Tag Archives: Prix des Lecteurs de Levallois

La saga du jury du Prix des Lecteurs de Levallois : suite et fin – Édition 2022

6 Sep

Après la lecture de tous les titres en lice, les jurés se réunissent une dernière fois puis passent au vote avant de rencontrer tous les auteurs lors du Salon du Roman Historique et de leur annoncer le lauréat.

Une dernière réunion d’échanges

À leur habitude à présent, les jurés s’installent très vite, dans la hâte de commencer les échanges et de découvrir les points de vue de chacun. Mais un peu de patience leur est demandé, le temps que leur soient indiqués le lieu du vote et les règles de son déroulé. Des questions s’enchaînent car chacun est bien conscient de son rôle de juré. Puis il est question des deux derniers livres en lice. Et là, comme d’habitude cela fuse ! Les argumentaires se succèdent, entre accord et opposition, loin du « j’aime ou je n’aime pas ».

Puis le vote…

Changement de lieu pour la séance du vote mais pas trop de décor puisque le jury se retrouve à La librairie Sevezen, rue Trébois, à l’invitation de son responsable. Installation de chaises, de l’urne et d’un tableau pour pointer les votes au milieu des étagères et tables d’exposition remplies de livres. Échanges, dernières hésitations pour certains puis le vote se déroule pour désigner Stéphane Audeguy lauréat de cette 11e édition du Salon du Roman Historique de Levallois.

Les bibliothécaires ne peuvent que féliciter les jurés pour leur belle implication et leur choix de lecteurs. Assurément un formidable jury où comme eux-mêmes l’ont dit au cours de la soirée, la convivialité et la bienveillance ont régné au fil des rencontres.

Et jour J !

Samedi 2 juillet, au parc de La Planchette sous la tente Le Forum, le lauréat du Prix dont Le Point et So Ouest sont partenaires – est révélé à l’issue de deux rencontres avec les romanciers en lice. C’est Nathalie*, jurée, qui sur la scène devant les auteurs et le public nombreux, relate l’expérience de juré et annonce le nom du lauréat.

Voici ses propos :

« Je suis très heureuse de représenter le Jury aujourd’hui et d’annoncer le lauréat du Prix des lecteurs pour cette édition. Pour commencer, je voudrais remercier au nom du Jury, Sophie Perrusson ainsi que l’ensemble des bibliothécaires, qui nous ont accompagnés pendant cette aventure. C’était un réel bonheur de vous côtoyer. Vous exercez un métier merveilleux de mémoire et de transmission. Merci pour votre passion, votre implication et vos choix éclairés au quotidien.

En ce qui concerne mon expérience de « Jurée », je parle « d’aventure » car c’était une première pour chacun d’entre nous, à l’exception d’une jurée, dont c’était la deuxième participation. Je la remercie pour sa présence rassurante tout au long de cette expérience. Après tout, si elle a réitéré sa participation c’est que ça ne devait pas être si mal !

Nous étions douze jurés avec des âges très différents. Pas tout à fait de 7 à 77 ans, mais presque, puisque ma fille de 11 ans nous a parfois accompagnés de sa présence discrète.

En termes de parité, c’est perfectible … Trois hommes et neuf femmes… Vous savez ce qu’il vous reste à faire l’année prochaine ! Rassurez-vous, nous nous sommes toutes et tous très bien entendus, puisque nous sommes toutes et tous allés au bout de l’expérience !

Alors concrètement, comment devient-on Juré ? Nous avons chacun postulé en ligne. Nous étions donc tous volontaires ! Sauf pour l’un d’entre nous (il en faut toujours un, vous me direz !) dont la candidature a été proposée par ses enfants « à l’insu de son plein gré » nous a-t-il révélé. Ses enfants le voyant dévorer des livres ont pensé très justement que leur père aurait toute sa place dans ce jury. A postériori, je crois pouvoir dire qu’il ne regrette rien et qu’il est plutôt reconnaissant d’avoir vécu cette aventure grâce à ses enfants !

Cela a été pour chacun de nous une véritable bulle de respiration dans nos quotidiens parfois frénétiques. Nous nous sommes réunis à la médiathèque Gustave-Eiffel une à deux soirées par mois, entre les mois de février et de juin, avec une séance introductive et une séance de clôture consacrée au vote. Et la phrase « c’est parce qu’ils ne savaient pas, qu’ils ont osé » a pris tous son sens ! Nous avons découvert ce qui nous attendait les mois à venir … Rien d’insurmontable … Chaque mois, nous avons lu et commenté deux livres, soit huit en tout.

