Tag Archives: Marcelino Truong

La guerre en BD (3), les autres guerres

7 Mar

Il est difficile de trouver des bandes dessinées jeunesse sur d’autres guerres que la Première et la Seconde Guerre mondiale. Cette catégorie n’offre donc qu’une bibliographie pour adultes, à mon grand regret. Les récits les plus marquants viennent de ceux qui se sont déplacés pour rendre compte des évènements le plus fidèlement possible (comme Zerocalcare et Joe Sacco). Ou de ceux qui ont vécu les évènements et racontent leur histoire comme Marcelino Truong, exposé du 5 au 25 mars à La Médiathèque (nouvelle fenêtre)  et présent le 11 mars au Salon du Roman Historique de Levallois 2018 (nouvelle fenêtre).

Adulte :

Jamais je n’aurais 20 ans, Jaime Martin (nouvelle fenêtre) : cette bande dessinée raconte la vie d’une jeune fille pendant la guerre civile espagnole (1936—1939). Résistante, Isabel suit son futur mari, chef d’une cellule locale, dans sa fuite contre la répression.

Palestine, dans la bande de gaza (nouvelle fenêtre) & Palestine : une nation occupée (nouvelle fenêtre), Joe Sacco : Dans ces deux volumes, Joe Sacco nous décrit ses expériences à Jérusalem, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza durant l’hiver 1991-1992.

Gaza 1956, Joe Sacco (nouvelle fenêtre) : l’auteur a été sur le terrain (bande de Gaza) pour récolter les souvenirs  de deux incidents de 1956 : les meurtres de Khan Younis et les tueries de Rafah. Cinquante ans plus tard, il essaye d’éclaircir ces évènements minorés par la presse et l’ONU.

Un maillot pour l’Algérie, Bertrand Galic, Kris et Javi Rey (nouvelle fenêtre) : les valeurs de l’indépendance vues à travers le sport.  Des footballeurs se préparant à jouer la coupe du monde sous le maillot de la France quittent tout pour jouer sous le maillot de l’Algérie, un pays qui n’existe pas encore.

Kobane Calling, Zerocalcare (nouvelle fenêtre) : Kobané, c’est la ville dans laquelle Zerocalcare est envoyé en tant que reporter. Au nord de la Syrie, à la frontière avec la Turquie, l’armée Kurde est en lutte contre l’État islamique. Zerocalcare tente de décrire son quotidien à la frontière turque, toujours avec un langage propre à lui et humoristique.

Une si jolie petite guerre, Marcelino Truong (nouvelle fenêtre) : roman graphique en deux tomes sur la guerre du Vietnam. Marcelino Truong porte un regard d’enfant sur cette guerre. Il nous fait part de ses incompréhensions, de sa vision de la guerre alors que lui et sa famille viennent de s’installer à Saigon. Face à son histoire, on retrouve l’histoire politique de la guerre du Vietnam : l’endiguement du communisme par les États-Unis, sous couvert de protection des populations.

Matteo, Jean-Pierre Gibrat (nouvelle fenêtre) : « Récit romanesque de haute tenue, composé de quatre époques, Mattéo raconte la destinée singulière d’un homme qui, de 1914 à 1939, de la guerre de 14 à la Seconde Guerre mondiale, en passant par la révolution russe, le Front Populaire et la guerre d’Espagne, traversera époques tumultueuses et passions exacerbées. Finalement, comme malgré lui, Mattéo sera de toutes les guerres, celles qui auront embrasé les premières décennies du XXe siècle en mettant à mal son pacifisme militant, comme celles qui meurtriront son cœur d’amoureux éconduit » Bedethèque.

Comme  pour la Première Guerre mondiale (La guerre en BD 1), et La Seconde Guerre mondiale (La guerre en BD 2), cette sélection n’est pas exhaustive et ne mentionne que les documents présents à La Médiathèque (nouvelle fenêtre).

À vous de nous proposer dans les suggestions des BD singulières qui offrent un regard nouveau sur la guerre !

Pour tous les amateurs d’Histoire et de bande dessinée, n’oubliez pas de passer au Salon du Roman Historique de Levallois le dimanche 11 mars 2018 où un vingtaine d’auteurs-illustrateurs de BD (liste des invités -nouvelle fenêtre) seront présents et dédicaceront leurs livres.

Parmi eux, Marcelino Truong, exposé à La Médiathèque du lundi 5 mars au dimanche 25 mars 2018 (nouvelle fenêtre) participera à une rencontre intitulée Raconter l’Histoire, une histoire à part (nouvelle fenêtre) à La Médiathèque le vendredi 9 et  sera présent le dimanche 11 mars au Salon (Hôtel de ville de Levallois) où il dédicacera ses livres et animera un atelier pour les enfants.

