Quels romans mettre dans vos valises pour cet été ?

6 Juil

À la veille des premiers départs en vacances, il est plus que temps de songer aux lectures que vous emporterez cet été, parole de bibliothécaire. Après Les romans à mettre dans vos valises pour l’été 2017, La Médiathèque vous propose pour vous guider en 2018 une sélection de romans à glisser dans votre sac à main, de randonnée, ou de plage.

Comme l’année passée plusieurs choix s’offrent à vous :

1, 2, 3, 4 titres selon la durée de votre séjour.
Les gros qui plomberont votre sac, pour être sûr de ne pas manquer.
Les ultralégers pour en lire plein.
Les numériques pour l’aspect pratique.
Les sérieux, les classiques…tous les choix sont permis !

Mais vous avez peut-être déjà votre petite idée…

Indu Boy de Catherine Clément (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Indu Boy de Catherine Clément.

À lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre).

L’avis de Marie-Anne Sburlino sur Unidivers, le web culturel breton : « Catherine Clément est une écrivaine de grand talent. En deux-cent pages, elle tisse les grands évènements politiques de l’Inde et la vie familiale des Nehru. Dynamisant son récit avec les coutumes d’un pays qu’elle connaît parfaitement et des anecdotes symboliques, elle brosse un portrait sans concession d’une femme exceptionnelle, d’un destin qu’elle élève en légende ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie.

À lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre)

L’avis de Marine Landrot dans Télérama : « Son pays et les États-Unis, le passé et le présent, la tristesse et la drôlerie : la saga tonitruante et sensible d’une Nigériane partie affronter son destin ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

Bakhita de Véronique Olmi (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Bakhita de Véronique Olmi.

L’avis de Françoise Dargent dans Le Figaro Culture : « Pour écrire cette fresque romanesque, l’auteur s’est inspiré d’une histoire réelle, celle de Sainte Joséphine Bakhita, religieuse d’origine soudanaise qui fut canonisée par le pape Jean-Paul II, première Africaine a être élevée à la gloire des autels. Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

 

Sheila Levine est morte et vit à New-York de Gail Parent (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Sheila Levine est morte et vit à New-York de Gail Parent.

L’avis d’Elisabeth Philippe des Inrockuptibles : « Gail Parent conte les déboires sentimentaux de Sheila Levine, trentenaire new-yorkaise qui décide de mettre fin à ses jours. Un livre culte des seventies, comédie irrésistible entre Philip Roth et Lena Dunham ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

 

Une vie comme les autres de HanaYanghira (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Une vie comme les autres de HanaYanghira.

L’avis de Raphaëlle Leyris du Monde des livres : « Avec « Une vie comme les autres », l’écrivaine américaine réussit à faire ressentir au lecteur les souffrances de son héros ». Lire la suite (nouvelle fenêtre)

 

 

Terre des oublis de Duong Thu Huong (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Terre des oublis de Duong Thu Huong.

L’avis d’Antoine Audouard du Monde Magazine : « Je lui avais adressé une lettre par l’entremise de son éditeur américain. Je lui racontais que, dans une soirée du PEN club – une association internationale d’écrivains qui la soutient depuis longtemps – de New York où elle avait été invitée, j’avais lu quelques pages de son extraordinaire Terre des oublis ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

Nuit de Bernard Minier (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Nuit de Bernard Minier.

L’avis de Jacques Tessier sur le blog un-polar.com : « Faux-semblants, illusions et transformations des êtres, qui ne restent jamais identiques à eux-mêmes dans le cours de leur vie, richesse des détails et cohérence de l’histoire, tout cela fait de ce cinquième roman de Bernard Minier un livre passionnant à lire, de la première à la dernière page. « . Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill.

À lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre).

Visionnez la présentation de Marie-Joseph Biziou, libraire à la Procure :

 

Face au vent de Jim Lynch (catalogue de La médiathèque-nouvelle fenêtre) Face au vent de Jim Lynch.

À lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre).

L’avis de Michel Abescat sur Télérama : « Ils sont embarqués sur le même bateau, pour le meilleur et pour le pire. « Pendant des années, la voile nous a unis. Nous étions régatiers, constructeurs et plaisanciers. C’était à la fois notre entreprise familiale, notre sport et notre drogue favorite. Et puis, la voile a fini par nous séparer ». En une phrase le livre est résumé, mais rien n’est dit tant le charme de ce texte doux-amer, aussi drôle que déchirant, tient à ses détails et à la finesse de son regard ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

Une longue impatience de Gaëlle Josse (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Une longue impatience de Gaëlle Josse.

