Archive by Author

J’ai testé : apéros d’été et tartes soleil…

12 Juil tartes soleil

C’est l’été. Le beau temps est revenu et, avec lui, l’heure des apéros ou des goûters au jardin. Que ce soit pour préparer les vacances ou égayer le quotidien des travailleurs, La Médiathèque a testé… quelques livres de recettes aux saveurs estivales. Voici des titres alléchants à emprunter ou à consulter en ligne, le tout à déguster sans modération !

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai un faible pour les apéritifs dînatoires. On peut tout préparer d’avance, présenter les amuse-gueules, verrines, petites bouchées diverses et variées de multiple façon et lorsque vos invités arrivent, vous pouvez profiter avec eux de la fête sans vous inquiéter de la cuisson du barbecue ! Ainsi, j’ai testé quelques recettes de Tartes soleil pour l’apéro ou le goûterD’une simplicité hallucinante pour un résultat bluffant !

Exemple : la tarte soleil jambon-emmental. Il suffit de deux disques de pâtes feuilletées (les plus courageux pourront même faire la pâte et la découper). Soyez ensuite généreux en moutarde, jambon et emmental. Il faut aussi prévoir un jaune d’œuf, un verre et un four… Un soupçon de délicatesse et l’art de manier la torsade. Je ne vous en dis pas plus…  Pour avoir tous les détails et secrets de fabrication, il n’y a qu’une seule recette : découvrez-la dans le livre !

Et oh bonheur 🙂 En plus d’être beau, c’est bon !

Et apprécié par tous … Chacun peut retirer et déguster un rayon de tarte, voire plusieurs. C’est pratique et facile.

La version pesto-pignons est également délicieuse. Il y a même des versions sucrées genre choco-caramel ou pomme-érable ; carrément waouh !

Bon… et bien maintenant que je vous ai mis l’eau à la bouche, retrouvez ce livre à La Médiathèque et bien d’autres encore…

Tartes soleil (Catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre Finger food, l'apéro dinatoire (Catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) meilleures recettes d'apéro finger food (Catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtreapéro, recettes gourmandes (Catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtreSavourez l'été (Catlogue de La Médiathèque -nouvelle fenêtre) dejeuner au jardin( Catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)

La voix des auteurs, Marcelino Truong

2 Déc ©  Vivement Lundi ! / TV Rennes 35 Bretagne
Samedi 29 novembre 2014,  émotion, souvenirs et Histoire à la Médiathèque grâce à l’auteur-illustrateur Marcelino Truong. Une quarantaine de spectateurs ont eu la chance de regarder le documentaire, Mille jours à Saigon, né de son roman graphique Une si jolie petite guerre : Saigon 1961-63 avant d’échanger avec l’auteur : réflexion, finesse et sincérité pour un moment de partage riche en anecdotes et en humour.

Emission France Inter du 13 décembre 2012

Pour ceux qui auraient manqué cette rencontre :

Marcelino Truong est né aux Philippines en 1957, d’un père diplomate vietnamien et d’une mère bretonne,  de Saint-Malo précisément.

Après une enfance de voyages et de rencontres, des études en langues et sciences politiques, il se tourne en 1983 vers l’illustration et la peinture.

Depuis il conçoit des albums pour enfants, dont Fleur d’eau, La carambole d’or, Trois samouraïs sans foi ni loi ...

La carambole d'or de Marcelino Truong Fleur d'eau de Marcelino TruongLe samourai errant de Marcelino Truong

Il travaille aussi pour la presse et crée de nombreuses couvertures de livres.

Une couverture illustrée par Marcelino Truong

Une couverture illustrée par Marcelino Truong

Sans oublier la BD, Prisonniers du ciel adapté du polar de James Lee Burke.

Avec Une si jolie petite guerre : Saigon 1961-63, Marcelino Truong nous emmène dans l’Histoire et dans ses souvenirs d’enfance. Devenu adulte, il est parti à la rencontre des hommes et des femmes qui ont vécu et subi cette « si jolie petite guerre ». De ces entrevues ont émergé ce roman graphique, publié aux éditions Denoël et le film documentaire réalisé par Marie-Christine Courtès,   Mille jours à Saigon .

Utilisant la gouache sur papier ou la peinture à l’huile sur toile de jute, ses  illustrations sont saturées de couleurs et très tranchées. Les formes ne sont pas cernées mais magnifiées  par le contraste et la luminosité des tons. Marcelino Truong laisse apparaître le grain de la toile ou du papier et se révèle un grand maître de la couleur.

A l’issue de la rencontre, spectateurs, lecteurs et bibliothécaires ont eu la chance de regarder l’artiste dédicacer. Pour chaque heureux destinataire, entrelacés autour du titre : un petit mot à l’adresse du lecteur, Em (petite soeur) ou Chu (oncle), un délicat portrait et deux tampons à l’encre rouge … Des oeuvres uniques pour un moment exceptionnel.

