Tag Archives: Rentrée littéraire

La rentrée littéraire d’automne 2019 : du côté des libraires

18 Oct

Après C’est la rentrée, les grandes tendances et Rentrée littéraire 2019, nos chouchous, place aux féminin avec la sélection des libraires. En effet, cette rentrée littéraire 2019 semble placée sous le signe des femmes. Elles sont partout dans les 524 nouveaux romans qui déferlent depuis août dans les librairies. Au vu d’événements comme « metoo « , nombre de romans cette année portent un message de respect. Le courage des femmes, le partage, les tourments de l’exil et les souvenirs de famille sont au cœur des écrits de cette rentrée.

Voici les belles découvertes qu’ont fait pour vous les libraires de la librairie Decitre. Laissez-vous guider pour vivre de belles émotions…

 Karine Tuil : Les choses humaines (nouvelle fenêtre) , Jean Farel est présentateur de télé et avec son ex-femme Claire ils ont formé un couple d’intellectuels à la vie contrôlée et médiatisée se servant l’un de l’autre pour faire évoluer leur carrière. Leur vie va basculer quand leur fils Alexandre, promu à une brillante carrière va se retrouver au cœur d’un procès pour viol. L’auteur décortique de manière brillante les mécanismes de la justice, nous emmène au cœur du désir, des pulsions, du consentement, de cette zone grise insaisissable. C’est un roman actuel, terriblement nécessaire, construit avec une grande intelligence et une grande justesse.

Leonora Miano : Rouge impératrice (nouvelle fenêtre ). Ce livre, le premier d’une trilogie, n’est pas simple. Il nous emmène dans le méandres et l’utopie Africaine. Pour y  explorer le trait d’union entre l’Afrique et l’Europe, la culture, l’économie, le fédéralisme pour s’autonomiser, ainsi que  l’inversion du pouvoir avec les blancs. Il est très dérangeant, il permet de faire son auto-critique et pose la question du monde en marche fait de violence  et de changement. Il nous permet de porter un regard réaliste en prévision de ce qui peut nous attendre.

Victoria Mas : Le bal des folles (nouvelle fenêtre). Ce premier roman se passe au XIXe siècle à la Salpétrière. Pour le bal de la mi-Carême, la haute société est invitée et s’adonne à un certain voyeurisme. Réparti sur deux salles – d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques – ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations du Dr Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, qui a un don, elle voit des fantômes, cela bouleverse le regard sur l’hôpital et met à nu la condition féminine au XIXe siècle. Ce premier roman est malgré tout assez actuel.

Blandine Rinkel  : Le Nom secret des choses (nouvelle fenêtre). Blandine grandit en Vendée. Isolée elle arrive à Paris pour poursuivre ses études, et rencontre Elia, leur amitié devient fusionnelle, elle change de prénom, devient Océane, essaie de saisir les codes, les masques de la capitale, s’y essouffle jusqu’à la trahison. C’est une expérience qui va l’épuiser. Cette autobiographie est très écrite, et dit beaucoup sur la jeune génération.

Régina Porter  : Ce que l’on sème (nouvelle fenêtre). Ce roman est un patchwork remarquablement cousu à partir des moments intenses de la vie de deux familles américaines, l’une noire, descendant d’esclaves africains, l’autre blanche, ,issues de l’immigration irlandaise. Ces deux familles ne vont cesser de s’entrecroiser tout au long du roman, depuis les années 50 jusqu’à la première année du mandat d’Obama.

Joyce Carol Oates  : Un livre des martyrs Américains (nouvelle fenêtre). Son ouverture se fait sur le meurtre d’un médecin pratiquant l’avortement par conviction, perpétré par un militant pro-vie se sentant investi d’une mission divine. L’auteure ne portera jamais de jugement moral, elle laisse la parole à ses personnages de façon magistrale. C’est un livre puissant, perturbant parfois, difficile a quitter. Un coup de force narratif et littéraire, à l’image des précédents romans percutants de cette auteur « droguée à l’écriture depuis ses 14 ans ».

Kaouher Adimi  : Les Petits de Décembre (nouvelle fenêtre) . Partie d’un fait divers, la jeune auteure, qui avait fait partie de la sélection pour le Prix des Lecteurs de Levallois en 2018, est revenue sur le terrain d’un lotissement près d’Alger où les enfants jouent et dont ils fait leur fief. Mais tout se dérègle un beau matin lorsque des généraux débarquent avec des plans de constructions en main, et des projets de belles villas. Les enfants vont faire une mini-révolution, Au contraire des parents, craintifs et résignés, cette jeunesse s’insurge et refuse de plier. La tension monte, et la machine du régime se grippe. Ce livre, à l’écriture touchante offre une vision asse juste de la société algérienne actuelle tant du point de vue sociologique que politique.