L’avis de Nicole Grundlinger sur le blog mots pour mots : « Chère Gaëlle, votre livre est tout simplement bouleversant. Vous parvenez à nous faire approcher au plus près de l’intimité des sentiments d’Anne Quémeneur. Une femme simple, un roseau plié par les bourrasques, malmené par les vents violents, une femme qui puise dans sa terre et dans l’amour niché au creux de son ventre la force de vivre. Une femme qui vibre intensément à l’intérieur sans laisser aucune prise au regard des autres ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

La vérité sur l'affaire Harry Québert de Joël Dicker (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)

La vérité sur l’affaire Harry Québert de Joël Dicker.

L’avis de Brigitte Bontour sur BibliObs : « Dans ce roman d’une fougue et d’une habileté déconcertante, qui va beaucoup plus loin qu’une simple intrigue policière, le lecteur est déstabilisé, charmé, subjugué, sans cesse lancé sur de fausses pistes ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

Une terre d'ombre de Ron Rash (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)Une terre d’ombre de Ron Rash.

L’avis de Victoire Nguyen sur La cause littéraire : « Ron Rash donne ici une peinture sombre des relations humaines fondées sur l’intérêt, l’ignorance et la cruauté. Les âmes innocentes sont traquées sans ménagement et l’innocent doit payer de son sang pour assouvir la soif de vengeance de la communauté. C’est un roman à l’équilibre fragile car le lecteur est constamment en alerte. Il sait que l’orage va arriver. Il sait que le châtiment tombera sur la tête de Hank et de sa sœur ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

Cette chose étrange en moi d'Orhan Pamuk (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Cette chose étrange en moi d’Orhan Pamuk.

À lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre).

Écoutez l’entretien de Christophe Ono dit Biot avec Orhan Pamuk sur France Culture :

En faisant résonner les voix de Mevlut et de ses amis, Orhan Pamuk décrit l’émergence, ces cinquante dernières années, de la fascinante mégapole qu’est Istanbul. Cette « chose étrange », c’est à la fois la ville et l’amour, l’histoire poignante d’un homme déterminé à être heureux.

Le temps des écrivains : entretien de Christophe Ono dit Biot avec Orhan Pamuk sur France Culture (nouvelle fenêtre)

Le sympathisant de Viet Thanh Nguyen( catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Le sympathisant de Viet Thanh Nguyen.

L’avis de Frédéric Roussel sur Libération : « Le Pulitzer 2016 revisite de façon inédite la guerre du Vietnam par la voix d’un métis devenu espion ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

 

L'art de la joie de Goliarda Sapienza (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) L’art de la joie de Goliarda Sapienza.

L’avis de Jean Laurenti dans le Matricule des anges : « Un demi-siècle de combat sans répit pour accéder à la liberté et à la connaissance de soi : écrivant la vie d’une femme hors du commun, Goliarda Sapienza façonne un écrin romanesque torrentiel et baroque ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

 

My absolute darling de Gabriel Tallent. (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) My absolute darling de Gabriel Tallent.

L’avis de Jean-François Schwab sur le blog du Courrier international : « […] C’est effectivement un roman à ne pas manquer, complètement dingue, perturbant, bouleversant, à lire absolument, malgré sa noirceur, sa violence, son horreur. Son chemin vers la délivrance et la liberté en est d’autant plus phénoménal et sublime. C’est un livre dérangeant, secouant, éprouvant. Il vous sera impossible de l’oublier une fois terminé. Ni le roman ni cette littérature de haute voltige ni son exceptionnelle traduction. Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

1177 avant J.-C., le jour où la civilisation s'est effondrée d'Eric H. Cline (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)1177 avant J.-C., le jour où la civilisation s’est effondrée d’Eric H. Cline.

L’avis de Marc Semo sur Libération : « «Nous avons avons beaucoup à apprendre des vestiges de civilisations pareillement interconnectées qui se sont effondrées il y a trois mille ans», écrit Eric H. Cline. Sa recherche, qui s’appuie sur de nombreuses sources historiques et archéologiques, est fascinante d’abord de par son approche globale, étudiant ces civilisations de la Grèce, de l’Asie mineure ou du Nil dans leur interdépendance, qui fut l’une des principales causes de leur effondrement, après avoir été la source de leur richesse. Lire la suite (nouvelle fenêtre).

Léviathan de Paul Auster (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Léviathan de Paul Auster.

L’avis de Buzz-littéraire : « Léviathan est un roman polymorphe, une hydre à plusieurs têtes pour reprendre la métaphore mythologique. En effet, tout commence (hormis la scène initiale qui précède le long flash-back) comme un film de Woody Allen, tendance « Maris et femmes » avant de basculer dans le thriller croisé western à la Clint Eastwood ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

Anansi boys de Neil Gaiman (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Anansi boys de Neil Gaiman.