BONUS : les articles La voix des auteurs, Marcelino Truong et Marcelino Truong raconte une si jolie petite guerre publiés à l’occasion de la sortie de la BD en 2014 sur le blog Liseur !

Publicités

La voix des auteurs, Marcelino Truong

2 Déc
Samedi 29 novembre 2014,  émotion, souvenirs et Histoire à la Médiathèque grâce à l’auteur-illustrateur Marcelino Truong. Une quarantaine de spectateurs ont eu la chance de regarder le documentaire, Mille jours à Saigon, né de son roman graphique Une si jolie petite guerre : Saigon 1961-63 avant d’échanger avec l’auteur : réflexion, finesse et sincérité pour un moment de partage riche en anecdotes et en humour.

Emission France Inter du 13 décembre 2012

Pour ceux qui auraient manqué cette rencontre :

Marcelino Truong est né aux Philippines en 1957, d’un père diplomate vietnamien et d’une mère bretonne,  de Saint-Malo précisément.

Après une enfance de voyages et de rencontres, des études en langues et sciences politiques, il se tourne en 1983 vers l’illustration et la peinture.

Depuis il conçoit des albums pour enfants, dont Fleur d’eau, La carambole d’or, Trois samouraïs sans foi ni loi ...

La carambole d'or de Marcelino Truong Fleur d'eau de Marcelino TruongLe samourai errant de Marcelino Truong

Il travaille aussi pour la presse et crée de nombreuses couvertures de livres.

Une couverture illustrée par Marcelino Truong

Une couverture illustrée par Marcelino Truong

Sans oublier la BD, Prisonniers du ciel adapté du polar de James Lee Burke.

Avec Une si jolie petite guerre : Saigon 1961-63, Marcelino Truong nous emmène dans l’Histoire et dans ses souvenirs d’enfance. Devenu adulte, il est parti à la rencontre des hommes et des femmes qui ont vécu et subi cette « si jolie petite guerre ». De ces entrevues ont émergé ce roman graphique, publié aux éditions Denoël et le film documentaire réalisé par Marie-Christine Courtès,   Mille jours à Saigon .

Utilisant la gouache sur papier ou la peinture à l’huile sur toile de jute, ses  illustrations sont saturées de couleurs et très tranchées. Les formes ne sont pas cernées mais magnifiées  par le contraste et la luminosité des tons. Marcelino Truong laisse apparaître le grain de la toile ou du papier et se révèle un grand maître de la couleur.

A l’issue de la rencontre, spectateurs, lecteurs et bibliothécaires ont eu la chance de regarder l’artiste dédicacer. Pour chaque heureux destinataire, entrelacés autour du titre : un petit mot à l’adresse du lecteur, Em (petite soeur) ou Chu (oncle), un délicat portrait et deux tampons à l’encre rouge … Des oeuvres uniques pour un moment exceptionnel.

Dédicace de Marcelino Truong à la Médiathèque de Levallois

Une rencontre à prolonger en lectures.

Marcelino Truong raconte…Une si jolie petite guerre

21 Nov
 En 1961, après avoir vécu quelques années aux Etats-Unis, à Washington, les Truong déménagent à Saïgon. La mère et les trois enfants suivent le père diplomate vietnamien…Rapidement la famille va être prise dans les tourments et les angoisses d’une guerre interminable et meurtrière.

Dans Une si jolie petite guerre, Marcelino Truong raconte de façon précise, apportant une multitude d’informations et de précisions sur le déroulement de cette guerre. Il nous dévoile le quotidien au sein de sa famille, la peur, les incompréhensions, les disputes qui éclatent entre ses parents. Il raconte aussi son insouciance d’enfant, les jeux de guerre avec ses frères, imitant naïvement la triste réalité, la fascination pour les avions et les engins de guerre… Cet ouvrage fort intéressant, nous plonge dans l’univers de cette famille et Truong est au sommet de son art. Le dessin est aiguisé, le crayonné impeccable. Il transmet avec une grande acuité les sentiments qui habitent les personnages. On sent l’énorme investissement, l’enjeu et la charge émotionnelle que représente un tel travail. A l’occasion de la visite de l’auteur le 29 novembre 2014 à 16h à la médiathèque Gustave-Eiffel, le documentaire Mille jours à Saigon  illustrant ce travail sera projeté : un moment inoubliable, tant ce documentaire réalisé par Marie Christine Courtès est poignant et édifiant.

© Vivement Lundi ! / TV Rennes 35 Bretagne

Image du film Mille jours à Saïgon © Vivement Lundi ! / TV Rennes 35 Bretagne

%d blogueurs aiment cette page :