Archive by Author

Vacances à l’horizon… L’occasion de faire la liste des livres que l’on emportera ou que l’on téléchargera pour cet été

28 Juin

La période estivale débute et pour certains, les vacances se profilent. Après avoir répondu à l’épineuse question : où partir cet été, il sera grand temps de penser aux lectures estivales. Même si le confinement a eu le mérite de nous accorder du temps pour rattraper notre retard niveau lecture, les pépites littéraires ne manquent pas pour occuper les journées de farniente. Quelques conseils peuvent se révéler utiles face à l’immensité de l’offre éditoriale. Dans cette liste, certains sont à emprunter dans votre Médiathèque préférée, d’autres à télécharger, vérifiez-bien sous quelle forme vous pouvez y accéder avant de plonger dans ces belles lectures de l’été 2020 !

Si vous avez soif de souffle épique : avec Cartographie des Indes Boréales (nouvelle fenêtre) Olivier Truc vous offre aventures, espionnage mais aussi histoire et géographie.

Vous trouverez du suspense à revendre dans Les oubliés de Londres (nouvelle fenêtre) d’Eva Dolan ;  c’est un huis-clos captivant qui dresse le  portrait de deux protagonistes sur fond de lutte sociale.

Dans La soustraction des possibles (nouvelle fenêtre), Joseph Incardona nous entraîne de la Suisse au Mexique en passant par la Corse  : c’est une fresque ambitieuse aussi subtile qu’implacable.

Le suspect (nouvelle fenêtre) de Fiona Barton est un récit distrayant et efficace. C’est un polar qui a une multitude de rebondissements et quand on croit tenir une piste, un autre élément arrive et celui-ci ébranle toutes nos certitudes…

Si vous aimez les régions désolées, lisez Grossir le ciel (nouvelle fenêtre) de Franck Bouysse  : la campagne vide s’y peuple de mystères menacants, et le lecteur est tenu en haleine jusqu’au dénouement.

Les histoires d’amour vous fascinent  ?  Lisez Ça raconte Sarah (nouvelle fenêtre) de Pauline Delabroy-Allard  :  un premier roman au style nerveux et hypnotique qui nous offre une dévorante « définition de la passion ».

L’America (nouvelle fenêtre) de Michel Moutot est un grand roman d’aventure picaresque doublé d’une histoire sentimentale. Il nous transporte entre l’Italie et les États-unis. Roman Historique enlevé, très bien documenté, il vous garanti un excellent moment de lecture.

Une femme en contre-jour  (nouvelle fenêtre) de Gaëlle Josse brosse le portrait plein de délicatesse et de pudeur de Vivian Maier, reconnue après sa mort comme l’une des plus grande photographe du XXe siècle.

Pour les amateurs de grands espaces, Sauvage (nouvelle fenêtre) de Jamey Bradbury est un  genre de thriller psychologique à l’écriture dense et riche qui sonde au plus près les émotions du personnage principal, Tracy. On est viscéralement avec elle dans les paysages grandioses de l’Alaska.

Les 8 montagnes (nouvelle fenêtre) de Paolo Cagnetti raconte une magnifique aventure de sommets ainsi qu’une histoire d’amitié et de solitude, qui rayonnent sur toutes les misères de la vie. Très belle communion avec la nature et un beau personnage intègre et pur en Bruno.

Une belle histoire d’amitié lie aussi les trois personnages de Nos ésperances (nouvelle fenêtre). Dans ce dernier opus, Anna Hope analyse finement  les contextes familiaux et leurs contraintes. Cela se passe de nos jours, et comme dans La salle de bal, il est aussi  question de féminisme et maternité.

Voici des histoires de famille pour Les cœurs imparfaits (nouvelle fenêtre) de Gaëlle Pingault  : un trio se rencontre à un tournant de leur vie respective. Au fil des pages, ces personnages profondément humains dans leurs forces et leurs faiblesses offrent de doux moments en accordant leur attention aux autres.

Après Les déracinés (nouvelle fenêtre)  voici L’Américaine ( nouvelle fenêtre) de Catherine Bardon :  l’auteur nous emporte dans une saga familiale qui va être complétée sous peu par Et la vie reprend son cours. Avec l’américaine, l’auteur poursuit sa formidable fresque romanesque en nous transmettant sa passion pour la République dominicaine.