L’avis d’Olivier Girard dans la revue le Bifrost sur le blog des éditions le Bélial’  : « Et alors ? Anansi Boys appartient à cette famille bizarre des livres trop bien faits. Non pas qu’on s’y ennuie, loin de là, mais il est sans aspérité aucune, d’un excellent niveau global mais dénué de scènes véritablement fortes, curieusement dépourvu de toute vibration. Bref, on se dit que oui, décidemment, ce Gaiman est vraiment fort, qu’Anansi Boys est un pur livre plaisir (plaisir de l’auteur à l’avoir écrit, c’est flagrant, plaisir de lecture pour celui qu’y s’y plonge, c’est tout aussi évident) ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

Germania d'Harald Gilbers (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Germania d’Harald Gilbers.

L’avis de Véronique Richebois dans Les Echos : « Germania, couronné du prix littéraire Friedrich Glauser, est tout sauf une resucée laborieuse des aventures de Bernie Gunther, la star de la Kripo inventée par Philipp Kerr. L’intrigue ficelée autour de ce serial killer, qui frappe à une cadence redoublée et provoque les autorités en profanant les monuments de 1914-1918, allant jusqu’à déposer un svastika de chair devant la Chancellerie, est brillante ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

Une Antigone à Kandahar par Joydeep Roy-Bhattacharya (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Une Antigone à Kandahar par Joydeep Roy-Bhattacharya.

L’avis de Mélanie Talcott sur le blog Mediapart : « Ni ouvrage contre le terrorisme, ni récit antimilitariste, Une Antigone à Kandahar souligne néanmoins l’absurdité de notre angélisme qui berce l’arrogance de nos démocraties, nous persuadant que nous avons tous les droits et par-dessus tout, le Droit comme un blanc-seing ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

L'anneau de Moebius de Franck Thilliez( catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) L’anneau de Moebius de Franck Thilliez.

L’avis de Pascal Kneuss sur Passion-romans : « L’anneau de Moebius, une magnifique interprétation de la distorsion… Une fois de plus, l’auteur nous incite à faire tourner nos petits neurones à haut régime. Moult questions vont se chevaucher dans notre « caboche », jusqu’à ce que nous puissions établir notre propre version des choses par rapport à ce que l’auteur nous envoie en pleine figure. Des questions en relation avec notre destin, les possibilités qui s’offrent à nous pour changer les choses, en connaissance de cause ou non ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

Mille petits riens de Jodi Picoult (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Mille petits riens de Jodi Picoult.

L’avis de Chloé Niccolo sur ActuaLitté : « Inspiré d’une histoire vraie, les Mille petits riens de l’Américaine Jodi Picoult nous plongent dans un récit de la vie ordinaire : ségrégation, racisme, délitement social, mais aussi le combat silencieux et digne des petits et des sans voix pour faire émerger le bien au milieu du chaos moral ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

Le cercle de Dave Eggers (catalogue de La médiathèque-nouvelle fenêtre) Le cercle de Dave Eggers.

À lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre).

L’avis d’Yves Perreau des Inrockuptibles : « En digne descendant de George Orwell et de William S. Burroughs, Dave Eggers renouvelle la littérature d’anticipation dystopique. Chef-d’œuvre du genre, le Cercle est le premier grand roman de notre nouvelle ère hyper numérique ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

Chanson de la ville silencieuse d'Olivier Adam (catalogue de La Médiathèque-nouvelle fenêtre) Chanson de la ville silencieuse d’Olivier Adam.

L’avis de Laurence Houot pour la rubrique livres de Culturebox : « On se laisse embarquer par la voix sensible de cette jeune femme poussée comme une herbe sauvage dans un monde peuplé d’adultes égocentriques. On suit son errance dans les rues et les nuits de Lisbonne, sa quête pour sortir d’un brouillard surgi d’une enfance sans souvenirs ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

 

Les portes de fer de Jens Christian Grondahl.

À lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre).

L’avis de Fabienne Pascaud sur Télérama : « C’est toute une génération européenne que racontent avec tendresse et brio ces Portes de Fer ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

L’autre qu’on adorait de Catherine Cusset.

À lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre).

L’avis de Siegfried Forster sur rfi  : Catherine Cusset: «L’autre qu’on adorait», le coup de cœur 2016 (nouvelle fenêtre) 

 

 

La revanche de Kevin de Iegor Gran.

À lire aussi en téléchargement (nouvelle fenêtre).

L’avis de Bernard Quiriny dans Chronicart : « Avec son style comique et fantaisiste (notes de bas de page, etc.), sa cruauté calculée, son ironie pleine de flegme, Gran est décidément l’héritier des meilleurs satiristes, veine qu’il cultive dans la fiction comme dans l’essai (cf. son Ecologie en bas de chez moi ou, récemment, le recueil de ses chroniques pour Charlie). Il y a du Marcel Aymé chez lui, en style funky ». Lire la suite (nouvelle fenêtre).

 

Un grand merci à tous les chroniqueurs des blogs, sites, magazines dans lesquels j’ai pioché ces avis ainsi qu’aux bibliothécaires pour leur travail de sélection judicieux.

Bonne lecture de nos romans préférés de l’été 2018 !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :