Tag Archives: Prix littéraires

Septembre, ouverture de la saison des prix littéraires

29 Sep

Avec les cahiers neufs, les bonnes résolutions et les feuilles mortes, cela reste un des petits plaisirs gourmands de la rentrée : les sélections pour les prix littéraires 2018 ! En effet, depuis le 4 septembre, les jury des prix dévoilent leurs livres candidats, dont certains sont déjà présents à La Médiathèque et d’autres incessamment sous peu.

Et comme chaque année, dans le sillage de ces annonces, on trouve une cohorte d’enthousiasmes, de petits tollés et de commentaires plus ou moins réjouis sur le bien fondé ou l’objectivité de ce système de récompense littéraire… Mais à quelques jours de l’annonce des 2èmes sélections, ne nous arrêtons pas aux potins et concentrons-nous sur les titres sélectionnés durant tout le mois. Car, logique d’un seul gagnant par prix oblige, une grande partie d’entre eux vont arrêter ici leur course vers les sommets !

Pour des questions pratiques (et non par chauvinisme ou parti-pris fictionnel) ne seront cités ici que les sélections de romans français. De la même façon, dans un pays qui compte presque autant de prix littéraires que de fromages, il a fallu choisir parmi les récompenses. L’exhaustivité aurait conduit à faire de cet article (déjà long…)  un volume d’encyclopédie de 600 pages…

  • Le 4 septembre dernier, le premier à dégainer (pardon, dévoiler…) sa liste de candidats a été le Prix Renaudot : pas moins de 17 romans en lice (et 7 essais) pour le prestigieux prix né en 1926 de journalistes affamés et impatients d’avoir les résultats du Goncourt.

La grande idée d’Anton Beraber (Gallimard) 1er roman – Bientôt disponible à La Médiathèque.
Capitaine  (nouvelle fenêtre) d’Adrien Bosc ( Stock)
La vraie vie d’Adeline Dieudonné (L’Iconoclaste) *  1er roman – Bientôt disponible à La Médiathèque.
Frère d’âme de David Diop (Seuil) * – Bientôt disponible à La Médiathèque.
L’ère des suspects de Gilles Martin-Chauffier (Grasset) – Bientôt disponible à La Médiathèque.
François, portrait d’un absent de Michael Ferrier (Gallimard)*
Federica Ber de Mark Greene (Grasset)
Les belles ambitieuses de Stéphane Hoffmann (Albin Michel)* – Bientôt disponible à La Médiathèque.
Midi (nouvelle fenêtre) de Cloé Korman (Seuil)
Bande de Français de Marco Koskas (Galligrassud)
Le lambeau (nouvelle fenêtre) de Philippe Lançon (Gallimard)
Le sillon de Valérie Manteau (Le Tripode)
L’eau qui passe de Frank Maubert (Gallimard) – Bientôt disponible à La Médiathèque.
L’âge d’or de Diane Mazloum (JC Lattès)
Quitter le rang des assassins de Pierre Notte (Gallimard)
Il est à toi, ce beau pays (nouvelle fenêtre) de Jennifer Richard (Albin Michel)
Tu t’appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider (Grasset) – Bientôt disponible à La Médiathèque.

Outre deux premiers romans, la petite nouveauté (et le premier petit scandale de cette rentrée) a été la présence parmi les sélectionnés d’un livre autoédité (chez Amazon), nom qui fait grincer des dents chez les libraires.

L’ouvrage fait mention de l’éditeur Galligrassud (contraction de Gallimard, Grasset et Actes Sud, éditeurs souvent primés, qui remplace le légendaire Galligrasseuil) en quatrième de couverture. C’est d’ailleurs ce « faux éditeur » qui a été mentionné dans le communiqué du jury plutôt que le nom de la plateforme. (extrait de l‘article de Livres Hebdo Que retenir des premières sélections du Renaudot – nouvelle fenêtre)

Révolution, provocation, refus éditorial, scoop ou loi de l’évolution, quelle qu’en soit la raison, on peut imaginer que la qualité littéraire l’a emporté sur toute autre considération de diffusion dans la sélection de ce roman, d’autant plus que l’auteur avec 14 ouvrages à son actif est bien connu des maisons d’édition traditionnelles.

