Tag Archives: Roman d’amour

Et si on parlait de romans d’amour ?

23 Jan
30 personnes en ont parlé samedi dernier, le 17 janvier 2015, lors de la conférence donnée par Diana Holmes à la médiathèque Gabriel-Péri. Des femmes et des hommes (mais oui) de tous âges, venus écouter la spécialiste anglaise du genre. Si vous avez raté ça, petite séance de rattrapage.

Photos de la conférence à la médiathèque Gabriel-Péri Conference-Diana-Holmes-Roman-d-amour2

Diana Holmes est professeur d’études françaises à l’Université de Leeds, et auteur de plusieurs ouvrages sur le roman d’amour et son lectorat, qu’il soit amateur de roman populaire ou de littérature haut de gamme. Son livre Romance and readership in Twentieth-century France : love stories n’est malheureusement pas traduit en France. Elle travaille actuellement à un ouvrage sur « the middlebrow », qu’on pourrait traduire par la littérature féminine moyenne, une expression péjorative pour une littérature qu’elle souhaite revaloriser.

Couverture du livre de Diana Holmes : Romance and readership in twentieth-century France

Dans une ambiance décontractée, au son du charmant accent anglais de Diana, la conférence s’est déroulée en 3 parties : d’abord une brève histoire du roman d’amour en France, puis un essai de réponse à l’importante question : pourquoi les femmes lisent-elles des romans d’amour et faut-il le déplorer ? Enfin la rencontre s’est achevée par une discussion avec le public et des échanges de conseils de lecture.

Petite histoire du roman d’amour en France

Lire la suite

Publicités

Le roman d’amour réveille les sentiments

16 Jan
Pour chasser la grisaille ambiante, Liseur a choisi de réchauffer les cœurs avec un temps fort autour du sentiment amoureux. Pour nous faire découvrir toutes les facettes du roman d’amour,  l’universitaire Diana Holmes (spécialiste du genre) sera à la médiathèque Gabriel-Péri le samedi 17 Janvier 2015. Comment expliquer le succès de ce genre littéraire ?

heart-387972_640

Depuis vingt siècles, les romanciers cherchent une définition de l’amour la plus complète possible, en employant des techniques narratives inédites, qui ont donné lieu à des changements du paysage amoureux en littérature…

Le roman d’amour peut être « sentimental », ou plus péjorativement « à l’eau de rose » ou romance, voire « érotique ». Et s’il est parmi les écrits les plus populaires, il reste toutefois à une place particulière, puisqu’il est à la fois le plus lu et le plus méprisé par la critique.
Certains classiques, tels Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell ou Roméo et Juliette  de William Shakespeare (pour ne citer qu’eux), restent pourtant des incontournables du genre.

Si les collections de poche Harlequin ont su depuis les années 60 séduire une clientèle féminine, en mettant en avant les sentiments, la rencontre et les regards avec beaucoup de chasteté, les années 90 avec Helen Fielding ont vu déferler un nouveau mouvement, lancé par le célèbre Journal de Bridget Jones, très vite adapté au cinéma et acte de naissance de ce qui a été appelé dans le monde anglo-saxon   « Chick-litt », littéralement « littérature de poulettes » ou « Gossip-lit ». Il s’agit de fictions écrites par des femmes, jeunes, belles, riches qui réussissent leur carrière, souvent dans la presse ou dans le milieu de la mode. Le ton y est désabusé, désinvolte, et bourré d’humour noir.
Les plus talentueuses du genre seraient : Lauren Weisberger pour Le diable s’habille en Prada et Candace Bushnell pour Sex an the City, un recueil des chroniques publiées dans le New York Observer avant de devenir la fameuse série télévisée. Citons aussi Sophie Kinsella.

En 2012, une déferlante mondiale, le « mommy porn » s’est abattu sur la France avec Cinquante nuances de Grey, une romance érotique écrite par la britannique E.L. James, premier roman d’une trilogie : Cinquante nuances plus sombres, puis Cinquante nuances plus claires.
Ce livre est devenu un phénomène au delà de l’édition.
Patience pour les plus acharnés du genre : la version cinématographique sort en février 2015.

Dans la même veine, Christina Lauren nous livre ses Beautiful Stranger, Beautiful Bastard et Beautiful Beginning.

Pour autant, et alors que ce genre n’a cessé d’osciller entre forme traditionnelle et renouvellement, existe-t-il une typologie des romans d’amour ? Vous le saurez en assistant à la conférence de Diana Holmes et/ou en lisant celui qui éveillera vos sentiments …

A chacun son genre, avec cette sélection d’auteurs de romans d’amour contemporains, entre Muriel Sparks, Milena Agus, Carole Martinez, Danièle Steel, Barbara Taylord Bradford, Nora Roberts, Alice Ferney, Anne Rice … trouvez le vôtre !

LA DATE à  BLOQUER  : le samedi 17 janvier 2015 à 16 heures avec Diana Holmes, universitaire et spécialiste du genre

LE BONUS  : visitez avant le 15 février l’exposition « l’art de l’amour aux temps des geishas » à la Pinacothèque de Paris

LE ZOOM SUR : l’amour se décline sous toutes ses formes à la Médiathèque.

Romans d’amour : les classiques

9 Jan
En janvier, la Médiathèque se met à l’heure de l’amour ! Pas moins de 3 rencontres dans le cadre de Variations littéraires, la programmation de la Médiathèque autour de la littérature. Et pour débuter, le samedi 17 janvier 2015, la médiathèque Gabriel-Péri accueille Diana Holmes pour une conférence sur l’histoire du roman d’amour et son évolution, car le roman d’amour n’est pas né d’hier et a de beaux jours devant lui !
Quand on parle de romans d’amour, certains titres nous viennent automatiquement en tête, des classiques intemporels. Impossible d’en dresser une liste exhaustive, et difficile d’opérer un choix mais je vous propose une sélection de 20 romans d’amour classiques : 10 romans issus de la littérature française et 10 romans issus de la littérature étrangère.

Attention cette sélection sans être personnelle est forcément empirique donc n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires ! En cliquant sur les couvertures, vous pouvez vérifier la disponibilité des documents dans votre Médiathèque préférée.

  • 10 classiques français

Commençons par la légende de Tristan et Iseut issue de la tradition orale celtique. L’histoire des amants séparés s’impose dès le 12e siècle comme un intemporel du roman d’amour.

Tristan-et-Iseut

En 1678 parait La princesse de Clèves de Madame de Lafayette, roman fondateur. C’est le premier à décrire avec autant d’acuité la psychologie des personnages : les affres de la passion ou de la jalousie endurés par Madame de Clèves, son mari ou Monsieur de Nemours restent d’une étonnante modernité et ont fait l’objet de nombreuses adaptations cinématographiques (La Fidélité d’Andrzej Zulawski ; La Belle Personne de Christophe Honoré ; Nous, princesses de Clèves de Régis Sauder) et même d’une réécriture en 2011 par Marie Darrieussecq. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :