Archive | Un auteur ou un personnage à l’honneur RSS feed for this section

Les Rencontres de Liseur (4) : rencontre avec Karine Silla

12 Déc

Samedi 16 décembre 2017, La Médiathèque vous propose dans le cadre des Rencontres de Liseur 2017-2018 un rendez-vous avec Karine Silla autour de son dernier roman L’absente de Noël publié aux éditions de l’Observatoire. La rencontre sera animée par Christine Ferniot, journaliste littéraire (Lire, Télérama) et se terminera  par une séance de dédicace, en partenariat avec la librairie Decitre de Levallois.

Qui est Karine Silla ?

© Vincent Perez

Dramaturge, réalisatrice et scénariste franco-sénégalaise, Karine Silla est l’auteur de deux romans remarqués, Monsieur est mort et Autour du soleil.

Sous des intrigues bien construites, ces deux titres évoquaient déjà les questions de la famille, de la filiation, de la construction de soi, de l’ailleurs où l’on se cherche sans oublier le poids des silences et des non-dits. L’absente de Noël renoue avec ces thématiques et leur puissance souterraine s’affirme derrière une intrigue bien menée et servie par un style vif et souvent drôle.

Le pitch de l’absente de Noël, sur le site des Éditions de l’Observatoire (nouvelle fenêtre)

Sophie, 20 ans, partie faire du bénévolat à Dakar, doit rentrer fêter Noël en famille. La table est mise, le dîner du réveillon est prêt, les guirlandes scintillent. Tout le monde l’attend. Mais Sophie ne rentre pas. Accident ? prise d’otage ? fugue ?
Sa mère Virginie, son beau-père Gabriel, sa demi-sœur Chloé, son grand-père René, et même Antoine, son père, et Fanny, son épouse : tous partent à sa recherche au Sénégal.
Virginie a l’impression que tout ce qu’elle a tenté de construire part à la dérive. Sa fille a disparu. Antoine et Gabriel s’affrontent violemment. Fanny lui voue une haine féroce.
Sans repères dans ce pays inconnu, tous sont forcés de dépasser leurs préjugés et de se confronter aux souffrances enfouies.

Les avis des pros

L’avis de Ghalia de sur le site du Télégramme (nouvelle fenêtre)  :

Ce troisième roman de Karine Silla dresse le portrait de personnages submergés par la force de leurs sentiments. L’auteur nous livre de son pays natal une peinture haute en couleurs. Le choc de deux cultures que tout semble opposer, et pourtant…
l'absente de noel Karine Silla (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)Au delà de l’étude très subtile des liens familiaux,  « le Sénégal, pays où est née et a grandi Karine Silla, est peut-être le personnage principal de ce roman », analyse Pascal Schouwey sur son blog littéraire Voix de plume dans son article du 23 août 2017 (nouvelle fenêtre)
C’est aussi l’avis de l’équipe de Lettres it be dans sa critique intitulée L’Absente de Noël » de Karine Silla : en route pour l’ailleurs (nouvelle fenêtre) qui écrit qu’une fois le livre refermé, « on retient une immersion dans l’Afrique d’aujourd’hui, une plongée sur ces terres baignées par le soleil et la poussière ».  Et qui insiste aussi sur le côté très visuel de l’écriture, utilisant la jolie expression  de « plume cinématographique » et soulignant la construction rigoureuse, le découpage en scènes et plans ainsi que la précision des détails.
Marie Daoudal dans son article intitulé L’absente de Noel, Karine Silla, l’absence magnifiée, sur le magazine en ligne  Maze (nouvelle fenêtre) ajoute à ces qualités le fait que l’auteur excelle dans la description du manque :
Tout au long du roman, c’est de son absence [Sophie, la grande énigme du roman] qu’il est question. À travers les autres et leurs pensées, on ne voit que Sophie, et l’influence qu’elle a sur leurs vies. Personne n’a jamais aussi bien décrit le manque que Karine Silla.

Les avis du public

De nombreux commentaires glanés parmi les avis postés par des lecteurs sur différents sites marchands parlent de belle découverte littéraire, de lecture palpitante, de roman généreux et soulignent aussi l’humour omniprésent dans le roman.
C’est touchant, cueillant, mais aussi drôle par moments.
On lit aussi que dans cette « saga familiale très bien écrite »,
la souffrance, la haine, l’adolescence, le manque se cotoient grâce aux personnages déterminés et parfois touchants
Il est aussi question du « charme de cette aventure africaine ».
Une agréable étude sur la complexité des sentiments, la diversité de la nature humaine.