Cécile Coulon  : Une bête au paradis( nouvelle fenêtre). L’histoire d’une lignée de femmes (la grand-mère et la petite-fille ) qui renoncent à leur vie pour une terre, celle de la ferme du Paradis, comme une malédiction. Quasiment une tragédie grecque, presque un conte intemporel sous forme d’un huis clos au Paradis. La tension gonfle, l’angoisse sourde monte. Il est difficile de savoir quelle forme le Mal prendra, mais on sent une sorte de fatalité implacable qui va le faire surgir. Très fort, ce livre remue le lecteur.

Claudie Huntzinger : Les grands cerfs. Un livre qui parle d’un monde qui est en train de s’achever mais qui ne sait pas où il va. L’auteure cerne cette vie à l’écart, dans la montagne , où elle a librement choisi de faire vivre sa protagoniste, il y plusieurs décennies. Mais ce roman parle aussi du goût de la nature et de la passion de l’écriture. Pamina se met à s’intéresser aux cerfs qui vivent dans ce coin reculé… depuis toujours. Elle y rencontre Léo, un jeune photographe, fasciné par ces animaux, qui il va lui apprendre à les comprendre, à savoir devenir invisible, à l’affût, dans l’attente et le silence. C’est une sorte de fable du réel, empreinte de poésie.

 

Jerôme Attal  : La petite sonneuse de cloches (nouvelle fenêtre). Voici une histoire d’amour, à deux époques différentes. On évoque un épisode de la vie de Chateaubriand à peine âgé de 25 ans qui est réfugié à Londres alors que gronde la terrible révolution française. Dans ses mémoires, l’auteur romantique évoque un baiser inoubliable qu’il a reçu d’une petite sonneuse de cloches , imaginé ou réellement reçu ?
De l’autre côté, nous avons Joachim Stockholm qui vient de perdre son père, qui était un grand admirateur de Chateaubriand. Pour rendre un dernier hommage à ce père, Joachim décide de partir à Londres élucider le mystère de cette jeune sonneuse de cloches… Ce roman se lit ainsi en alternant les sentiments finement décrits et amenés par Jérôme Attal. La mise en scène scénographique est en place et la lecture se déroule sans accrocs au fin d’une jolie mélodie romantique.

Louis-Philippe Dalembert  : Mur méditérranée (nouvelle fenêtre). Inspiré d’un naufrage, il s’agit de la rencontre de personnes sauvées qui échangent et construisent leur histoire, moment de confiance entre 3 femmes à deux endroits. Aussi le voyage depuis l’Érythrée, la violence et prédation au départ, puis la tempête. À la suite du sauvetage se nouera une histoire forte de fraternité. Ce texte donne une idée de l’état du monde. Tous sont logés dans un entrepôt où ils sont tous stockés, dans des conditions très éprouvantes. Malgré ce qu’elles vont vivre, elles vont s’aider. C’est une épopée du courage que la littérature rappelle. Récit d’un voyage au bout de la nuit. Magnifique

 Pete Fromm  : La vie en chantier (nouvelle fenêtre). Taz et Marny sont sur le point de devenir parents, ils travaillent à leur maison pour l’arrivée de leur enfant, mais Marny perd la vie en accouchant laissant son mari seul face au bébé et aux travaux, c’est très dur pour lui de reprendre pied. Il se polarise sur l’enfant, aidé par sa famille et ses amis. Sa propre réparation s’effectue au fil des chapitres sur 2 ans. L’auteur américain campe comme à son habitude une nature somptueuse en décor pour ce texte très touchant.

Sylvain Prudhomme. Par les routes (nouvelle fenêtre). Dans une petite ville du Sud, tranquille, des autostoppeurs qui se sont perdus de vue, vont instaurer un jeu de rôle, l’un fascinant l’autre. Ce nouveau roman d’un auteur qui fait partie de nos chouchous de la rentrée littéraire (il avait été sélectionné pour le Prix des Lecteurs de Levallois en 2015) raconte des départs et des retours, dans lesquels l’alter ego de l’auteur est le réceptacle de ce nomadisme. ll y est également question de tous ces autres que l’on rencontre en dehors de la cellule familiale, de l’importance de l’air extérieur, du risque d’étouffement dans la vie familiale autarcique.

Max Porter  : Lanny (nouvelle fenêtre). Ode à l’enfance et à l’imagination, le deuxième roman de Max Porter est un conte qui puise aux sources du merveilleux comme du plus trivial, pour révéler l’invisible et inquiétante magie à l’œuvre dans nos vies. Le village du roman appartient à ceux qui vivent là aujourd’hui, et à ceux qui ont vécu là autrefois, à un petit garçon nommé Lanny, tendre et imprévisible, et à ses parents, Et aussi au Père Lathrée… Morte, étrange créature protéiforme, légende folklorique et  qui veille sur les lieux – à moins qu’il ne fasse planer sur eux une sourde menace. Ce livre est un bijou de créativité.