  • Le 7 septembre, le jury du Prix Goncourt réuni à Nancy annonçait 15 romans, dont 4 premières publications. On note déjà deux titres communs avec le Renaudot, dont le 1er roman d’Adeline Dieudonné qui recevra quelques jours plus tard le Prix du roman Fnac.

La vérité sort de la bouche du cheval de Meryem Alaoui (Gallimard) * – Bientôt disponible à La Médiathèque.
Le malheur du bas d’Inès Bayard (Albin Michel) * – Bientôt disponible à La Médiathèque.
Quand Dieu boxait en amateur de Guy Boley (Grasset) – Bientôt disponible à La Médiathèque.
Ça raconte Sarah de Pauline Delabroy-Allard (Minuit) – Bientôt disponible à La Médiathèque.
La vraie vie d’Adeline Dieudonné (l’Iconoclaste)**
Frère d’âme de David Diop (Seuil) **
La révolte (nouvelle fenêtre) de Clara Dupont-Monod (Stock)*
Dix-sept ans (nouvelle fenêtre) d’Eric Fottorino (Gallimard)
Maîtres et esclaves de Paul Greveillac (Gallimard)* – Bientôt disponible à La Médiathèque.
Leurs enfants après eux (nouvelle fenêtre) de Nicolas Mathieu (Actes Sud)
L’ère des suspects de Gilles Martin-Chauffier (Grasset) * – Bientôt disponible à La Médiathèque.
L’évangile selon Youri de Tobie Nathan (Stock) – Bientôt disponible à La Médiathèque.
Quatre-vingt-dix secondes (nouvelle fenêtre) de Daniel Picouly (Albin Michel)
L’hiver du mécontentement (nouvelle fenêtre) de Thomas B. Reverdy (Flammarion)*
Hôtel Waldheim (nouvelle fenêtre) de François Vallejo (Viviane Hamy)

  • Paritaire entre primo-romanciers et auteurs confirmés, le Prix de Flore a dévoilé 10 romans dont certains se trouvaient déjà sélectionnés par le Goncourt et se retrouveront dès le lendemain dans la liste du Médicis.

La vérité sort de la bouche du cheval de Meryem Alaoui (Gallimard) **
Le malheur du bas d’Inès Bayard (Albin Michel) ** 
Arcadie d’Emmanuelle Bayamak-Tam (P.O.L) **
Reviens (nouvelle fenêtre) de Samuel Benchetrit (Grasset)
Techno freaks de Morgane Caussarieu (Serpent à plumes)
Ma vie de Saint de François-Xavier Delmas (Anne Carrière)
Babylone Express de Mathilde-Marie de Malfilâtre (Le Dilettante)
Leurs enfants après eux (nouvelle fenêtre) de Nicolas Mathieu (Actes Sud) **
Sujet inconnu de Loulou Robert (Julliard)
Anatomie de l’amant de ma femme de Raphaël Rupert (L’Arbre vengeur)

  •  À la mi-septembre, certains titres, présents dans plusieurs sélections prestigieuses, se positionnent déjà dans le peloton de tête, tendance confirmée quand le Prix Médicis indique ses 12 romans français favoris (et 10 étrangers).

Idiotie de Pierre Guyotat  (Grasset)
Arcadie d’Emmanuelle Bayamack-Tam (POL) ***
Frère d’âme de David Diop (Seuil) ***
Tous les hommes naturellement désirent savoir (nouvelle fenêtre) de Nina Bouraoui (JC Lattès)*
Leurs enfants après eux (nouvelle fenêtre) de Nicolas Mathieu (Actes Sud)***
Au grand lavoir (nouvelle fenêtre) de Sophie Daull *(Philippe Rey)
Par les écrans du monde de Fanny Taillandier (Seuil) – Bientôt disponible à La Médiathèque.
L’eau qui passe de Franck Maubert (Gallimard) **
Tenir jusqu’à l’aube de Carole Fives  (Gallimard) – Bientôt disponible à La Médiathèque.
Le Lambeau de Philippe Lançon (Gallimard) **
Ça raconte Sarah de Pauline Delabroy-Allard  (Minuit) **
Le Cœur blanc de Catherine Poulain  (L’Olivier) – Bientôt disponible à La Médiathèque.