Certains livres ont suscité des débats très animés ! Mais une chose est sûre, nous avons éprouvé beaucoup de plaisir à nous retrouver et à échanger sur nos lectures. Ce qui m’a le plus marquée, c’était l’écoute de part et d’autre. C’était très réjouissant de pouvoir s’exprimer sans interruption avec une belle liberté de ton. C’est suffisamment rare pour le souligner ! Quelqu’un disait : « On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde ». Nous avons prouvé que nous pouvions débattre de tout avec tout le monde ! Rétrospectivement, je me dis que c’était une belle expérience d’humilité et de tolérance.

Après un vote à deux tours, notre choix s’est porté sur le roman Dejima de Stéphane Audeguy (nouvelle fenêtre). C’était le dernier livre de la sélection ! Ce qui prouve que nous avons maintenu l’effort jusqu’au bout ! Ce texte nous embarque littéralement à travers un siècle d’histoire du Japon. Sa construction très maitrisée en trois temps est ponctuée par des éléments historiques judicieusement sélectionnés avec une pointe de causticité à certains moments. Nous avons pris beaucoup plaisir à découvrir ce récit d’émancipation de trois héroïnes dont l’incursion dans le fantastique nous a permis de voyager à la fois dans la mythologie et la grande histoire.

Enfin, pour finir, je salue mes co-jurés qui ont rendu cette aventure inoubliable, que j’espère renouveler très bientôt. Et je salue également l’ensemble des autrices et des auteurs de la sélection qui nous ont fait voyager intérieurement. Partager vos imaginaires nous est très précieux, en particulier en ces temps très chahutés. Stimuler les imaginaires est aujourd’hui essentiel pour construire un monde plus juste et plus durable ».

Stéphane Audeguy, très ému, est alors invité à monter sur scène. Après de vifs remerciements pour ce Prix, il salue ses collègues auteurs et porte leur voix pour indiquer combien une telle aide à la création pour les jeunes auteurs est utile, ne serait-ce que « pour remplir le frigo ».

Vive le Salon du Roman Historique de Levallois, vive les auteurs, vive leurs lecteurs et vive toute la chaîne du livre ! Photos : https://salonromanhistorique-levallois.fr/

*Toute ma reconnaissance à Nathalie qui a accepté de monter sur scène pour annoncer le lauréat et mes félicitations pour ce magnifique discours.

La saga du jury du Prix des Lecteurs de Levallois : Troisième réunion d’échanges entre grands lecteurs – Edition 2022

11 Juin

Les réunions se suivent mais ne se ressemblent pas si ce n’est en termes de convivialité et d’écoute respective. Car effectivement entre deux autres romans et des argumentaires bien développés et réfléchis, que de nouvelles avancées dans les réflexions et le choix final à effectuer !

De la place des femmes

Les jurés s’accordent sur la place de l’Histoire dans ce premier roman commenté par le groupe. Effectivement la condition féminine au cours du XXe siècle, à travers plusieurs personnages et différentes luttes, est ainsi traduite soit « une situation bien brossée, émaillée de précisions historiques concrètes » comme le décrit un juré ou encore « une belle saga féministe » comme l’indique un autre. Le plaisir de lecture, l’attachement aux personnages ou la qualité et la fluidité de l’écriture sont approuvés par nombre d’entre eux. Toutefois d’autres jurés regrettent « certains aspects trop rapides » , « le manque d’approfondissement de la pensée » de tel personnage ou « un peu trop de facilité de construction » voire « un peu d’ennui ».

De l’amour ? De la mémoire ?

Autre roman, autres remarques. Et là encore les jurés ne manquent pas de jugement ! Nombre d’entre eux s’interrogent sur « la raison d’être de ce livre » et la confusion des histoires. Les avis sont partagés. Il y a ceux qui l’ont « trouvé super bien écrit », ont apprécié certains passages « cela me transportait » et l’ont lu « d’une traite ». Et il y a ceux qui se sont ennuyés « cela m’a saoulée » ou « cela ne m’a pas intéressé » car il s’agit d’un « roman trop léger avec des manques » ou « parce qu’il y a des incohérences » ou encore « il n’y a pas assez de développements quant à tous les aspects » et font part de leur déception.

Encore deux nouveaux romans à lire puis cogitations extrêmes à venir en vue du verdict final…

La saga du jury du Prix des Lecteurs de Levallois : Deuxième réunion d’échanges entre grands lecteurs – Edition 2022

16 Mai

Comme prévu dans le calendrier initial, nouvelle réunion d’échanges autour de deux autres romans. Si les jurés étaient repartis bien chargés à l’issue de la dernière rencontre (et oui, deux livres dans leurs sacs dont un de 727 pages), ils reviennent pour celle-ci d’un pas alerte, toujours avec enthousiasme et prêts à se (dé)livrer et partager leurs lectures. On se retrouve, on prend des nouvelles, un verre d’une boisson au choix et hop c’est parti !