La femme révélée (nouvelle fenêtre) de Gaëlle Nohant relate une histoire prenante d’émancipation féminine entre Chicago et Paris dans les années 70. C’est aussi une très belle histoire de respect de ses convictions et de transmission.

Vous souhaitez des livres dont émanent une certaine légéreté  ? Dans  Face au vent  (nouvelle fenêtre)deJim Lynch la famille Johannssen partage la passion de la voile, de l’humour est distillé tout au long du livre.

Pactum Salis (nouvelle fenêtre) d’ Olivier Bourdeault offre un charme surprenant, poétique parfois, et un humour au vitriol pour la rencontres de ses personnages.

Peut-être aimerez-vous  frissonner avec le dernier Stephen King l’institut (nouvelle fenêtre)  ? Des enfants seuls, dotés de curieux pouvoirs psychiques, sont en son cœur… Un récit angoissant comme l’auteur sait si bien les écrire.

Ou vous émouvoir avec La plus précieuses des marchandises – un conte (nouvelle fenêtre) de Jean-Claude Grumberg  : bref et percutant, il livre un condensé de toutes les atrocités, l’inhumanité et la folie dont les hommes ont été capables avec beauté et poésie (grâce à la force du conte).

Si vous aimez les romans d’initiation, lisez Trois concerts (nouvelle fenêtre) de Lola Gruber où le mystère de l’émotion et de la musique se mêlent. De plus, l’originalité du récit et de l »écriture font vivre la musique de  l’intérieur. c’est une réussite.

Le tourisme de proximité, l’art de s’évader près de chez soi

21 Juin

D’après le CRT (comité régional de tourisme de Paris Ile de France) les Franciliens disent méconnaitre les lieux touristiques de leur région. Entre-temps, le tourisme de proximité est devenu tendance. Et peut révéler que l’Île de France est un immense terrain de jeux où tout ou presque est à découvrir. Que ce soit Auvers-sur-Oise ou Saint-Germain-en-Laye, mais aussi les villes impériales, les parcs naturels. La diversité de ses paysages, voilà la richesse de cette première région de France : laissez-vous guider !

Pour vous aider à choisir votre destination, différents guides vous attendent dans votre Médiathèque, comme par exemple, le guide du Routard Weeks-ends autour de Paris 2020-2021 (nouvelle fenêtre), le guide vert Michelin Île-de France : 89 balades autour de Paris de Chantilly à Fontainebleau, de Chartres à Provins (nouvelle fenêtre), le guide Hachette évasion Escapades autour de Paris (nouvelle fenêtre) ou encore le guide du Petit futé Escapades autour de Paris (à lire en ligne sur le site de La Médiathèque nouvelle fenêtre). Vous trouverez dans ces guides une multitude d’idées originales, comme s’initier au chien de traîneau en forêt de Fontainebleau, monter dans le RER C pour un City break à Versailles dans les Yvelines ou encore randonner en famille avec votre pass Navigo. Vous pourrez aussi vous rendre à Enghien-Les-Bains où vous aurez l’impression d’être au bord de la mer alors que c’est pourtant dans le Val d’Oise : un lac cerclé d’une belle promenade mêlant l’art déco et Haussmannien. L’Oise est un superbe département à découvrir avec la forêt de Chantilly, la vallée de la Nonette, Le château de Borne blanche à Orry-La-Ville, la maison du parc…

En Seine et Marne, au château de Vaux le Vicomte, outre les visites guidées qui viennent de reprendre, vous pouvez louer des costumes. Vous pouvez aussi visiter le parc naturel régional du Vexin français, la cité médiévale de Provins, la Seine-Saint-Denis comme vous ne l’avez jamais vue via un documentaire par Wael Sghaier à regarder sur Youtube avant de participer à des randonnées urbaines et champêtres (avec masques de protection offerts) grâce à Made in Montreuil. Et tout cela à pas plus de 50 kms de Paris ! 

Le guide Yvelines petit futé (à lire en ligne sur le site de La Médiathèque – nouvelle fenêtre) vous permettra de visiter ce département plein de richesses, situé à seulement une demi-heure de Paris. Un parcours  historique, tout d’abord, avec bien sûr le château de Versailles, mais aussi les autres villes royales telles Rambouillet, Saint-Germain-en-Laye, Mantes-la-Jolie, qui comportent également de nombreux parcs et jardins. C’est aussi une terre riche artistiquement : de Louveciennes à Croissy-sur-Seine, en passant par Bougival et Le Pecq, toute la vallée parcourue par la Seine peut se targuer d’être devenue le « pays des impressionnistes ». C’est la région la plus arborée d’Île-de-France grâce au Parc de la Haute Vallée de Chevreuse ou aux immenses bois de Rambouillet où d’innombrables itinéraires balisés vous attendent.