Le 17 septembre, les dames du Prix Fémina prennent la suite avec 14 romans français et autant d’étrangers.

Arcadie d’Emmanuelle Bayamack-Tam (P.O.L)****
Trois enfants du tumulte d’Yves Bichet (Mercure de France)
Tous les hommes désirent naturellement savoir (nouvelle fenêtre) de Nina Bouraoui (J-C Lattès)**
Je voudrais que la nuit me prenne d’Isabelle Desesquelles (Belfond)
Platine (nouvelle fenêtre) de Régine Detambel (Actes Sud)
Frère d’âme de David Diop (Seuil)****
La révolte (nouvelle fenêtre) de Clara Dupont-Monod (Stock) **
François, portrait d’un absent de Michaël Ferrier (Gallimard) **
Idiotie de Pierre Guyotat (Grasset)**
Le lambeau de Philippe Lançon (Gallimard)***
Einstein, le sexe et moi d’Olivier Liron (Alma)
Tu t’appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider (Grasset)**
Roissy (nouvelle fenêtre) de Tiffany Tavernier (Sabine Wespieser)
Une vie en l’air de Philippe Vasset (Fayard)

Galant, c’est le 24 septembre que le jury masculin du Prix Interallié a donné ses favoris. Aux côtés de titres autour desquels on murmure depuis le début du mois, certains outsiders font alors leur apparition.

Nuit sur la neige de Laurence Cossé (Gallimard) – Bientôt disponible à La Médiathèque.
Frère d’âme David Diop (Seuil)*****
Maîtres et esclaves de Paul Gréveillac (Gallimard)**
Les belles ambitieuses de Stéphane Hoffmann (Albin Michel)**
Avec toutes mes sympathies d’Olivia de Lamberterie (Stock) – Bientôt disponible à La Médiathèque.
Le lambeau de Philippe Lançon (Gallimard)****
Harry et Franz d’Alexandre Najjar (Plon)
L’été des quatre rois de Camille Pascal (Plon)* – Bientôt disponible à La Médiathèque.
L’hiver du mécontentement (nouvelle fenêtre) de Thomas B. Reverdy (Flammarion)**
Le train d’Erlingen de Boualem Sansal (Gallimard)

Enfin,  dernière des annonces de ce mois de septembre riche en émotion et suspense, voici la sélection des Immortels pour le Grand prix du roman de l’Académie française.

Carnaval noir de Metin Arditi
Au grand lavoir (nouvelle fenêtre) de Sophie Daull **
La Chance de leur vie d’Agnès Desarthe – Bientôt disponible à La Médiathèque.
Les Belles Ambitieuses de Stéphane Hoffmann **
Les cigognes sont immortelles (nouvelle fenêtre) d’Alain Mabanckou (Seuil)
L’Ère des suspects de Gilles Martin-Chauffier ** – Bientôt disponible à La Médiathèque.
L’Été des quatre rois de Camille Pascal** – Bientôt disponible à La Médiathèque.
L’Hiver du mécontentement (nouvelle fenêtre) de Thomas B. Reverdy (Flammarion) ***

Parvenu à la fin de ce petit tour d’horizon, notons que certains noms reviennent de plus en plus dans les listes et commencent à dessiner des favoris mais attention : rien n’est joué. Car si être sélectionné pour plusieurs prix est bon signe sur le plan de la qualité littéraire, on peut s’interroger : stratégiquement parlant, est-ce un atout ou un handicap ? Cela peut-il conduire à la relégation en touche par des jurés soucieux d’avoir un lauréat bien à eux  ?

De la même façon, recevoir un prix plus modeste que les Goncourt et autres grosses pointures des prix (comme Nicolas Mathieu pour son roman Leurs enfants après eux primé en août par le prix Blù Jean-Marc Roberts et en septembre le prix de la Feuille d’or de la Ville de Nancy) peut-il nuire au maintien dans les listes des sélectionnés caracolant vers le haut du podium ? L’avenir proche nous le dira. Car dès le 2 octobre seront annoncées les 2ème sélections de la saison avec celle du plus ancien de ces prix, le Goncourt !

PS pour ceux qui sont arrivés jusque-là : les *** à côté de certains titres signalent leur sélection répétée (autant de fois que d’étoiles !)