De l’érudition au service d’un documentaire ou d’un roman ?

Une bibliothécaire présente la couverture du premier livre invitant à la prise de parole. Certains jurés saluent le travail et le niveau de recherche, « un travail d’universitaire bien documenté », voire l’admire pour l’un d’entre eux de par « […] la justesse des propos et des descriptions. C’est pertinent et ambitieux. Il nous force à lire des sujets qu’on n’aurait pas choisis ». Toutefois les critiques affluent mettant en cause justement cette érudition trop présente et puissante. Si elle pèse effectivement en matière de ressenti en étant étouffante « J’ai calé après plusieurs bouchées ! C’est trop riche, j’ai été écœuré ! » ou « C’est indigeste ! », elle porte aussi à dédain. Ainsi un juré reproche qu’il s’agisse « d’un projet d’universitaire dans son monde et qui ne s’occupe pas de ses lecteurs » et un autre complète en ajoutant « qu’il y a un jugement de classe concernant certains personnages ». Un autre temporise en indiquant « Il y a heureusement de la causticité et un regard moderne pour donner envie de poursuivre ». Un succès décidément mitigé, confirmé par un autre juré qui avoue « ne pas s’être senti concerné ». 

Quel genre littéraire ?

Autre lecture et autres échanges tout aussi variés, vifs et pertinents. D’emblée perce l’interrogation quant à la qualification du livre « Ce n’est pas un roman et ce n’est pas historique », « C’est très biographique, vraie difficulté avec la place de la fiction », « J’ai beaucoup appris sur l’artiste et son œuvre, j’ai approché ce livre comme une biographie ». Mais pour une jurée qui possède déjà une bonne connaissance de l’artiste « C’est la déception » car elle estime que « l’auteur est passé à côté du sujet ». Certains apprécient toutefois la mise en valeur d’un autre personnage, une femme restée inconnue, indiquant que « Cette femme est un prétexte pour entrer dans l’atelier de l’artiste. Il est intéressant de découvrir les relations de l’artiste avec cette femme » ou pour montrer « le rapport entre désir et création ». Néanmoins des commentaires plus réprobateurs s’enchaînent « Je suis une inconditionnelle de l’artiste mais 300 pages juste sur ce point de la relation ! » et pointent « un côté un peu voyeur » voire « érotisé ». L’un ajoute que « le fil rouge de l’histoire devient sex or not sex » et qu’il a « ressenti une impression de tristesse alors que cela pourrait être plus joyeux et accompli de par la vie de l’artiste » ».

Effectivement, c’est cela le rôle de juré : analyser, creuser tous les points et se positionner au regard des critères établis. A suivre avec les prochains romans en lice…

La saga du jury du Prix des Lecteurs de Levallois : Première réunion d’échanges entre grands lecteurs – Edition 2022

13 Avr

La 11e édition du Salon du Roman Historique de Levallois se profile (week-end du 2 et 3 juillet 2022 au parc de la Planchette) et ça y est, le nouveau Jury des lecteurs de Levallois est constitué et s’est réuni pour la deuxième fois le 15 mars 2022.

Tous les jurés sont présents, pile à l’heure voire en avance, et visiblement ravis de démarrer cette aventure. Bas les masques en plus ! On se découvre les uns les autres, tous avec de magnifiques sourires ! Chacun s’installe autour de tables bien agencées afin de se voir et de repérer les prénoms : Julie, Sophie, Chantal, Sylvie, Olivier, Caroline, Laetitia, Xavier, Philippine, Christian, Nathalie, Florence, Marc et Sophie.  Au programme : deux romans déjà lus parmi tous ceux en lice. Et cela démarre très vite.

De la place de l’Histoire

« On commence par celui-ci ? » propose un juré qui d’emblée en livre ses impressions en précisant combien son temps de lecture a été long pour celui-ci (3 semaines) quand pour le suivant, juste quelques jours. « C’est un roman plus sociologique qu’historique […]. L’auteur gratte la surface des sujets ». Un autre juré va dans ce même sens en indiquant que « L’aspect historique, c’est un plaquage […], deux récits menés en parallèle donnant un cours démago et bobo ». Si d’autres ne l’apprécient pas non plus « Je n’ai pas adhéré à la démarche, je n’ai pas appris assez », « Une écriture de la flemme », « Un dispositif intéressant mais trop de pistes », certains rebondissent au fil des argumentaires pour apporter des analyses différentes. Ils positivent en signalant que « Même si ce n’est pas facile de comprendre l’articulation, sur le plan historique on s’y retrouve […], il y a beaucoup de tendresse vis-à-vis des jeunes », « En le relisant plus sérieusement, il y a finalement beaucoup de choses par rapport à la quête des racines, la nécessité de l’Histoire et la construction est très subtile », « C’est très habile dans la structure, à la fois choral et sensoriel. C’est subtil, l’Histoire apparaît par petites touches ». Les avis, tous bien argumentés, sont donc très partagés pour ce roman !

Un livre de référence

Pour le roman suivant, point de doute quant à la veine historique et la période relatée. Chacun s’exprime faisant part de ce qu’il a appris, repéré de particulièrement intéressant concernant la société de l’époque entre problème de racisme et émancipation des femmes notamment. La majorité des jurés s’accorde : « Les problématiques de la période sont bien présentées », « On se laisse embarquer dans cette aventure bien inscrite dans les années 30 », « Cela brosse bien l’univers mental de l’époque », « Je ne connaissais rien, j’ai beaucoup appris ». Si plusieurs jurés pointent la place de l’humour appréciée, les divergences vont porter sur la qualité du style, l’étoffe des personnages ou la construction. Certains trouvent en effet qu’il s’agit d' »Un feuilleton facile à lire et distrayant, à l’écriture rapide » ou encore d' »Un livre précis avec beaucoup de personnages. J’ai vécu ce livre comme une bouteille de champagne, qu’on ouvre et qu’on déguste ! », quand d’autres estiment qu' »Il y a un problème de rythme, une fin trop rapide, il manque des passages » ou que « Le style est trop classique et trop journalistique » ou « Le rôle de ce personnage est trop prépondérant ».

Et oui, les jurés ont bien assimilé les exigences que leur prêtent leur rôle : analyse sérieuse et pointue assurément. Les bibliothécaires se joignent également à eux.

La soirée, bien animée et très agréable, se clôt avec la distribution des romans suivants : un énorme de 722 pages – heureusement possibilité de le télécharger sur liseuse ou autres appareils mobiles via le site de La Médiathèque pour ceux qui le trouveraient trop lourd – et un autre de 345 pages. Hâte de poursuivre les lectures…

La saga du jury du Prix des Lecteurs de Levallois redémarre ! Edition 2022

11 Mar

La 11e édition du Salon du Roman Historique de Levallois se profile (week-end du 2 et 3 juillet 2022 au parc de la Planchette) et ça y est, après un appel à candidatures, le nouveau Jury des lecteurs de Levallois est constitué et s’est réuni pour la première fois le 15 février 2022.


Fort de Levalloisiennes et Levalloisiens, tous grands lecteurs et épris d’Histoire, ce Jury s’annonce, à l’image des précédents, très investi et conscient de son rôle important dans le choix de l’auteur lauréat du Prix.

La sélection des romans en lice pour le Prix est élaborée en partenariat avec la rédaction de l’hebdomadaire Le Point. Le palmarès du Prix témoigne en effet, chaque année, d’un goût sûr et affirmé des membres du jury : Lola Lafon, Jean-Michel Guenassia, Paul Gréveillac, François Garde et, en 2021, le journaliste et écrivain Adrien Borne, figurent ainsi parmi les lauréats. Nul doute que cela sera encore le cas.

Réunissant jurés et bibliothécaires, la première réunion a eu pour objectif de fixer les points importants du fonctionnement du Jury entre « règles du jeu » et bien sûr connaissance des membres. Effectivement, premier point, la notion de jeu apparaît d’emblée puisqu’un juré révèle que – poussé par sa fille qui manifestement connaît bien ses compétences et goût pour l’Histoire et la lecture – certes, il « a échappé à Koh-Lanta » et que « surpris d’être sélectionné, il va vivre une aventure surprenante » ! Les « règles du jeu » ou du moins conseils d’analyse (éclairage sur l’époque, déroulement de l’intrigue, cohérence, subtilité de la construction…) et notation sont ensuite présentés par une bibliothécaire.

Et, deuxième point, apprendre à se connaître pour mieux partager et échanger par la suite. Alors que chacun annonce son prénom voire son âge et/ou sa profession et livre ses centres d’intérêt et argumente des raisons de sa candidature, force est de constater qu’au-delà de « l’ancrage avec l’Histoire », de « la passion de la lecture, transmise à mes enfants », de « l’excitation de lire tous ces livres » et de « faire des découvertes » priment aussi « le contentement d’échanger avec des lecteurs » et « l’envie de partager ses lectures ».

Puis la date de la prochaine réunion est confirmée et les deux premiers romans en lice sont distribués : surprise !  Quelques semaines à consacrer à de belles lectures en attendant le plaisir de se retrouver pour des échanges assurément argumentés.

%d blogueurs aiment cette page :