Les activités ne manquent pas non plus, entre le parc zoologique de Thoiry à l’hippodrome de Maisons-Laffitte. La vallée de Chevreuse vous permet de réconcilier campagne et idées d’escapades, l’un des plus beaux coins de campagne de l’Hexagone. À découvrir à pied, à cheval ou à vélo, le parc forestier de Rambouillet comporte 180 hectares de bois, où biches, cerfs et sangliers vivent en liberté. Alors partez visiter les joyaux de l’Ouest Parisien, de la bergerie nationale de Rambouillet au château de Monte-Christo à Port Marly en passant par le zoo de Thoiry !

Les Éditions Alexandrines (à lire en ligne sur le site de La Médiathèque) ont fait le choix de proposer des visites de la région parisienne par le biais des écrivains qui y ont vécu. Ainsi  La Seine et Marne des écrivains  (nouvelle fenêtre) nous relate la vie intime de nombreux écrivains, de Balzac à Beckett, d’André Dhôtel à Michel Houellebecq … dont la Seine-et-Marne a été plus ou moins longtemps la terre d’élection. On pénètre dans leur demeure, et, au-delà de ces hôtes littéraires, c’est à une découverte de toute cette région que nous sommes conviés. La diversité des auteurs, la qualité des biographies, le piquant et l’humour de ces histoires de vie font de cet ouvrage un livre savoureux, agréablement illustré de photos de famille. Il faut le lire  en se promenant ici ou là, à l’ombre des chênes de la forêt de Fontainebleau ou au cœur de la vallée du Petit-Morin, lieux si chers aux écrivains.

Les Yvelines des écrivains  (nouvelle fenêtre) Nous emmène pour une balade en Yvelines où l’on suit la vie intime de vingt-deux écrivains, de Colette à Aragon, en passant par Dumas, Zola, Racine ou Cocteau… des auteurs dont les Yvelines ont été la terre natale ou la résidence privilégiée. Il existe plusieurs manières de parcourir le monde : en voyageant au long cours, ou à petit pas, ou encore étendu sur un divan… mais pour découvrir les Yvelines il n’est pas de meilleur compagnon que ce guide de ses écrivains !

Le Val de Marne des écrivains (nouvelle fenêtre) nous invite à la découverte du Val-de-Marne sur les pas de ses écrivains dans leur lieu de naissance ou d’appartenance.  On ne pourra plus, après avoir découvert ces récits de vie, se balader dans les rues de Saint- Maur, Joinville, Créteil, Fontenay ou Vincennes sans reconnaître avec émotion l’empreinte des grands personnages qui y ont vécu. Une géographie littéraire de la France, «pour mettre un peu de poésie à ses semelles».

Le Val d’Oise des écrivains (nouvelle fenêtre) nous emmène dans les pas de Nathalie Sarraute. Que ce soit au café de Vétheuil ou dans son bureau, elle écrivait seulement le matin et réservait l’après-midi pour de longues promenades à pied. Ses destinations favorites étaient la ferme du Chesnay et le moulin de Fourges, de l’autre côté de l’Epte. En l’accompagnant, on traverse des champs typiques du Vexin. Mais la célèbre auteur aimait aussi descendre de son plateau pour contempler les rives sinueuses de la Seine, perchée sur la route des Crêtes, entre Vétheuil et La Roche-Guyon. Dans ce guide comme dans ceux de la collection, des biographes suivent les écrivains sur les chemins du Val d’Oise,  pénètrant dans leur intimité, ouvrant pour nous leurs albums de famille et nous racontant leur vie quotidienne.

L’Essonne des écrivains (nouvelle fenêtre) Ce guide de tourisme littéraire nous fait découvrir ce département au Sud de Paris, ses sites, ses paysages, son histoire, la grande et la petite surtout, celle des gens, à travers la vie de ses grands auteurs telle que nous la content ces spécialistes.