L’avis du bibliothécaire

Utilisant la forme de la fiction comme prétexte, Karine Silla s’interroge sur la notion de  « famille »  dans la société française actuelle. Chacun rêve d’une version traditionnelle idéalisée. Mais n’est-elle pas un leurre ?

Autre préoccupation dans ce roman : la place des enfants dans les différentes sociétés. Dans la France actuelle, ils sont au cœur de toutes les préoccupations parentales, avec une tendance à l’abus de pouvoir. La situation est  bien différente en Afrique, où les plus jeunes montrent le plus grand respect pour leurs aînés.

Il faut souligner l’écriture fluide et agréable de ce roman. Et ce qui le rend amusant est non seulement l’humour dont il fait preuve mais aussi la possibilité d’entrevoir les caractères (très probablement assez réalistes) de personnalités « people».

Pratique

Rendez-vous le samedi 16 décembre 2017 à 16 heures à la médiathèque Gustave Eiffel (nouvelle fenêtre)  111 rue Jean-Jaurès à Levallois.

Entrée libre.  Renseignements au 01 47 15 76 43.

Rencontre animée par la journaliste littéraire Christine Ferniot (nouvelle fenêtre)

Suivie d’une séance de dédicace en partenariat avec la librairie Decitre de Levallois (nouvelle fenêtre)

Publicités

Aurez-vous assez de second degré pour vous lancer dans la lecture de… Edgar Hilsenrath ?

5 Oct

Certains diront que les romans d’Edgar Hilsenrath sont cruels, violents, … d’autres diront qu’ils sont pleins d’humour noir, que son ton est grotesque et qu’on ne s’ennuie pas. Je serais plutôt du second avis, les auteurs qui écrivent sur les sujets tabous, sans censure, sont parfois les plus intéressants.

Quelques mots sur l’auteur : écrivain juif allemand né en 1926 à Leipzig, Edgar Hilsenrath laisse quelques traces autobiographiques dans ses romans. Il grandit avec la montée de l’antisémitisme dans les années 30 en Allemagne, puis il est déporté dans le ghetto roumain de Mogilev-Podolsk avec sa famille (Nuit). Après la guerre et quelques passages en prison, il se rend en Palestine où il vit de petits jobs. En 1947 il rejoint sa famille en France et en 1950 ils émigrent aux États-Unis (Fuck America). C’est là-bas qu’il rédige son premier roman, Nuit, dont le style d’écriture très cru effraie les éditeurs. Il rentre définitivement en Allemagne en 1975.

Je vous laisse vous faire votre propre opinion parmi ses livres.

Ceux qu’on trouve à La Médiathèque (nouvelle fenêtre) :

Pour les lecteurs qui aiment les tranches de vie : Nuit (nouvelle fenêtre)

Nuit | Hilsenrath, Edgar (1926-....)Le plus long roman d’Edgar Hilsenrath et pas celui où il y a le plus d’action… En le prenant dans ses mains on se dit « Vais-je vraiment me lancer là-dedans ? J’espère qu’il sera passionnant… ». Et en effet, les pages se tournent sans qu’on s’en rende compte. L’action n’est pas toujours au rendez-vous, mais le réalisme oui. On suit la vie de Ranek dans le ghetto de Prokov en Ukraine. Une vie où la famine, les razzias, rarement l’entraide et souvent la mort se côtoient.

Hilsenrath est l’un des seuls survivants d’un ghetto juif de la dernière guerre, à la frontière roumaine. Dans ce livre d’une folle beauté, il raconte à la troisième personne son combat quotidien pour survivre. La principale obsession : trouver un toit la nuit. Les nazis massacrent les sans-abri. Jamais on n’a parlé de soi-même avec si peu de complaisance.