Dédicace de Marcelino Truong à la Médiathèque de Levallois

Une rencontre à prolonger en lectures.

Un monstre peut en cacher un autre

6 Oct frankenstein-394281_640
Les monstres, créatures réelles ou imaginaires, sont présents depuis l’aube des temps dans toutes les civilisations.

Ils apparaissent dans la mythologie (le Minotaure, Méduse, l’Hydre de Lerne…), parcourent les contes (sorcière, dragon, ogre, loup-garou…)  et défraient la littérature et le cinéma (Frankenstein, L’homme qui rit, Dr Jekyll et Mister  Hyde, Dracula, Freaks, Elephant Man…)

Tour à tour hideux, effrayants, ils peuvent devenir drôles et attachants, principalement dans la littérature jeunesse comme dans l’album « Papa »  de Corentin 
  Où  le petit monstre et le petit humain ont les mêmes problèmes et se ressemblent en de nombreux points.  Alors, qui est le monstre de qui ?

Ou bien dans l’album «Va t’en, grand monstre vert ?  d’Ed  Emberley où le monstre  apparaît et disparaît au gré des pages et de l’envie du lecteur.

Il y a aussi les monstres intérieurs  tels  « Max et les Maximonstres » de Sendak, ou le héros rencontre ses propres démons.

la médiathèque fête les Monstres      Th._Kittelsen_Trollet_som_grunner_på_hvor_gammelt_det_er

Le monstre est un personnage récurrent dans la littérature jeunesse et des grands auteurs-illustrateurs comme Claude Ponti, Maurice Sendak, Tomi Ungerer, Emily Gravett…s’y sont frottés avec succès.

Pour plus de matière, nous vous recommandons  l’excellent dossier d’Yvanne Chenouf  ainsi que celui de Sylvie Laxague.

Les monstres sont invités à la Médiathèque le temps d’une soirée ! Ne ratez pas cet événement samedi 11 octobre à partir de 18h à la médiathèque Gustave-Eiffel. Affrontez vos propres peurs en plongeant dans l’univers des monstres et libérez le monstre qui est en vous ! Frissons garantis !

Et ça fait le buzz sur tous les blogs : Cin’Eiffel, Déclic musique, B.R.E.F.

Pâques 100 % chocolat dans la littérature jeunesse

20 Avr
« Si j’étais directeur d’école, je me débarrasserais du professeur d’histoire et je le remplacerais par un professeur de chocolat ; mes élèves étudieraient au moins un sujet qui les concerne tous ». Roald Dahl

Il faut dire que Roald Dahl est  l’auteur du très célèbre roman Charlie et la Chocolaterie, écrit en 1964 et adapté au cinéma par Mel Stuart en 1971 et par Tim Burton en 2005.

Willy Wonka, créateur délirant en confiserie et chocolat, ouvre les portes de son usine aux publics, après des années de fermeture. Seuls cinq enfants ayant trouvé un ticket d’or dans les tablettes de chocolat « Wonka » pourront visiter la chocolaterie. Une visite incroyable va suivre dont la navigation sur une rivière de chocolat, la rencontre des Oompa Loompas…. Un roman qui met l’eau à la  bouche !

C’est donc accompagné d’une bonne tablette de chocolat au lait fourré praliné que je débute cette chronique.

Le chocolat est le « personnage » principal dans bon nombre d’ouvrages jeunesse  et notamment dans les 2 derniers romans de Gabrielle Zevin : La mafia du chocolat et La fille du parrain aux éditions Albin Michel. Imaginez un monde ou le chocolat est une denrée illégale. Et comme aux temps des incorruptibles et d’Al Capone la mafia sévit dans les quartiers de New-York mais pour du chocolat ! Dans le premier volume, La mafia du chocolat, Anya jeune héritière de la fabrique illégale des chocolats Balanchine, ne rêve que de tranquillité, de s’occuper de sa grand-mère souffrante, du lycée. Mais le destin va en décider autrement et elle va devoir affronter la prison, sa famille mafieuse et le beau Win ! Dans le deuxième volet  La fille du parrain, Anya doit s’exiler au Mexique et travailler dans une plantation de cacao. Mais des concurrents des chocolats Balanchine vont retrouver sa trace et elle va de nouveau être confrontée à la violence. Une saga pleine de rebondissements qui séduira les adolescents.

Autre titre sur le sujet : Un flingue et du chocolat du Japonais Otsuichi où l’auteur s’amuse avec les noms des grands chocolatiers (le voleur s’appelle Godiva et le jeune héros Lindt !) Une enquête policière très chocolatée !