Le Petit futé Les plus belles balades à Vélo en Île-de-France  (nouvelle fenêtre) permet de découvrir en ligne le meilleur moyen de se déplacer en Ile de France  : la bicyclette ! Ce territoire présente en effet une variété incroyable de circuits, de monuments et autres curiosités qui ne peuvent parfois se découvrir qu’à pied ou à vélo. C’est pourquoi ce guide a préparé 52 circuits ou balades pour profiter au maximum des richesses de l’Île-de-France. Vous emprunterez au maximum des petites routes, tout en favorisant les pistes cyclables. En suivant tous ces conseils, vous pourrez partir à la découverte des meilleures adresses gastronomiques  vous visiterez les sites touristiques à ne pas manquer et profiterez des plus beaux paysages de la région !

Le topoguide La Seine à pied en Ile de France (nouvelle fenêtre)de la Fédération française de la randonnée pédestre décrit le GRP 2 qui traverse l’Île-de-France en suivant la Seine sur plus de 260 km. Son parcours s’éloigne parfois des rives du fleuve pour faire découvrir l’arrière-pays. Deux variantes ont été ajoutées au GRP 2 pour que les amoureux de la Seine puissent la suivre toujours au plus près. Vous découvrirez ainsi les falaises et les côteaux qui dominent le fleuve, et bien d’autres paysages qui ont inspiré les peintres, comme Alfred Sisley ou Claude Monet.

Le guide vert Michelin  Île de France : Escapades à Chartres (nouvelle fenêtre) nous rappelle qu’en Île-de-France, on n’est jamais loin d’un château royal, d’une forêt sauvage ou d’une île de loisirs. Sans parler des balades culturelles et insolites dans la petite couronne, à portée de métro. Les auteurs sur le terrain ont sélectionné : 10 incontournables de la destination en images, 20 coups de cœur, 4 itinéraires de 4 à 8 jours ; 25 balades à travers la Petite Couronne, 21 circuits en Ile-de-France, et tous les sites classés par étoiles mais aussi plus de 500 adresses pour tous les budgets ainsi que les célèbres cartes et plans Michelin.

Le guide du patrimoine, Île de France dirigé par Jean-Marie Pérouse de Montclos (nouvelle fenêtre)  est un livre qui recense de façon quasi-exhaustive les édifices, les décors intérieurs et même le mobilier, réunis en un seul volume, offrant ainsi un véritable ouvrage de référence qui s’utilise comme un dictionnaire ou comme un guide de terrain. Un atlas de cartes en couleurs, des cartes thématiques, de nombreux plans de villes et de monuments, qui permettent de découvrir aisément toutes les richesses de la région. Ce guide a été réalisé par une équipe de 60 spécialistes de l’archéologie et de l’histoire de l’architecture.

Les Églises médiévales d’Ile de France : de l’art roman à l’art gothique XIe et XIIe siècle (nouvelle fenêtre) édité par les excellentes éditions Parigramme. Yves Gallet, spécialiste de l’architecture gothique rayonnante, nous invite à découvrir les églises de Provins, Étampes, Saint-Denis, Poissy etc…sans oublier de nous indiquer comment nous y rendre !

 

Disponible à la consultation aux Archives municipales, Jardins et paysages des Hauts-de-Seine de la Renaissance à l’art moderne (nouvelle fenêtre) édité par les archives départementales propose un survol de l’histoire des espaces verts du 92.

Deux écrivains parlent de leurs bibliothèques

14 Juin

Quelques jours avant le confinement, dimanche 1er mars 2020, Jean-Luc Coatalem, écrivain et journaliste, Grand invité de la 9ème édition du Salon du Roman Historique de Levallois (nouvelle fenêtre) et Etienne de Montéty, écrivain et directeur du Figaro littéraire, étaient réunis dans les salons d’honneur de la Mairie de Levallois, pour un un dialogue autour des diverses sources d’inspiration qui ont donné lieu à leurs écrits. Cette rencontre a surtout été l’occasion de parler de leurs bibliothèques ainsi que des livres qui accompagnent et inspirent ces deux écrivains chaque jour de leur vie. 

Pour Jean Luc Coatalem, ses inspirations se situent plutôt du côté des récits de bourlingueurs, principalement ceux de Victor Segalen, auquel il a d’ailleurs consacré un livre intitulé Mes pas vont ailleurs (nouvelle fenêtre). Le grand invité du Salon 2020 se définit plutôt comme un auteur de géographie, de voyages, de rencontres avec des personnages évidemment liés à leur temps et confrontés à des faits historiques, comme dans Nouilles froides à Pyongyang (nouvelle fenêtre) avec Valery Larbaud pour héros  ou Je suis dans les mers du sud (nouvelle fenêtre), inspiré du parcours de Paul Gauguin.

