Tag Archives: Paris

Les rencontres de Liseur : cartographie du Paris disparu de Maigret

15 Mar

Samedi 19 mars 2016, dans le cadre des Rencontres de Liseur de La Médiathèque, hommage au plus célèbre des auteurs de romans policiers francophones :  Georges Simenon. La conférence de Marie Le Gouellec Cartographie du Paris disparu de Georges Simenon sera suivie de la projection du film Maigret tend un piège réalisé par Jean Delannoy.

À nous deux Paris !

Arrivé de Liège, Georges Simenon s’installe à Paris en 1922, il découvre les Batignolles, Montmartre et Montparnasse et s’établit finalement Place des Vosges, où il vit jusqu’en 1931. La ville exerce sur lui une immense fascination et il en arpente, infatigablement les rues. Alors qu’il a quitté la ville depuis longtemps pour les Etats-Unis puis la Suisse, ces années de conquête de Paris ont un effet capital sur ses œuvres, jusqu’à devenir une inépuisable source d’inspiration et parfois un personnage central de ses romans.

Création du personnage emblématique de Jules Maigret

En 1931, Simenon écrit Piettr le Letton,  première aventure du commissaire Maigret. Bien qu’originaire de l’Allier, le commissaire, chef de la brigade criminelle de la police judiciaire, est très parisien : il travaille au 36 Quai des orfèvres et habite Boulevard Richard-Lenoir. Les biographes ont souvent noté que Maigret est une sorte d’alter ego du père de Georges Simenon. L’homme est simple, débonnaire et taciturne, humain et compatissant avec les victimes, il ne juge jamais. Il aime manger, fume la pipe et boit beaucoup. Comme Simenon, il connait chaque rue, chaque bistrot de Paris.

Sur les 75 « Maigret » parus, 63 se passent à Paris ! Un Paris de villages, de quartier, qu’en quelques mots, Simenon esquisse de façon brève, et non descriptive. La simple citation d’un nom de rue ou de quartier suffit à évoquer le lieu.  Il crée une ambiance, et laisse à chaque lecteur la liberté d’y insérer ses propres souvenirs, de se créer sa cartographie personnelle et intime.

Paris révèle l’humanité de l’homme ordinaire

Le romancier est passé maître dans l’art d’associer à un espace, un personnage :

Ce qui m’intéresse, c’est l’homme en lui-même… j’essaie de voir sa faiblesse, celle qui fait qu’en réalité, il est un homme comme les autres, car tous les hommes sont des hommes comme les autres.

Explique Simenon dans un entretien télévisé, le N°39 du magazine Un siècle d’écrivain.

Son Paris, c’est celui des « petites gens », le Paris des petits métiers, des cabarets, des meublés, des ateliers : des hommes comme les autres. Avec une grande économie de moyens, ses romans sur Paris composent les différentes facettes d’une fresque sociale des années 1930-1970, une « comédie humaine » de la 4ème et du début de la 5éme République, 40 ans pendant lesquels Paris comme le narrateur changent, évoluent.

Lire, relire les enquêtes du commissaire Maigret aujourd’hui, c’est redécouvrir le temps d’un instant un Paris qui n’existe plus et une époque révolue. Reste toute la sublime humanité de ces héros ordinaires et notre tentative désespérée de reconquête du temps perdu.

Publicités

Voyage en architecture 1 : Gustave Eiffel

21 Nov

Aborder l’architecture, l’urbanisme, l’art des paysages et des jardins est un vaste sujet. Mais « aux âmes bien nées »… férues de découvertes,  assoiffées de curiosités rien n’est impossible ! Notre géolocalisation en Ile-de France et à Paris est certes une mine inépuisable de richesses favorisant les découvertes, mais nous ferons de multiples incursions au-delà des frontières hexagonales, franchirons les océans, survolerons les paysages, les zones urbanisées, les tours….

Nous lierons connaissance avec les architectes, les urbanistes, les paysagistes car tout s’imbrique naturellement dans la conception des projets et l’aménagement des territoires. Notre fonds d’ouvrages actualisés mais aussi plus anciens et épuisés, sera le socle. Le fil conducteur sera un des éléments du blog tendu entre vous et nous et il est probable qu’il s’enrichisse de multiples trésors…

Alors à tout seigneur tout honneur…. Le 23 novembre débute à Levallois : Merci Gustave : expositions dans toute la ville, projections, concert et contes à la médiathèque Gustave Eiffel… Retrouvez toute la programmation : ici.