Un flingue et du chocolat

En écrivant tout cela j’ai déjà croqué 6 carrés moi, mine de rien ! C’est le problème avec le chocolat, un carré en appelle un autre !

Pour les plus jeunes, on trouvera également de quoi satisfaire leurs papilles avec Amanda chocolat de Bernard Friot aux éditions Milan. Amanda est une petite fille qui a pour père un célèbre chocolatier : Nicolas Fève. Chocolat le matin, chocolat le soir, Amanda en a assez et  ne rêve que d’un bon camembert ou d’un bon munster qui pue !

Amanda chocolat

Pour un carré de chocolat d’Elise Fontenaille et Clarisse Buono aux éditions Grasset. L’histoire se déroule en Côte-d’Ivoire ou 2 jeunes garçons partagent leur temps entre l’école et la récolte du cacao. Mais  ils n’ont jamais vu, ni manger de chocolat. Émaillé de vocabulaire ivoirien (on apprend que amoureux se dit enjailléfraicheni pour pétasse et cabosse pour le fruit du cacaoyer !), ce roman plaira aux jeunes lecteurs grâce notamment aux illustrations de Janik Coat à l’aquarelle et au fusain.

Pour un carré de chocolat

Et aussi à  lire en ligne : le roi du chocolat de Catherine Lasa (n’oubliez pas  de vous connecter sur votre compte … au risque de rester sur votre faim )

Le chocolat, un « héros » bien agréable et qui peut se décliner, « se dévorer » chez les grands et les petits ! Pour être incollable sur le sujet,  goûtez au délicieux D’où vient le chocolat de ma tablette puis croquez à pleine dents la sélection chocolatée site de Ricochet.

Enfin pour les  gourmands de la région parisienne, il existe un … Musée du chocolat.

Plus que 3 carrés de chocolat, pas bon du tout pour la ligne cette chronique.  Je devrais peut-être vous parler des livres sur les régimes…quoiqu’une petite rubrique sur le vin dans la littérature et la bande dessinée ne serait pas pour me déplaire…à suivre !

J’ai rencontré Soledad Bravi !

10 Août
Par un bel après-midi de juillet 2013, libraires et bibliothécaires se retrouvent rue de Sèvres pour rencontrer des auteurs de l’école des loisirs. L’ambiance est accueillante et après un petit café et la présentation des nouveautés de la maison d’édition, Soledad Bravi arrive. Grande, élancée ; drôle ; très drôle… à l’image de son personnage dans le magazine Elle. Elle n’a pas la grosse tête, Soledad, et elle nous raconte son travail. Ce qui l’intéresse avant tout : c’est l’idée.

Pas facile d’être écrivain, on bosse seule à longueur de journée dans un bureau (allez voir son site et son blog). Alors Soledad s’oblige à sortir, voir des copines, visiter des expositions… un vrai boulot quoi !

Elle illustre Les paresseuses aux éditions Marabout avec toujours beaucoup d’humour. Elle a publié une vingtaine d’ouvrages à l’école des loisirs et collaboré avec de nombreux auteurs comme Grégoire Solotareff, Nathalie Laurent, David Foenkinos.

Ses imagiers sont particulièrement réussis et originaux comme Fruits, légumes et Pompons et chiffons.

Pompons et chiffons
Soledad Bravi énumère et dessine des vêtements et accessoires des plus atypiques, loin des images stéréotypées et classiques. Les enfants peuvent découvrir une burka, des bigoudis, un hennin ou une paire de stiletto ! Les couleurs sont franches, vives et lumineuses.

Soledad Bravi écrit pour les enfants mais ne veut pas que les parents s’ennuient, alors elle glisse des mots étonnants ou peu communs comme amélanches, cornouille, margose, poc-poc. (A vous de les trouver dans l’abécédaire Fruits, légumes (renvoi vers l’exemplaire du catalogue).

J’apprécie particulièrement la trilogie sur la mythologie grecque.Le texte est écrit par Nathalie Laurent, Soledad Bravi y croque un Ulysse aux cheveux roux bien sympathique. Vu à travers les crayons de Soledad, la mythologie devient un vrai plaisir et ne manque pas de piquant !

Le cheval de troie La ruse d'Ulysse Eole, Circé et les sirènes

La boite à « Gros mots rigolos » aux éditions Bayard ne déroge pas au trait principal de Soledad Bravi : l’humour décalé (les gros mots sont de Benoit Marchon). On y trouve une sorcière en string, un litre de concentré de jus de chaussette ou une araignée enrhumée, que du plaisir en somme !

Gros mots rigolos

Vous l’aurez compris, je suis une fan de Soledad Bravi et je vous recommande ses livres. Pour les petits comme pour les grands, elle nous ravit de son humour et de ses dessins joyeux et décalés.

Et c’est loin d’être une paresseuse !

%d blogueurs aiment cette page :