Amélie Nothomb, citée sur France loisirs (nouvelle fenêtre)

Pour ceux qui rêvent de « l’American dream » : Fuck America : les aveux de Bronsky (nouvelle fenêtre)

Fuck America : Les Aveux de bronsky | Hilsenrath, Edgar (1926-....)Sans travail, sans ami et sans argent, Jakob Bronsky ne connait pas « l’American dream » des années 1950. Émigré juif qui a réussi à survivre aux ghettos nazis, la désillusion d’une vie prospère aux États-Unis est vite arrivée. Solitude, chômage, prostitution, les failles de la société américaine sont mises en avant et tournées en dérision par l’auteur. Bronsky ne veut pas travailler. Il veut écrire son livre, Le Branleur, et profiter de la vie avec les 2 dollars qui lui restent. Il enchaîne les petits boulots, les coups d’un soir et les combines pour pouvoir se nourrir et continuer à écrire sur les ghettos. L’auteur romance une partie de sa vie à travers le personnage de Jakob Bronsky. Son humour noir et piquant permet de relativiser l’image d’une Amérique idéale.

Edgar Hilsenrath montre le ridicule des lois des quotas des années 1921 et 1924 qui ont empêché sa famille d’émigrer dans les années 1930 alors que la guerre se profilait : « À l’époque où nous avions besoin de l’Amérique, les portes étaient fermées. Aujourd’hui, nous n’avons plus besoin d’elle ». Il décrit le fossé qui sépare les étrangers vus comme des rebuts de la société de ceux qui suivent les codes formels du rêve américain et s’insèrent dans le moule. La facilité avec laquelle l’auteur nous livre ses ambitions déçues, ses fantasmes et ses rêves à travers des situations cocasses et des dialogues loufoques permet au lecteur d’avoir une vision différente de l’Amérique des années 1950. La force de l’auteur est d’avoir rassemblé dans un même ouvrage tous les maux de la société américaine, glissés dans un récit qui mêle réalisme, inventions et ironie face à la Shoah. Très controversé en Allemagne à cause de son point de vue sur la Shoah, l’auteur est d’abord publié aux États-Unis, son livre ne sort en Allemagne qu’en 1979.

Pour ceux qui aiment l’humour noir, très noir : Le Nazi et le Barbier (nouvelle fenêtre) 

Le Nazi et le Barbier | Hilsenrath, Edgar (1926-....)Deux amis, un juif et un « aryen pure souche » grandissent ensemble dans une ville allemande avant le début de la Seconde Guerre mondiale. Physiquement, tout les oppose : le Juif Itzig est décrit comme la représentation de « l’aryen » type des livres d’histoire et l’Allemand Max Schulz ressemble aux caricatures des juifs des journaux de l’époque : « « Mon ami Itzig était un blond aux yeux bleus, il avait le nez droit, les lèvres bien dessinées et de bonnes dents. Moi, au contraire, Max Schulz, j’avais des cheveux noirs, des yeux de grenouille, le nez crochu, de grosses lèvres et de mauvaises dents. »[. La guerre entraîne Max sur le chemin de l’extermination de masse et Itzig sur celui des camps de concentration. Mais quand la guerre prend fin, Max décide de prendre l’identité de son ami d’enfance pour pouvoir s’exiler en Israël.

L’art d’Hilsenrath est de bousculer les codes et le politiquement correct en racontant l’histoire du point de vue de Max Schulz, successivement membre de la SS, surveillant de camp de concentration puis Juif pour sauver sa peau. Le ton grotesque du roman et des ouvrages d’Edgar Hilsenrath en général peut déplaire à certains lecteurs. Ses romans n’ont d’ailleurs été publiés dans un premier temps qu’aux États-Unis car sa vision de la Shoah n’était pas acceptée par les éditeurs allemands, le sujet restant encore tabou.

On rapproche souvent Le Nazi et le Barbier des Bienveillantes de Jonathan Littell (nouvelle fenêtre)

Pour ceux qui veulent rire et se détendre dans un contexte de guerre froide : Orgasme à Moscou (nouvelle fenêtre)

Orgasme à Moscou | Hilsenrath, Edgar (1926-....)Guerre froide, 1970. La fille du patron de la mafia new yorkaise, Anna Maria Pepperoni, connaît son premier orgasme lors d’un voyage de presse à Moscou. Le fauteur de trouble(s) ? Sergueï Mandelbaum, fils de rabbin et dissident juif fauché doté d’une étonnante propension à susciter des orgasmes. La mafia met tout en oeuvre pour le faire venir aux Etats-Unis afin d’épouser Anna Maria, mais le passeur qu’elle a recruté est un dangereux dépeceur sexuel. Les obstacles, et pas seulement diplomatiques, s’accumulent. Écrit en 1979, entre Le Nazi et le barbier et Fuck America, ce livre hautement  » politique  » relève du divertissement loufoque et survolté.