                  

N’oublions pas que la Tour est née à Levallois et rendons hommage à Gustave Eiffel.

Il fît l’acquisition le 26 novembre 1866 d’une propriété sise au 42 rue Fouquet et couvrant l’angle des rues Fazillau et de Lorraine où les bureaux et ateliers occupaient 20 000 mètres carrés. Approximativement sur l’emplacement actuel du parc Eiffel. La proximité des gares de Clichy-Levallois et du chemin de fer de petite ceinture (station Levallois-Courcelles) facilita le transport des éléments métalliques.

La robe de la dame de fer fût coupée et fabriquée pièce par pièce sur le site. Il n’y eut plus qu’à les assembler et coudre l’ensemble sur le Champ de Mars. Précision, simplicité d’exécution sont le triomphe des ingénieurs et ouvriers ayant conçu la Tour, un des plus remarquables spécimens de l’art du génie civil, dans les constructions métalliques.

Gustave Eiffel : Le magicien du fer

Gustave Eiffel : Le magicien du fer

Voyage dans le temps instructif car en feuilletant ce livre nous constatons combien l’ampleur de cette réalisation reste inscrite dans notre mémoire collective.

Dans ce catalogue d’exposition présenté à l’Hôtel de Ville de Paris en 2009,  il est question avant tout de l’homme, de la société de construction et de la vie professionnelle de Gustave Eiffel.

Devenu depuis sa parution ouvrage de références, il répertorie, grâce aux archives privées léguées à l’Etat et conservées  au musée d’Orsay, l’intégralité de sa vie et de son parcours professionnel, des constructions métalliques aux recherches aérodynamiques.

Documents et photographies dressent un tableau précis de l’homme dans son intimité familiale. Issu de la bourgeoisie, il est intelligent, grand travailleur, imaginatif, ancré dans son siècle.

C’est au sein de la Société des Établissements Eiffel installée à Levallois-Perret que ce constructeur visionnaire et curieux conçoit avec l’aide d’une extraordinaire équipe d’ingénieurs, les multiples ouvrages d’art encore debout aujourd’hui.

Pont de Bordeaux, viaducs de la Sioule et de Garabit, passerelles, écluses, dômes.

En France et à l’étranger de multiples témoignages de constructions métalliques témoignent encore de l’influence de l’Entreprise.

L’ossature de la Statue de la Liberté que Bartholdi sculpta et monta Rue de Chazelles dans le XVIIe arrondissement de Paris et la Tour de l’exposition de 1889 en sont les deux pierres précieuses.

Style Eiffel

Le style Eiffel de Martine Vincent et Brigitte Durieux

Voici un beau livre, parfaitement construit et riche d’une  iconographie de qualité.

Débutant par la phase de création,  il précise, ce qui est rare dans les ouvrages sur Eiffel,  les noms des ingénieurs Nouguier, Koechlin, et Sauvestre, concepteurs du projet de la Tour pour l’exposition universelle de 1889.

Emblème de la modernité, adulé ou critiqué, ce pur produit de l’industrie fascine les artistes, du Douanier Rousseau à Charles Delaunay qui s’emparent de la forme pour en faire un symbole. C’est  la consécration du fer et des rivets, la naissance du style Eiffel.

Les cinq chapitres font la part belle aux réhabilitations  des espaces industriels ; aux designers inspirés tels Charles et Ray Eames ou Patrick Jouin.

Les salles de ventes s’arrachent les objets de la « toureiffelmania » car devenue monument public, l’image appartient à tous, elle est détournée, fabriquée et collectionnée dans le monde entier. Icône du chic parisien, la star métallique prend aussi de multiples formes et son image devient le support incontournable de la décoration, de l’ameublement, de la mode et des produits de luxe.

Les auteures, toutes deux journalistes, Brigitte Durieux, passionnée par l’histoire du design industriel et Martine Vincent, spécialisée en décoration d’intérieur nous dévoilent ici un pan méconnu du mythe qui, depuis sa construction, influence et ne cesse d’inspirer le monde entier.

Ces livres sur l’Homme et sa Tour vous attendent à la Médiathèque.

Et pour les enfants…

Et bien d’autres encore…                                                             

 Josette V.

%d blogueurs aiment cette page :