Tag Archives: Adaptation

Ma maman est en Amérique : de l’album à l’écran

25 Oct

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill accueilli chaleureusement par la critique, est sur les écrans….

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

La BD jeunesse

Affiche film

L’affiche du film

 

Découvrez le très bel album à la Médiathèque de Levallois.
Un album bouleversant, qui montre la faiblesse des adultes face à leurs responsabilités mais sans les condamner pour autant.

Le grand talent d’Émile Bravo, auteur des Épatantes aventures de Jules, son dessin maîtrisé, fluide et vif associé au talent du scénariste Jean Régnaud qui instille beaucoup d’humour dans cette histoire dramatique font de cet album une œuvre incontournable.

Le héros du moment 1 : Le guépard

14 Sep

Chacun de nous a dans un coin de sa tête une figure emblématique, un héros qui l’a marqué pour des raisons personnelles…. Je vous propose de retrouver régulièrement « le héros du moment », les héros littéraires qui ont marqué mon imaginaire.

Don Fabrizio Corbera, Prince de Salina dit Le Guépard.

La nouvelle version de Gatsby le magnifique de Baz Luhrman au dernier festival de Cannes, a fait écho dans mon esprit, à l’adaptation cinématographique remarquable de Luchino Visconti du Guépard en 1963.

Servi par une distribution magistrale, Burt Lancaster dans le rôle du Prince Salina, Alain Delon dans celui du neveu Tancrède Falconeri et Claudia Cardinale qui est la belle Angelica Sedara, il reçut la palme d’or et accéda au rang d’œuvre mythique.

Visconti donne à voir la solitude du prince Salina et le sentiment du déclin de son monde, à travers la longue séance du bal qui clôt le film. Scène de description de fête, de luxe, frénésie flamboyante, le décor, le drame final, autant d’éléments que l’on retrouve dans les deux œuvres.

Cette figure inoubliable de grand seigneur à l’allure superbe qui porte l’histoire dans sa chair, lucide et clairvoyant, mais déchiré entre l’orgueil glacé de sa mère et la nonchalance sicilienne de son père, dont il se distingue par la supériorité intellectuelle, nous la retrouvons dans l’œuvre de Giuseppe Tomasi Di Lampedusa, Le Guépard, son seul roman.

Le Guépard a toutes les valeurs d’un classique car si elle est adaptée à son époque, elle garde la même valeur pour les générations suivantes.

Ce fut un véritable événement littéraire lors de sa parution en 1958 aux éditions du Seuil. Il y a eu une nouvelle traduction en 2007 chez le même éditeur, c’est à cette époque que je l’ai découverte avec émotion.

Le_Guépard_Giuseppe_Tomasi_di_Lampedusa_Seuil1 Le_Guépard_Giuseppe_Tomasi_di_Lampedusa_Seuil2

En 1860, les troupes de Garibaldi débarquent en Sicileet le Prince Don Fabrizio Salina, noble de très vieille naissance, sentant venir la fin de la grande aristocratie, arrange le mariage de son neveu désargenté, Tancrède Falconeri, avec la belle Angelica Sedara, la fille de Don Calogero Sedara, riche bourgeois, maire d’une petite ville où le prince possède un palais de villégiature. D’abord révolutionnaire et garibaldien, Tancrède se rallie au nouveau pouvoir et oublie sa cousine Concetta dont il semblait épris. La Sicile est annexée à l’Italie. Le Prince Salina décline la fonction de sénateur qui lui est proposée, acceptant de passer le flambeau à son jeune neveu. Au cours d’un grand bal qui voit l’entrée dAngelica dans l’aristocratie à Palerme, le Prince danse une dernière fois avant de se retirer.

Retrouvez l’œuvre emblématique de Tomasi Di Lampedusa à la Médiathèque de Levallois, disponible à Camus, Eiffel et Péri.

Mais aussi le film de Visconti en DVD à la Médiathèque Camus. La B.O.F. est disponible à l’espace musique de la Médiathèque Gabriel Péri.

Le_Guépard_Luchino_Visconti

Plus d’infos en suivant ce lien.

Une année au théâtre

3 Sep

A l’heure où les théâtres entament leur nouvelle saison, la Médiathèque de Levallois décrypte pour vous la programmation de cette année 2013 et vous offre une sélection des pièces, opéras et autres ballets  programmés dans les théâtres parisiens.

 Les arts se sont toujours nourris les uns des autres et le spectacle vivant n’échappe pas à la règle. Espace de création incessant, il compose, décompose et recompose sans cesse les textes en tissant des liens parfois évidents et parfois plus discrets entre des œuvres de différents types. Cette saison encore de nombreuses œuvres théâtrales revisitées et adaptations de romans sont au programme, alors venez (re)découvrir les textes pour mieux profiter des représentations !

* Le théâtre sans dessus-dessous

 Pour bien commencer la saison, la troupe du théâtre de la Ville propose, au théâtre des Abbesses, Ionesco suite, spectacle mêlant des extraits des différentes pièces d’Eugène Ionesco, de la célèbre Cantatrice Chauve au plus méconnu L’Avenir est dans les œufs. Cette  véritable recomposition de l’œuvre du dramaturge souligne l’humour et l’absurde qui se dégage de ses pièces sans éclipser les interrogations, parfois angoissantes, autour de l’existence.

Le théâtre se laisse aussi parfois réinventer par la danse. C’est le cas de Mademoiselle Julie d’August Strindberg, un classique du théâtre suédois, chorégraphiée par Brigitt Cullberg. La pièce  écrite à la fin du xixè siècle met en scène une fille d’aristocrate et un domestique dans un huis clos oppressant où les rôles peu à peu s’inversent.  Le ballet, créé lui en 1950, est une belle illustration de la danse moderne de cette époque et est joué à partir du 21 février à l’opéra Garnier.

Au théâtre de l’Odéon la saison s’achèvera avec adaptation surprenante de Cyrano de Bergerac, célèbre pièce d’Edmond Rostand. Le metteur en scène choisit ici de faire évoluer son Cyrano – interprété par Philippe Torreton –  dans un hôpital psychiatrique et créé ainsi sa propre version de ce monument de la littérature française.

Par ailleurs, pour ceux qui ne connaissent pas les œuvres du véritable Cyrano de Bergerac, auteur du xviiè siècle tombé en désuétude et qui ne doit la postérité de son nom qu’à Rostand, voilà une bonne occasion de vous y plonger.

* Des romans sur les planches

Il n’y a pas qu’au cinéma que l’on adapte des romans. La Dame aux Camélias en est la preuve puisque l’opéra de Paris donne en représentation, en ouverture et fermeture de la saison, deux œuvres inspirées du célèbre roman de Dumas fils. Dès le 21 septembre on peut découvrir au Palais Garnier une version de ce texte dansée par le ballet de l’opéra de Paris sur une musique de Chopin. A l’opéra Bastille c’est donc la saison qui s’achève avec La Traviata, illustre opéra de Verdi dont on ne sait pas forcement qu’il est, lui aussi, inspiré par ce roman.

Les amoureux de Marguerite Duras seront gâtés avec deux adaptations de ses œuvres. Un barrage contre le pacifique,  roman en partie inspiré de l’enfance de l’auteur en Indochine, sera joué au théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet dans une mise en scène de Juliette de Charnacé, avec, entres autres, deux jeunes acteurs ayant déjà fait leurs preuves au cinéma : Nicolas Duvauchelle (Les corps impatients de Xavier Giannoli  , Polisse de Maiwenn… et Lola Créton (Un amour de jeunesse de Mia Hanssen Love…). Ce texte, premier grand succès de l’auteur, est toujours l’objet d’adaptations cinématographiques. La dernière en date est celle du réalisateur franco-cambodgien Rithy Panh avec Isabelle Huppert dans le rôle principal.

Roman plus tardif et moins connu La maladie de la mort,  sera joué à la Comédie Française dans une mise en scène de Muriel Mayette. Quelques temps après l’écriture de ce récit Marguerite Duras tenta d’en écrire une adaptation théâtrale. On peut d’ailleurs apprendre dans La pute de la côte normande, les conditions qui entourèrent cette tentative et les rapports qu’elle entretenait alors avec son jeune amant Yann Andrea Steiner.

Il arrive parfois que l’adaptation soit plus connue que l’œuvre qui l’inspira. Madame Butterfly, opéra de Puccini est sans conteste l’une des œuvres lyriques les plus populaires mais ce que l’on sait moins sont les sources d’inspiration du compositeur. Puccini s’est principalement inspiré d’une nouvelle du même nom signé John Luther Long, mais il est à noter que cet opéra n’est pas sans rappeler un autre texte : le roman Madame Chrysanthème de Pierre Loti sorti quelques vingt ans auparavant et qui connu à l’époque un franc succès.

Voilà donc quelques pistes de lecture pour vous faire patienter jusqu’aux premières.

Bonnes lectures et bonnes représentations !

Fanny P.

 

%d blogueurs aiment cette page :