Avant de se tourner vers leurs bibliothèques ou de parler de leurs livres de chevet, les deux auteurs ont été invités à échanger autour de leurs derniers ouvrages.  Jean-Luc Coatalem a commencé avec son roman, La part du fils (nouvelle fenêtre), un livre intimiste qui a été finaliste du Goncourt 2020 et dans lequel il a redonné vie à son grand père breton et résistant. C’est aussi un livre dans la « géographie qui s’inscrit dans l’histoire ». Pour Jean-Luc Coatalem, il n’y a pas de roman sans histoire, ni de vie sans Histoire.

Nous sommes façonnés par l’Histoire, la littérature est aussi une mémoire historique.

Étienne de Montety nous a ensuite longuement parlé de son dernier livre, une sorte d’enquête très originale qui s’intitule : Dans la bibliothèque de nos présidents, ce qu’ils lisent et relisent et nous fait pénétrer pour la première fois dans le jardin secret de nos présidents. De Pompidou qui collectionnait les éditions anciennes à Chirac qui ne se déplaçait pas sans une « Série noire » dans la poche de son pardessus, de Mitterrand dont les rayonnages débordaient d’écrivains de droite à Sarkozy qui dévorait les classiques, en passant par Macron, grand amateur de Gide et de Rimbaud, tous ces chefs d’état entretiennent un rapport intime au livre et à la lecture.

La route du salut (catalogue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre) Il a aussi été question de La route du salut (nouvelle fenêtre) écrit par Étienne de Montéty en 2013  : ce roman dépeint avec réalisme le parcours de deux jeunes hommes qui tâtonnent, ou n’ont pas su tracer les contours de leur trajectoire en France. L’un est rêveur et idéaliste, L’autre est nostalgique et puise dans la chaleur de ses souvenirs d’enfance en Bosnie des sensations familières. Confrontés à la réalité de la guerre, ces deux héros découvrent que l’itinéraire de leur engagement n’est pas une ligne droite : la route est longue parfois douce parfois cruelle.

Après ces échanges à propos de leurs livres respectifs, Christine Ferniot, la journaliste et médiatrice de la rencontre, a ensuite interrogé les deux écrivains sur ceux qui figurent dans leurs bibliothèques personnelles.

En tant que directeur du Figaro littéraire, Etienne Montéty reçoit beaucoup de nouveautés, aussi on peut trouver sur ses étagères les derniers romans de Karine Tuil, Les choses humaines (roman à télécharger – nouvelle fenêtre) Yann Moix, Orléans (nouvelle fenêtre) Amélie Nothomb Soif (roman à télécharger- nouvelle fenêtre) mais aussi y côtoyer des classiques comme Les confessions de Rousseau, disponible dans les Œuvres complètes tome 01  (nouvelle fenêtre) ou en livre numérique (nouvelle fenêtre)  Voltaire, le théâtre d’Anouilh avec Antigone (nouvelle fenêtre) pour ne citer qu’eux.

 

Jean-Luc Coatalem utilise quant à lui une métaphore pour décrire sa bibliothèque : « elle est comme un jardin à entretenir ». Il la trie, en change la disposition, élague, rachète des exemplaires d’une autre version d’un auteur qu’il affectionne dans une édition plus récente… Ses auteurs fétiches sont Céline, avec une affection particulière pour Voyage au bout de la nuit (nouvelle fenêtre) Marcel Aymé dont le célèbre Passe-muraille (nouvelle fenêtre) , Huysmans et En rade (nouvelle fenêtre) Alain avec Propos sur les pouvoirs (nouvelle fenêtre),  Proust « pour la consolation » et son Albertine disparue (nouvelle fenêtre), des auteurs qu’il appelle des compagnons. Il y ajoute Rimbaud, avec ses œuvres complètes, poésie, prose et correspondance (nouvelle fenêtre) non comme compagnon mais parce qu’il le subjugue. Enfin, il y a dans la bibliothèque de Jean-Luc Coatalem des livres sur Venise, une ville qu’il affectionne et qui le fait rêver.

