un peu des précédents. Le narrateur a de quoi surprendre. Celui qui nous raconte l’histoire n’est pas encore né ! Il est encore dans le ventre de sa mère ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

Couverture du livre Silo d'Hugh Howey

Silo – Hugh Howey

L’avis d’Hubert Artus dans l’Express : « Silo, qui inaugure donc « exofictions » est une véritable surprise. Tout d’abord, c’est le premier livre de cet auteur inconnu. Autopublié en cinq épisodes sur internet, puis repris par un éditeur américain, ce récit exploite un sujet maintes fois exploré par les auteurs de SF : la population se réfugie sous terre après une catastrophe ayant détruit la surface (on se souviendra notamment du Monde Aveugle de Daniel Galouye en 1961) ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

Couverture du livre Affinités de Sarah WatersAffinités – Sarah Waters

L’avis de Céline L. (Médiathèque de Levallois) : « Univers envoûtant – Sarah Waters, souvent comparée à Dickens et à Willkie Collins, nous tient en haleine tout au long de ce roman captivant où elle décrit parfaitement l’atmosphère lugubre des prisons de la fin du 19 ème siècle, le monde surprenant du spiritisme et le malaise d’une jeune femme en décalage avec son époque et sa condition sociale ».

 

Couverture du livre Chimères de Nuala O'Faolain
Chimères – Nuala O’Faolain

L’avis de Sylvie Z. (Médiathèque de Levallois) – « Récit autobiographique, Kathleen De Burca, la cinquantaine, est décidée à mettre de l’ordre dans sa vie. Rentrée en Irlande pour enquêter sur un procès d’adultère survenu dans les années 1850, elle se fait happer par le sujet du livre qu’elle est en train d’écrire, le fantasme et invente une histoire d’amour dévorante ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

Merci à tous les bibliothécaires de La Médiathèque pour leur participation à cette sélection ! Et n’hésitez pas à partager avec nous vos lectures estivales !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

%d blogueurs aiment cette page :