Présentation extraite du site de la maison d’édition Le Tripode (nouvelle fenêtre)

Ceux qu’on ne trouve pas à La Médiathèque :

Pour ceux qui aiment les histoires de voyage et d’héritage : Retour au pays de Jossel Wassermann (nouvelle fenêtre)

Résultat d’images pour retour au pays jossel En août 1939, à Zurich, un riche fabricant de pain azyme fait son testament. Outre sa fortune, Jossel Wassermann lègue l’histoire de sa famille et de son village natal, Pohodna, un pauvre schtetl de Bucovine, aux confins orientaux de l’ex-Empire austro-hongrois. À travers les paroles de Jossel, c’est le petit monde juif d’Europe centrale qui reprend vie, avec ses personnages pittoresques – porteurs d’eau, marieuse, traîne-savates, sans oublier le rabbin portant papillotes et caftan noir. Sur près d’un siècle, les histoires s’enchaînent, truculentes, subversives… si vivantes qu’elles paraissent devoir ne jamais finir. Pas même à l’heure de l’Holocauste, où le rabbin les confiera in extremis à la garde du vent, sur le toit du wagon qui emporte toute la population de Pohodna vers la mort. Avec cette évocation d’une culture anéantie, l’auteur du Conte de la pensée dernière nous rappelle le pouvoir du verbe, plus fort que la mort, plus fort que l’oubli.

Présentation de l’éditeur extraite du site Babélio (nouvelle fenêtre) 

Pour ceux qui aiment les contes, mais pas ceux de Perrault : Le Conte de la dernière pensée (nouvelle fenêtre)

Résultat d’images pour conte de la pensée dernière Odyssée tragique et rocambolesque d’un paysan arménien émigré aux États-Unis et accusé à son retour en 1914 de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo ; saga familiale foisonnante de destins heureux, cruels ou cocasses ; épopée tentaculaire du peuple arménien condamné à mort par le pouvoir turc lors du « grand massacre » de 1915 : tout se mêle et se répond dans ce roman prodigieux, envoûtant à la manière des contes orientaux, tour à tour truculent, lyrique, grand-guignolesque, subversif, cinglant pour raconter les mille et une nuits de l’Arménie. Après le Nazi et le Barbier, Edgar Hilsenrath a écrit, avec Le Conte de la pensée dernière, prix Alfred Döblin, une nouvelle grande geste épique digne des Quarante Jours du Musa Dagh de Franz Werfel.

Résumé extrait du site Babélio – source Livre de poche (nouvelle fenêtre)

On trouve ce roman sous deux titres différents : Le Conte de la dernière pensée publié aux éditions Tripode en 2015 et Le Conte de le pensée dernière, publié notamment aux éditions Albin Michel en 1992.

Pour ceux qui aiment les nouveautés… de 1997 : Les aventures de Ruben Jablonski (nouvelle fenêtre)

couverture du livre Les Aventures de Ruben Jablonski

C’est le récit le plus autobiographique de l’œuvre d’Edgar Hilsenrath. Il y décrit ses périples à travers la Roumanie, la Palestine, les États-Unis.

Publié en 1997, bien après les romans précédemment présentés, les éditions Le Tripode le publient pour cette rentrée littéraire 2017 et La Médiathèque l’aura bientôt dans ses rayons…

Pour ceux qui veulent en savoir plus :

Shoah : regards sur notre histoire | Gluck, Angela Wood

Pour élargir ses lectures, notamment sur le thème de la Shoah, La Médiathèque propose un documentaire très bien fait : Shoah, Regards sur notre histoire (nouvelle fenêtre) d’Angela Wood Gluck avec une préface de Steven Spielberg. On y trouve notamment une carte des ghettos dont celui où a vécu Edgar Hilsenrath : Mogilev-Poldosk (p.59)

L’auteur jeunesse Wolf Erlbruch reçoit le prix ALMA 2017

9 Mai

Le prix ALMA (Astrid Lindgren Mémorial Award ou Prix commémoratif Astrid Lindgren) est la plus haute récompense destinée à un auteur jeunesse vivant : cette année, Wolf Erlbruch a été honoré par cette distinction majeure. Malgré un parti pris pour la difficulté tant par le choix des sujets que par leur traitement, Wolf Erlbruch est reconnu par les critiques et apprécié du jeune public. Ses ouvrages, écrits seul ou en partenariat avec d’autres, sont une invitation permanente à la découverte, certains parlent même «d’état d’âme » à la Erlbruch