Aurélien Bellanger  : Le continent de la douceur (nouvelle fenêtre). Le livre débute par une galerie de personnages pittoresques qui font de l’accrobranche. Drôles ou risibles, tous fonctionnent en couple et ont tous un lien avec l’histoire européenne et le Karst. C’est baroque et dense, mais cela fonctionne malgré la complexité du propos. Et cela en dit beaucoup sur la situation et la politique actuelle. Un roman réjouissant !

Jean-Paul Dubois  : Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon (nouvelle fenêtre) Retrace la vie de Paul Hansen revisitée entre les quatre murs de son étroite cellule. Il se remémore son séjour au nord du Danemark, à Skagen, chez les pêcheurs de plies, et dans le nord canadien où l’amiante s’extrait à coup de dynamitages et empoisonne tranquillement sols et vivants. C’est un homme plutôt bienveillant qui veut donner du sens à sa vie. Sans doute le plus abouti et le plus profond des romans de l’auteur l’auteur, ce livre raconte le déclin du monde, qui a une autre morale, et dont la violence devient ce qu’il faut pour sauver sa propre dignité. L’auteur procède par procédés symboliques, et c’est une réussite.

Zhang Yueran  : Le clou. En Chine, deux personnages se retrouvent 30 ans plus tard et discutent de leur trajectoire et des secrets qui les lient à un héritage familial. Pétris d’obsession, ils souhaitent effacer la révolution culturelle qui les a impactés et essaient de s’en sortir. L’alternance des récits est décrypté avec une psychologie fine. Mystère, trahison, cette saga familiale retrace un pan de la Chine d’aujourd’hui  qui n’est pas des plus réjouissant.

Sehlahattin Demirtas  : Et tournera la roue. Ces nouvelles du prix Nobel turc en prison actuellement parlent d’espoir, d’amour et de l’humain. Le style merveilleusement simple nous dévoile la Turquie d’aujourd’hui. Il raconte des histoires personnelles, intimes, qui nous parlent, qui pourraient être les nôtres ou celles de nos proches. Il nous montre à quel point Turcs, Kurdes, Français ou autres, sont semblables dans leurs émotions, leurs rêves, leurs désir de liberté. Et ce faisant, il donne à ses nouvelles une portée politique bien plus grande que n’importe quel manifeste.

Sylvain Coher  : Vaincre Rome (nouvelle fenêtre). L’auteur compose  la trame de son roman avec le marathon de Rome en 66, 10 kilomètres pour chaque chapitre ; Abebe Bikila soldat éthiopien va courir les quarante-deux kilomètres et cent quatre-vingt-quinze mètres pieds nus, il va remporter le marathon olympique. Pendant qu’il court, on suit ses pensées. Une voix en lui invoque Hérodote, Nietzsche, la Bible, son épouse aussi. Il porte un regard sur l’enfance, et  la colonisation, c’est une aventure entraînante et accessible. Et semble-t-il une prouesse littéraire.

Eric Lhome Un peu de nuit en plein jour (nouvelle fenêtre)  Paris est devenu un monde sombre dans un paysage transformé, sa population se livre à ses instincts les plus primaires. les hommes s’organisent en clans. Plus la classe sociale est élevée plus la vie est prolongée. Féral est cogneur dans ce monde urbain et violent, mais il lui arrive de se remémorer l’ancien temps. Il rencontre Livie, leur amour est immédiat dans ce monde sauvage. Le côté SF n’enlève pas la poésie, c’est touchant.

Guillaume Lavenant  : Protocole gouvernante  (nouvelle fenêtre). Dans ce roman assez étrange et assez novateur, chaque chapitre a un numéro qui semble indispensable à chaque famille. Cette  fiction très originale nous glace le sang. Son univers nous rappelle un peu celui de  La servante écarlate  et les temps anarchiques des révolutions. Dystopie, thriller, conte terroriste, il est un futur que nous n’aimerions pas connaître. Nous refermons le roman, songeurs… Un livre surprenant à recommander !

Thomas Orange  : Ici n’est plus ici  (nouvelle fenêtre). Ce roman polyphonique parle d’une façon très intimes des Indiens renvoyés à leurs conditions, après le massacre de Sand Creek en 1864. Urbanisés à Oakland, ils sont désormais mal dans leur vie, avec cette même question existentielle : que signifie être Indien de nos jours ? Sachant que le gouvernement américain est contre eux, mais que leurs rites rapportent de l’argent au pays. Rage et poésie compose ce roman, imposant la voix saisissante de ce jeune auteur.

Sorj Chalandon  : Une joie féroce nouvelle fenêtre) ou comment une femme qui a passé sa vie à écouter les autres devient une guerrière, une combattante contre la maladie et découvre la rébellion, l’illégalité et l’urgence de vivre. Ce livre est véritablement romanesque, et une fois encore l’auteur trouve les mots justes.

Et maintenant, bonnes lectures 🙂

Rentrée littéraire 2019 : nos chouchous…

1 Oct

Après C’est la rentrée qui annonçait les grandes tendances de la rentrée littéraire 2019, voici à présent quelques romans que nous attendions tout particulièrement chez Liseur : les nouveaux titres des auteurs sélectionnés et/ou lauréats des précédentes éditions du Prix des Lecteurs de Levallois !