Si vous aimez découvrir le contenu des bibliothèques d’écrivains, retrouvez sur ce blog dans La rubrique Les livres d’un écrivain, ceux qui ont marqué Yasmina Khadra, Jean-François Roseau, et plus récemment tous Les livres cultes de Paul Gréveillac.

Toqués de polars (2)

7 Juin

Après Toqués de polars 1, voici une nouvelle sélection de romans policiers que vous pouvez télécharger sur vos tablettes ou liseuses, en les choisissant selon les genres : historiques, thrillers, scientifiques ou encore humoristiques !

Romans historiques

Jean d’AillonRouen 1203 (nouvelle fenêtre) Ce roman nous plonge dans une période troublée dans laquelle, comme souvent la religion, les symboles religieux, la superstition qui en découle, jouent un très grand rôle. Jean d’Aillon  nous fait voyager d’escarmouches en batailles, à travers ce début de siècle, entre Terre Sainte et France et plongé dans cette période,le lecteur assiste à toutes ces aventures comme s’il y était.

Maud Tabachnik  : Le sang de Venise (nouvelle fenêtre) À Venise, au 16e siècle, une communauté juive assez importante vit dans le quartier appelé le Ghetto. Des meurtres d’enfants assez horribles ont lieu tout près et la population vénitienne, assez prompte à trouver un bouc émissaire et encouragée par quelques prédicateurs antisémites, accuse les Juifs…

Nicole Gonthier  : Les chants de la mort (nouvelle fenêtre) L’histoire de ce roman nous emmène dans le Lyon de 1482, en plein Moyen Âge. L’écriture est agréable et fluide : grâce à cette aisance, on a aucun mal à se représenter la vie des gens à cette époque, l’état des rues comme des maisons. Tout sonne juste et c’est revigorant, attirant. Très vite, on s’attache aux personnages principaux, Parmi eux, le prévôt est un honnête homme et l’on se demande un peu pourquoi il cherche tant à retrouver l’assassin alors que celui-ci a débarrassé la ville d’une pourriture.  Mais on se rend vite compte qu’effectivement ce tueur est dangereux,

Olivier Barde-Capuçon  : Petits meurtres au Caire (nouvelle fenêtre)  Un ravissement que cette enquête du Chevalier de Volnay, le commissaire aux morts étranges, et du moine hérétique, son père ! Cette fois, l auteur nous emmène en Orient, plus précisément en Égypte et nous ofre un grand moment de dépaysement.

 

Thrillers

Michaël Katz Krefeld  : Disparu (nouvelle fenêtre) Ce thriller, écrit d’une main de maître, est encore plus glacial, que le précédent. Cette enquête va nous mener à Berlin, sur la piste d’une affaire vieille de trente ans qui implique un agent de la Stasi.

Lesley Kara  : La rumeur (nouvelle fenêtre). Tout part d’une rumeur : Sally McGowan une célèbre tueuse d’enfants, habiterait à Flinstead sous une nouvelle identité. Elle aurait assassiné un petit garçon dans les années soixante. Ce roman interroge sur notre propension à colporter des rumeurs, sur le choix de dire ou de taire un secret et sur les conséquences des révélations.

Lars Petterson :  La loi des Sames (nouvelle fenêtre) Ce roman est un thriller qui se vit, se voit, se ressent. Le regard fin et perçant de l’auteur nous plonge au cœur de la société same (l’un des derniers peuples aborigènes du Grand Nord). En suivant l’héroïne de ce roman, courageuse et sensible, incarnation de la tension entre le moderne et le traditionnel, le lecteur saisit en profondeur ce qui pourrait sembler indicible : le poids des attentes familiales, la place des origines dans le façonnement de notre identité, la majesté des paysages polaires…

Thomas Mullen : Darktown (nouvelle fenêtre). En 1948, lorsque vous êtes un flic blanc à Atlanta et que vous considérez les noirs comme vos égaux, votre vie est un enfer. Au milieu de tout cela, la jeune Lily se fait assassiner dans le quartier noir d’Atlanta. Une de plus, tout le monde s’en fiche et la police blanche tente d’étouffer l’affaire…

Louise Candish  : Chez nous (nouvelle fenêtre) Nous l’avons vécu en période de confinement, rester chez soi est essentiel.  Mais que l’on soit à notre domicile ne doit pas nous empêcher de rester vigilants face à de nouvelles formes d’arnaques, Restez dans vos nids, les apparences peuvent être tellement trompeuses…

Liz Niggent  : Oliver ou la fabrique d’un manipulateur (nouvelle fenêtre). Dans ce roman choral, profondément noir, on découvre petit à petit le véritable Oliver. De son enfance jusqu’au soir où il commet l’irréparable, sa personnalité nous est lentement dévoilée. Ce n’est plus alors l’auteur reconnu, séducteur mais heureux dans son couple qui nous apparaît.