© Wolf Erlbruch / Peter Hammer Verlag

Wolf Erlbruch met les questions essentielles de la vie à la portée des lecteurs de tous âges. Son oeuvre profondément ancrée dans une vision fondamentalement humaniste dépeint avec humour et chaleur les petites choses qui forment le grand Tout. Maîtrisant parfaitement son art, il s’appuie sur une longue tradition graphique, tout en ouvrant de nouvelles perspectives créatives. Wolf Erlbruch est un visionnaire appliqué.*

* Extrait de la plaquette de présentation du site du Prix Alma (en anglais-nouvelle fenêtre).

Plusieurs générations d’enfants du monde entier connaissent le titre emblématique racontant l’histoire De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête … (nouvelle fenêtre)

Avec ce succès mondial, Wolf Erlbruch, est dès le début de sa carrière, nominé et couronné par des prix nationaux et internationaux.

Ces récompenses vous indifférent ? Venez découvrir son atelier  :

Site de Wolf Erlbruch (nouvelle fenêtre)

Wolf Erlbruch a collaboré avec des auteurs contemporains marquants plutôt germanophones comme : Rafik Schami (nouvelle fenêtre),  Jürg Schubiger (nouvelle fenêtre), Lavie Oren (nouvelle fenêtre), ou encore Dolf Verroen (nouvelle fenêtre).  

Il travaille aussi seul, mais à chaque fois il choisit la difficulté. Soit par la forme picturale qui est très loin de l’imaginaire formaté Disney, ou encore par un texte délibérément poétique. Ainsi il n’hésite pas à s’emparer de Goethe…

Il ne cherche pas non plus la facilité dans les thèmes traités  : l’amour cannibale comme dans L’ogresse en pleurs (nouvelle fenêtre), le sens de l’existence dans La grande question (nouvelle fenêtre), la philosophie dans Le nouvel abécédaire, la différence dans Les cinq affreux (nouvelle fenêtre), la création du monde dans L’atelier des papillons ou encore l’autonomie et la liberté avec Remue ménage chez Madame K (nouvelle fenêtre).

Quelle que soit la difficulté, Professor Erlbruch reste « simple » et plein d’humour. Ce n’est pas Hans Bacher,  producteur designer dans l’industrie du film d’animation ( Dreamwolds ), camarade de promo de 1969 à 1974 qui dira le contraire . Sur son site One1more2time3’s Weblog (en anglais-nouvelle fenêtre) il retrace  30 ans de carrière  de Wolf Erlbruch :

Un auteur qui a su transformer en or tout ce qu’il a créé.

Exposition Sindbad le marin à La Médiathèque

13 Fév

Prêts à lever l’ancre, moussaillons ?

Du 21 février au 12 mars 2017, La Médiathèque accueille une exposition de 25 illustrations originales de Quentin Gréban (nouvelle fenêtre) issues de son album Sindbad le marin. Une véritable invitation au voyage où pirates, effrayant cyclope, oiseaux mythiques et dangereux anthropophages se côtoient ! Venez admirer le talent de Quentin Gréban et ses superbes dessins à l’aquarelle.

En préambule du 6ème Salon du Roman Historique de Levallois (nouvelle fenêtre) qui aura lieu dimanche 26 février 2017, Quentin Gréban proposera une visite commentée de l’exposition « Sindbad le marin » à la médiathèque Gustave-Eiffel le samedi 25 février à 10h30 et à 11h30.

Autres rendez-vous à ne pas manquer :

  • affiche-evenements jeunesse -Salon du Roman Historique Levallois 2017Vendredi 24 février à 16h : une rencontre animée par Raphaëlle Botte avec trois auteurs jeunesse (Aude Maurel, Quentin Gréban et Gilles Bachelet) ouverte à tous à la médiathèque Gustave-Eiffel.
  • Samedi 25 février à 15h30 : un goûter-lecture avec Quentin Gréban à l’Hôtel Ibis de Levallois, 24 rue de Trébois.
  • Dimanche 26 février :  histoires, contes, applis et spectacles pour tous les historiens en herbe à découvrir dans le programme du site du Salon du Roman Historique : Graines d’historiens (nouvelle fenêtre) 

N’hésitez pas à découvrir les autres albums de Quentin Gréban disponibles à La Médiathèque (nouvelle fenêtre).

Par ailleurs, si les explorateurs de la mer vous fascinent, vous avez jusqu’au 26 février 2017 pour vous rendre à l’exposition « Aventuriers des mers: de Sindbad à Marco Polo » à l’Institut du Monde Arabe de Paris (nouvelle fenêtre). À l’occasion de cette exposition, un remarquable boutre traditionnel d’Oman, bateau de commerce et de pêche entièrement construit en bois, est installé sur la parvis de l’IMA et illuminé la nuit.

Vous pouvez également découvrir l’exposition avec vos oreilles grâce à cette balade radiophonique proposée par La Fabrique de l’Histoire sur le site de France Culture (nouvelle fenêtre).

Enfin,  les amateurs d’océan, de mer et d’eau sous toutes ses  formes se plongeront dans cet article Jetez vous à l’eau :Lisez un livre ! du blog Liseur pour y découvrir des romans sur le thème de l’eau ! Les adeptes de vidéo ne sont pas oubliés avec cette sélection de voyages maritimes (films en VOD proposés sur le site de La Médiathèque- nouvelle fenêtre).

PRATIQUE  : Exposition à la médiathèque Gustave-Eiffel du 21 février au 12 mars 2017 (aux horaires d’ouverture habituels).

Marie L.

Yasmina Khadra, président du Salon du Roman Historique de Levallois 2017

4 Fév

Cette année, l’écrivain Yasmina Khadra sera président de la 6ème édition du Salon du Roman Historique de Levallois qui aura lieu le 26 février 2017, l’occasion pour le blog Liseur de revenir sur sa carrière.

Yasmina Khadra, que l’on peut découvrir dans cette vidéo moyen métrage de Arte France réalisée par Régine Abadia en 2011 (nouvelle fenêtre), de son vrai nom Mohamed Moulessehoul, est né à Kenadsa dans le Sahara algérien le 10 janvier 1955. Sous ce pseudonyme féminin se cache un écrivain prolifique et talentueux qui, au fil de ses œuvres, a su contribuer à faire connaitre le monde arabe et dénoncer les violences et les injustices. Au-delà de sa renommée mondiale, ses écrits sont empreints d’authenticité, son style est riche et singulier et ses livres sont une véritable invitation à la réflexion sur la complexité du monde d’aujourd’hui.

À 9 ans, son père le confie à l’École militaire des cadets pour faire de lui un officier. Et c’est quand il quitte l’armée en 2000 qu’il se consacre à l’écriture. Il s’installe en France et acquiert rapidement une consécration et une renommée internationales, avec le quatuor algérien, La part du mort, Morituri, Double-blanc, L’automne des chimères (nouvelle fenêtre), série de romans noirs avec le commissaire Brahim Llob en héros, à Alger dans les années 90.

Mais c’est vraiment à partir de 2002 que Yasmina Khadra accède à la notoriété avec une trilogie :  Les hirondelles de Kaboul (nouvelle fenêtre), L’Attentat (nouvelle fenêtre), pressenti par les jurys du Goncourt et du Renaudot en 2005, puis en 2006 Les Sirènes de Bagdad(nouvelle fenêtre) où il choisit de côtoyer de près le terrorisme.
Dernièrement, il puise son inspiration dans les conflits actuels : L’Équation africaine (nouvelle fenêtre)  en 2011, Les anges meurent de nos blessures (nouvelle fenêtre) en 2013, Qu’attendent les singes (nouvelle fenêtre) en 2014 et À quoi rêvent les loups (nouvelle fenêtre) en  2015.
La dernière nuit du Raïs
(nouvelle fenêtre), publié en 2015, retrace les dernières heures du colonel Khadafi, tandis que son dernier opus Dieu n’habite pas la Havane (nouvelle fenêtre), sorti en 2016, célèbre la mélodie joyeuse du peuple cubain.
Son œuvre est traduite en 33 langues, et plusieurs de ses livres ont été adaptés, notamment au cinéma, au théâtre mais également en bandes dessinées.

À NE PAS MANQUER : interview exclusive de Yasmina Khadra le vendredi 10 février 2017 à 17 h. À suivre en live sur la page Facebook de la Ville de Levallois  !

%d blogueurs aiment cette page :