Car autant vous dire que depuis que les romans de leurs débuts ont été lus, décortiqués et débattus lors des réunions de jury des Prix des lecteurs de Levallois, nous guettons la production de ces écrivains à chaque rentrée littéraire. Et cette année, la moisson est foisonnante, voyez plutôt  !

  • Kaouther Adimi  : Les petits de Décembre (nouvelle fenêtre), un roman sur la société algérienne d’aujourd’hui, avec ses duperies, sa corruption, ses abus de pouvoir, mais aussi ses espérances.
  • Miguel Bonnefoy  : une nouvelle sur la nuit dans Une nuit à Manosque.
  • Jean-Paul Delfino : Assassins ! (nouvelle fenêtre) où la piste du meurtre de l’auteur des Rougon-Macquart est sérieusement envisagée.
  • Patrick Deville  : Amazonia, un périple et une promenade littéraire sur le fleuve Amazone et son histoire.
  • Éric Faye : La télégraphiste de Chopin (nouvelle fenêtre), qui raconte l’enquête d’un journaliste lorsqu’en 1995 une femme prétend recevoir régulièrement la visite de Chopin…

 

  • Yannick Grannec  : Les simples (nouvelle fenêtre), récit de la sombre machination d’un vicaire pour s’emparer de la manne financière générée par les préparations de l’herboriste d’une petite communauté de bénédictines en 1584.
  • Frédéric Gros : Le guérisseur des lumières (nouvelle fenêtre), un roman épistolaire qui met en scène l’inventeur du magnétisme animal.
  • Jean Mattern (Prix des Lecteurs de Levallois en 2015)  : Une vue exceptionnelle, quand le désir de paternité d’un couple renaît 20 ans plus tard…
  • Wilfried N’Sondé  : Aigre doux, un roman pour la jeunesse.
  • Sylvain Pattieu : Forêt furieuse (nouvelle fenêtre), une histoire de violence reproduite, de terreur et d’enfants rescapés d’une guerre confiés à une institution…
  • Sylvain Prudhomme  : Par les routes (nouvelle fenêtre), une histoire d’auto-stoppeur, d’amitié, de désir et de rencontres.
  • Alexis Ragougneau : Opus 77 qui fait le portrait d’une famille de musiciens étouffée par le poids des non dits.
  • Sébastien Spitzer : Le cœur battant du monde (nouvelle fenêtre), un roman sur fond de famine irlandaise et de lutte armée.

Auxquels nous ajouterons ces trois auteurs dont les romans sont parus courant 2019 mais qu’on ne peut pas ne pas citer dans cet article sur ces auteurs que nous suivons avec attention :

Terminons par des félicitations et des vœux de succès à quatre de ces auteurs dont les romans ont été sélectionnés pour les prix littéraires d’automne 🙂

  • 1ère sélection du Renaudot, du grand prix du Roman de l’Académie française, du prix Femina, du Prix Wepler-Fondation La Poste et du prix Interallié : Sylvain Prudhomme avec Par les routes
  • 1ere sélection du Prix Femina : Alexis Ragougneau avec Opus 77
  • 1ère sélection du Goncourt et du prix Interallié : Sébastien Spitzer avec Le cœur battant du monde
  • 1ere sélection du Prix révélation de la Société des Gens De Lettres  : Sylvain Pattieu avec Forêt furieuse.

 

Nul doute que sur la route qui mène aux prix, tous ces auteurs ont particulièrement le cœur battant 🙂

La plupart des titres cités dans cet article sont déjà disponibles à La Médiathèque de Levallois (mais rançon du succès, il faut les réserver), les autres le seront incessamment sous peu. Bonnes lectures de rentrée !

C’est la rentrée !

2 Sep

Et oui, nous voici déjà en septembre, mois de toutes les rentrées : scolaire, universitaire, judiciaire, parlementaire, sportive, politique, culturelle et… littéraire. En ce domaine, 2019 s’annonce riche : découvertes de primo-romanciers, agréables continuités avec les second livres des petits nouveaux des années précédentes ou valeurs sûres des ténors de la littérature dont les derniers romans sont attendus avec impatience et confiance. Voici donc un petit tour d’horizon de ce qui nous attend en cette rentrée…