Les policiers scientifiques (sous-genre du thriller)

Andréa H. Japp  : Barbarie 2.0 (nouvelle fenêtre)  . Yann va débuter son enquête en usurpant « légalement » le rôle d’inspecteur de police et va suivre une piste qui commencera chez une ancienne neurologue. Avec l’aide précieuse de sa collègue Lucie, informaticienne passionnée et génie des nouvelles technologies, il va rapidement se rendre compte que son enquête est un leurre, un prétexte, la pointe d’un iceberg qui flotte au-dessus de « quelque chose » de très gros.

 

Les romans à enquêtes dits « classique »

Val MC Dermid  : Hors limites (nouvelle fenêtre). Vous aimez Cold case ou les documentaires criminels au sujet de crimes non élucidés depuis des années ? Alors vous plongerez avec intérêt au sein de l’unité des affaires historiques en compagnie de Karen Pirie, le commandant de cette cellule à Edimbourg. Autant dire que dans une affaire vieille de vingt-deux ans, il est difficile de retrouver de nouveaux témoignages ou de découvrir de nouveaux indices ou preuves… Et c’est bien grâce à la technologie que l’enquête sur le viol et le meurtre d’une jeune femme va pouvoir être rouverte.

Peter May  : Trois étoiles pour un meurtre (nouvelle fenêtre) On retrouve ici toutes les recettes du succès de l’auteur : un personnage sympathique, un restaurateur, une célèbre chef Lyonnaise qui a reçu deux fois trois étoiles au guide Michelin et un meurtre, celui d’un de ses cuisiniers. Qui veut du mal à la brillante chef ? Adrien va se retrouver mêler à cette affaire bien malgré lui alors qu’il tente de faire libérer sa compagne Rebecca des prisons allemandes…

Les romans policiers à veine humoristique

Donald Westlake  : Tous les Mayas sont bons (nouvelle fenêtre) Ce roman d’aventures situé dans la jungle du Bélize que l’auteur a arpentée avec son épouse (à laquelle il a dédié le roman pour avoir enduré un trip avec lui dans l’enfer vert) se double aussi d’une farce et d’un énorme  jeu de dupes, d’arnaques avec moult rebondissements et trahisons en cascade !

Pétros Markaris  : Épilogue meurtrier (nouvelle fenêtre). L’auteur campe  avec humour le commissaire Charitos, son équipe, sa petite famille. On retiendra surtout ses descriptions tantôt fatalistes tantôt désabusées de la société grecque mais toujours avec cet humour qui met à distance les conséquences désastreuses de la crise économique qui sévit en Grèce.

Dashiell Hammett  : Le chasseur et autres histoires (nouvelle fenêtre) Ce grand classique est un recueil dans lequel on peut mesurer le talent et les ambitions littéraires de cet immense auteur américain. Toutes ces nouvelles expriment également ses préoccupations sur la place de l’homme et de la femme dans une société en mutation, celle des années 20. Grâce à l’humour caustique de leur auteur, le courage et l’altruisme, la cupidité et le cynisme traversent ces textes non dénués de légèreté,

Une auteure à suivre : Leila Slimani

3 Juin

Apres la lecture du dernier ouvrage Le pays des autres (roman à télécharger – nouvelle fenêtre) de Leila Slimani m’est venue l’idée de vous faire découvrir cette jeune femme talentueuse et moderne. Cet ouvrage paru en mars 2020, est une fresque délicate du Maroc colonial des années 50, à travers l’histoire de sa famille, cette saga va se développer en trois tomes, celui-ci part  de la fin de la première guerre mondiale jusqu’à la déclaration de l’indépendance en 1950.

Leila Slimani est une journaliste et écrivaine franco-marocaine née à Rabat le 3 octobre 1981 d’une mère médecin et d’un père banquier et ancien secrétaire d’État chargé des affaires économiques. Elle fera ses études au lycée français Descartes de Rabat. Après avoir décroché son bac en 1999, elle part suivre des études littéraires au lycée Fénelon à Paris, avant d’obtenir un diplôme en sciences politiques à IEP.