Publicités

Hors Concours, naissance d’un nouveau prix littéraire

12 Oct

Vous l’avez peut-être appris : un nouveau prix littéraire est né ces jours-ci, auquel nous souhaitons longue vie et succès. Le prix Hors Concours vient ainsi d’annoncer ses 8 romans finalistes pour 2016, leur particularité étant d’être issus de l’édition indépendante.  Volonté que le dernier-né des prix littéraires affiche via son slogan : Le prix de l’édition qui n’a pas de prix.

Car en parallèle des majors de l’édition Galligraseuil (selon l ‘expression qui aurait été inventée par le journaliste Bernard Franck dans les années 80), il existe une foule de petites maisons indépendantes (on en dénombrerait 10 000 dont 5000 actives en France) et dans la multitude des prix littéraires français, il en existe déjà quelques centaines dont 6 se partagent le podium, le haut du panier et le fond du portefeuille… Vous aurez reconnu dans cette catégorie le Goncourt, le Renaudot, le Fémina, le Flore, l’Interallié, le Wepler… etc

Celui qui a souhaité, un jour, embrasser en quelques titres la diversité de l’édition indépendante a sans doute connu une sensation de vertige. Comment plonger sans se noyer dans cette nébuleuse de courants, de titres et d’auteurs aux patronymes souvent inconnus ?

Hors concours

Soucieux d’être « une porte d’entrée » vers cette édition, le Prix Hors Concours s’inspire du modèle classique de prix littéraire tout en proposant une « structuration originale » :  tout d’abord, chaque maison indépendante a été invitée à sélectionner et à proposer un roman de son catalogue dont elle estimait qu’il pourrait être l’élu de l’année. Ainsi en 2016, 80 maisons ont répondu à l’invitation en envoyant un extrait représentatif.

Sur ces 80 extraits, 50 ont été retenus, formant ainsi  une liste mettant à l’honneur ces petites maisons dont les noms fleurent bon l’insolite comme Baker Street, Le verger des Hespérides , La ville brûle, Le bateau ivre ou encore Le bord du Lot. Leur simple énumération en devient un véritable poème ouvrant à la rêverie et à la découverte. Les titres des romans invitent aussi au voyage avec Cinq nuances de pirates, Ce que vit le rouge-gorge, Les terminaisons nerveuses ou encore Tango Loft

Un collectif composé de libraires, bibliothécaires et éditeurs ont lu ces extraits et ont présélectionné 8 titres, dont la liste a été dévoilée le 3 octobre dernier à la SGDL. Ces 8 romans seront lus dans leur intégralité par un jury constitué de journalistes littéraires..

Le prix sera remis le 10 novembre, soit quelques jours après certains de ses grands frères. On ne sait pas encore si un restaurant accueillera les agapes de ce nouveau petit prix mais nous adressons toutes nos félicitations à ses créateurs, ses participants et son futur heureux lauréat.

Voici les 8 finalistes à découvrir très vite dans toute bonne médiathèque et/ou librairie  :

  • Fabien Maréchal, Dernier avis avant démolition (Antidata)
  • Laurence Biberfeld, Ce que vit le rouge-gorge (Au-delà du raisonnable)
  • Gilles Marchand, Une bouche sans personne (Aux forges de Vulcain)
  • Bruno Doucey, Le carnet retrouvé de Monsieur Max (Bruno Doucey)
  • Carl-Keven Korb, Une nuit pleine de dangers et de merveilles (Le chemin de fer)
  • Brahim Metiba, Ma mère et moi (Mauconduit)
  • Benoît-Marie Lecoin, Ringo (Le Murmure)
  • Anna Dubosc, Koumiko (Rue des promenades)

Et les autres…

Les prix traditionnels ont publié leur première, voire deuxième sélection dont voici les listes. Certains romans reviennent de l’une à l’autre…  À vous de faire vos pronostics !