La rentrée littéraire 2019 en six questions

  • Quand  ? Entre la mi-août et la fin octobre
  • Combien ? 524 romans, dont 336 romans français et 188 étrangers
  • Quoi ? Des thématiques assez sombres et très contemporaines… Outre les incontournables histoires de familles qui offrent leur lot de noirceurs, avec viols et enfances meurtries, on pourra lire des romans où il est question de femmes dans la société du XXIe, de cybersécurité, d’enfermement, d’exils, de migrants, d’écologie et de questions environnementales, de politique de Brexit, de terrorisme et de djihadisme.
  • Comment ? une production plus resserrée. « Moins et mieux » selon le directeur général de Stock. « Moins publier pour avoir le choix de mieux défendre », entend-on en écho chez Flammarion.  Ainsi la production de cette année baisse  de -7,6% en nombres de titres par rapport à  2018. Pour les romans français, la baisse atteint -11,8%, avec une production passant de 381 à 336 titres.
  • Qui ? 82 primo romanciers, jeunes pousses de la littérature mais aussi de grands noms. Parmi les Français : Sorj Chalandon, Karine Tuil, Jean-Paul Dubois, Marie Darrieussecq, Jean-Philippe Toussaint, Olivier Adam, Amélie Nothomb, Patrick Deville, Lionel Duroy ou Luc Lang… Et dans les étrangers, Jonathan Coe, Siri Hustvedt, Edna O’brien, Joyce Carol Oates, Pete Fromm, et Audur Ava Olafsdottir…

Les particularités 2019

  • Une habitude sans laquelle la rentrée littéraire ne serait plus ce qu’elle est

Ainsi, l’auteur belge Amélie Nothomb, qui publie depuis 30 ans un roman à chaque rentrée littéraire, nous livre cette année une histoire à la 1ère personne racontant les dernières semaines de la vie du Christ intitulée Soif.

  • Un romancier oublié remis à l’honneur

Présenté par le New Yorker comme « Le Géant oublié de la littérature américaine », William Melvin Kelley (1937 –2017) était un romancier et auteur de nouvelles afro américain. Il était aussi professeur d’université. Son roman le plus connu est celui de ses débuts A Different Drummer, publié en 1962 et traduit cette année chez Delcourt littérature. Un autre tambour « pose de façon inédite (et incroyablement gonflée pour l’époque) la « question raciale ». Une histoire alternative, féroce et audacieuse, un roman choc, tant par sa qualité littéraire que par sa vision politique. »(extrait de la présentation de l’éditeur- nouvelle fenêtre)

  • Un roman du prix Nobel de littérature 2014

Belle cuvée pour cette rentrée avec la livraison du nouveau roman de Patrick Modiano qui revient avec Encre sympathique, sur lequel son éditeur, Gallimard, reste très énigmatique mais qui d’après ce que l’on peut lire ça ou là, serait « une enquête sur une disparition mystérieuse, non élucidée depuis des années », sujet modianesque s’il en est :

Trente ans après son passage dans l’agence Hutte, Jean Eyben réouvre le dossier qu’il avait gardé sur la disparition jamais élucidée de Noëlle Lefebvre. Il contient peu de choses. Son adresse 13, rue Vaugelas dans le 15e arrondissement, celle du Dancing de la Marine et celle des magasins Lancel, place de l’Opéra, où elle travaillait. Quelques noms… (extrait de l’article du Figaro, Que sait-on d’ »Encre sympathique », le nouveau Patrick Modiano annoncé pour octobre? – nouvelle fenêtre)
  • Des écrivains mis en abime

Cette année, on note un certain nombre d’ouvrages dont le narrateur ou le héros est un écrivain ou au minimum un familier des livres  :

♦ un romancier chez Lionel Duroy qui dans Nous étions nés pour être heureux semble entamer un étape de réconciliation dans l’histoire familiale qu’il déboulonne depuis Le chagrin,

♦un auteur quarantenaire que l’on suit depuis quelques romans  chez Olivier Adam mais qui est à présent en perte de vitesse dans Une partie de badmington,

une apprentie romancière dans Souvenirs de l’avenir de Siri Husdvedt (qui revient à la fiction après plusieurs publications d’essais),

une auteur en reconversion : partie conquérir Reykjavik et la littérature, elle va finalement se présenter à l’élection de reine de beauté dans Miss Irlande d’Audur Ava Olafsdottir,

♦un écrivain énigmatique après lequel court le narrateur de Chercher Kinski, 1er roman d’Arthur Terrier,

♦un romancier nostalgique dans un rôle d’accompagnant chez Morgan Sportès dans Si je t’oublie,

un écrivain maudit qui devient enquêteur aux côtés d’un historien chez Aurélien Bellanger dans Le continent de la douceur,

♦une libraire malade atteinte d’un cancer dans Une joie féroce de Sorj Chalandon,

des lecteurs anonymes  à l’honneur dans l’essai de Patrick Deville, L’étrange fraternité des lecteurs solidaires. 

  • Des exofictions

Ce terme barbare est né dans les années 2010 pour désigner un « genre littéraire qui crée des fictions à partir d’éléments du réel, mettant souvent en jeu des personnages célèbres » (source Actualitté -nouvelle fenêtre) : ainsi on pourra lire la vie de Frida Kahlo dans Rien n’est noir de Claire Berest, celle de Gaulle sous la plume de Georges-Marc Benamou dans Le général a disparu, de Marlon Brando pour Samuel Blumenfeld, ou de Debbie Harry par Julien Decoin…

Tendance littéraire oblige, écrivains et personnages sont ici encore au cœur des fictions avec notamment Giono, furioso  chez Emmanuelle Lambert, Zola dans Assassins ! par Jean-Paul Delfino (Héloïse d’Ormesson), Virginia (Woolf) chez Emmanuelle Favier, Christopher Marlowe pour Emmanuelle Pirotte dans D’innombrables soleils.

Du côté des personnages romanesques, ce sont Lolita, l’héroïne de Nabokov, dans le Journal de L. par Christophe Tison et Bartleby le scribe dans L’imitation de Bartleby, 1er roman de Julien Battesti qui ont la vedette.

  • De la couleur en bandeaux

Vous le remarquerez certainement, de nombreux éditeurs ont fait le choix de la couleur avec des bandeaux aux couleurs frappantes. Tendance pantone chez Grasset, crème chic et élégant chez Gallimard, fluo pour Flammarion, couleurs fortes pour Belfond, et bandeaux plus larges pour Le Seuil… L’idée, vous l’avez compris, est d’accrocher le regard du lecteur hésitant devant les piles de nouveautés.

  • Des auteurs en podcasts

Les booktubeurs ont lancé le mouvement avec leur chroniques en vidéo et les éditeurs investissent le terrain ! Flammarion ouvre le bal avec des podcasts (nouvelle fenêtre) mêlant lectures et interviews des dix auteurs de leur rentrée sur leur mini site évènementiel Rentrée littéraire.

Les envies des bibliothécaires

Après un rapide sondage, ils sont partants pour Une partie de Badmington avec Olivier Adam, un Jour de courage de Brigitte Giraud, Une joie féroce de Chalandon ou encore un Nouvel an de Julie Zeh.

On les verra aussi dévorer Un livre de martyrs américains de Joyce Carol Oates, Le moine de Moka de Dave Eggers, Civilizations de Laurent Binet , Les amazones de Jim Fergus, ou Le cœur de l’Angleterre de Jonathan Coe.

Ils pourront vous donner leurs avis sur Le bal des folles de Valérie Mas, Ceux qui partent de Jeanne Bénameur, La tentation de Luc Lang, Soif d’Amélie Nothomb…

En vous souhaitant une bonne rentrée et de belles lectures 🙂

Pour info : la plupart de ces titres seront prochainement disponibles à La Médiathèque (en version papier et/ou en ligne)

La rentrée littéraire 2017 de la librairie Decitre

23 Sep

Dans les quelques 581 romans attendus ou particulièrement attendus cette année en littérature française, littérature étrangère, premiers romans,  voici ceux que nos libraires ont remarqués. Quels sont ceux qui vont recevoir un prix ? Le suspense demeure…

Les sujets évoquent l’actualité toujours, avec des thèmes universels ou intimes, ils interrogent la famille, le couple, les racines, l’Histoire, et sont marqués peut-être un peu plus par la légèreté, la fantaisie et la poésie.

Comme l’an dernier à la même époque Olivia de Lamberterie, directrice des pages culture de ELLE Magazine, et responsable de la rubrique « livres » animait la rencontre à la librairie Decitre (31, rue d’Alsace à Levallois) le mercredi 13 septembre 2017, avec 4 auteurs sélectionnés parmi ce paysage littéraire de qualité.

Ils vont tuer Robert Kennedy de Marc Dugain( catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Tout d’abord, Marc Dugain, qui est un des grands écrivains français, hanté par l’histoire, les évènements tragiques et les personnages réels. Dans La Malédiction d’Edgar (nouvelle fenêtre) il raconte le parcours de John Edgar Hoover à la tête du FBI de 1924 à 1972, période durant laquelle il assiste à l’élection de John Fitzgerald Kennedy. Ou dans Avenue des géants (nouvelle fenêtre) inspiré par le récit du cheminement intérieur d’un personnage réel, tueur hors du commun ainsi qu’un hymne à la route, aux grands espaces, aux mouvements hippies, dans cette société américaine des années 60 en plein bouleversement, où le pacifisme s’illusionne dans les décombres de la guerre du Vietnam. Et dans ce dernier livre phare de la rentrée littéraire 2017, Ils vont tuer Robert Kennedy (nouvelle fenêtre) , un professeur d’histoire écrivant sa thèse sur le frère cadet de l’ancien président, dont il fut le ministre de la justice, est persuadé que la mort brutale de ses deux parents est liée à l’assassinat de celui qui était alors candidat à l’élection américaine, la même année. John Fitzgerald Kennedy. C’est un roman gigogne, une quête introspective historique palpitante qui se double d’une réflexion sur la morale et la culpabilité.

Les vacances de Julie WolkensteinJulie Wolkenstein s’était attachée à retracer dans sa fresque familiale  Adèle et moi  (nouvelle fenêtre) sa quête des origines. Nous la retrouvons ce soir avec  Les vacances (bientôt disponible à La Médiathèque), roman rafraichissant et tonique dont elle parle avec beaucoup de drôlerie en hommage à Eric Rohmer dans Les petites filles modèles, premier long métrage, jamais sorti au cinéma et disparu. Il s’en suit une  enquête en Normandie, qui mêle des personnages réels ou fictifs  et c’est ce qui donne aussi à cette histoire une profondeur inattendue tant par le ton  plaisant, désinvolte et spirituel, c’est avant tout sur eux-mêmes que Paul et Sophie enquêtent sans s’en rendre compte.

La légende d’un dormeur éveillé de Gaëlle NohantGaëlle Nohant, avec un souffle puissant et généreux, nous avait séduit dans La part des flammes (nouvelle fenêtre) en nous entrainant de rebondissements en révélations à la manière d’un roman feuilleton. La légende d’un dormeur éveillé (bientôt disponible à La Médiathèque), qui est le livre présenté ce soir,  offre un délicieux travail biographique construit avec une plume virevoltante ! Ce roman passionnant ressuscite le poète Robert Desnos (1900- 1945), surréaliste de la première heure, fêtard de l’aube, journaliste curieux de tout, et, pour finir, résistant au risque de sa vie, qu’il perdra.

 

Nos richesses de Kaouter AdimiLa jeune Kaouther Adimi offre en 3 livres une auscultation de la société contemporaine, de ses souffrances, ses espérances aussi bien dans L’envers des autres  ou  Des pierres dans ma poche pour cette rentrée avec  Nos richesses (bientôt disponible)  elle nous parle d’Edmond Charlot et de sa minuscule librairie crée à Alger, placée sous l’égide de Giono, qu’il baptise Les vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d’un inconnu : Albert Camus. Mais la révolte gronde en Algérie en cette veille de Seconde Guerre mondiale. Son récit alterne avec le sort d’un jeune Algérien en 2017. C’est une splendide déclaration d’amour à la littérature, seul trait d’union entre les époques et les êtres.

Elle figure sur la liste du Goncourt et du Renaudot 2017.

Pour retrouver les livres présentés par  la librairie Decitre en 2016 : Nous avons rencontré pour vous 4 auteurs à la librairie Decitre

Quand la littérature se met au service des résolutions de rentrée

9 Sep

Culture générale, expression écrite, richesse du vocabulaire, construction de soi et ouverture au monde, la littérature a des qualités reconnues, célébrées et encouragées par tous les systèmes scolaires et éducatifs du monde. Mais ce que l’on ignore, c’est que les pages des grands auteurs, classiques ou contemporains, peuvent être inspirantes, efficaces, voire constructives au moment de mettre en place tous ces grands projets annuels d’amélioration de la vie quotidienne, que l’on appelle « bonnes résolutions de rentrée ». 

Selon vos objectifs pour 2017-2018, voici donc comment :

Comment Proust peut changer votre vie de Alain de Botton (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Changer de vie

Vous y avez réfléchi pendant les vacances, et maintenant, c’est décidé, vous vous y mettez, vous arrêtez de…  ou vous commencez à…, l’essentiel de ce genre de décision étant de bouleverser les schémas habituels et de penser sa vie autrement. C’est là que Proust et Alain de Botton entrent en scène…
Dans son best seller Comment Proust peut changer votre vie (nouvelle fenêtre)l’écrivain britannique qui est aussi fondateur de The School of life (nouvelle fenêtre) nous le certifie :

Proust peut changer notre vie. En neuf chapitres savoureux, l’auteur nous entraîne dans la vie, la correspondance et l’oeuvre de l’écrivain pour en extraire de formidables leçons de vie. (Présentation de l’éditeur J’ai lu)

Le Titanic fera naufrage de Pierre Bayard (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)Anticiper l’avenir

Grâce au livre Le Titanic fera naufrage  de Pierre Bayard (nouvelle fenêtre), étudiez la façon dont certains auteurs ont su avant tout le monde ce que l’avenir préparait et inspirez-vous de leur méthode pour découvrir quel sera votre futur, voire celui de la planète.

À l’image du romancier américain Morgan Robertson, qui raconta le naufrage du Titanic avec quatorze années d’avance, les créateurs semblent disposer d’un accès privilégié vers l’avenir, qui leur permet d’anticiper les guerres, les dictatures ou les catastrophes naturelles. Prendre la mesure de cette capacité prémonitoire ne devrait pas seulement inciter à leur confier des responsabilités politiques et à les associer aux recherches de la science, mais aussi à remettre en cause notre lecture des oeuvres ainsi que notre représentation de l’histoire littéraire et artistique. (présentation de l’éditeur Éd. de Minuit)

Chercher (et trouver) l’âme sœur

La première fois que Bérénice vit Aurélien, elle le trouva franchement con : coaching littéraire pour séduire en 7 étapes (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtreLire les classiques et s’appuyer sur leurs expériences peut s’avérer utile pour initier, mettre en place  et gérer tout type de situation amoureuse, de la moins littéraire à la plus romantique. C’est ce que nous explique Sarah Sauquet dans La première fois que Bérénice vit Aurélien, elle le trouva franchement con : coaching littéraire pour séduire en 7 étapes (livre numérique-nouvelle fenêtre).