Passionnée de théâtre, elle s’inscrit au cours Florent pour devenir comédienne. Elle se tourne ensuite vers les médias en poursuivant des études à l’École supérieure de commerce à Paris. En 2008, la jeune femme est engagée comme journaliste pour le magazine Jeune Afrique ce qui lui permet d’assouvir sa passion des voyages et des rencontres. Elle couvre particulièrement les sujets d’Afrique du Nord. C’est également cette année-là qu’elle épouse son mari Antoine, avec qui elle a deux enfants. En 2012, Leila Slimani quitte Jeune Afrique pour se consacrer pleinement à l’écriture littéraire. Son premier ouvrage sera  La baie de Dakia : itinérance enchantée entre mer et désert. 

Une auteure engagée pour les femmes

Elle voue une grande admiration à Simone Veil et est fortement influencée par des écrivaines féministes telles que Simone de Beauvoir et Virginia Woolf. En 2014 parait son premier roman Dans les jardins de l’ogre (roman à télécharger – nouvelle fenêtre) dans lequel elle aborde le  sujet difficile de la nymphomanie. Elle relate avec une indéniable finesse une vie gâchée par des pulsions, un désir insatiable, avec l’inévitable détresse de ne pouvoir y mettre fin. Dans ce texte porteur d’une grande tristesse, elle montre la solitude extrême, inextinguible et irrémédiable que crée l’addiction. Une maladie honteuse, prenant ses racines dans l’enfance, impliquant le besoin d’exister à travers le désir des autres, de combler un vide en se remplissant de n’importe quel homme, une malédiction qui confisque l’essentiel le bonheur d’aimer et de s’aimer.

Après la publication de ce roman sur la nymphomanie, elle a parcouru le Maroc pour recueillir des témoignages de femmes sur leur sexualité. Ce qui donnera lieu a deux textes  Sexe et mensonge et la vie sexuelle au Maroc  ; cet essai brise le silence avec des témoignages sincères et courageux de Marocaines et de quelques Marocains. Son analyse est particulièrement juste et forte. Les femmes qui témoignent dans cet ouvrage ne font pas semblant ; les mots qu’elles utilisent, les récits qu’elles relatent sont volontairement crus, cinglants et douloureux.  Le roman graphique en 2017 Parole d’honneur (nouvelle fenêtre)  restitue par l’image ces témoignages.

En 2016, elle fait l’unanimité des critiques avec Chanson Douce (nouvelle fenêtre) , pour lequel elle obtient le prix Goncourt, adapté au cinéma par Lucie Borleteau en 2019. C’est un récit qui happe le lecteur avec une force étonnante grâce à une grande maîtrise de la narration ainsi qu’une écriture sèche, précise. C’est aussi une analyse de la bourgeoisie que l’irruption de la violence dynamite.
Grâce à la popularité obtenue par ce prix Goncourt, elle a pu publier d’anciens articles écrits pour l’hebdomadaire Le 1 (nouvelle fenêtre) , réunis dans le recueil Le diable est dans les détails (livre numérique à lire en ligne- nouvelle fenêtre)  qui contient des textes profondément engagés, ainsi Intégristes je vous hais, rédigé dans l’urgence et la rage au lendemain des attentats du 13 novembre 2015.

Nous vous proposons ainsi de mieux connaître les multiples facettes d’une jeune auteure dont la voix n’a pas fini de nous interpeller. Ainsi que Simone Veil mon héroïne (livre numérique à lire en ligne – nouvelle fenêtre), avant-dernier livre en date qui rend un hommage à la fois court et bouleversant à la grande féministe française. Tout aussi percutants et introspectifs que ses romans, ces textes portent sa marque de fabrique : un langage dédié, un regard tout en finesse, une grande maîtrise des mots et une belle poésie noire.

Pour terminer, vous pouvez lire Comment j’écris (livre numérique à lire en ligne – nouvelle fenêtre) où elle accepte de révéler comment elle crée un texte.

 

Bonne lecture !

Portrait de Leila Slimani : Thibaut Chapotot/Ministère de la Culture et de la Communication / CC BY-SA 3.0 FR (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/fr/deed.en)

%d blogueurs aiment cette page :