  • prix_goncourtGoncourt

Catherine Cusset L’Autre qu’on adorait (Gallimard)
J-Baptiste Del Amo Règne animal (Gallimard)
Jean-Paul Dubois La Succession (L’Olivier)
Gaël Faye Petit Pays (Grasset)
Frédéric Gros Les Possédées (Albin Michel)
Régis Jauffret Cannibales (Seuil)
Luc Lang Au commencement du septième jour (Stock)
Leila Slimani Chanson Douce (Gallimard)

  • prix-femina_1346Femina

Jean-Baptiste Del Amo Règne animal (Gallimard)
Nathacha Appanah Tropique de la violence (Gallimard)
Gaël Faye Petit pays (Grasset)
Hélène Gestern L’odeur de la forêt (Arléa)
Luc Lang,Au commencement du septième jour (Stock)
Marcus Malte Le garçon (Zulma)
Laurent Mauvignier Continuer (Minuit)
Florence Seyvos La sainte famille (L’Olivier)
Thierry Vila Le cri (Grasset)
Emmanuel Venet Marcher droit, tourner en rond (Verdier)
Eric Vuillard 14 juillet (Actes Sud)

  • prix-de-floreFlore

Boris Bergmann, Déserteur (Calmann-Lévy)
Cédric Gras, Anthracite (Stock)
Joann Sfar, Comment tu parles de ton père (Albin Michel)
Leila Slimani, Chanson douce (Gallimard)
Nina Yargekov, Double nationalité (P.O.L)

  • prix_interallieInterallié

Paul Baldenberger A la place du mort (Les Equateurs)
François Cérésa Poupe (Le Rocher)
Adélaïde de Clermont-Tonnerre Le dernier des nôtres (Grasset)
Catherine Cusset L’autre qu’on adorait (Gallimard)
Jean-Paul Dubois La succession (L’Olivier)
Lionel Duroy L’absente (Julliard)
Gaël Faye Petit pays (Grasset)
Stéphane Hoffmann Un enfant plein d’angoisse et très sage (Albin Michel)
Serge Joncour Repose-toi sur moi (Flammarion)
Leïla Slimani Chanson douce (Gallimard)
Karine Tuil L’insouciance (Gallimard)
Eric Vuillard 14 Juillet (Actes Sud)

  • prix-renaudotRenaudot

Adélaïde de Clermont-Tonnerre Le dernier des nôtres (Grasset)
Gaël Faye Petit pays (Grasset)
Régis Jauffret Cannibales (Seuil)
Serge Joncour Repose-toi sur moi (Flammarion)
Simon Liberati California girls (Grasset)
Laurent Mauvignier Continuer (Minuit)
Yasmina Reza Babylone (Flammarion)
Leila Slimani Chanson douce (Gallimard)

  • prix_medicisMédicis

Nathacha Appanah, Tropique de la violence (Gallimard)

Stéphane Audeguy, Histoire du lion personne (Seuil)

Nicolas Idier, Nouvelle jeunesse (Gallimard)

Ivan Jablonka, Laetitia ou la fin des hommes (Seuil)

Denis Michelis, Le bon fils (Noir sur Blanc)

Céline Minard, Le grand jeu (Rivages)

Arnaud Sagnard, Bronson (Stock)

Des nouvelles de Léonard 2016

14 Fév

Vendredi 11 février 2016 ont été dévoilées les trois nouvelles lauréates du concours d’écriture des élèves de seconde du Lycée Léonard de Vinci. Le recueil des dix nouvelles gagnantes parmi les 40 qui ont concouru est arrivé à La Médiathèque !

Ces écrivains sont en seconde, ils ont étonné les membres du jury (auquel participaient des bibliothécaires de La Médiathèque) par leur inventivité, leur créativité, leur maturité et la fraicheur de leur imagination mais aussi par leur capacité à construire un univers, à faire ressentir des émotions et à raconter une histoire. Le format imposé de la nouvelle leur a permis de développer une écriture concise, un art de la narration abouti et un sens de la chute … à découvrir sans attendre dans le superbe recueil écrit, conçu et réalisé par les élèves : Transitions, nouvelles.

Bravo à tous les participants, félicitations aux dix gagnants et couronne de lauriers aux lauréats 🙂

BONUS : un article avec une photo des gagnants sur le blog du site du CDI du lycée Léonard de Vinci

transitions des nouvelles de Léonard de Vinci- catalogue de La Médiathèque (nouvelle fenêtre)

%d blogueurs aiment cette page :