Le livre commence par un test « quel(le) séducteur/trice de la littérature êtes-vous ? » qui vous aidera à situer votre profil et à adapter votre stratégie de lecture …

Véritable outil d’autocoaching, ce guide positif en 7 étapes vous propose de vous appuyer sur les cas de la littérature pour rencontrer, séduire et garder l’âme-sœur. Vous y découvrirez comment faire les bons choix dans Les Misérables, vous comprendrez l’importance de déclarer sa flamme dans Orgueil et préjugés, et vous cesserez de vouloir reconquérir votre ex après avoir relu Gatsby le Magnifique ! Plus encore, vous constaterez que les classiques de la littérature n’ont jamais été aussi modernes…( extrait de la présentation de l’éditeur Eyrolle)

Comment faire lire les hommes de votre vie de Vincent Monadé (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)Changer le comportement d’autrui  (Bonne chance…)

Vous souhaitez convertir votre âme sœur (trouvée grâce au livre précédent ) au plaisir de la lecture… Comment faire lire les hommes de votre vie de Vincent Monadé (nouvelle fenêtre) vous aidera dans cette tâche valeureuse.

On connaît les campagnes de sensibilisation à l’école pour faire lire les enfants, on ne parle jamais du fait qu’une bonne partie de la pouplation a déserté la lecture : les hommes ! Mais qu’est-il arrivé au cerveau masculin ? Vincent Monadé, président du CNL, ancien libraire et lecteur passionné lui-même, prend la plume dans ce petit livre pour tenter d’endiguer ce fléau, et rallier notamment les femmes à la cause : faire lire les hommes ! ( présentation de l’éditeur Payot)

Bibliothèque idéale du naufragé de François Armanet (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre).Partir avant la fin de l’année pour une île déserte

Mais vous séchez au moment de préparer vos bagages. De grands écrivains y ont heureusement réfléchi avant vous et vous éviteront le casse-tête que représente le fait de faire sa valise avec l’essentiel. Ainsi François Armanet a rédigé cette Bibliothèque idéale du naufragé (nouvelle fenêtre).

Quels sont les trois livres que vous emporteriez sur une île déserte ? : c’est la question qu’a posée François Armanet à deux cents écrivains du monde entier. Sa joyeuse enquête est un manuel de survie du naufragé, une invitation à la découverte de livres ignorés, une bibliothèque idéale élaborée par ceux dont l’écriture est la vie. (extrait de la présentation de l’éditeur Flammarion)

La Twittérature : les chefs-d'oeuvre de la littérature revus par la Génération Twitter d'Alexander Aciman et Emmett Rensin (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)Avoir le bagage minimum

Vous avez retenu l’option précédente (île déserte et bagage) mais préfèreriez pouvoir épater Vendredi en arrivant sur votre île ? Il vous reste trop peu de temps avant le départ pour prendre connaissance et retenir la substantifique moelle des bestsellers de la littérature mondiale ? Pas de panique : plongez vite dans La Twittérature : les chefs-d’oeuvre de la littérature revus par la Génération Twitter d’Alexander Aciman et Emmett Rensin (nouvelle fenêtre) et vous vous en sortirez très bien.

 …Plus de 70 chefs-d’oeuvre de la littérature mondiale pour en extraire avec Twitter, la quintessence. Sacrilège ? Imposture ? Du monde grec à Shakespeare, Voltaire ou Proust, parodie, sarcasme et insolence sont la marque de l’esprit occidental. À l’ère de l’info-déluge et du tout numérique, en 2 mots comme en 140 signes, la Twittérature présente la littérature minute !(extrait de la présentation de l’éditeur Éd. de Saint Simon)

Ce livre peut aussi être conseillé pour se présenter à un examen, un speed date, un repas avec les beaux-parents (de le ou la promis(e) rencontré grâce au projet « trouver l’âme sœur » ci dessus). Il obtient généralement des résultats satisfaisants dans toute situation où il s’agit de briller en société.

Il peut être complété et/ou remplacé par la lecture de l’ouvrage Comment parler des livres que l’on a pas lus  ? de Pierre Bayard (nouvelle fenêtre) car selon l’auteur « Contrairement aux idées reçues, il est tout à fait possible, d’avoir un échange passionnant à propos d’un livre que l’on n’a pas lu, y compris, et surtout, avec quelqu’un qui ne l’a pas lu non plus ! ».

Et voilà, il ne vous reste plus qu’à prendre vos bonnes (ou mauvaises) résolutions et à vous inspirer des grandes œuvres littéraires pour les mettre en œuvre ! Bonne chance et bonne rentrée 2017 !

%d blogueurs aiment cette page :